Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged alternative

Rss Feed Group items tagged

1More

Alain Damasio : « Il faut rendre à nouveau la révolution désirable » - 0 views

  •  
    Extrait : Un point d'échappée pour entrer dans le postcapitalisme peut donc être ce revenu universel. Après, il y aussi à mes yeux la technique des tâches de rouille dans la plaque d'acier, comme la ZAD, les squats ou les tiers lieux : des endroits dans lesquels tu décides avec qui tu travailles. Et si on y réfléchit, ça change tout : au travail, tu ne choisis ni tes collègues, ni tes chefs, ni ton espace ni tes horaires, donc l'emploi de ton temps. L'entreprise est le lieu absolu du déficit démocratique et il faudrait sortir du statut d'ouvrier pour aller vers celui que j'ai envie d'appeler « œuvrier ». Quand c'est toi qui choisit ce que tu veux faire, quand, avec qui et comment, alors là, tu peux effectivement prétendre à une forme d'émancipation. Il faut donc définir les lieux dans lesquels de telles expériences sont possibles, et récupérer cet espace et ce temps. Et là, on commencera à être dans un rapport au travail différent. D'où le titre de la journée : « Tout le monde déteste le travail ».
6More

Alternative à l'uberisation: des livreurs à vélo lancent leurs coopératives - 0 views

  • Leur but est de montrer que les coopératives peuvent gérer le marché que les plateformes ont créé. À l’opposé du modèle pyramidal des entreprises classiques, Arthur Hay et ses amis aspirent à créer une entreprise démocratique où ils sont tous propriétaires et décisionnaires. Pour cela, l’entrée dans la coopérative implique d’être coopérateurs. S’ils tendent à privilégier le statut de salarié plutôt que celui d’autoentrepreneur, ils n’en font pas une règle indépassable.
  • L’envie de regrouper les initiatives fait son chemin. Une réunion est programmée le 16 décembre pour essayer de coucher sur le papier « une unité de vue entre différentes coopératives souhaitant se fédérer » annonce Arthur Hay. Mais aussi, dans l’objectif de grouper des achats, d’être en meilleure position pour négocier des contrats et d’aider de nouvelles villes à démarrer.
  • « Dans la Foodtech, vous n’avez pas de patron, vous ne voyez personne en face de vous, vous subissez juste un système », constate Christophe, un des six membres des Coursiers Nantais. Structurés en association pour l’heure, ils aspirent à se salarier et à décider ensemble autant que possible.
  • ...2 more annotations...
  • Outre les difficultés inhérentes à la diversité des niveaux de développement de chaque projet, la volonté de fédérer bute sur une équation difficile à résoudre. Celle de faire coexister l’aspiration à des protections collectives d’un côté et de l’autre la volonté individuelle d’indépendance, voire de flexibilité des horaires. Air du temps oblige, « 80 % des livreurs souhaitent garder leur statut d’autoentrepreneur », selon Florent Fournier, un des trois créateurs d’Applicolis à Toulouse. Un statut pourtant en décalage avec la philosophie du monde coopératif où le modèle est généralement celui du salarié coopérateur, propriétaire de l’entreprise.
  • « Le problème n’est pas le statut, mais les conditions de rémunération et de stabilité. », affirme Florent Fournier d’Applicolis « Nous travaillons à une solution avec la Confédération générale des Scop pour trouver un compromis entre la flexibilité que souhaitent avoir les livreurs et le statut de salarié avec les avantages qu’il comporte ». La coopérative veut proposer une expérimentation à l’État à l’occasion des Assises de la mobilité, initiées par la ministre des Transports afin d’élaborer la loi d’orientation des mobilités début 2018.
  •  
    "Uberisés, précarisés, exploités, et si l'avenir des livreurs à vélo passait par des coopératives. À Bordeaux, Nantes, Lille, ou Paris, des projets d'entreprises collectives ont émergé ces derniers mois, parallèlement à la lutte des coursiers contre la plateforme Deliveroo l'été dernier. D'autres projets plus anciens poursuivent leur développement sur le marché de la Foodtech ou de la livraison du dernier kilomètre."
1More

WorkersControl.net : quand les ouvriers prennent le contrôle de leurs entrepr... - 0 views

  •  
    "Reprise d'entreprises en coopératives, usines autogérées, ateliers occupés par un conseil ouvrier : de l'Argentine à la France, en passant par l'Egypte, ces expérimentations menées par les travailleurs eux-mêmes incarnent-elles « une alternative dans l'organisation des sociétés » ? C'est ce dont sont convaincus les fondateurs du site workerscontrol.net, une bibliothèque de ressources sur le « contrôle ouvrier ». « En assumant le contrôle autonome de leur travail et en refusant le pouvoir de la propriété privée, les travailleurs remettent en question la structure capitaliste des relations de production. »"
1 - 3 of 3
Showing 20 items per page