Skip to main content

Home/ Etudiants & Jeunes professionnels/ Group items tagged Bien être

Rss Feed Group items tagged

Veille & Documentation

Credoc - Les jeunes (16-25 ans) et les loisirs sportifs - Focus sur les prati... - 0 views

  •  
    "En 2017, près de 8 Français sur 10 vivent dans des zones urbaines [Statista, Projection 2017 basée sur le recensement INSEE 2012). Fait marquant, en France, le territoire urbain a triplé en seulement cinquante ans (INSEE première 707). L'extension des espaces urbains a rendu de plus en plus difficile l'accès à des espaces naturels préservés. Dans ce contexte, les Français semblent exprimer un puissant désir de nature, ce qu'attestent l'explosion du marché de jardinage (Dubost, 1997), le désir de reproduire en ville des modes de vie ruraux, l'envie de consommer des produits alimentaires naturels (en 2018, un ménage sur cinq achète au moins une fois par semaine du bio, CREDOC-CCAF) ou encore les mobilisations citoyennes très récentes pour la protection de la planète et de la biodiversité. Parallèlement nous assistons à un élargissement et une diversification des pratiques sportives (UCPA Credoc) et, en particulier, depuis des années 1990 à un accroissement des loisirs sportifs de pleine nature (Vigarello 1992). Christian Pociello (1999) parle même « d'écologisation des pratiques sportives » dans le sens où l'engouement pour des sports de pleine nature aurait changé le comportement des individus vis-à-vis de l'environnement et aurait modifié durablement leur perception de la nature et leur sensibilité aux enjeux écologiques. C'est dans ce contexte que l'UCPA a souhaité axer le « baromètre CREDOC-UCPA des pratiques sportives des 1625 ans » sur une analyse des « sports de nature » et des « sports de bien-être ». En complémentent du suivi des indicateurs visant à identifier et mesurer les loisirs sportifs des jeunes, le focus de la vague de 2018 cherche à… ➢ … analyser les représentations vis-à-vis des sports de nature et de bien-être ➢ … mesurer l'étendu de la pratique des sports de nature et de bien-être chez les 16-25 ans ➢ … appréhender les motivations et les freins à pratiq
Veille & Documentation

IFOP - Regards croisés sur l'information et la prévention du sida sentre les ... - 0 views

  •  
    Le suivi barométrique de l'Ifop pour Sidaction fait état en 2017 d'une baisse du sentiment d'information sur le VIH / sida combinée à une légère remontée de la vigilance des jeunes à l'égard des risques de propagation de la maladie. Les personnes âgées de 15 à 24 ans se montrent ainsi plus attentives aux dangers du VIH / sida que l'ensemble de la population, parmi laquelle l'impression que le risque d'être contaminé est minime trouve un écho. Le sentiment d'information sur le sida se dégrade par rapport à 2016 et 2014. 79% des jeunes estiment être bien informés sur le VIH (-3 points par rapport à 2016 et -10 points par rapport à 2014), soit une proportion au plus bas depuis 2009. Le sentiment d'information des jeunes rejoint celui de l'ensemble des Français, qui se situe également à 79% des personnes interrogées. D'une manière plus détaillée, les interviewés se sentent de moins en moins bien informés sur l'existence d'un traitement d'urgence en cas de relation sexuelle non protégée (44%, -3 par rapport à 2016). A l'inverse, de plus en plus de jeunes se déclarent bien au fait sur le traitement prescrit aux personnes séropositives (41%, +2). L'état des connaissances sur le VIH de l'ensemble de la population rejoint globalement celles observées chez ces jeunes générations. Les Français sont par exemple moins bien informés sur l'existence et l'intérêt des préservatifs féminins (56%, < de 6 points par rapport aux jeunes). Ils sont à l'inverse plus au fait de l'existence d'autotest de dépistage du VIH (51%, > de 6 points). A l'instar des enseignements de l'étude de 2016, il apparaît toujours nécessaire de maintenir un niveau d'information élevé chez les jeunes sur l'épidémie du sida, les risques associés et les traitements existants. La lecture des résultats pour différents indicateurs sur les représentations associées au sida fait état de la persistance d'id
Veille & Documentation

IFOP - Les parents face à l'orientation scolaire des lycéens et des étudiants - 0 views

  •  
    A l'occasion de la première édition du Salon de l'Etudiant Spécial Parents organisé ce samedi 8 octobre porte de la Villette à Paris, l'Etudiant a commandé à l'Ifop une enquête auprès des parents de lycéens et d'étudiants qui met en lumière leurs craintes quant à l'orientation scolaire et l'avenir professionnel de leurs progénitures. Les principaux enseignements de l'enquête : Un portail APB considéré comme " flou" par une majorité de parents "Plutôt flou". C'est ainsi qu'une majorité (61 %) de parents de lycéens et d'étudiants connaissant APB décrivent le système d'affectation dans le supérieur. Or, durant l'année du bac, tous les élèves de terminale ont l'obligation de classer sur ce portail, par ordre de préférence, les formations dans lesquelles ils souhaitent poursuivre leurs études. Des chiffres qui témoignent des limites de cette procédure mais également de l'appréhension qu'elle suscite : plus d'un utilisateur sur deux exprime un sentiment de malaise avec cet outil (54%). Et qui s'explique en partie par les polémiques récurrentes dont elle est l'objet. Depuis plusieurs années, en effet, l'association Droit des lycéens dénonce l'opacité d'APB et se bat pour que le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie l'algorithme utilisé. Une demande pour l'instant restée sans suite… Autre enseignement : la forte corrélation entre la notoriété du portail et la catégorie socioprofessionnelle. En effet, 66 % des parents ouvriers en ont déjà entendu parler contre 100 % des cadres supérieurs. En moyenne, 85 % des parents interrogés connaissent APB. Un degré d'information sur ces questions qui varient beaucoup en fonction du niveau social des parents … Deux parents sur trois (64%) se sentent bien informés pour aider leur enfant. De manière plus générale, on constate également une forte relation entre le sentiment d'être bien informé pour aider son enfan
Veille & Documentation

INSEE - Jeunes adultes : les tensions avec les parents sont souvent liées aux... - 0 views

  •  
    "Six jeunes sur dix âgés de 18 à 24 ans ne déclarent aucun problème dans les relations avec leurs deux parents. Cependant, quand les tensions surviennent, elles sont souvent associées à des difficultés familiales ou financières. Ainsi, elles sont plus importantes lorsque les parents sont séparés, particulièrement avec le père. Elles sont également plus fréquentes chez les jeunes au chômage. De même, les jeunes adultes ayant des relations difficiles avec leurs parents ont plus souvent des difficultés financières, et les étudiants sont moins aidés financièrement par leurs parents lorsque les relations sont tendues. Enfin, les jeunes en mésentente avec leurs parents se disent globalement moins satisfaits dans la vie ; le lien entre ces tensions et leur bien-être est comparable à celui d'autres déterminants du bien-être, tels que la mauvaise santé, le chômage ou les difficultés financières. "
Veille & Documentation

L'Hétairie - La Polémique autour d'APB ou comment occulter l'indispensable dé... - 0 views

  •  
    Alors que Parcoursup, la nouvelle plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur, est mise en ligne ce lundi, Jérôme Ferrand-Ammar et Florian Turc analysent pour L'Hétairie les termes du débat sur l'orientation des étudiants, un débat simplifié à l'excès. Or, faire œuvre utile en matière de réforme de l'enseignement supérieur impose de poser au préalable les bons constats. Les auteurs expliquent en premier lieu que la dualité entre filières sélectives et filières non-sélectives au niveau Bac+1 a été consacrée dès la loi de 1984 qui autorisait une filière ne pouvant matériellement pas accepter tous les étudiants candidats à opérer un choix parmi ceux-ci, à condition que ce choix ne soit pas motivé par le dossier scolaire. Confronté à un accroissement important du nombre de nouveaux inscrits dans le supérieur, ce système dual craque depuis trop longtemps. J. Ferrand-Ammar et F. Turc rappellent ensuite que la procédure Admission Post-Bac (APB) a constitué un indéniable saut qualitatif dans l'inscription à l'Université : les algorithmes d'affectation utilisés visent alors à limiter l'injustice et l'arbitraire dans les procédures ainsi qu'à objectiver les choix. Mais le principal grief légitimement formulé à l'encontre d'APB porte aujourd'hui sur la procédure de tirage au sort appliquée en dernier recours - et de façon très marginale (tout au plus 1% des nouveaux inscrits) - pour départager les candidats dans les filières en tension. Ce choix politique a été opéré en 2009 ; il est donc à porter au crédit de Frédérique Vidal d'avoir souhaité mettre réellement fin à cette pratique. Seulement, on peut s'interroger sur le point de savoir si Parcoursup n'est pas un remède pire que le mal. En premier lieu, on peut craindre que cette nouvelle procédure cache une sélection déguisée : les Universités disposent de la possibilité de répondre « oui
Veille & Documentation

France Stratégie - Rapport - L'insertion professionnelle des jeunes - 0 views

  •  
    C'était une des onze mesures pour la jeunesse promises par le gouvernement au printemps 2016. La concertation en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes, lancée en septembre dernier, s'est conclue mardi 24 janvier 2017 par la remise d'un rapport de diagnostic à la ministre du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Auteur(s) Marine Boisson-Cohen, Hélène Garner, Philippe Zamora Il s'agissait, selon les termes de la ministre, « d'un exercice exigeant » de dialogue avec la jeunesse. Piloté par France Stratégie et la DARES jusqu'à sa conclusion en décembre, la concertation en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes a réuni les représentants des huit organisations patronales et syndicales ainsi que de quatre organisations de jeunesse (UNEF, FAGE, JOC, MRJC) lors de six séances de travail thématiques. Il ressort de l'exercice un diagnostic largement partagé autour de trois grands constats. Une jeunesse hétérogène C'est un fait, la situation des jeunes sur le marché du travail s'est dégradée. Multiplié par 3,5 en 40 ans, le taux de chômage des jeunes atteint aujourd'hui 24 %. Un trait commun à toute l'Europe mais particulièrement marqué en France où le taux d'activité des jeunes est inférieur de 4,5 points à la moyenne européenne. Attention à ne pas faire d'amalgame (statistique) pour autant ! Si leur taux d'activité est faible c'est d'abord parce que 50 % des 18-24 ans sont encore en étude. Le « vrai » point noir pour la France, ce sont les 13,8 % des 20-24 ans au chômage - un sur-chômage qui persiste encore dix ans après leur entrée sur le marché du travail - et les 15 % des 15-29 qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (les NEETs). Cette précision souligne l'importance qu'il y a à parler des jeunesses au pluriel. Et c'est là le premier constat partagé par les parties prenantes. S'ils ont bien des diffic
Veille & Documentation

Le Progrès - Le confinement, « une épreuve qui a altéré le bien-être mental » - 0 views

  •  
    "Anxiété, isolement, troubles du sommeil… de nombreuses personnes ont mal vécu cette période, comme le confirment plusieurs études menées par des médecins lyonnais. Ils ont identifié des profils plus fragiles - les femmes, les personnes souffrant de handicaps, les étudiants ou encore les aidants - qu'il faudrait mieux prendre en compte en cas de reconfinement." [RDP du 02 juillet 2020]
Veille & Documentation

Opinion Way - Santé des étudiants - 0 views

  •  
    Etude menée autour des thèmes : - Conditions de vie - Santé globale des lycéens - Vie affective et sexualité - Nutrition - Stress, mal-être, sommeil - Produits psychoactifs - Santé numérique - Prévention santé
Veille & Documentation

Mediapart - Santé mentale étudiante: la ligne d'écoute soutenue par le gouver... - 0 views

  •  
    "Pour lutter contre le mal-être qui règne dans de nombreuses facs, les ministères de la santé et de l'enseignement supérieur soutiennent la montée en puissance de Nightline, une ligne d'écoute par et pour les étudiants. Au grand dam de certains psychologues. "
Veille & Documentation

OPECST - Les équilibres psychosociaux à l'épreuve de la Covid-19 - 0 views

  •  
    La lutte contre la pandémie de Covid-19 a bouleversé la vie sociale : proscription des contacts corporels, raréfaction des face-à-face, confinement, dématérialisation des échanges humains. S'il faut espérer que certains de ces changements vont disparaître avec elle, d'autres laisseront sans doute une empreinte plus profonde et plus durable. Trois domaines particuliers retiennent ici l'attention : le travail des soignants, la vie de la jeunesse (ainsi que, à la charnière des deux, la situation des étudiants en médecine), le monde de l'emploi tertiaire. Sans surprise, c'est là où des évolutions étaient déjà en cours que l'effet des mutations dues à la lutte sanitaire pourrait être pérenne. Malgré son caractère contraint, l'expérimentation à vaste échelle du télétravail a pu notamment modifier les rythmes de la vie sociale et réduire son décalage chronique avec l'horloge biologique individuelle. Mais l'augmentation de la sédentarité induite par le confinement reste un sujet de préoccupation.
Veille & Documentation

France Stratégie - Actions critiques - La transition Lycée-Enseignement supér... - 0 views

  •  
    Pour élever le niveau de compétences de sa population active, pour lutter contre l'échec et la fréquence des réorientations en début de parcours dans le supérieur, ainsi que contre les inégalités sociales d'accès aux diplômes, la France doit prêter une attention particulière à la transition qui intervient au moment du baccalauréat, de l'enseignement secondaire à l'enseignement supérieur. Face aux difficultés que rencontrent de nombreux étudiants pour s'orienter vers une formation dans laquelle ils ont de réelles chances de réussir, il importe de renforcer la continuité des enseignements de part et d'autre de cette frontière. Pour y parvenir, deux options peuvent être envisagées : - la création, dans le cadre actuel, de plusieurs filières intégrées à cheval entre le lycée et le supérieur, visant notamment à favoriser la réussite des bacheliers professionnels ; - la mise en place d'enseignements modulaires aussi bien avant qu'après le baccalauréat, permettant aux élèves et aux étudiants de construire à la carte leur parcours de formation, en fonction de leurs aspirations et des compétences qu'ils acquièrent et certifient au fil des modules suivis.
Veille & Documentation

Strasbourg : un prêtre pour présider une université publique ? - Le Point - 0 views

  •  
    "Le professeur de théologie Michel Deneken pourrait bien être élu à la tête de l'université mardi. Une hypothèse qui ne fait pas l'unanimité."
Veille & Documentation

Insee - Santé - Les jeunes conjuguent bonne santé et comportements à risque - 0 views

  •  
    "Au cours du passage à l'âge adulte, souvent source d'inquiétudes, la santé est rarement au cœur de la préoccupation des jeunes. La plupart se déclarent en bonne santé et plutôt bien informés en matière de prévention. Pourtant, cette transition vers l'indépendance, ponctuée d'expérimentations, peut fragiliser leur état de santé physique et mentale. Addictions, troubles alimentaires, conduites routières dangereuses, tous ces comportements n'exposent pas nécessairement les jeunes à un risque de décès immédiat mais tous peuvent avoir des répercussions sur leur santé, de la marginalisation sociale aux risques accrus de maladies et de troubles psychiques à l'âge adulte. Les évolutions récentes incitent à la vigilance. La consommation quotidienne de tabac est repartie à la hausse depuis 2008. Aujourd'hui, près d'un tiers des jeunes de 17 ans fument tous les jours. Les épisodes d'ivresse ont progressé depuis 2005, particulièrement chez les jeunes filles. À 17 ans, plus d'une sur deux déclare avoir déjà été ivre en 2011. Par ailleurs, les prévalences du surpoids et de l'obésité augmentent depuis les années 2000 chez les 18-24 ans. Dans cette recherche de transgression des règles, les garçons paient un lourd tribut avec près de 2 300 décès chez les 15-24 ans en 2010, des décès associés à des morts violentes (accidents de la route et suicides). Chez les filles, le corps est l'expression de leur mal-être : en classe de 3e, 42 % se perçoivent trop « grosses », une insatisfaction qui peut les conduire vers des troubles alimentaires et s'accompagne parfois de pensées suicidaires voire de tentatives de suicide (2 % des filles âgées de 15 à 19 ans en 2010)."
Veille & Documentation

Ce que les écoles de commerce n'enseignent pas... | ZENIT - Le monde vu de Rome - 1 views

  •  
    "« Les entreprises ont une fonction sociale qui ne peut être simplement réduite à la production et à la distribution de biens et de services », déclare le Saint-Siège à l'ONU, faisant observer que les écoles de commerce devraient enseigner cela. Et il diagnostique la nécessité d'un appareil juridique pour faire respecter les droits de l'homme dans les entreprises transnationales."
Veille & Documentation

Donner... Qu'a-t-on à perdre ? - Diocèse d'Annecy - 0 views

  •  
    "Retraite pour étudiants et jeunes professionnels des 9, 10 et 11 janvier proposée par la Pastorale des jeunes du diocèse d'Annecy. Il n'est pas toujours facile de donner un objet, du temps, un savoir, … Il y a tant de choses à donner et tant de sollicitation, si bien que nous pouvons être tenté de ne plus rien donner. Dans le dictionnaire une définition du verbe donner propose un acte gratuit. Donner à t'il un prix ? A payer ou à faire payer aux autres ? Doit-on attendre un échange, un retour à ce qui est donné ?Un beau thème de réflexion. Les inscriptions sont ouvertes !"
Veille & Documentation

Trois jeunes chrétiens à la rencontre des exclus des quatre coins du monde - ... - 1 views

  •  
    "Au fil de l'eau, ils racontent leurs aventures à près de 3000 collégiens et lycéens, par vidéos interposées. «Ils nous posent beaucoup de questions, explique Quentin. Sur la foi, pourquoi on fait ça, ce qu'on faisait à leur âge...» Petit à petit, ils essayent de leur montrer qu'ils sont «normaux», malgré ce projet qui semble souvent «hors norme» et étonnant à ces élèves. Quentin, Jean et Geoffroy trouvent la religion «assez mal connue» en France aujourd'hui, trop souvent considérée avec défiance, particulièrement par les jeunes. «La religion est souvent perçue comme une tradition, un bagage culturel. On veut aussi montrer que ce n'est pas du tout ça!» Que la foi «se vit, au quotidien et dans la joie», que l'Église «n'est pas une institution bureaucratique, mais faite de gens engagés»... Cette démarche est bien accueillie par leurs proches, croyants comme athées, disent-ils, même s'ils concèdent que «ceux à qui cela ne plaît pas ne [leur] écrivent peut être pas». «Cette démarche ne sort pas de nulle part, ajoute Quentin. Ceux qui nous connaissent savent que nous nous sommes toujours intéressés à ces dimensions.»"
Adrien Honda-Bornhauser

Bisexuelles : la fin des normes ? - Obsession - 0 views

  •  
    ""Je grandis dans un monde où il n'y a plus de CDI, plus de relation qui dure, tout le monde divorce. Je n'ai pas de comptes à rendre. Je m'en fous d'être bi, lesbienne ou hétéro, je veux juste être bien", lâche Sophie, 17 ans, qui multiplie les expériences."
Veille & Documentation

Sécuriser les parcours d'insertion des jeunes | Travaux Publiés | Travaux du ... - 1 views

  •  
    "Dressant le bilan des préconisations de l'avis sur les droits sociaux des jeunes de 2012, le CESE constate que la situation des jeunes, notamment les plus vulnérables, continue de se dégrader. Malgré les quelques avancées du plan Priorité Jeunesse, le CESE rappelle l'urgence d'adopter une véritable politique de jeunesse qui vise à apporter une réponse aux difficultés d'insertion et de protection sociale des jeunes en matière de logement, de santé et de mobilité sociale. Il ne s'agit pas d'une charge supplémentaire mais bien d'un investissement pour permettre à chaque jeune d'avoir confiance en l'avenir. Notre système de protection sociale doit s'adapter et prendre en compte ce nouvel âge de la vie. Il s'agit de garantir à chaque jeune, un accompagnement vers la vie active et un accès effectif aux droits sociaux. Cette politique renouvelée doit faire l'objet d'une coordination beaucoup plus importante tant au niveau national que local. La participation des jeunes à l'élaboration des politiques publiques doit, quant à elle, être renforcée. "
Veille & Documentation

Ifop - Les jeunes et la prévention contre le VIH / SIDA - 0 views

  •  
    "Le niveau d'information des jeunes de 15 à 24 ans sur la contamination par le VIH se maintient à un niveau élevé, 94% d'entre eux étant désormais au courant de l'existence de traitements permettant de vivre après avoir contracté le virus (+4 points par rapport à 2013). Pour autant, le sida continue de faire peur à plus de quatre jeunes de 15 à 24 ans sur cinq (83%). Qui plus est, bien que minoritaires, les jeunes estimant que le nombre de contaminations baisse en France sont de plus en plus nombreux depuis 2009 (38%, +13 points), tout comme ceux qui considèrent qu'ils ont « moins de risque que les autres » d'être contaminés (33%, +11 points) ou encore qu'il existe des médicaments pour « guérir » du sida (23%, +10 points, mais en baisse de 5 points, toutefois, par rapport à 2014). Enfin, un jeune sur dix suppose que l'on peut détecter la contamination d'une personne par le virus du sida en l'observant attentivement. Ces derniers résultats montrent qu'il apparaît nécessaire de maintenir l'information des jeunes sur l'épidémie du sida, les traitements et les risques. Concernant précisément la transmission du VIH, les 15-24 ans interrogés déclarent connaître à la quasi-unanimité les principales pratiques à risque. Le rapport sexuel sans préservatif est ainsi perçu comme la pratique la plus dangereuse, 98% d'entre eux le jugeant comme tel (dont 91% de réponses fermes). En outre, pour 98% d'entre eux, le virus peut être transmis en se faisant piquer avec une seringue usagée, et pour 96%, en entrant en contact avec le sang d'une autre personne. En outre, plus des trois quarts d'entre eux sont conscients de possibles risques de transmission en se faisant piercer ou tatouer (76%). A l'inverse, seule une minorité d'entre eux considère que l'on peut contracter le VIH en embrassant une autre personne (15%), en s'asseyant sur un siège de toilettes publiques (13%), en buvant dans le verre d'un
Veille & Documentation

BVA - Les jeunes, l'engagement et l'entrepreneuriat" - 0 views

  •  
    De manière générale, les jeunes semblent aborder leur avenir avec sérénité. Plus des trois quarts d'entre eux (76%) se disent optimistes (27%) ou confiants (49%) quand ils pensent à leur avenir sur le plan personnel. Ils sont également très majoritairement confiants dans leur avenir professionnel (65%). 55% des jeunes âgés de 18 à 29 ans aimeraient créer ou reprendre une entreprise : 6% l'ont même déjà fait et 49% l'envisagent à plus long terme. C'est avant tout par esprit d'indépendance que les jeunes souhaitent créer leur entreprise (49%) mais le fait de pouvoir faire de leur passion un métier (39%) ou de réaliser un rêve (25%) sont également des facteurs incitatifs importants. Les 18-29 ans sont loin de se satisfaire de la société dans laquelle ils vivent. Ainsi, 79% pensent qu'un autre modèle économique et sociale est possible. Cela leur semble d'autant plus envisageable que les deux tiers d'entre eux estiment que la société évolue dans un sens négatif (65%). En terme d'engagement la question environnementale est la cause pour laquelle ils seraient le plus prêts à s'engager (44%). A l'image de la société française dans son ensemble, ils se montrent particulièrement réticents à l'égard des partis politiques et des syndicats, qu'ils ne jugent guère efficaces pour faire évoluer la société. Par ailleurs, les jeunes attendent beaucoup des entreprises, qu'ils considèrent comme des acteurs ayant un véritable rôle à jouer dans la société. Les entrepreneurs leur apparaissent ainsi, après les citoyens (50%) et les scientifiques (43%), comme les catégories de personnes qui contribuent le plus à faire évoluer la société. Enfin, pour les jeunes, une entreprise engagée est une entreprise qui considère ses salariés, que ce soit en prenant en compte leur bien-être (39%, et même 43% des employés et ouvriers), ou en les associant aux décisions de l'entreprise (27%).
1 - 20 of 51 Next › Last »
Showing 20 items per page