Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged exploitation

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Vos désirs sont des ordres | Cosmo [†] Orbüs - 0 views

  • La morale, c’est qu’il n’y a pas de limites à la volonté de contrôle des corps. Le techno-capitalisme avance souvent main dans la main avec sa meilleure ennemie : la liberté individuelle. […] Les organisations qui ne savent pas promouvoir l’homme tel qu’il est (et la femme telle qu’elle est), dans toutes ses dimensions, dans toutes ses richesses (et faiblesses !), sont des organisations dont le design n’est pas prévu pour l’humain.
  • Dans un monde où les entreprises cherchent à dépasser les possibilités de leur main d’oeuvre humaine (cadence, qualité, standardisation de la production etc.) pour pas trop cher (ou vite rentabilisé), la machine semble être une solution logique. Le design de la machine industrielle (et du logiciel de service) est conçu pour accomplir précisément ce qu’elle est supposée faire (on en a déjà parlé). Ça paraît tout bête dit comme ça, mais ça va mieux en le disant : la machine est faite pour faire ce qu’on veut qu’elle fasse. Elle est donc complètement compatible avec les attentes de l’entreprise, contrairement à ces humains bourrés de vices de conception, qui dorment, mangent, prennent des pauses, font grève et… vont aux toilettes.
  • Certains prêchent qu’on aurait intérêt à s’entraîner pour concurrencer les machines qui, demain, nous remplacerons. D’autres évoquent l’impossibilité totale de battre le droïde sur son propre terrain (encore une fois : il est conçu pour une tâche précise. Comment voulez-vous lutter ?), et appellent à embrasser le Grand Remplacement Robotique qui serait pour demain.
  • ...3 more annotations...
  • La première option n’en est pas une. S’entraîner pour accomplir ce qu’un robot manifestement imparfait fait déjà mieux que nous est une gageure. A moins de les perfuser en permanence (sucre + excitants + antidépresseurs), de les gaver de pilules anti-sommeil, de les enchaîner à la chaîne de montage et de tenir la Ligue des Droits de l’Homme à distance, les ouvriers de l’industrie automobile sont moins efficaces que les robots qui existent d’ores et déjà. Dans le futur, aucune « augmentation » transhumaniste ne changera jamais cet état de fait.
  • La deuxième option est plus intéressante. Souvent la réflexion de penseurs comme Ariel Kyrou (dans Réinventer le travail sans l’emploi) ou des auteurs de SF comme Norbert Merjagnan (CoÊve 2051) fait suivre le constat du tout-robotique à venir par un appel au Revenu de Base. Forcément : si les machines font si bien le travail, laissons leur. Mais si nous n’avons plus de boulot ni de salaire, qui achètera les quantités de produits débités par nos usines robotisées ? Le revenu de Base est parfois vu comme la face B, indissociable de la robotisation galopante. A moins de s’en remettre à la phrase de Catherine Dufour : « Avec la robotisation on nous avait promis les loisirs, et on a eu le chômage. »
  • Pendant que le service marketing s’essaye à la promesse, quelqu’un d’autre doit la tenir. Le paradis du consommateur est souvent l’enfer du salarié.
  •  
    "Il y a des entreprises où les employés portent de couches parce qu'il n'ont pas le temps - parce qu'on ne leur laisse pas le temps - d'assouvir un besoin essentiel et commun à tou(te)s. Il y a des entrepôts d'Amazon environnés de tentes parce que les employés n'ont pas le temps - parce qu'on ne leur laisse pas le temps - de rentrer chez eux le soir. (Et encore, pour le moment ils n'ont pas de bracelet de surveillance.) Allons bon, ils ont toujours le choix ! Sauf qu'à trop faire la fine bouche, on leur rappellera que six millions de crevards demandeurs d'emplois attendent dehors pour prendre leur place. Comme le notait Mais où va le web dans son excellent article Pause pipi et ovocytes congelés : l'homme machine selon Heidegger, le fait que des entreprises en arrivent à de tels délires dans l'exploitation de leurs salariés est un problème de design. Ces entreprises et leur fonctionnement ne sont pas compatibles avec ce qu'est l'être humain. "
Aurialie Jublin

« Des salaires pour facebooker » : du féminisme à la cyber exploitation - ent... - 0 views

  •  
    "Quoi de commun entre le travail domestique et l'utilisation des réseaux sociaux ? En apparence, rien ne rapproche ces deux activités. La première met en jeu du temps, de la pénibilité, de la contrainte ; la seconde est le plus souvent ludique et orientée vers la consommation. Néanmoins, comme le note Kylie Jarrett dans cet entretien mené par Marc-Antoine Pencolé, les plateformes numériques génèrent des données marchandisées ; elles débouchent sur des formes de production diverses ; elles sont dès lors le maillon indispensable des chaînes globales de valeur, bien que non rémunérées, comme l'est la reproduction sociale de la force de travail. Jarrett montre les potentialités critiques et transformatrices insoupçonnées de ce rapprochement entre féminisme et critique du digital labor, et souligne la centralité de l'exploitation numérique dans l'élaboration d'un projet contre-hégémonique."
Aurialie Jublin

Apploitation in a city of instaserfs | Canadian Centre for Policy Alternatives - 0 views

  • I signed up for as many sharing economy jobs as I could, but they’re not really jobs. I was never an employee; I was a “partner,” or a “hero” or even a “ninja” depending on the app. Sharing economy companies are just middlemen, connecting independent contractors to customers. When I signed up to work with (not for) these apps, I was essentially starting my own ride-sharing/courier business.
  • We do still have a boss. It just isn’t a person. It’s an algorithm.
  • The standard ride-sharing or courier app’s business model looks something like this:  When introducing your app into a new city, take heavy losses by over-paying drivers and under-charging customers. Offer drivers cash bonuses to get their friends to sign up. Once you’ve got a steady supply of drivers invested in the app, start lowering their pay. 
  • ...8 more annotations...
  • The idea is to reward loyalty and prevent drivers from having Uber and Lyft open at the same time. The thing is, if you’re working 40 or 50 hours a week with one company, that looks a lot less like a gig and a lot more like full-time employment.
  • In Los Angeles, September 2014, a group of Lyft drivers burned their pink mustaches in protest of the pay cuts. These kinds of actions aren’t very common because most of us don’t know our co-workers and there is no physical location to congregate. Lyft doesn’t allow their drivers at the head office. The main place for “sharing economy” workers to connect is through online forums and Facebook groups
  • Yes, people have been kicked off Postmates for complaining. I’ve talked to them. And yes, the official Postmates courier group on Facebook is censored to erase anything that could be perceived as a complaint. But more importantly it’s clear that Postmates is not preparing its workers for the realities of life as an independent contractor. Many are shocked about how much they have to pay in taxes and how little they’re making doing the work. There are plenty of screenshots showing that some are making less than minimum wage.
  • I ended up having to take on all kinds of little expenses like these. It’s part of the risk of starting your own business. That time, I just had to buy a $3 froyo but it can be a lot worse (parking tickets in San Francisco can be over $80). Oftentimes you have to choose between parking illegally or being late with an order.
  • All the risk falls onto the worker and the company is free of liability—despite the placard being an explicit suggestion that it’s okay to break the law if that’s what you’ve got to do to get the order done on time. 
  • Postmates responded by “updating” the app to a “blind system” in which we could still accept or reject jobs, but without enough information to determine whether it would be worth our time or not (e.g., a huge grocery store order). To make sure we accept jobs quickly without analyzing them, the app plays an extremely loud and annoying beeping noise designed specifically to harass couriers into submitting to the algorithm.
  • One of the best companies I worked for is called Washio. I picked up dirty laundry and delivered clean laundry. It was the best paying and least stressful of all the apps I worked with that month because there was no illusion of choice. Washio tells you exactly what to do and you do it. It is simple and honest. But it also betrays the spirit of the independent contractor, and that’s important for a number of reasons.
  • Plenty of people requested that I drop off their food at the door. Customers grow to love apps that make the worker anonymous. That way, you don’t have to feel guilty about having servants.
  •  
    L'auteur de l'article parle de son expérience du "travail" via l'économie des plateforme.
Aurialie Jublin

Dans les drive des supermarchés, l'exploitation des corps sous les ordres des... - 0 views

  •  
    Derrière la multiplication des drive, service qui propose aux clients des supermarchés de faire leurs courses en ligne avant de les récupérer en voiture, se cache de nouvelles formes d'exploitation. Les travailleurs - en l'occurrence, surtout des travailleuses -, courent toute la journée pour accomplir leurs tâches sous les ordres des machines. Extraits d'une enquête de Marie Gueguen à Guichen, en Ille-et-Vilaine.
Aurialie Jublin

Digital Labor : comment répondre à l'exploitation croissante du moindre de no... - 0 views

  •  
    Compte-rendu de l'intervention d'Antonio Casilli à Lift sur Internetactu
Aurialie Jublin

Lettre ouverte à Axelle Lemaire - Non à l'exploitation du #travailgratuit en ... - 1 views

  • Sous couvert d'une dynamique start-up qui a les faveurs de la presse, l’ensemble des sociétés fonctionnant sur le principe du perverted crowdsourcing construisent leur offre commerciale sur les épaules d'une main d’œuvre qu'ils ne payent pas. Professionnels mais aussi particuliers par milliers y travaillent sans contrats ni statuts au mépris des plus élémentaires obligations légales. Dévoyant à leur seul avantage les fondations de l'économie collaborative, elles mettent en péril une part importante du tissu économique représenté par les indépendants et les petites structures, détruisant bien plus d'emplois qu'elles n'en créent.
  •  
    "NON À L'EXPLOITATION DU #TRAVAILGRATUIT COMME MODÈLE DE RÉUSSITE EN FRANCE"
Aurialie Jublin

Captcha ou l'art de faire travailler sans rémunérer - Information - France Cu... - 0 views

  •  
    "Mais le CAPTCHA pose la question du travail à un autre degré, plus étonnant encore. Quel dommage, se sont dit un jour les chercheurs de l'Université Carnegie-Mellon, quel dommage que tous les jours, des centaines de millions d'internautes transcrivent des signes déformés, et que cela ne serve à rien ? Et ils ont inventé un système qui s'appelle Re-CAPTCHA et qui consiste à utiliser ces millions de transcriptions effectuées par les internautes pour améliorer les logiciels de numérisation des livres. En effet, quand on numérise des livres, bien souvent, des caractères sont déformés (parce que la page est abîmée, froissée, parce que l'encre a coulé etc.) et les logiciels de reconnaissance de caractère peinent alors à déchiffrer et retranscrire. En utilisant la retranscription humaine, plus fine, plus souple, plus intuitive, on améliore les logiciels. Ce qu'a très vite compris…. Google. Et oui, encore Google. Google, qui avec son projet Google Books numérise les livres du monde entier par brassée, s'est empressé d'acheter le système Re-CAPTCHA à l'Université Carnegie-Mellon pour améliorer ses logiciels de reconnaissance textuel. Ce qui signifie une chose toute simple : quand vous transcrivez un CAPTCHA, il y a des chances pour que vous participiez à l'amélioration des logiciels de Google, il y a des chances, donc, que vous travailliez pour Google. "
Aurialie Jublin

Le Turc mécanique d'Amazon - France Culture - 0 views

  •  
    "C'est qui est le plus fascinant là-dedans, c'est qu'on est à la fois dans une forme de travail hyper-contemporaine (son côté mondialisé, organisée par des algorithmes) et une forme très ancienne, qui rappelle les « calculateurs humains », ces gens qui, avant les ordinateurs, effectuaient des morceaux de calculs qui étaient assemblés pour réaliser des opérations complexes (on a beaucoup utilisé de calculateurs humains, et notamment des femmes sous payées, dans le projet Manhattan, qui a abouti à la création de la première bombe atomique). Les ordinateurs ont fait disparaître les « calculateurs humains », mais ils ont fait apparaître une autre forme d'exploitation totalement invisible, cachée dans l'antre des machines. Ce n'est pas l'usine, mais c'est guère plus désirable."
Stanislas Jourdan

Counter-commodification: The Economy of Contribution in the Digital Commons - 0 views

  •  
    "As digital production is at the very heart of cognitive capitalism, the digital commons is not just any other disruption of the process of commodification. This is the field of a fierce struggle over the future of the Internet and the future of capitalism itself. It is potentially the moment which moves back the frontiers of measurement, value and quantification towards qualities, values and an expansion of the gift economy. For this potential to unfold, it is vital that those who are giving, sharing, and contributing for the benefit of humanity are supported by global policies that enable them to do so. They have to be supported because their gifts are not based on reciprocity and the obligation to return the gift. This is an argument about the future of digital labour. The article concludes that this could be achieved through a global basic income scheme."
Aurialie Jublin

« Nous n'exploitons pas le réseau, c'est le réseau qui nous exploite »- Ecrans - 1 views

  • En réalité, le numérique a facilité la coopération, mais également la compétition et a permis l’établissement et le maintien de nouveaux monopoles comme Google.
  • On parle souvent de la crise de la classe ouvrière comme d’une entité politique. Mais ce qui se passe aujourd’hui sous nos yeux est une crise de la classe moyenne cognitive. Il y a un mot intéressant dans la théorie critique française, qui examine le capitalisme cognitif : « déclassement » - quand une classe sociale est rabaissée, perdant prestige social et économique. En cette décennie du Net, nous faisons l’expérience d’un déclassement massif des travailleurs cognitifs devenus des travailleurs précaires. Le néoféodalisme est aussi cette dépossession des acteurs intermédiaires.
  •  
    Interview (mars 2012) de Matteo Pasquinelli, chercheur à la Queen Mary University de Londres. Dans son livre Animals Spirits (1), le théoricien des médias identifie les conflits sociaux et les modèles économiques à l'œuvre derrière la rhétorique de la culture libre.
Aurialie Jublin

Effet de serfs sur la Toile- Ecrans - 1 views

  • Recaptcha affiche des mots issus de textes scannés que l’ordinateur n’a pas reconnus, et compte sur l’internaute pour les décrypter. Un travail de fourmi qui intéresse Google. La multinationale, qui est en train de numériser des livres du monde entier et de passer des accords avec les bibliothèques pour numériser leurs collections, a racheté la société Recaptcha. Google va ainsi bénéficier d’une armée d’internautes « bénévoles » pour améliorer son système de reconnaissance optique. Une méthode déjà employée par son Image Labeler, présenté comme un jeu où les internautes sont sollicités pour décrire une image et lui associer des mots clés afin d’aider Google à améliorer son moteur de recherche d’images.
  • La rente serait le nouveau modèle économique dominant du capitalisme cognitif et d’Internet. Pour schématiser, le profit est le revenu obtenu par la vente de biens ; la rente, le revenu fourni par l’exploitation monopolistique d’espaces. « À l’époque féodale, c’était l’exploitation de terres cultivées par des paysans, à l’âge d’Internet, c’est l’exploitation d’espaces immatériels cultivés par des producteurs culturels, prosumers [consommateurs producteurs, ndlr] et partisans de la “free culture”. »
  •  
    Internet serait-il en train de devenir la matrice d'un nouveau système féodal, où une poignée de grands seigneurs exploitent des légions de serfs ? Et non cette société de pairs tant célébrée ? 
1 - 11 of 11
Showing 20 items per page