Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged technologie

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Falling wages caused more by trade union decline than robots | Apolitical - 0 views

  • The pair said that the influence of new technology was much less noticeable. “While we also find evidence for a negative impact of technological change,” they said, “the effect seems to be less significant since the mid-1990s.”
  • The writers looked at how three factors — technological change, the process of globalisation, and shifts in worker bargaining power — influenced the slump in wage share. “Our results indicate that the decline… can be attributed to globalisation and a decline in bargaining power of labour,” Guschanski and Onaran wrote.
  • The pair pointed out that middle-skilled workers they studied had suffered worst from the impact of technological change, meaning that responding to new technology simply by boosting skills training, rather than bolstering unions, might not help in the long term.
  •  
    "Are lacklustre wages an inevitable consequence of globalisation and technological change? Or has policy had a role to play? Technology, according to new research presented at the annual conference of the UK's Royal Economic Society, is not in itself the problem. Instead, a mix of globalisation and the decline of worker bargaining power have been responsible for employees' woes. And, the paper suggests, bolstering trade unions would be a better way to shore up workers in the future than skills training."
Aurialie Jublin

Quand la technologie épaule les managers - Le Temps - 0 views

  •  
    "Des algorithmes rendent la gestion des ressources humaines plus simple et accessible. Ils analysent les interactions entre les membres d'une équipe pour conseiller les responsables. Explications"
Aurialie Jublin

The coming jobs boom in the age of intelligent machines  - LSE Business Review - 0 views

  •  
    "We're pessimistic when we focus on the world that we know now, not thinking that processes are being reorganised, writes Ben Pring" L'auteur cite notamment : - la création d'infrastructure numérique va créer des emplois pour les cols bleus, les cols blancs et les "sans cols" - les machines ne vont pas remplacer mais améliorer la performance humaine - les new tech = expansion économique
Thierry Nabeth

Non-Technologists Agree: It's the Technology - 0 views

  •  
    Two papers came out last year that examined important issues around jobs and wages. Both are in top journals. Both were written by first-rate researchers, none of whom specialize in studying the impact of technology. And both came to the same conclusion: that digital technologies were largely responsible for the phenomena they examined. Paper 1 Equally admirable are the graphs the authors draw to illustrate their main findings. Here's the one for jobs (the one for wages has a pretty similar shape). It gives the changes in employment share - which you can think of as changes in the the 'market share' of jobs - between 1980 and 2005. And it shows vividly that low-skill and high-skill jobs gained market share over that period, which those in the middle of the skill range lost. Paper 2 We document, however, that the global labor share has significantly declined since the early 1980s, with the decline occurring within the large majority of countries and industries. We show that the decrease in the relative price of investment goods, often attributed to advances in information technology and the computer age, induced firms to shift away from labor and toward capital.
Aurialie Jublin

Work in Transition | MIT Technology Review - 0 views

  •  
    Dossier MIT - "Digital technologies are changing the nature of the jobs we do. What does that mean for the future of work?"
Aurialie Jublin

Philippe Askenazy : « Les nouvelles technologies sont peut-être moins destruc... - 0 views

  • Avant il y avait d’un côté le  travail manuel sans grande exigence psychologique et de l’autre un travail intellectuel sans, lui, grande exigence manuelle. Aujourd’hui il y a une convergence des deux. Si l’on est ouvrier ou conducteur de bus on subit une présence permanente des technologies, on vit une pression constante sur sa sphère psychologique qui se rajoute à la pression physique. De l’autre dans les métiers purement réflexifs se rajoute une dimension physique, le travail par exemple dans le numérique est un travail pénible avec un de plus en plus de pathologies liées. Et à cette augmentation des contraintes et des exigences avec les technologies, se rajoute désormais le mélange entre la vie privée et la vie professionnelle qui n’est pas en fait totalement nouveau 
  •  
    L'économiste Philippe Askenazy a commenté une étude pour le Centre d'Orientation de l'Emploi sur « l'impact de l'innovation sur l'emploi vu par les salariés ». Un peu Cassandre, mais aussi optimiste au vu de la manière dont les jeunes qualifiés trouvent du travail.
Aurialie Jublin

The future of jobs: The onrushing wave | The Economist - 1 views

  • The machines are not just cleverer, they also have access to far more data. The combination of big data and smart machines will take over some occupations wholesale; in others it will allow firms to do more with fewer workers. Text-mining programs will displace professional jobs in legal services. Biopsies will be analysed more efficiently by image-processing software than lab technicians. Accountants may follow travel agents and tellers into the unemployment line as tax software improves. Machines are already turning basic sports results and financial data into good-enough news stories.
  • There will still be jobs. Even Mr Frey and Mr Osborne, whose research speaks of 47% of job categories being open to automation within two decades, accept that some jobs—especially those currently associated with high levels of education and high wages—will survive (see table). Tyler Cowen, an economist at George Mason University and a much-read blogger, writes in his most recent book, “Average is Over”, that rich economies seem to be bifurcating into a small group of workers with skills highly complementary with machine intelligence, for whom he has high hopes, and the rest, for whom not so much.
  •  
    "Previous technological innovation has always delivered more long-run employment, not less. But things can change"
Aurialie Jublin

Five Essential Elements of the Digital Workplace - 0 views

  •  
    "Five Essential Elements of the Digital Workplace" 1- Access devices 2 - Communications infrastructures 3 - Business applications 4 - Workplace telecommunications tools 5 - Digital security
Aurialie Jublin

Technology and jobs: Coming to an office near you | The Economist - 0 views

  • Even if new jobs and wonderful products emerge, in the short term income gaps will widen, causing huge social dislocation and perhaps even changing politics. Technology’s impact will feel like a tornado, hitting the rich world first, but eventually sweeping through poorer countries too. No government is prepared for it.
  • Worse, it seems likely that this wave of technological disruption to the job market has only just started. From driverless cars to clever household gadgets (see article), innovations that already exist could destroy swathes of jobs that have hitherto been untouched. The public sector is one obvious target: it has proved singularly resistant to tech-driven reinvention. But the step change in what computers can do will have a powerful effect on middle-class jobs in the private sector too.
  • One recent study by academics at Oxford University suggests that 47% of today’s jobs could be automated in the next two decades.
  • ...3 more annotations...
  • At the same time, the digital revolution is transforming the process of innovation itself, as our special report explains. Thanks to off-the-shelf code from the internet and platforms that host services (such as Amazon’s cloud computing), provide distribution (Apple’s app store) and offer marketing (Facebook), the number of digital startups has exploded. J
  • f this analysis is halfway correct, the social effects will be huge. Many of the jobs most at risk are lower down the ladder (logistics, haulage), whereas the skills that are least vulnerable to automation (creativity, managerial expertise) tend to be higher up, so median wages are likely to remain stagnant for some time and income gaps are likely to widen.
  • The main way in which governments can help their people through this dislocation is through education systems. One of the reasons for the improvement in workers’ fortunes in the latter part of the Industrial Revolution was because schools were built to educate them—a dramatic change at the time. Now those schools themselves need to be changed, to foster the creativity that humans will need to set them apart from computers. There should be less rote-learning and more critical thinking. Technology itself will help, whether through MOOCs (massive open online courses) or even video games that simulate the skills needed for work.
  •  
    "INNOVATION, the elixir of progress, has always cost people their jobs. In the Industrial Revolution artisan weavers were swept aside by the mechanical loom. Over the past 30 years the digital revolution has displaced many of the mid-skill jobs that underpinned 20th-century middle-class life. Typists, ticket agents, bank tellers and many production-line jobs have been dispensed with, just as the weavers were."
Aurialie Jublin

L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique? | Slate - 0 views

  • David Graeber est bien conscient que personne n’a la légitimité pour décider quels boulots sont utiles et quels boulots sont «foireux». Il ne s’agit même pas d’une distinction entre travail productif et improductif, mais plutôt entre travail socialement utile et travail vidé de sens. D’ailleurs, comme il l’observe, un métier est d’autant moins payé qu’il est utile à la société.
  • Mais la division du travail est en général perçue par les anarchistes comme dénaturant l’individu en le cantonnant à une vie dans laquelle la technique a fait de lui un esclave, bien loin de le libérer. L’opposition entre tâches de conception et tâches d’exécution, la nostalgie vis-à-vis d’un monde où le travailleur n’était pas dépossédé du fruit de son travail ou la critique de la «techno-bureaucratie» sont en effet des thèmes forts de la pensée anarchiste, en lien avec son refus de la hiérarchie sociale
  • Graeber pense que l'explication de ce paradoxe des bullshit jobs n’est pas économique: elle est politique. C’est parce que «la classe dirigeante a réalisé qu’une population heureuse et productive avec du temps libre était un danger mortel» que le travail inutile continue à prospérer.
  • ...3 more annotations...
  • «Contrairement à une vision un peu critique de gauche qui dit que c’est de la faute du grand capital, en fait, il y a sans doute cette logique, mais nous sommes tous bureaucrates. Parce qu’au nom de la sécurité, du principe de précaution, de la facilité de la vie, on promeut cette extension de l’usage de la norme.»
  • Graeber est dans une mentalité qui rappelle celle de la génération Fight Club ou le choix de l’universitaire Matthew Crawford de quitter sa position de professeur pour… ouvrir un atelier de réparation mécanique. Mais le succès retentissant de son petit article, stimulant bien qu’un peu mal fichu, témoigne que derrière leurs écrans, les gens sont nombreux à prendre conscience des sacrifices qu'ils s'infligent en acceptant de telles routines professionnelles.
  • Mais le paradoxe ultime, c’est sans doute que seule une économie pleine de ces emplois jugés inutiles peut produire des textes comme celui de Graeber, des économistes pour le commenter, des journalistes pour le relayer et, plus encore… des gens pour le lire au bureau entre deux échanges d’emails avec le comité de pilotage.
  •  
    "Alors que la technologie devait nous libérer du travail, l'économie contemporaine crée toujours plus de «métiers à la con» que ceux qui les exercent savent parfaitement inutiles, déplore l'anthropologue David Graeber. Ou pourquoi la semaine de 20 heures est encore loin."
Aurialie Jublin

How Technology Is Destroying Jobs | MIT Technology Review - 1 views

  •  
    Résumé IA C'est l'un des sales secrets de l'économie : les progrès technologiques font croître l'économie et créent de la richesse, mais il n'y a pas de loi économique qui dise que tout le monde en bénéficiera." En d'autres termes, dans la course contre les machines, certains vont gagner alors que d'autres vont perdre.
Aurialie Jublin

What If Technology Is Destroying Jobs Faster Than It Creates Them? | TechCrunch - 1 views

Aurialie Jublin

After Your Job Is Gone | TechCrunch - 1 views

  • If this scenario plays out, the world will divide into a dwindling minority of the very rich — tech workers, finance barons, and those who inherited their wealth, mostly — living in a handful of idyllic cities dripping with wealth, and/or their summer homes on nearby beaches, lakes, and mountains … and the majority who barely get by, doing occasional contract work or odd jobs for a little extra money, too poor to even visit the places where the rich live, work, and play. Aside from those few with government jobs, there’ll be hardly any middle class at all between those two groups.
  •  
    Article complet sur la disparition des emplois, sur la question "la technologie détruit-elle plus d'emploi qu'elle en créé?" et sur la mise en place d'un revenu minimum
Aurialie Jublin

La fabrique de l'infélicité - Multitudes Web - 1 views

  • Qui accomplit un travail à contenu cognitif élevé, et donc à basse interchangeabilité, n’oppose pas son travail à la création d’entreprise ; au contraire il tend à considérer son travail, même quand il est dépendant du pont de vue formel et même substanciel, comme l’entreprise à laquelle on dédie le meilleur de sa propre énergie, indépendemment de la dimension économique, juridique dans laquelle elle se manifeste.
  • tandis que le travailleur industriel consacrait son énergie mécanique à sa prestation salariée, selon un modèle répétitif, dépersonalisé, le travailleur high tech implique dans la production sa compétence singulière, son énergie communicationnelle, d’innovation, créatrice, en bref le meilleur de ses capacités intellectuelles.
  • La transformation technologique digitale a entrainé deux procés différents mais intégrés. Le premier est la mise en réseau, ou encore la coordination des différents segments de travail dans un flux unique d’information et de production, rendu possible par les infrastructures du réseau télématique. Le second est la dissémination du procés de travail en un archipel infini d’ilots productifs formellement autonomes, mais coordonnés et en dernière analyse dépendants.
  • ...3 more annotations...
  • De plus en plus souvent, donc le travailleur se considère comme un entrepreneur de lui-même, et sur le plan juridique l’est réellement. Sur la plan substanciel l’autonomie de cet entrepreneur-travailleur est fiction pure et simple, en tant que ce n’est pas lui qui décide des plans à long terme, des modalités de développement de l’activité, et ainsi de suite.
  • e travail global est re-combinaison permanente de myriade de segments de production-élaboration-transmission et décodification de signes, et d’unités informationelles de tout type. Le travail est une activité cellularisée sur laquelle le réseau opère une recombinaison incessante. Le portable est l’instrument qui rend cette re-combinaison possible.
  • Dans un certain sens le portable réalise le rêve du capital qui consiste à pouvoir sucer (aspirer, extraire le moindre atome de temps productif possible au moment précis où le cycle de production en a besoin, de façon à disposer de toute la journée du travailleur en ne lui payant que les moments où on l’appelle. Le producteur de l’info (ou neuro-travailleur) configure son système nerveux pour que cette fonction d’appareil récepteur actif soit effective le plus longtemps possible. Toute une journée de vie devient ainsi disponible pour l’activation sémiotique, qui ne devient directement productive que quand c’est nécessaire. Quel est le prix émotionnel, psychique, existentiel du stress permanent cognitif de l’électrocution productive permanente ?
  •  
    Article de Bifo sur la notion de cognitariat
Aurialie Jublin

Digital labor : portrait de l'internaute en travailleur exploité - France Cul... - 4 views

  •  
    Emission de Place de la Toile du 08/12/12
  •  
    Notes sur l'émission : Digital labor, notion de la fin des années 2000 : participation en ligne, spontanée, de citoyens, d'"amateurs professionnels", logique de don. Mais quand notre participation est moins spontanée, plus dirigée → spectre de l'exploitation. La participation en ligne serait donc en fait un travail, et elle devrait être rémunérée. Activités concernées : blog, édition en ligne, … ex Huffington post ne rémunère pas car c'est considéré comme des tribunes Autres activités : recherches sur google, liker, … → être présent en ligne = production de valeur web 1.0 - économie du portail, le seul fait qu'il y avait trafic donnait de la valeur web 2.0 -développement de l'inter-relation et des moteurs de recherches Données sur les liaisons qui comptent, pas les données personnelles des gens Si on considère que le cœur de la valeur sont l'inter-relation, la capacité à contextualiser, d'avoir une activité intelligente (c'est à dire de s'être débarrassé des activités mécanisables des opérations mentales), l'attention, la capacité de tri sémantique, les capacités de s'adapter, d'innover (tout ce que YMB nomme les immatériels non codifiables), la captation de cela est de l'exploitation, mais elle est collective. Il y a peut être exploitation mais pas aliénation, ni sentiment d'exploitation, car pas de souffrance liée à cette exploitation. On retire de bénéfices de cette activité : connaissances, notoriété On veut que les gens restent actifs jusqu'au bout, qu'ils restent "vivant" face à la machine, tout au long du cycle, mais cela ne lui donne pas l'impression d'être aliéné intellectuellement -> capital intellectuel, il n'y a plus d'un côté le travail et de l'autre le capital. Théorie sur les 2 degrés d'exploitation (assez complexe, expliquée ici 140&dq=exploitation+au+deuxième+degré+cognitif&source=bl&ots=sxECUkbSsD&s
Aurialie Jublin

Au travail avec mon ordi, sinon rien - 0 views

  • selon une enquête de la société Cisco, menée en avril, 71 % des travailleurs belges utilisent un appareil privé à des fins professionnelles. Plus d'un sur cinq (21 %) estime même que pouvoir travailler à distance constitue un droit et non un privilège, résultat supérieur à la moyenne des pays du nord de l'Europe concernés par l'enquête (17 %).
  • Parmi les employés qui disposent de cet accès à distance, 43 % assurent qu'ils travaillent une heure supplémentaire, voire deux à trois heures de plus pour 38 % d'entre eux.
  • Un sondage mené cette fois par la société de sécurité Trend Micro affirme que 57 % des entreprises installées en Belgique refusent les équipements privés sur le lieu de travail. Principales raisons invoquées : la sécurité informatique et le risque de mélange entre données privées et professionnelles.
  • ...1 more annotation...
  • Ces résultats contrastent avec ceux d'une autre enquête récente, cette fois d'Aruba Networks, selon laquelle 74 % des entreprises du Benelux auraient adopté le Byod. Ce serait le meilleur résultat derrière le Moyen-Orient (80 %), ex aequo avec les pays scandinaves et loin devant la France (58 %) ou l'Allemagne (46 %). L'étude se limitait toutefois à l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.
  •  
    Article sur le BYOD et les conséquences pour les entreprises belges
1 - 17 of 17
Showing 20 items per page