Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged gratuit

Rss Feed Group items tagged

Thierry Nabeth

article: Working for one penny: Understanding why people would like to participate in o... - 0 views

  •  
    The development of Internet technology has facilitated the emergence of online marketplace for various kinds of tasks (e.g., Amazon's Mechanical Turk in USA and Taskcn.com in China). Although the payment is relatively low, numerous people participate in the tasks in these online marketplaces. Sun, Y., Wang, N., & Peng, Z. (2011). Working for one penny: Understanding why people would like to participate in online tasks with low payment. Computers in Human Behavior, 27(2), 1033-1041.
Aurialie Jublin

HAL: Le travail bénévole - 0 views

  •  
    "Cet exposé suivi d'un long débat avec des statisticiens résume les principaux résultats de l'enquête DREES-BVA sur le travail bénévole en France en 2010 et compare avec l'enquête similaire INSEE Vie associative 2002 pour retracer les principales évolutions. Les problèmes méthodologiques que posent la définition et la mesure du travail bénévole sont évoqués à travers la grille de lecture du Manuel sur la mesure du travail bénévole du BIT paru début 2012"
Aurialie Jublin

Qu'est-ce que le travail spéculatif ? - YouTube - 0 views

  •  
    Concerne principalement par les designers et graphistes, qui créent des logos pour répondre à des appels d'offres et pour lesquels ils ne sont pas rémunérés
Aurialie Jublin

Le don et le gratuit sont indispensables à l'entreprise | Zevillage - 1 views

  • Si les gens ne peuvent pas réaliser leur part de gratuit au travail, elles le feront à l’extérieur de l’entreprise comme on le constate sur le grand mouvement de don et de participation sur l’Internet. La financiarisation des entreprises à conduit à multiplier les ratios, les contrôles, les prescriptions, l’organisation du travail où tout le monde doit rentrer dans le cadre. Cela a conduit à beaucoup de de désengagement, malheurs, tristesse et difficultés au travail. Qu’ont alors fait les personnes ? Dans leur sphère privée, elle sont allés sur Internet où elles se sont mis à travailler gratuitement. « En traquant le gratuit, on finit par encourager, chez le travailleur, un esprit de calcul et de normalisation » écrit Pierre-Yves Gomez dans son livre. « Puisque tout lui est compté, ses gestes, ses temps, ses mots, il se met logiquement à compter ses heures et ses efforts. C’est donnant-donnant dans l’entreprise ».
    • Aurialie Jublin
       
      Tout doit être comptabilisé dans l'entreprise pour la performance. Mais dans tout travail, il y a une part "gratuite" : donne son temps, des conseils, participent à la vie commune, ... ce qui permet d'être qqun au travail, de s'engager, ... Les normes et les contrôles diminuent la part du don et "détruisent" la gratuité du travail. Ex. du hackathon ou museomix : motivation des participants - liberté de développer des idées innovantes + rencontre et collaboration avec des gens différents Manager : trouver la bonne place du gratuit, retrouver le gratuit dans l'entreprise
  •  
    "Ce « travail gratuit » peut prendre la forme de temps donné à ses collègues, d'une participation à la vie commune, des conseils donnés sans être comptabilisés. Cet espace de gratuité permet d'être quelqu'un au travail. Plus on diminue cet espace du gratuit, plus on comptabilise tout, on prescrit tout, on diminue la part de don, de liberté, plus on effrite le sens du travail."
Aurialie Jublin

Faut-il taxer l'exploitation des données personnelles ? - 0 views

  • la collecte de ces données relève d'une forme de "travail gratuit" des utilisateurs d'un service en ligne. De plus, le numérique a cette capacité de tout transformer, à commencer par la notion même d'entreprise, dont la valeur n'est plus uniquement produite par ses salariés et ses fournisseurs, mais aussi par ses utilisateurs. Pire, il se joue complètement des frontières et pénaliserait même les Etats.
  • Et ces fameuses données personnelles, plutôt que d'en taxer l'exploitation, ne pourrait-on pas en négocier un partage d'usage pour que l'Etat à son tour les utilisent pour développer des services à valeur ajoutée ? Le rapport aborde la question en évoquant l'initiative MesInfos (exploitation de infos gratuites si les données son restituées) à laquelle réfléchit la Fing et en cours d'implantation aux Royaume Uni. 
  •  
    Imposer les bénéfices issus du "travail gratuit" des internautes, c'est la principale proposition du rapport Collin & Colin sur la fiscalité numérique : Objectif : capter un peu de la valeur réalisée par les Google, Facebook, Apple et autre Amazon, qui ne paient quasiment aucun impôt en France, ni ailleurs d'ailleurs, grâce à leur judicieux mécanisme d'optimisation fiscale via les paradis fiscaux.
1 - 7 of 7
Showing 20 items per page