Skip to main content

Home/ Groups/ QN2019
Aurialie Jublin

GQ Ran This Photo Of "Tech Titans" In Italy. All The Women Were Photoshopped In. - 0 views

  •  
    "Last week, men's lifestyle magazine GQ published this photo of Silicon Valley executives including LinkedIn founder Reid Hoffman and Dropbox CEO Drew Houston from their pilgrimage to a small village in Italy to visit Brunello Cucinelli, a luxury designer famous for his $1,000 sweatpants. But if you think something looks a little off in this photo, you're right: A BuzzFeed News "investigation" reveals that two women CEOs, Lynn Jurich and Ruzwana Bashir, were photoshopped into what was originally a photo featuring 15 men."
Aurialie Jublin

Logiciel libre : il faut mettre la technologie au service des villes et des c... - 0 views

  •  
    "Face à l'expansion des Gafam, le logiciel libre est une approche essentielle pour repenser la technologie au bénéfice des citoyens."
Aurialie Jublin

Bientôt un Uber ou un Airbnb coopératif et éthique ? - 0 views

  •  
    "Réponses directes à l'uberisation, les plateformes coopératives, propriétés de leurs utilisateurs, respectueuses des travailleurs et des données personnelles, peinent encore à se faire connaître pour rencontrer une large audience. Décryptage d'un modèle qui commence tout juste à émerger."
Cécile Christodoulou

Dominique Cardon : « Il ne faut pas avoir peur de la liberté d'expression qu'... - 0 views

  •  
    "Le numérique est avant tout une culture, qu'il convient de comprendre et de décoder. Voilà l'objet - et le but - du dernier livre du sociologue Dominique Cardon, Culture numérique, publié aux Presses de Sciences Po. Avec lui, nous sommes remontés aux origines de cette culture, et de celle d'Internet." "Cinq traits le caractérisent : Internet est avant tout une affaire d'individus, il encourage la création de communautés, il confine à « changer la société sans prendre le pouvoir », fidèle à son projet initial, il se défie des Etats et institutions mais beaucoup moins du marché, et enfin il revêt un pouvoir transformateur, thaumaturgique. Le numérique, plus largement, écrit-il dans son ouvrage, a permis un enpowerment des individus, il a encouragé l'apparition de formes collectives nouvelles et redistribué le pouvoir et la valeur."
Aurialie Jublin

« La transition doit créer immédiatement du bonheur pour un maximum de person... - 0 views

  •  
    "Dans son nouveau livre, Le Bonheur était pour demain, Rêveries d'un ingénieur solidaire, (Seuil, avril 2019), Philippe Bihouix met en pièces une série d'utopies technologiques et écocitoyennes persuadées de pouvoir « réparer » ou « sauver la planète ». Et explore des pistes pour une véritable transition écologique, dans un monde et une société apaisés."
Aurialie Jublin

Paris se dote de sa propre infrastructure pour héberger les données de ses ad... - 0 views

  • Alors que les services publics sont de plus en plus numérisés, ce nouvel équipement doit offrir les plus hauts standards de sécurité quant à l’hébergement des données. Il permet notamment à Paris, qui externalisait jusque-là cette prestation, de ne plus dépendre d’acteurs étrangers – possiblement soumis à des réglementations, comme le Cloud Act, lequel permet aux Etats-Unis de réclamer à des fournisseurs de service américains l’accès à des données stockées à l’étranger – et de garantir ainsi la souveraineté des données. En outre, sauf dans le cas de missions ponctuelles, les équipements sont entièrement gérés par les services informatiques de la mairie. « Nous avons la maîtrise physique du stockage de bout en bout », se réjouit M. Grégoire.
  • La mairie a également tenu à ce que cette installation ait une empreinte environnementale limitée. Manifestation la plus visible de cette volonté, la chaleur dégagée par le data center est utilisée pour alimenter le réseau de chauffage de bâtiments voisins.
  • Ce nouvel équipement a nécessité un investissement de 16 millions d’euros. Pour faire baisser la facture, la mairie a dimensionné le lieu de telle sorte qu’il puisse proposer à d’autres services publics d’accueillir leurs serveurs, moyennant finances – à un coût qu’elle assure avantageux. L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et Eau de Paris comptent parmi ses premiers clients, et des discussions sont en cours pour conclure de nouveaux contrats.
  • ...1 more annotation...
  • Une telle solution pourrait-elle être adoptée par d’autres villes françaises ? L’adjoint au maire admet que le coût d’entrée est prohibitif et que Paris n’aurait pas pu faire ce choix s’il ne disposait pas des compétences en interne pour créer et maintenir ce site. Mais, veut-il croire, « c’est une philosophie qui est appelée à se développer ».
  •  
    "Alors qu'elle externalisait jusque-là le stockage de ses données numériques, la ville a investi 16 millions d'euros dans un centre de données pour en reprendre le contrôle."
Aurialie Jublin

Tribune : UN NOUVEAU MODÈLE EUROPÉEN DE L'INNOVATION - La Fabrique des Mobilités - 0 views

  •  
    "Alors que l'Europe est aujourd'hui fortement questionnée sur ses volets économique, solidaire et écologique, une composante est peu présente dans le débat : l'innovation. Pourtant, elle est un enjeu clé des défis européens pour les prochaines années."
Aurialie Jublin

« Les opérateurs télécom sont devenus les prolétaires du web » - U&R - 0 views

  • Nous sommes en voie de babélisation : Facebook est une tour de Babel, Google en est une autre. La Chine est à ce jour le seul « État plateforme » complet, avec l'imbrication du politique coercitif et du numérique via ces autres silos que sont les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi). Les choix technologiques asymétriques qui ont été faits ne pouvaient que conduire à l'émergence de ces silos. Et dans ces silos, nous passons notre temps à émettre des signaux pour gagner de l'attention. Mais on peut échapper au darwinisme numérique, qui amène les IA à nous remplacer progressivement pour toutes sortes de tâches, des plus fastidieuses aux plus artistiques, comme nous le vantent ceux qui en ont la maitrise, à savoir les gourous de la Silicon Valley. Les opérateurs télécom sont devenus les prolétaires du web alors qu'ils en étaient les maîtres.
  • Existe-t-il une lueur d'espoir, quand même, dans votre vision du futur d'Internet ? Oui, car les protocoles symétriques d'origine, comme la norme IPV6, sont toujours là. Et ça permet la distribution par chacun d'entre nous, au lieu de la confier à ces silos géants, dont le modèle économique repose sur les données que nous leur offrons gratuitement en échange de notre capacité à émettre ces signaux d'attention dont je parlais plus tô. Le péché originel, ce sont les protocoles asymétriques qui nous ont privé de notre singularité. Mais on peut encore croire à un âge de raison des réseaux. Il faudra peut-être 2, 3 ou 4 générations, et ça passera peut-être par des contractions violentes, mais c'est encore possible. C'est nous qui devons agir ! Les États n'agiront pas car agir serait contraire aux intérêts de la surveillance. Et les plateformes n'agiront pas non plus, car ce serait contraire aux intérêts de leurs actionnaires. Nous devons tous aspirer à l'émergence de cet être en réseau, qu'on ne peut décrire mais qui est là, et que la sonde poéitique permet de deviner par moments. Ce sera une révolution copernicienne.
  • Quand Mark Zuckerberg poste une photo de son chien, qui s'appelle Beast, des centaines de milliers de personnes s'intéressent à ce chien, qui n'aurait aucun intérêt si ce n'était pas celui du patron de Facebook. Elle est là, l'asymétrie de l'attention. C'est un changement de perspective dont on a besoin. Et justement, avant Filippo Brunelleschi, vers 1420, il n'y avait pas de perspective dans les tableaux, tout était à plat. Grâce à son bricolage avec un cadre et un miroir, il a donné à voir le monde via les tableaux (qui sont les ancêtres de nos écrans) avec la perspective optique, qui n'existait pas avant lui.
  • ...1 more annotation...
  • Et nous aurons peut-être un jour un grand espace de partage, avec tout le monde à égalité, dans lequel chacun est libre de prendre sa part ou pas, et dans lequel tout le monde sera traité de la même façon s'il décide d'en être. Un tel espace permettrait l'éclosion de communs. Nous sommes aujourd'hui quelques chercheurs à commencer à définir ce nouveau champ de recherche qui n'en est qu'à ses débuts.
  •  
    "« On peut encore croire à un âge de raison des réseaux », nous dit le chercheur Olivier Auber, qui dans son nouveau livre, Anoptikon (FYP éditions, 2019), plaide pour un changement de perspective afin de faire d'Internet le grand espace de partage qu'il promettait d'être à ses débuts."
Aurialie Jublin

Pour l'interopérabilité des géants du Web : lettre commune de 56 organisation... - 0 views

  • Nous, défenseurs d’un Internet neutre, libre et ouvert, appelons le législateur à agir pour que les grandes plateformes deviennent interopérables avec les autres services Internet. L’interopérabilité garantit à tout le monde de ne pas se trouver captif d’une plateforme : de pouvoir librement la quitter, sans perdre ses liens sociaux, et de continuer à communiquer avec ses contacts. L’interopérabilité permet à quiconque de lire depuis un service A les contenus diffusés par ses contacts sur un service B, et d’y répondre comme s’il y était. L’interopérabilité est garantie lorsqu’elle repose sur des standards ouverts.
  • Des services comme Facebook, Twitter et Youtube tiennent leur pouvoir du nombre élevé d’utilisateurs et d’utilisatrices qu’ils ont rendu captives : ce grand nombre incite d’autres personnes à rejoindre leur service, et leur captivité permet de leur imposer une surveillance constante à des fins publicitaires. Aujourd’hui, nombreux sont celles et ceux qui souhaiteraient y échapper mais sont contraints d’y rester sous peine de perdre le contact avec leurs relations. Pourtant, en dehors de ces plateformes, des services interopérables réunissent déjà des millions de personnes (Mastodon, Diaspora, PeerTube…), notamment via le protocole d’interopérabilité ActivityPub publié par le W3C en 2018. Ces réseaux décentralisés, basés sur des logiciels libres, sont co-hébergés par une multitude d’acteurs distribuant largement les coûts entre eux, ce qui contribue à l’émergence de modèles économiques bien plus respectueux des libertés que celui de la publicité ciblée.
  • Migrer vers ces services permettrait aussi d’échapper à l’environnement toxique entretenu sur Facebook, Youtube ou Twitter. Ces géants favorisent la diffusion des contenus qui maintiennent au mieux notre attention, souvent les plus anxiogènes ou caricaturaux. À l’opposé de la voie prise par les récentes lois de censure, il ne faut pas espérer que ces plateformes freinent la diffusion de propos haineux, trompeurs ou dangereux, car leur modèle économique, au contraire, renforce cette diffusion. Il est urgent de permettre à toute personne d’échapper à la surveillance et à la toxicité de ces grandes plateformes en rejoignant des services libres, décentralisés et à taille humaine sans conséquences nocives sur ses liens sociaux. La loi doit imposer cette interopérabilité.
  •  
    "La Quadrature du Net, avec 56 organisations de défense des libertés, organisations professionnelles, hébergeurs et FAI associatifs, demandent au gouvernement et au législateur d'agir pour que les grandes plateformes (Facebook, Youtube, Twitter…) deviennent interopérables avec les autres services Internet."
Aurialie Jublin

The next billion users : une immersion dans l'internet des pauvres - Digital Society Forum - 0 views

  • Rien n’y fait : équipés d’Internet, les pauvres ne font pas du tout ce qu’on attend d’eux, à savoir se sortir de la pauvreté. Les cabines numériques disposées dans les villages indiens deviennent des bornes d’arcade et, surprise, les cent millions d’ordinateurs de l’opération « One laptop per child » (financée par des entreprises, notamment AMD, Brightstar Corporation, eBay, Google, Marvell, etc.) n’ont pas réduit le fossé éducatif, sans doute parce qu’ils avaient été distribués à des enfants ne sachant parfois ni lire ni écrire. Des absurdités de ce type, l’autrice en dresse une longue liste, comme ces smartphones que l’on distribue à de jeunes femmes n’ayant le droit de s’en servir que pour passer des appels d’urgence. A New Delhi, d’autres jeunes femmes (les « computer girls ») deviennent des craques de l’informatique, mais restent assignées à leur statut traditionnel, système de castes oblige. Le constat est sans ambiguïté : non seulement la technologie tombe du ciel sans être intégrée dans une quelconque stratégie sociale, mais toute tentative de réappropriation est méprisée et découragée.
  • Histoire similaire en Chine, où l’on craignait que les cybercafés populaires ne favorisent les activités anti-régime. Ils furent rapidement interdits aux mineurs et on y généralisa le tracking, une pratique désormais monnaie courante dans l’Empire du Milieu. D’exemple en exemple, Payal Arora démontre que les décisions prises par les pouvoirs en place n’ont eu de cesse de réduire l’accès à Internet et à la culture aux personnes les moins dotées, sous prétexte que l’usage qui en serait fait n’entrerait pas dans les bons standards de moralité. Comme souvent, les pauvres font l’objet de politiques paternalistes : on leur demande d’être vertueux et le moindre faux pas les condamne.
  • A l’inverse, la débrouille des quartiers défavorisés est érigée en exemple à suivre. La mode de l’innovation frugale (ou « Jugaad innovation » ) qui consiste à innover avec des ressources limitées, en témoigne. En Inde par exemple, la customisation des véhicules afin de transporter plus de passagers est souvent mise en avant. Cependant, elle augmente sensiblement le nombre d’accidents : « la frugalité a un coût, celui de la sécurité », écrit Arora. Les Nano cars de Tata – des petites voitures accessibles au plus grand nombre – quant à elles, sont certes pratiques mais occasionnent de lourds dégâts environnementaux : rien ne dit aujourd’hui que ces innovations améliorent réellement la vie des pauvres, affirme la chercheuse
  • ...9 more annotations...
  • Plus grave encore, il y a fort à parier qu’elles freinent les solutions de plus long terme comme par exemple le développement de transports publics accessibles à tous. Côté mobile, une application comme AquaSift permet de détecter la toxicité de l’eau mais ne résout en rien le fait que dans beaucoup de communautés pauvres, y accéder reste difficile. On ne change pas le gouvernement avec une application. Si l’innovation frugale rencontre un succès fulgurant en Occident, ce n’est que parce que nous en avons totalement romantisé l’image.
  • En somme, la frugalité (Jugaad en Inde, « Shan-zaï » en Chine, « Gambiarra », « Bacalhau » ou « Jeitinho » au Brésil) est aussi une forme de solutionnisme technologique qui repose, une fois encore, sur la confortable conviction que les pauvres ont toutes les ressources en eux pour s’en sortir, pourvu qu’ils articulent habilement leurs problèmes aux dernières technologies disponibles.
  • Payal Arora n’a pas de mots assez durs pour dénoncer la vaste supercherie du système. Non seulement aucune relation de causalité n’a prouvé son efficacité, mais en plus, il structure l’éducation dans un sens qui pose une multitude de questions d’ordre éthiques et politiques. Ainsi, ces appareils et les programmes soi-disant éducatifs avec lesquels ils fonctionnent restent des boîtes noires, indisponibles à tout audit sérieux. L’expérimentation, qui dure 75 jours, nécessite la présence d’un ou plusieurs adultes dont on ne connaît pas la rémunération et le protocole de suivi des enfants est tout sauf rigoureux scientifiquement. Des études plus sérieuses ont rapporté que la plupart des machines ne fonctionnaient pas, faute de connexion Internet. Et quand elles marchaient, elles étaient souvent monopolisés par de jeunes garçons devant des jeux vidéos. Enfin, les contenus pédagogiques, souvent en anglais, présentent un danger pour la pérennité des langues traditionnelles. Pour le professeur Mark Warschauer (University of California), cité par Arora, ces dispositifs sont un échec total. Pourtant, Mitra a bien récolté un million d’euros grâce au Ted Prize pour cette « école dans le cloud » résolument inefficace… Pour Arora, cette triste histoire trouve ses racines dans la foi encore trop peu contestée dans le constructivisme , une théorie qui stipule que l’enfant peut apprendre seul et sans professeur.
  • En prenant un peu de hauteur, la chercheuse critique plus largement une certaine forme de philanthropie très à la mode dans les milieux technologiques. Elle l’accuse ouvertement d’être contre-productive et de servir les intérêts de grandes corporations plus que des populations pauvres : « la technologie est devenue une institution en soi, la pauvreté une opportunité. La croyance néolibérale en l’efficacité absolue du marché transforme n’importe quelle inégalité en actif pour l’innovation. » Pour Arora, cette idéologie vient justifier la nécessité de tester sur les moins aisés de nouvelles solutions qu’un riche Occidental n’imaginerait même pas pour ses propres enfants. Les pauvres n’ont pas besoin de plus d’innovation, mais de moins d’innovation, affirme-telle : « Si l’innovation est une courroie de transmission pour des projets pilote, alors les pauvres seront mieux sans. Ils ne devraient pas servir de rats de laboratoires pour les nouvelles technologies. Le simple fait qu’une technologie est nouvelle ne devrait pas justifier en soi qu’on l’expérimente sur des pauvres ».
  • Sa dénonciation englobe aussi le projet « AltSchool » largement financé par Mark Zuckerberg et Priscilla Chan, une sorte de « classe Ikea », où les enfants terminent seuls devant des écrans, pour un prix conséquent et sans que son efficacité réelle soit démontrée. Le plus grand problème selon elle, reste que le marché pardonne plus facilement les défaillances technologiques qu’humaines : la Silicon Valley peut réinjecter des millions de dollars pour trouver une nouvelle solution technique à un problème ancien, mais elle refuse de réfléchir aux problèmes de fond, comme le manque de professeurs ou l’état désastreux des écoles dans certains quartiers.
  • En dernière partie d’ouvrage, Payal Arora attaque les questions liant surveillance et vie privée. On le savait déjà, les pauvres en ont toujours été surveillés. Le « social credit system » chinois et son cousin indien « Unique Digital Number » (UID) sont ainsi connus pour conforter les hiérarchies sociales en place et agir par contagion : en Chine, fréquenter une personne dont le score est bas revient à prendre le risque de voir baisser son propre score. On en déduirait un peu rapidement que dans les pays pauvres, et plus généralement en dehors de l’Occident, la vie privée aurait moins de valeur aux yeux des individus. A y regarder de près, cela semble un peu plus compliqué. En interrogeant plus largement les usages quotidiens des réseaux sociaux dans les favelas et autres bidonvilles, Arora montre qu’ici comme là-bas, la vie privée n’est pas sans valeur ni abstraite, mais un concept avant tout lié à des particularités culturelles. Au Brésil par exemple, une jeune femme déclare ne pas en vouloir à sa mère de la « stalker » en ligne (c’est-à-dire à suivre ces déplacements, fouiller ses messages et autres réseaux d’amis)
  • En Inde, Facebook est pour de nombreux jeunes l’occasion de parler au sexe opposé, chose difficile dans la vie réelle. Le Chat est à ce titre tout à fait adapté à la romance, à travers des poèmes et autres conversations romantiques. Cependant, à l’échelle mondiale, un tiers de ces échanges se font anonymement, avant tout pour protéger les données personnelles et par souci de réputation, notamment en Asie.
  • Arora en profite pour démonter les profonds préjugés qui tendent nous à faire croire que parce que l’on est pauvre, parce que l’on vit dans une communauté étroitement liée, parfois à plusieurs dans une même pièce, on ne valoriserait pas la vie privée. En réalité, les pauvres, dans les pays étudiés par Arora, ne sont pas moins attachés à la confidentialité que les Occidentaux, même si celle-ci prend différentes significations en fonction des pays, des cultures et des genres. Dans un village en Jordanie, la confidentialité sert avant tout à protéger la vertu féminine et l’honneur masculin (préserver son image dans la communauté, ne pas s’exposer publiquement pour les femmes). Dans une famille aisée du Royaume-Uni, elle préserve l’innocence des jeunes (notamment à travers le filtrage des contenus). Plus encore qu’en Occident, préserver sa confidentialité dans les pays pauvres relève de la lutte car le succès immense des réseaux amène aussi son lot de danger : « revenge porn » et harcèlement peuvent ruiner la réputation d’un individu, conduire à l’exil et même au suicide.
  • The Next Billion Users, Digital Life Beyond the West est, en résumé, une étude inestimable, formidablement documentée et regorgeant d’illustrations plus pertinentes les unes que els autres. Loin des théories globalisantes qui tendent à mettre dans un même sac « Les Chinois », « Les Indiens », quitte à les opposer à l’Occident dans une lutte pour la puissance technologique, cette enquête de terrain vient au contraire contredire nos préjugés sur ce monde que nous jugeons bien souvent à l’emporte-pièce et sans nous embarrasser de détails. A travers son étude et notamment ses entretiens et anecdotes, la chercheuse met en lumière les relents colonialistes qui ponctuent les relations Nord-Sud, notamment en matière numérique. Arora brise notre propension à romantiser la pauvreté, à ne l’envisager qu’à travers nos lunettes postcoloniales, comme une tribu de bons sauvages qu’il faudrait éduquer à notre mode de vie. Enfin, elle réduit en poussière le fantasme du pauvre débrouillard, entrepreneur par nature, auto-organisé et vertueux. Cette vision, biaisée, n’a pour objet que d’asseoir les projets technocratiques de l’Occident, qui ne regarde que ses intérêts propres et surtout pas ceux des populations « à civiliser ».
  •  
    "A quoi ressemble l'Internet des pauvres ? Pas à l'image romantique forgée par la philanthropie occidentale, explique l'anthropologue Payal Arora. Pourtant, cette conception paternaliste de la pauvreté informe toujours nombre d'initiatives de développement par la technologie, qui s'apparentent à une nouvelle forme de solutionnisme."
Aurialie Jublin

Christchurch : les pyromanes appelés à éteindre l'incendie - La Quadrature du... - 0 views

  • Facebook fait mine de prendre conscience du problème de viralité lié à la plateforme en promettant aussi de « renforcer ses intelligences artificielles », encore une fois… Comme si, précisément, la « solution magique » de ses filtres automatisés ne venait pas d’être définitivement décrédibilisée, il y a deux mois, par une poignée d’internautes complices du tueur de Christchurch parvenant à les contourner pendant des jours, manifestement sans grand soucis. D’après Facebook, la première journée, 300 000 copies seraient passé au travers de ses filtres automatisés, n’étant traitées que pas son armée de modérateurs sous-payées et exposés aux pires conditions de travail.
  • Surtout, Facebook sait très bien que sa plateforme ne peut pas être corrigée, à moins de renoncer à son modèle économique, tout comme Google ou Twitter, véritable cœur du problème. La raison d’être de ces plateformes est de réunir le plus de personnes possibles en un seul endroit, pour les surveiller et leur proposer la publicité qui les influencera le plus.
  • Il est techniquement et humainement impossible de modérer d’aussi grosses plateformes pour éviter qu’elles ne deviennent des outils de harcèlement, de haine et de mort. Pire, pour maintenir tous nos cerveaux disponibles, leurs « intelligences artificielles » (qui ne se montrent efficaces qu’ici) entretiennent autant que possible la culture du buzz et, par là, le conflit, la caricature, la peur – tout ce qu’il faut pour éviter l’entraide et la cohésion. C’est le prix à payer pour capter plusieurs milliards de cerveaux en même temps, et ils ne renonceront jamais à nous le faire payer (c’est pourquoi nous luttons pour le développement d’un Web décentralisé et à taille humaine).
  • ...3 more annotations...
  • Et, bien sûr, leur emprise s’exerce en marchant sur nos libertés fondamentales, exploitant nos données personnelles et violant le RGPD pour mieux nous contrôler (voir nos plaintes devant la CNIL et la première sanction de celle-ci en réponse contre Google).
  • Il y a 2 mois, le Parlement européen a adopté en première lecture le règlement terroriste, dont l’objectif principal est de généraliser les filtres automatisés de Google et Facebook à l’ensemble du Web – oui, ces mêmes filtres qui viennent de démontrer toute leur inefficacité. Pour imposer ces filtres à tout le monde, le gouvernement français, qui est à l’initiative de ce texte avec l’Allemagne, n’a pas peur de détruire le Web européen composé d’une multitude de petits acteurs et, ainsi, de laisser les GAFAM en maîtres. En vrai, ces géants s’étant montrés particulièrement coopératifs dans l’ambition de Macron de « civiliser » Internet, ils apparaissent comme des alliés de choix qu’il vaudrait mieux laisser régner (voir notre premier bilan sur le règlement terroriste).
  • En ce moment, c’est la proposition de loi LREM « contre la haine en ligne » qui reprend cette entente Macron-GAFAM : les géants s’engagent à faire le travail de la police et de la justice sur Internet et, en échange, le gouvernement les présente en « solutions », légitime leur toute puissance, les laisse tranquille et les invite à tous ses événements sur « comment la technologie sauvera le monde ». Comme on l’a vu dans notre dernier article, cette alliance risque aussi de conduire à la censure de critiques anti-Macron ou de mouvements sociaux un peu trop dérangeants…
  •  
    "Facebook, qui participait au lancement de la campagne aux côtés de Google, a aussitôt répondu : il empêchera désormais ses utilisateurs les plus suspects de diffuser des vidéos en direct - outil qu'avait utilisé le tueur de Christchurch. Cette réponse de Facebook est bien à la hauteur des attentes du gouvernement Macron, qui recevait précisément Mark Zuckerberg la semaine dernière : de la poudre aux yeux pour que surtout rien ne change, au mépris de la gravité des événements. "
Aurialie Jublin

It's not enough to break up Big Tech. We need to imagine a better alternative | Evgeny ... - 0 views

  •  
    "Presenting tech companies as America's greatest menace may appeal to voters, but it does little to chart an alternative future"
Aurialie Jublin

Chine : une faille de sécurité donne un aperçu d'un système de surveillance d... - 0 views

  •  
    "Reconnaissance faciale, classification ethnique, identification de personnes fichées… La réalité effrayante de la ville intelligente à la sauce chinoise transparaît dans des données en ligne que quelqu'un a oublié de protéger."
Aurialie Jublin

The Privacy Project - The New York Times - 0 views

  •  
    "Companies and governments are gaining new powers to follow people across the internet and around the world, and even to peer into their genomes. The benefits of such advances have been apparent for years; the costs - in anonymity, even autonomy - are now becoming clearer. The boundaries of privacy are in dispute, and its future is in doubt. Citizens, politicians and business leaders are asking if societies are making the wisest tradeoffs. The Times is embarking on this monthslong project to explore the technology and where it's taking us, and to convene debate about how it can best help realize human potential."
Aurialie Jublin

It's Time to Break Up Facebook - The New York Times - 0 views

  • Mark’s influence is staggering, far beyond that of anyone else in the private sector or in government. He controls three core communications platforms — Facebook, Instagram and WhatsApp — that billions of people use every day. Facebook’s board works more like an advisory committee than an overseer, because Mark controls around 60 percent of voting shares. Mark alone can decide how to configure Facebook’s algorithms to determine what people see in their News Feeds, what privacy settings they can use and even which messages get delivered. He sets the rules for how to distinguish violent and incendiary speech from the merely offensive, and he can choose to shut down a competitor by acquiring, blocking or copying it.
  • Mark is a good, kind person. But I’m angry that his focus on growth led him to sacrifice security and civility for clicks. I’m disappointed in myself and the early Facebook team for not thinking more about how the News Feed algorithm could change our culture, influence elections and empower nationalist leaders. And I’m worried that Mark has surrounded himself with a team that reinforces his beliefs instead of challenging them.
  • We are a nation with a tradition of reining in monopolies, no matter how well intentioned the leaders of these companies may be. Mark’s power is unprecedented and un-American.It is time to break up Facebook.
  • ...26 more annotations...
  • We already have the tools we need to check the domination of Facebook. We just seem to have forgotten about them.America was built on the idea that power should not be concentrated in any one person, because we are all fallible. That’s why the founders created a system of checks and balances. They didn’t need to foresee the rise of Facebook to understand the threat that gargantuan companies would pose to democracy. Jefferson and Madison were voracious readers of Adam Smith, who believed that monopolies prevent the competition that spurs innovation and leads to economic growth.
  • The Sherman Antitrust Act of 1890 outlawed monopolies. More legislation followed in the 20th century, creating legal and regulatory structures to promote competition and hold the biggest companies accountable. The Department of Justice broke up monopolies like Standard Oil and AT&T.
  • For many people today, it’s hard to imagine government doing much of anything right, let alone breaking up a company like Facebook. This isn’t by coincidence. Starting in the 1970s, a small but dedicated group of economists, lawyers and policymakers sowed the seeds of our cynicism. Over the next 40 years, they financed a network of think tanks, journals, social clubs, academic centers and media outlets to teach an emerging generation that private interests should take precedence over public ones. Their gospel was simple: “Free” markets are dynamic and productive, while government is bureaucratic and ineffective. By the mid-1980s, they had largely managed to relegate energetic antitrust enforcement to the history books.
  • It was this drive to compete that led Mark to acquire, over the years, dozens of other companies, including Instagram and WhatsApp in 2012 and 2014. There was nothing unethical or suspicious, in my view, in these moves.
  • Over a decade later, Facebook has earned the prize of domination. It is worth half a trillion dollars and commands, by my estimate, more than 80 percent of the world’s social networking revenue. It is a powerful monopoly, eclipsing all of its rivals and erasing competition from the social networking category. This explains why, even during the annus horribilis of 2018, Facebook’s earnings per share increased by an astounding 40 percent compared with the year before. (I liquidated my Facebook shares in 2012, and I don’t invest directly in any social media companies.)
  • Facebook’s dominance is not an accident of history. The company’s strategy was to beat every competitor in plain view, and regulators and the government tacitly — and at times explicitly — approved. In one of the government’s few attempts to rein in the company, the F.T.C. in 2011 issued a consent decree that Facebook not share any private information beyond what users already agreed to. Facebook largely ignored the decree. Last month, the day after the company predicted in an earnings call that it would need to pay up to $5 billion as a penalty for its negligence — a slap on the wrist — Facebook’s shares surged 7 percent, adding $30 billion to its value, six times the size of the fine.
  • As markets become more concentrated, the number of new start-up businesses declines. This holds true in other high-tech areas dominated by single companies, like search (controlled by Google) and e-commerce (taken over by Amazon). Meanwhile, there has been plenty of innovation in areas where there is no monopolistic domination, such as in workplace productivity (Slack, Trello, Asana), urban transportation (Lyft, Uber, Lime, Bird) and cryptocurrency exchanges (Ripple, Coinbase, Circle).
  • Facebook’s business model is built on capturing as much of our attention as possible to encourage people to create and share more information about who they are and who they want to be. We pay for Facebook with our data and our attention, and by either measure it doesn’t come cheap.
  • The most problematic aspect of Facebook’s power is Mark’s unilateral control over speech. There is no precedent for his ability to monitor, organize and even censor the conversations of two billion people.Facebook engineers write algorithms that select which users’ comments or experiences end up displayed in the News Feeds of friends and family. These rules are proprietary and so complex that many Facebook employees themselves don’t understand them.
  • Facebook has responded to many of the criticisms of how it manages speech by hiring thousands of contractors to enforce the rules that Mark and senior executives develop. After a few weeks of training, these contractors decide which videos count as hate speech or free speech, which images are erotic and which are simply artistic, and which live streams are too violent to be broadcast. (The Verge reported that some of these moderators, working through a vendor in Arizona, were paid $28,800 a year, got limited breaks and faced significant mental health risks.)
  • As if Facebook’s opaque algorithms weren’t enough, last year we learned that Facebook executives had permanently deleted their own messages from the platform, erasing them from the inboxes of recipients; the justification was corporate security concerns. When I look at my years of Facebook messages with Mark now, it’s just a long stream of my own light-blue comments, clearly written in response to words he had once sent me. (Facebook now offers this as a feature to all users.)
  • Mark used to insist that Facebook was just a “social utility,” a neutral platform for people to communicate what they wished. Now he recognizes that Facebook is both a platform and a publisher and that it is inevitably making decisions about values. The company’s own lawyers have argued in court that Facebook is a publisher and thus entitled to First Amendment protection.
  • Mark knows that this is too much power and is pursuing a twofold strategy to mitigate it. He is pivoting Facebook’s focus toward encouraging more private, encrypted messaging that Facebook’s employees can’t see, let alone control. Second, he is hoping for friendly oversight from regulators and other industry executives.
  • In an op-ed essay in The Washington Post in March, he wrote, “Lawmakers often tell me we have too much power over speech, and I agree.” And he went even further than before, calling for more government regulation — not just on speech, but also on privacy and interoperability, the ability of consumers to seamlessly leave one network and transfer their profiles, friend connections, photos and other data to another.
  • Facebook isn’t afraid of a few more rules. It’s afraid of an antitrust case and of the kind of accountability that real government oversight would bring.
  • Mark may never have a boss, but he needs to have some check on his power. The American government needs to do two things: break up Facebook’s monopoly and regulate the company to make it more accountable to the American people.First, Facebook should be separated into multiple companies. The F.T.C., in conjunction with the Justice Department, should enforce antitrust laws by undoing the Instagram and WhatsApp acquisitions and banning future acquisitions for several years. The F.T.C. should have blocked these mergers, but it’s not too late to act. There is precedent for correcting bad decisions — as recently as 2009, Whole Foods settled antitrust complaints by selling off the Wild Oats brand and stores that it had bought a few years earlier.
  • Still others worry that the breakup of Facebook or other American tech companies could be a national security problem. Because advancements in artificial intelligence require immense amounts of data and computing power, only large companies like Facebook, Google and Amazon can afford these investments, they say. If American companies become smaller, the Chinese will outpace us.While serious, these concerns do not justify inaction. Even after a breakup, Facebook would be a hugely profitable business with billions to invest in new technologies — and a more competitive market would only encourage those investments. If the Chinese did pull ahead, our government could invest in research and development and pursue tactical trade policy, just as it is doing today to hold China’s 5G technology at bay.
  • The cost of breaking up Facebook would be next to zero for the government, and lots of people stand to gain economically. A ban on short-term acquisitions would ensure that competitors, and the investors who take a bet on them, would have the space to flourish. Digital advertisers would suddenly have multiple companies vying for their dollars.
  • But the biggest winners would be the American people. Imagine a competitive market in which they could choose among one network that offered higher privacy standards, another that cost a fee to join but had little advertising and another that would allow users to customize and tweak their feeds as they saw fit. No one knows exactly what Facebook’s competitors would offer to differentiate themselves. That’s exactly the point.
  • Just breaking up Facebook is not enough. We need a new agency, empowered by Congress to regulate tech companies. Its first mandate should be to protect privacy.The Europeans have made headway on privacy with the General Data Protection Regulation, a law that guarantees users a minimal level of protection. A landmark privacy bill in the United States should specify exactly what control Americans have over their digital information, require clearer disclosure to users and provide enough flexibility to the agency to exercise effective oversight over time. The agency should also be charged with guaranteeing basic interoperability across platforms.
  • Finally, the agency should create guidelines for acceptable speech on social media. This idea may seem un-American — we would never stand for a government agency censoring speech. But we already have limits on yelling “fire” in a crowded theater, child pornography, speech intended to provoke violence and false statements to manipulate stock prices. We will have to create similar standards that tech companies can use. These standards should of course be subject to the review of the courts, just as any other limits on speech are. But there is no constitutional right to harass others or live-stream violence.
  • These are difficult challenges. I worry that government regulators will not be able to keep up with the pace of digital innovation. I worry that more competition in social networking might lead to a conservative Facebook and a liberal one, or that newer social networks might be less secure if government regulation is weak. But sticking with the status quo would be worse: If we don’t have public servants shaping these policies, corporations will.
  • Similarly, the Justice Department’s 1970s suit accusing IBM of illegally maintaining its monopoly on personal computer sales ended in a stalemate. But along the way, IBM changed many of its behaviors. It stopped bundling its hardware and software, chose an extremely open design for the operating system in its personal computers and did not exercise undue control over its suppliers. Professor Wu has written that this “policeman at the elbow” led IBM to steer clear “of anything close to anticompetitive conduct, for fear of adding to the case against it.”
  • Finally, an aggressive case against Facebook would persuade other behemoths like Google and Amazon to think twice about stifling competition in their own sectors, out of fear that they could be next. If the government were to use this moment to resurrect an effective competition standard that takes a broader view of the full cost of “free” products, it could affect a whole host of industries.
  • I take responsibility for not sounding the alarm earlier. Don Graham, a former Facebook board member, has accused those who criticize the company now as having “all the courage of the last man leaping on the pile at a football game.” The financial rewards I reaped from working at Facebook radically changed the trajectory of my life, and even after I cashed out, I watched in awe as the company grew. It took the 2016 election fallout and Cambridge Analytica to awaken me to the dangers of Facebook’s monopoly. But anyone suggesting that Facebook is akin to a pinned football player misrepresents its resilience and power.
  • This movement of public servants, scholars and activists deserves our support. Mark Zuckerberg cannot fix Facebook, but our government can.
  •  
    "Since then, Mark's personal reputation and the reputation of Facebook have taken a nose-dive. The company's mistakes - the sloppy privacy practices that dropped tens of millions of users' data into a political consulting firm's lap; the slow response to Russian agents, violent rhetoric and fake news; and the unbounded drive to capture ever more of our time and attention - dominate the headlines. It's been 15 years since I co-founded Facebook at Harvard, and I haven't worked at the company in a decade. But I feel a sense of anger and responsibility."
Aurialie Jublin

Re-imagining the Open Society in the Digital Age: A Bridges Project Position Paper | Co... - 0 views

  •  
    "The guiding question for the 2019 Bridges Programme is a broad one: how can emerging digital societies support social well-being and liberal democracy? what would they need to look like, and how would they be governed? The best way to start answering this question is to put human beings at the heart of the discussion. This project therefore focuses on how digital technology is shaping human behaviour and emotions in ways that influence people's engagement with politics. Insights from this project will inform better approaches to regulating the digital society in future, through a deeper understanding of how aspects of human nature are shaped by online interactions and emerging digital technologies."
Aurialie Jublin

L'open-data ne peut pas se passer du logiciel libre - La Gazette des Communes - 0 views

  • « Lorsque la voiture sans conduction locale sera là, par exemple, si son logiciel n’est pas libre, nous ne pourrons assurer qu’elle ne surveillera pas les mouvements des utilisateurs. Et comment savoir si elle ne cache pas une commande à distance pour conduire un citoyen précis directement vers un site secret, dans lequel il serait questionné pour ses opinions », continue l’Américain, également président de la Free software foundation. Autrement dit : comment savoir si un logiciel respecte la loi, s’il est impossible de regarder à l’intérieur ? La question se pose de la même façon avec les différents logiciels « tableaux de bord » de plus en plus utilisés par les collectivités de toutes tailles. La donnée brute y transite avant d’être transformée en données exploitables
  • Pour s’assurer la transparence des programmes, et donc la continuité de la démocratie dans la transition numérique, l’informaticien décrit quatre libertés essentielles. Quatre libertés qui doivent être présentes dans chaque logiciel utilisé par une collectivité. Un logiciel doit pouvoir être utilisé dans n’importe quel but. Son code doit pouvoir être étudié. Il doit pouvoir être copié. Il doit pouvoir être modifié et ces modifications doivent pouvoir être dupliquées. « Sans ces libertés, c’est le programme qui contrôle l’utilisateur. Et non l’inverse », résume Richard Stallman.
  •  
    "Pionnier et défenseur du logiciel libre, Richard Stallman tenait conférence lors du salon InOut, à Rennes. Pour l'informaticien, les collectivités doivent faire attention à utiliser des logiciels qui respectent 4 libertés. L'enjeu est de taille : il s'agit ni plus ni moins de leur indépendance et de leur capacité à décider en concertation."
Aurialie Jublin

Conditions de travail des livreurs : Frichti dans la tourmente - Libération - 0 views

  •  
    Après la publication du témoignage d'un livreur, la start-up française Frichti a été épinglée pour ses conditions de travail. Depuis, un débat s'est ouvert sur les réseaux, notamment sur le recours au statut d'auto-entrepreneur.
Aurialie Jublin

Plateformes de livraison : pour les mineurs, une course à l'argent facile - L... - 0 views

  •  
    Aider ses parents, se payer des chaussures ou le permis… Lycéens, voire collégiens, souvent de banlieue, sont de plus en plus nombreux à travailler illégalement pour Uber Eats, Stuart ou Deliveroo, au risque d'abandonner définitivement leur scolarité.
Aurialie Jublin

Les 400 culs - Une appli qui «donne le pouvoir aux femmes»… ou qui les infant... - 0 views

  •  
    L'application de rencontres Pickable se veut «féministe» : les profils des femmes y sont invisibles. A l'abri derrière l'anonymat, elles peuvent donc choisir avec qui discuter ou sortir. Question : est-il «féministe» de créer des espace protégés pour les femmes ?
1 - 20 of 368 Next › Last »
Showing 20 items per page