Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged contrat

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Contrat agile : histoire d'un concept dévoyé - Information - France Culture - 1 views

  •  
    "Huit organisations patronales ont réclamé au chef de l'Etat un contrat de travail agile pour faire baisser le chômage. Apparu dans l'informatique, le mot agile renvoie à une organisation moins hiérarchique dans le management. Rien à voir avec la flexibilité voulue par le Medef. A quand le contrat de travail BIG DATA?"
Aurialie Jublin

« Loin du bureau » : ce que révèlent nos messages d'absence | Nouveau monde |... - 1 views

  •  
    Une partie de la conclusion de l'article : "Connexion et mobilité : les deux caractéristiques des ordiphones sont appelées à constituer la structure fondatrice d'un nouveau contrat de travail, adapté à la réalité. Dans un souci de cohérence, un droit à la mobilité sera reconnu : droit de travailler depuis n'importe où, trois ou quatre jours par semaine. Un droit à la mobilité géographique apparaît comme l'autre face de l'obligation de connexion, qui tend à s'imposer, en pratique. Il n'est pas question de télétravail, synonyme de « bureau à la maison ». Il est question d'accorder au salarié la liberté de travailler où il veut, pendant une partie de la semaine. Connexion obligatoire, car on ne peut pas payer les gens à ne rien faire. Droit au déplacement, car on ne peut pas non plus continuer à imposer aux salariés des trajets quotidiens éreintants et coûteux alors que ces mêmes salariés peuvent fort bien faire leur travail depuis n'importe où (sous certaines réserves tenant notamment à la protection des informations confidentielles de l'entreprise)."
Aurialie Jublin

Why On-Demand Shipping Service Shyp Is Turning Its Couriers Into Employees | Fast Compa... - 0 views

  • Shyp involves multiple layers of complexity—once it picks up an item, it takes it to a warehouse, packs it up, then hands it off to a major courier such as UPS for delivery—but it's the couriers who define the face-to-face experience for customers. "Our service has so many touch points—showing up at your home and shipping anything anywhere in the world," says CEO and cofounder Kevin Gibbon. "It could be really expensive, like a painting or something like that. We felt that given how complicated the actual job is, the best course is to transition these folks."
  • Still, by moving away from the contractor model, the company gains the ability to exert more control over the Shyp experience without fear of legal repercussions. It can get more involved in training and coaching couriers, managing the hours they work, and generally treating them like full-blown team members rather than freelancers. It will also begin to pay workers' compensation, unemployment, and Social Security taxes for couriers. They'll continue to use their own vehicles, but Shyp will cover costs such as fuel.
  • Aren't employees more expensive than contractors? Sure, which is one big reason why on-demand startups have shied away from hiring them. But Gibbon says that Shyp's satellite drivers and warehouse workers are already employees, so hiring couriers isn't a dramatic departure. And its profit margins are such that there's room for the extra cost. "We felt that with everything we can bring operationally, it'll be a net positive," he told me. "If someone has a better experience, they're much more likely to tell someone else about it."
  •  
    "But that's about to change. Shyp is shifting from signing up couriers as contractors to hiring them as staffers, with the closer ties and legal obligations that such a relationship carries. The new approach will start in the next city Shyp enters: Chicago, where it plans to be up and running this summer. Couriers in the company's current markets-Los Angeles, Miami, New York City, and San Francisco-will transition from contractor status to employees on January 1, 2016."
Aurialie Jublin

Les emplois atypiques ne sont plus ce qu'ils étaient  - Conditions de travail... - 0 views

  •  
    "CDD, temps partiel, intérim mais aussi et de plus en plus stages, entrepreneuriat, portage salarial: les formes de l'emploi atypique ne cessent de se diversifier. Mais si certaines prospèrent, d'autres stagnent ou restent marginales. Christophe Everaere, professeur de sciences économiques à l'IAE Université de Lyon 3, revient pour Metis sur la notion d'emploi atypique et interroge les nouvelles sécurités du salariat contemporain."
Aurialie Jublin

"L'entreprise doit avoir la liberté de fixer sa propre réglementation" - 0 views

  •  
    Le cabinet d'avocat en droit social Capstan propose de refondre le droit du travail de fond en comble autour d'une ligne directrice : la subsidiarité des règles légales au profit de l'accord d'entreprise. Explications de Bruno Serizay, avocat associé.
Aurialie Jublin

Demain, quel(s) contrat(s) de travail ? - 1 views

  •  
    "Si 90% des contrats de travail sont à durée indéterminée, 85% des jeunes sont recrutés en CDD. Le débat sur la création d'un contrat de travail unique existe, mais ne fait pas l'unanimité. Tour d'horizon."
Aurialie Jublin

La loi Macron, ou comment revenir au contrat de travail du XIXe siècle - rega... - 0 views

  •  
    Ignorant délibérément qu'il ne peut y avoir de "liberté", de "consentement" ou de "volontariat" du salarié face à un employeur en position de force, la loi Macron met en œuvre le rêve du Medef, dans lequel le contrat remplace le droit du travail.
Aurialie Jublin

Travail nomade et contrats de projets: vers l'entreprise sans toit ni loi? - 3 views

  • La question de la légitimité du manager et donc du partage du pouvoir et de la démocratie dans l’entreprise sera aussi posée. Rêvons un peu : dans une entreprise construite non plus comme une pyramide hiérarchique mais comme un réseau d’associés, elle pourrait pousser jusqu’à organiser un processus d’élection des managers, voire du patron. A minima, il y aura une évaluation du management par l’ensemble des salariés, comme le suggère déjà la généralisation du 360°. Ce sera le prix à payer pour s’assurer de l’engagement des salariés, leur permettre de travailler ensemble et… les garder !
  • Si elle veut perdurer sous sa forme actuelle et s’assurer de l’engagement de ses salariés, l’entreprise devra repartir de ce qu’ils sont réellement c’est-à-dire des individus à la fois déliés et renouant sans cesse de nouveaux liens autour des projets successifs qu’elle leur proposera. C’est ce que rend possible l’arrivée massive du numérique : travailler à distance dans une sorte de nomadisme coopératif. Évidemment, cela ne concerne ni toutes les structures, ni tous les métiers. Mais c’est une tendance de fond, qui devrait à terme concerner un nombre grandissant de travailleurs, bien au-delà des professionnels et managers globalisés et hautement qualifiés dont c’est le cas aujourd’hui.
  • L’entreprise de demain sera précisément l’inverse : une unité de temps, celui d’un projet, d’un contrat, d’un marché, mais sans unité de lieu puisque les salariés embauchés pourront se trouver à des milliers de kilomètres de distance, dans des bureaux disjoints ou chez eux en télétravail etc. Cette dé-spatialisation du travail est la grande nouveauté. Travailler, ce n’est plus se retrouver avec d’autres dans un lieu construit pour cela, mais se mettre en réseau avec d’autres et organiser une sociabilité commune.
  • ...1 more annotation...
  • Qu’on le veuille ou non, la société de l’activité, de l’autonomie individuelle ou du travail libéré sera plus que jamais une société de consommation et de travail invisible. On touche ici à l’un des paradoxes les plus secrets du processus d’individualisation : l’autonomie et l’épanouissement de l’individu dans et hors du travail se paient d’une double aliénation. L’une liée au besoin de consommer et l’autre liée à la nécessité de faire appel à un travail invisible, souvent pénible et précaire, nécessaire à cette consommation. Ce paradoxe des sociétés démocratiques ne va pas se défaire demain : le post-matérialisme, qui se lit dans l’autonomie des individus, libère totalement la figure du consommateur alors même que l’individu croit s’en affranchir en se libérant du travail.
  •  
    "L'organisation du travail a connu depuis quarante ans des évolutions majeures, mais nous ne sommes qu'au début du chemin. Si elle veut perdurer sous sa forme actuelle et s'assurer de l'engagement de ses salariés, l'entreprise devra repartir de ce qu'ils sont réellement, c'est-à-dire des individus à la fois déliés et renouant sans cesse de nouveaux liens autour des projets successifs qu'elle leur proposera. C'est ce que rend possible l'arrivée massive du numérique : travailler à distance dans une sorte de nomadisme coopératif. La généralisation du travail en mode projet pourrait avoir pour conséquence l'avènement de « contrats de projet ». Jusqu'à ces dernières décennies, l'entreprise disposait d'une unité de lieu. L'entreprise de demain sera marquée par une unité de temps, celui d'un projet, d'un contrat, d'un marché, mais sans unité de lieu puisque les salariés pourront se trouver à des milliers de kilomètres de distance, dans des bureaux disjoints, ou chez eux en télétravail. Travailler, alors, ce n'est plus se retrouver avec d'autres dans un lieu construit pour cela, mais se mettre en réseau et organiser une sociabilité commune. L'idée même de l'entreprise y survivra-t-elle?"
Aurialie Jublin

Nouveau niveau record des embauches en CDD - 0 views

  •  
    Au 2e trimestre, 84,2% des embauches, hors intérim, se sont faites en contrat à durée déterminée, selon des données du ministère du Travail publiées vendredi. La proportion de CDD est en progression quasi continue depuis la mi-2011.
Aurialie Jublin

Être intérimaire en CDI, c'est possible! - nordeclair.fr - 0 views

  •  
    Il est entré en vigueur au mois de mars. Dans la région, les premiers contrats viennent d'être signés. De quoi s'agit-il exactement ? L'employeur garantit, entre deux missions, une rémunération au minimum égale au Smic pour les employés et ouvriers, au Smic +15 % pour les techniciens et au Smic +25 % pour les cadres. Y compris durant le délai de carence qui doit séparer deux missions sur le même poste. Concrètement, pendant les périodes où le CDI intérimaire ne travaille pas, l'agence d'intérim le paie quand même. En contrepartie, excepté durant les cinq semaines de congés payés, les intérimaires devront rester disponibles pour une mission ou une formation. Ils ne pourront refuser que si celle-ci ne répond pas aux critères de mobilité, de compétences et de rémunération définis dans son contrat.
abrugiere

Le CDI représente seulement 5% des embauches : les solutions du CJD - 2 views

  •  
    "L'organisation de dirigeants propose donc de remplacer le CDI par un contrat à la fois flexible et qui garantisse la sécurité pour les salariés, un Pack unique d'emploi à durée indéterminée.  Ce pack serait constitué : - d'un contrat unique d'emploi à durée indéterminée - d'une période de préavis pouvant atteindre 6 mois - d'une anticipation du coût et des modalités de séparation - d'une conciliation obligatoire avec présence d'un avocat en cas de séparation conflictuelle - d'une modulation du temps de travail et de la rémunération (+ / - 20 %) sur la base de 35 heures - de primes annuelles de résultat, avec une fiscalité adaptée pour encourager la consommation."
  •  
    Le CDI représente seulement 5% des embauches Les solutions du CIDJ : L'organisation de dirigeants propose donc de remplacer le CDI par un contrat à la fois flexible et qui garantisse la sécurité pour les salariés, un Pack unique d'emploi à durée indéterminée. Ce pack serait constitué : d'un contrat unique d'emploi à durée indéterminée d'une période de préavis pouvant atteindre 6 mois d'une anticipation du coût et des modalités de séparation d'une conciliation obligatoire avec présence d'un avocat en cas de séparation conflictuelle d'une modulation du temps de travail et de la rémunération (+ / - 20 %) sur la base de 35 heures de primes annuelles de résultat, avec une fiscalité adaptée pour encourager la consommation.
Aurialie Jublin

Création : ce que les auto-entrepreneurs ont changé - 1 views

  • Second groupe de créateurs : ceux qui profitent de l'auto-entreprise pour créer leur propre emploi. On retrouve ici  les « non-diplômés débutants » (souvent dans le commerce) qui déclarent à 49 % qu'ils ne se seraient pas lancés sans l'auto-entrepreneuriat. Sont également représentés ici  les « consultants en Île-de-France » (jeunes très diplômés, salariés ou chômeurs), qui se lancent dans le soutien aux entreprises ou l'information et la communication, à 42 % sous forme  d'entrepreneurs classiques.
  • Alors que 2013 a cristallisé nombre de tensions autour de l'auto-entrepreneuriat, cette étude souligne qu'un des apports de ce nouveau régime a été d'attirer vers la création d'activité des publics qui n'auraient pas créé d'entreprise sans lui. De quoi apporter de l'eau au moulin de ses défenseurs !
  •  
    "Avec l'arrivée des auto-entrepreneurs sur le marché de la création, le profil des créateurs d'entreprise a changé, comme le révèle aujourd'hui une étude de l'Insee. "
Aurialie Jublin

Mutations des formes d'emploi dans une Europe en crise : de nouvelles sécurit... - 0 views

  • Au Royaume-Uni, pays connu pour sa tendance à adopter des mesures libérales, l'année 2013 a vu l'émergence d'une forme particulière de contrats de travail, les contrats « zéro-heure », qui suscitent une certaine inquiétude. Ces contrats ne garantissent aucun salaire ni aucune durée de travail minimale, les travailleurs restant chez eux jusqu'à ce que leur employeur les appellent en cas de besoin.
  • Par ailleurs, ce même pays a adopté récemment une loi très controversée introduisant un nouveau type de contrat . Ce contrat prévoit en effet que les travailleurs recevront des parts dans leur entreprise pour peu qu'ils acceptent de renoncer à certains de leurs droits, tels que ceux liés aux licenciements abusifs, aux licenciements économiques, à la possibilité de demander un aménagement flexible du temps de travail ou un congé pour formation.
  • Plus à l'Est, la Pologne voit prospérer depuis plusieurs années des contrats dits « de service ».Ce type particulier de contrats n'est pas couvert par le droit du travail mais est régi par le droit civil. De ce fait, la plupart de ces contrats ne sont pas soumis non plus à contributions sociales.
  • ...2 more annotations...
  • Au Sud, la Grèce fait face à une situation particulièrement délicate, avec un taux de chômage parmi les plus élevés d'Europe, touchant fortement les moins de 25 ans. Depuis juillet 2010, la loi a permis la conclusion de « contrats jeunes », l'idée étant d'embaucher de jeunes travailleurs jusqu'à 25 ans avec un salaire inférieur de 32% au salaire précédent prévu pour le premier emploi, une période d'essai de deux ans et sans droit aux allocations chômage à la fin du contrat. De plus, pour ce type de contrat, les employeurs ne sont soumis à aucune contribution sociale.
  • Les différences habituellement retenues entre ces catégories traditionnelles s'amenuisent à mesure que des catégories de travailleurs se précarisent. Les frontières entre travailleurs salariés et travailleurs autonomes s'estompent et certains travailleurs se retrouvent dans une « zone grise », caractérisée par un manque évident de protection.
  •  
    "La crise économique qui sévit en Europe depuis 2008 a donné lieu à de nombreuses évolutions en ce qui concerne les législations du travail et l'emploi en général. Ces évolutions se sont notamment traduites par la mise en place de nouvelles formes d'emploi : certains Etats membres ont ainsi créé des contrats de travail inédits. Ce faisant, ces mutations des formes d'emploi contribuent à modifier profondément et durablement la composition du marché du travail et se traduisent souvent par une précarisation accrue. Peut-on dès lors imaginer de nouvelles sécurités ou à tout le moins un cadre protecteur plus approprié à ces travailleurs d'un nouveau genre ?"
Aurialie Jublin

Obligation de connexion, liberté de déplacement : le contrat de travail réinv... - 0 views

  • En l'occurrence, l'émiettement de nos deux vies peut porter préjudice à l'une comme à l'autre. Si la Cour de cassation a récemment annulé plusieurs conventions collectives de forfait jours, c'est au motif du non-respect de certaines normes européennes en matière de santé au travail.
  • Obligation de connexion. La pratique sur ce point est riche d'enseignement. La solution est sous nos yeux : il suffit de consulter les messages d'absence du bureau que laissent les salariés à l'attention de leurs correspondants. Depuis l’"Absent jusqu'au xx, messages non lus" jusqu'au "je consulte mes messages et ferai en sorte de vous répondre aussi vite que possible", en passant par tous les stades, de "messages lus épisodiquement" à "m'appeler uniquement en cas d'urgence", la pratique a déjà inventé différents paliers de disponibilité. Ces paliers mériteraient d'être formalisés, prévus et organisés au niveau collectif, plutôt que laissés à la fantaisie des salariés ou à l'arbitraire des patrons. Ce que les salariés "absents" définissent ainsi sont des niveaux de service, des paliers de pression, des temps de réponse aux sollicitations électroniques. Cette idée d'engagement de service, pure création de la pratique, improvisée par les salariés en congé ou en déplacement, pourrait devenir le premier paramètre de mesure du travail, plutôt que la présence dans les locaux de l'entreprise.
  • Liberté de déplacement. Dans un souci de cohérence, un droit à la mobilité sera reconnu : droit de travailler depuis n'importe où, trois ou quatre jours par semaine. Un droit à la mobilité géographique apparaît comme l'autre face de l'obligation de connexion, qui tend à s'imposer, en pratique. Il n'est pas question de télétravail, synonyme de "bureau à la maison". Il est question d'accorder au salarié la liberté de travailler où il veut, pendant une partie de la semaine.
  •  
    "La révolution technique en cours à travers l'utilisation massive des outils mobiles ne saurait rester sans incidence sur les contrats de travail des salariés dont l'essentiel de la tâche s'effectue à travers les écrans. Il va bien falloir un jour tirer les conséquences de ces bouleversements sur l'organisation du travail au sein des entreprises. Comment ?"
anonymous

"L'entreprise doit se démocratiser ou elle finira comme les régimes d'Europe ... - 0 views

  •  
    Quand le travail s'adapte à l'individu et non plus l'inverse. Les effets positifs de la montée de l'individualisme dans le rapport au travail : vers une révolution démocratique de l'entreprise selon Denis Pennel, auteur de "Travailler pour soi".
1 - 20 of 21 Next ›
Showing 20 items per page