Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged économie

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Can We Design An On-Demand Economy That Will Work For Everyone? | Co.Exist - 0 views

  •  
    "We know what the future of work will be for a lot of workers-so now it's time to try to make it better."
Aurialie Jublin

Apploitation in a city of instaserfs | Canadian Centre for Policy Alternatives - 0 views

  • I signed up for as many sharing economy jobs as I could, but they’re not really jobs. I was never an employee; I was a “partner,” or a “hero” or even a “ninja” depending on the app. Sharing economy companies are just middlemen, connecting independent contractors to customers. When I signed up to work with (not for) these apps, I was essentially starting my own ride-sharing/courier business.
  • We do still have a boss. It just isn’t a person. It’s an algorithm.
  • The standard ride-sharing or courier app’s business model looks something like this:  When introducing your app into a new city, take heavy losses by over-paying drivers and under-charging customers. Offer drivers cash bonuses to get their friends to sign up. Once you’ve got a steady supply of drivers invested in the app, start lowering their pay. 
  • ...8 more annotations...
  • The idea is to reward loyalty and prevent drivers from having Uber and Lyft open at the same time. The thing is, if you’re working 40 or 50 hours a week with one company, that looks a lot less like a gig and a lot more like full-time employment.
  • In Los Angeles, September 2014, a group of Lyft drivers burned their pink mustaches in protest of the pay cuts. These kinds of actions aren’t very common because most of us don’t know our co-workers and there is no physical location to congregate. Lyft doesn’t allow their drivers at the head office. The main place for “sharing economy” workers to connect is through online forums and Facebook groups
  • Yes, people have been kicked off Postmates for complaining. I’ve talked to them. And yes, the official Postmates courier group on Facebook is censored to erase anything that could be perceived as a complaint. But more importantly it’s clear that Postmates is not preparing its workers for the realities of life as an independent contractor. Many are shocked about how much they have to pay in taxes and how little they’re making doing the work. There are plenty of screenshots showing that some are making less than minimum wage.
  • I ended up having to take on all kinds of little expenses like these. It’s part of the risk of starting your own business. That time, I just had to buy a $3 froyo but it can be a lot worse (parking tickets in San Francisco can be over $80). Oftentimes you have to choose between parking illegally or being late with an order.
  • All the risk falls onto the worker and the company is free of liability—despite the placard being an explicit suggestion that it’s okay to break the law if that’s what you’ve got to do to get the order done on time. 
  • Postmates responded by “updating” the app to a “blind system” in which we could still accept or reject jobs, but without enough information to determine whether it would be worth our time or not (e.g., a huge grocery store order). To make sure we accept jobs quickly without analyzing them, the app plays an extremely loud and annoying beeping noise designed specifically to harass couriers into submitting to the algorithm.
  • One of the best companies I worked for is called Washio. I picked up dirty laundry and delivered clean laundry. It was the best paying and least stressful of all the apps I worked with that month because there was no illusion of choice. Washio tells you exactly what to do and you do it. It is simple and honest. But it also betrays the spirit of the independent contractor, and that’s important for a number of reasons.
  • Plenty of people requested that I drop off their food at the door. Customers grow to love apps that make the worker anonymous. That way, you don’t have to feel guilty about having servants.
  •  
    L'auteur de l'article parle de son expérience du "travail" via l'économie des plateforme.
Aurialie Jublin

#Delivery : Le destin de Take Eat Easy pourrait-il devenir la norme ? - Maddyness - 0 views

  • Il faut ainsi, pour chaque startup, intégrer dans ses frais la logistique (les livreurs), le service client, mais également les frais liés aux “dispatcheurs” chargés de répartir les livreurs selon les commandes, au recrutement de livreurs, au matériel, etc. Des coûts qui, mis bout à bout, dépassent de loin les gains réalisés par la startup.
  • Résultat : une marge contributive négative très importante, si importante que même en envisageant des économies à l’échelle, le temps, la diminution de l’intensité concurrentielle, ceux-ci semblent voués à l’échec, en tout cas sans investisseurs pour les appuyer.
  •  
    "L'annonce de la mort de Take Eat Easy a jeté la semaine dernière un pavé dans la mare de la livraison à domicile. Si la nouvelle en a surpris plus d'un, elle a pointé la difficulté des startups qui se sont lancées dans ce marché ultra-concurrentiel. Mais toutes les startups concurrentes de Take Eat Easy sont-elles vouées à disparaitre ? "
Aurialie Jublin

La chute de Take Eat Easy, une mauvaise nouvelle pour la bulle internet? | Slate.fr - 0 views

  • Au bout du compte, seule une toute petite minorité des projets arrive en position hégémonique, puisque le principe est qu’il n’y a qu’un vainqueur par secteur (la plateforme arrivée en premier rafle tout le marché, puisque personne n’a besoin d’un deuxième Uber, d’un deuxième Airbnb ou d’un deuxième Blablacar, avec un peu moins de chambres à louer, de chauffeurs disponibles ou de covoitureurs potentiels). L’aventure s’arrête donc au moment où les équipes se retrouvent à cours d'argent et que plus personne n'est prêt à parier un nouveau tour de table. Et plus la croissance aura été forte et rapide, plus le bordel laissé derrière sera impressionnant, ce qu’on a mesuré aux réactions outrées de restaurateurs ou de livreurs apprenant qu’ils ne seraient pas payés pour le mois de juillet.
  • Faut-il y voir un début d'éclatement de bulle? Difficile de tirer des conclusions, mais la succession de plusieurs annonces de redressement judiciaires d'autres start-up médiatiques comme Take Eat Easy soulève la question selon le rédacteur en chef du magazine En-Contact, spécialisé dans la relation client, qui écrit dans un billet d'humeur: «On peut se poser la question tant la capacité à brûler du cash de ces entreprises a été réelle, voire parfois stratosphérique et ferait sourire le moindre patron de TPE ou PME dont l’obsession quotidienne est le niveau de sa trésorerie, et qui prend des mesures de sauvegarde dès lors que son compte professionnel est proche de zéro ou déjà en dessous.» Les modèles grand public sont aussi plus sexy et simples à comprendre (en tout cas, c'est l'impression qu'ils peuvent donner), et cet aspect a tendance à attirer les «meetoo» et les «copycats», comme l'explique Stéphane Schultz, attirés par la le succès de la première phase de recherche de modèle économique, et qui créent «des services identiques et “adaptés” à un pays ou une situation particulière.»
  •  
    "Ce modèle implique une tension permanente entre le risque inhérent de l'activité, qui dépense beaucoup d'argent, et le potentiel de valorisation, lié à une forte croissance: «Il s'agit d'un choix à faire entre croissance et rentabilité. Soit on est rentable très vite avec une faible croissance, soit c'est l'inverse.» «On ne peut pas à la fois reprocher à l'équipe de Take Eat Easy de s'être plantée, reconnaît l'investisseur, et encenser Uber qui lève des milliards», car dans les deux cas la logique est la même, même si les ordres de grandeur n'ont rien à voir: l'argent levé accélère l'hyper-croissance au prix d'énormes dépenses. «Uber est toujours dans sa phase de croissance», ajoute Stéphane Schultz, et son expansion toujours en cours."
Aurialie Jublin

Les zélés du désir sur Vimeo - 0 views

  •  
    Frédéric Lordon parle de la liquéfaction du travail, du fait des désirs du consommateur-roi (choisir un produit A, puis en fait un produit B - pub Renault et Colissimo) + de la mise en transparence des travailleurs (pub sncf)
Aurialie Jublin

Ubérisation et nettoyage à domicile ne font pas bon ménage | Slate.fr - 0 views

  •  
    "Homejoy a été fauché par le pêché véniel de nombreuses start-up: se préoccuper exagérément de l'extension de la société et trop peu de ses rentrées d'argent. Homejoy, pourtant censé être un pur produit de l'ère du numérique, a de plus dû faire face à des tracasseries techniques qui ont entravé sa réussite. L'algorithme informatique utilisé présentait, par exemple, l'inconvénient de fixer des rendez-vous consécutifs à ses professionnels sans prendre en compte la durée de déplacement. Une négligence qui avait le don d'énerver les clients."
Aurialie Jublin

The 12 disruptive tech trends you need to know - 0 views

  •  
    McKinsey's in-house think tank compiled a cheat sheet for the future of tech. People pay plenty of money for consulting giants to help them figure out which technology trends are fads and which will stick. You could go that route, or get the same thing from the McKinsey Global Institute's in-house think-tank for the cost of a new book. No Ordinary Disruption: The Four Global Forces Breaking All the Trends, was written by McKinsey directors Richard Dobbs, James Manyika, and Jonathan Woetzel, and offers insight into which developments will have the greatest impact on the business world in coming decades. Below, we're recapping their list of the "Disruptive Dozen"-the technologies the group believes have the greatest potential to remake today's business landscape.
Aurialie Jublin

Homejoy, premier échec majeur de « l'Uber-économie » | Silicon 2.0 - 0 views

  •  
    La chute de Homejoy a été précipitée par quatre actions en justice. Comme Uber, l'entreprise s'est construite sur le recours à des travailleurs indépendants, ce qui lui permet de fortement limiter ses coûts (pas de salaire fixe, pas de charges sociales...) et de gagner en flexibilité. Les plaintes déposées contre Homejoy réclamaient la reclassification de ces travailleurs indépendants, pour leur accorder le statut de salariés. Une perspective qui aurait totalement bouleversé le modèle économique de l'entreprise.
abrugiere

Qui sont les travailleurs de l'"Uber economy" ? - JDN - 1 views

  •  
    Revenu à 18 dollars par heure aux Etats-Unis. Il est plus élevé dans le secteur du "revenu passif" (location sur Airbnb) et dans les transports (VTC) : 25 dollars en moyenne par heure. 38,3% des travailleurs de l'économie on-demand se disent étudiants tandis que 35,3% font des plateformes de services leur activité principale. Preuve de l'explosion du modèle, 62,6% des répondants ont rejoint une société de services à la demande pendant les douze derniers mois, contre 16,2% seulement il y a plus de trois ans. Les chercheurs ont demandé aux travailleurs d'indiquer dans quel secteur les sociétés de services à la demande pour lesquels ils travaillent se situent. Les "travaux manuels", comme les services de plomberie ou de ménage, par exemple, arrivent en tête. Suivent les sociétés de transports comme les VTC, puis la livraison, et enfin les plateformes qui permettent aux utilisateurs d'engranger un "revenu passivement", comme Airbnb en louant son appartement. 49,4% des travailleurs indépendants inscrits sur des plateformes sont titulaires d'un diplôme universitaire.- Selon l'étude menée par Requests for Startups, les travailleurs de l'économie à la demande sont plutôt des hommes (72,7%), jeunes (70% ont entre 18 et 34 ans), célibataires (65,7%). 
Aurialie Jublin

La fin de l'artisanat numérique - 0 views

  •  
    Extrait : Ce que nous appelons le Web 2.0 n'est autre que la consécration des plateformes. Quand elles ne nous ponctionnent pas directement de l'argent, elles s'approprient nos photos, vidéos, articles, tweets… qu'elles monétisent grâce à la publicité. Ce tour de passe-passe s'effectue sous le couvert du partage. Nous offrons notre travail, en échange les plateformes engrangent de fantastiques bénéfices qu'elles réinvestissent pour étouffer davantage les artisans. Les business angels ne s'y trompent pas. Ils ne soutiennent presque que les plateformes. Plutôt que de pousser l'innovation, ils encouragent le développement des outils qui vampirisent une myriade de producteurs artisanaux auxquels on promet tantôt la fortune, tantôt la reconnaissance. En vérité, seules les plateformes s'enrichissent, c'est-à-dire les plus hauts degrés de la pyramide. Cette stratégie n'épargne aucun domaine. Les blogs sont agrégés, aspirés, hébergés de plus en plus ouvertement par les médias dès lors plateformisés. Il revient moins cher de développer des technologies d'agrégation que de payer des journalistes. De leur côté, les réseaux sociaux comme Facebook plateformisent notre vie. Nos contenus une fois analysés se transforment en supports publicitaires ultra-ciblés. Nous dévoilons non seulement nos désirs, affinités et habitudes mais aussi ceux de nos amis, allant jusqu'à trahir leur géolocalisation. La plateformisation ouvre la porte à un espionnage consenti.
Aurialie Jublin

Conférence Sensorica à HEC Montréal - 5 views

  •  
    sensorica, un réseau de valeur ouvert, technologique et social
Aurialie Jublin

Le monde dans 100 ans vu par 10 économistes: des robots partout, de l'agricul... - 1 views

  • «Nous pourrions vivre dans “le mauvais rêve d’une économie ” où les robots assurent toute la production, y compris la production des robots.» Les technologies pourraient également rendre de moins en moins utiles «les interactions en face-à-face», écrit Alvin Roth, de l’université de Stanford. Ce qui fait prédire au journaliste du Financial Times Simon Kuper: «La réelle proximité physique pourrait n’être indispensable que pour le sexe (et encore).» Business Week s’est en particulier penché sur les spéculations concernant le changement climatique. Le site note que c’est «le sujet sur lequel se sont tous attardés les dix essayistes».
  •  
    "Ignacio Palacios-Huerta, de la London School of Economics, publie un livre intitulé In 100 Years: Leading Economists Predict the Future (Dans 100 ans: des économistes confirmés prédisent le futur), où dix économistes décrivent le monde tel qu'ils l'imaginent en 2114. «On vivra en moyenne jusqu'à 100 ans»; «Les gens seront plus efficaces grâce à des médicaments qui amélioreront "la concentration, la mémoire, ou encore l'intelligence"»; «Peut-être aura-t-on plusieurs épouses pour les différentes phases de notre vie». Ce sont quelques-unes des prédictions que retient le Financial Times dans la présentation de ce livre."
hubert guillaud

L'invasion des "super startups" - HuffingtonPost.fr - 1 views

  •  
    Julien Codorniou, directeur des partenariats en Europe chez Facebook, revient sur les "super startups", des petites sociétés composées de gens très techniques, qui deviennent ultra-profitables très rapidement en étant immédiatement tournées vers l'international. Fini, le temps des startups déficitaires... La nouvelle tendance : devenir rentable le plus rapidement possible. Ah oui, pour l'essentiel, cela reste des applications ludiques pour Smartphones et Facebook...
hubert guillaud

A Toulouse, une « coopérative intégrale » prépare l'après-capitalisme - Tour ... - 1 views

  •  
    Fédérer les énergies des systèmes basés sur l'autogestion, la coopération, la décroissance et l'économie collaborative par des "coopératives intégrales" sur le modèle imaginé par l'activiste anticapitaliste Enric Duran : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enric_Duran et http://enricduran.cat/fr/
hubert guillaud

Dans quels secteurs les humains batteront-ils toujours l'ordinateur ? - The Atlantic - 0 views

  •  
    Pour Rob Miller, professeur d'informatique au MIT, il y aura toujours des secteurs où les êtres humains seront meilleurs que les algorithmes. C'est notamment le cas du "crowd computing", l'informatique par la foule, que permet le Mechanical Turk d'Amazon par exemple ou Wikipédia d'une autre manière. Les algorithmes savent mieux chercher que nous un tarif compétitif pour un voyage en avion, mais ils sont beaucoup moins forts que les humains quand le voyage s'avère complexe. Dans le domaine de la compréhension sociale et culturelle, les hommes sont toujours meilleurs que les machines. A l'avenir, nos jobs ne seront pas tant remplacés par des ordinateurs, que complémentaires aux ordinateurs. Les outils qui combinent l'apport d'une communauté humaine avec des algorithmes sont assurément l'avenir, à l'image de Cobi - http://projectcobi.com -, un logiciel qui permet d'organiser des conférences en prenant en compte les contraintes des chercheurs. Soylent - http://projects.csail.mit.edu/soylent/ - permet de faire relire ses documents à une foule anonyme... Adrenaline - http://www.youtube.com/watch?v=9IICXFUP6MM - permet de trouver la meilleure image d'une vidéo en faisant sélectionner l'image par une foule de gens... Pour Rob Miller, l'avenir où la machine dépasse l'homme est une fiction, le vrai avenir est à la symbiose et à la complémentarité entre l'homme et la machine. Qu'importe si pour cela il nous faut transformer les hommes en robots...
Aurialie Jublin

Les Régions de France qui souffrent de la crise et celles qui résistent - Cha... - 1 views

  •  
    "L'INSEE publie pour la première fois un bilan annuel des 22 régions métropolitaines de France et passe au crible leur situation économique. Un examen qui n'a rien de rassurant."
julien camacho

La mort de l'économie et du travail - 2 views

  •  
    Le nouveau président français a créé un ministère du redressement productif. Certains y placent beaucoup d'espoir, beaucoup se moquent des mots choisis et du flou de la fonction. Pourtant, l'Occident est en train de vivre un changement économique et politique majeur qui affecte désormais toutes les classes sociales. Plutôt que de se moquer, il est temps de se poser les bonnes questions. En particulier celle-ci : y a-t-il encore du travail pour les humains ?
Aurialie Jublin

Salaire à vie: l'emploi est mort, vive le salariat! | Slate - 1 views

  • L'échelle des revenus serait de 1 à 4, soit de 1.500 à 6.000 euros. Le passage d'un niveau à l'autre serait fonction de la qualification, équivalent du grade dans la fonction publique, attestant qu'une personne «peut participer à un certain niveau de création de valeur économique et a donc droit à un tel niveau de salaire». Ces qualifications, dont la liste précise serait sujette à délibérations, incluraient l'ancienneté, la pénibilité, les diplômes...
  • Pour cet universitaire, le chantage à l'emploi fait de nous des «mineurs sociaux» qui ne sont pas reconnus comme «producteurs de valeur économique», et le salaire à vie nous transformerait en «majeurs sociaux».
  • Il rappelle que le salaire à vie existe déjà: en effet, les fonctionnaires et les retraités touchent déjà un salaire universel. En le généralisant à l'ensemble des Français, le sociologue ne veut pas seulement éradiquer la misère, mais bien dessiner les contours d'un nouveau système:
  • ...8 more annotations...
  • En effet, entre les cotisations dites «patronales» et «salariales», près de la moitié de notre salaire est aujourd’hui socialisé et permet de financer la sécurité sociale et les minimas sociaux. Bernard Friot propose de prolonger cette conquête et de socialiser 100% du salaire.
  • Mais Bernard Friot ne s'arrête pas là: il propose que toute la valeur ajoutée de l'entreprise soit socialisée et que le profit soit donc supprimé. L'argent ainsi collecté servirait à payer les salaires mais aussi l'investissement des entreprises et la Sécurité sociale.
  • Les porteurs de projets devraient demander des financements auprès d'une caisse chargée d'en étudier la viabilité et l'utilité. Ainsi, ils ne seraient plus dépendants des prêts bancaires, de leur épargne personnelle ou du bon vouloir des apporteurs de capitaux et leur vision court-termiste.
  • Pour autant, les entrepreneurs, qu'il définit comme «des personnes qui impulsent des productions et des collectifs de travail» existeront toujours, de même que la hiérarchie au sein des entreprises.
  • Enfin, il met en garde contre «l'ethnocentrisme petit-bourgeois» qui fait croire que certains arrêteront leur activité jugée dégradante. S'appuyant sur une étude, il relève que les éboueurs, contrairement à ce que l'on pourrait croire, non seulement aiment leur métier mais ont conscience de leur utilité sociale. Il faut ajouter à cela le besoin humain de reconnaissance de son utilité sociale, qui passe notamment par le travail.
  • Un autre argument avancé contre le salaire à vie est la nécessité d'avoir des entrepreneurs compétents dont la seule motivation serait l'argent.
  • Bernard Friot fait valoir que sur le web, la coopération non lucrative marche très bien, prenant l'exemple des logiciels libres. De même, dans le milieu universitaire, la motivation n'est pas tant le salaire que celle d'être «le premier à mettre à jour une nouveauté».
  • Les défenseurs du revenu de base mettent également en cause le caractère constructiviste de la proposition de Friot: elle ne laisserait pas assez de place à l'individu pour décider de la société dans laquelle il veut vivre, contrairement au revenu de base, qui serait lui plus humaniste et adaptable aux volontés de tous.
  •  
    "Et si, de la même manière que le suffrage universel est venu récompenser notre capacité à tous participer à la chose publique, un salaire à vie venait consacrer notre capacité à tous produire de la valeur? C'est l'idée mise en avant par l'économiste et sociologue Bernard Friot."
Aurialie Jublin

Upstart propose d'investir sur une personne, pas dans une entreprise | L'Atelier - 0 views

  • L'équipe d'Upstart calcule selon un algorithme mathématique basé sur les diplômes, les résultats obtenus et met en relation ces talents avec des investisseurs potentiels au profil similaire ou susceptibles d'être intéressés. De ce calcul apparaît quel montant est nécessaire à la personne pour rendre son initiative viable, et à partir de quel montant minimum elle pourra ensuite partager ses revenus avec ceux et celles qui la soutiennent.
  •  
    "A la manière des autres plate-forme de crowdfunding finançant les startup, Upstart offre la possibilité cette fois d'investir sur la possible réussite d'un individu."
1 - 20 of 29 Next ›
Showing 20 items per page