Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged flexibilité

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Agilité au travail : lapin ou éléphant ? Xavier de La Porte - 1 views

  •  
    Chronique de X. de La Porte sur l'agilitié vs flexibilité au travail
Aurialie Jublin

Le Uber de la restauration débarque à Toulouse. L'indépendance, c'est l'escla... - 0 views

  • Non, Take Eat Easy ne recourt pas à des auto-entrepreneurs.ses pour contourner le droit du travail. Quelle mauvaise langue faut-il être... S’il ne salarie pas ses coursierEs, c’est simplement parce que « 70% [d’entre elleux] sont étudiants ou ont déjà un job à côté » ! Moi qui pensais que l’on pouvait avoir un contrat de travail tout en suivant des études... Mais si la start-up ne fait appel qu’à des prestataires, c’est surtout, surtout par amour de la liberté. « Les coursiers travaillent quand ils veulent, ils apprécient cette flexibilité » C’est beau, la flexibilité... Ça sonne quand-même mieux que « précarité », qui peut prétendre le contraire ? « Et en plus, ils sont payés pour faire leur passion !  » (sic).
  • Il n’est pas obligé d’observer un jour de repos par semaine, de s’ennuyer en congés payés, de cotiser à des mutuelles obligatoires… Bref, il est in-dé-pen-dant. Il s’est renseigné, il peut même crever librement ! Le journal La Tribune a posé la question au CEO. « Qu’avez-vous prévu si [l’unE de vos coursierEs] se retourne contre vous en cas d’accident ? – Nous avons étudié cette question avec nos conseillers juridiques. Normalement, les coursiers ne pourraient pas se retourner contre nous, l’assurance est à leur charge et nous vérifions qu’ils en ont une. »
  •  
    Une autre vision des livreurs de plats, notamment sur la question l'auto-entrepreneur, un salarié déguisé : "Rien de plus simple (pour prouver le fameux lien de subordination). La jurisprudence a reconnu quelques éléments permettant de déceler les abus :   - Mise à disposition du matériel (Take Eat Easy fournit à Jordan un smartphone, une tenue estampillée du logo de l'entreprise, un sac de livraison et éventuellement un porte bagage) ;   - Instructions spécifiques pour l'exercice d'une activité (Jordan est obligé de livrer en vélo, alors qu'unE clientE ne peut exiger qu'un résultat, et non une méthode pour y parvenir) ;   - Travail au sein d'un service organisé (Jordan s'intègre à une organisation du travail entièrement pensée hors de lui) ;   - Existence d'un système de sanction (les strikes) ;   - Comptes-rendus périodiques (le tracking GPS) ;   - Le fait de n'avoir qu'un seul client ;   - Le fait pour le prestataire de n'avoir ni carte de visite ni adresse email professionnelle ;   - …"
Aurialie Jublin

Luc, coursier à vélo : « Les boîtes à pizza pèsent un âne mort » - Rue89 - L'Obs - 0 views

  • Il n’y a pas de chef des coursiers. Il y a des leaders. Il y a des gens qui prennent des initiatives pour le groupe, pour tout ce qui est demandes syndicales on va dire. Même si on est indépendants. Ils jouent le rôle de représentants, officieusement au moins. Ce sont des gens qui parlent plus que d’autres, qui sont là depuis plus longtemps que les autres, et donc qui forcément et naturellement prennent le « lead » sur les questions de salaires, de conditions de travail ou autres
  • On a un groupe Facebook où tout le monde peut donner ses idées, et où eux ils répondent directement, et on voit ensemble ce qu’on peut améliorer. Ils savent très bien que sans les livreurs ils sont rien du tout. J’ai l’impression que leur but, c’est d’aller dans notre sens, et nous aider. Parce que, si demain il n’y a plus de livreurs, il n’y a plus de Take Eat.
  • Il y a aussi une gazette qu’on reçoit tous les mois qui s’appelle La Gazette des coursiers, qui reprend les news du mois, qui rappelle les consignes de sécurité, les chiffres du mois précédent. Mais on communique beaucoup plus par Facebook.
  •  
    "Sur son vélo, Luc parle de « l'algo » comme d'autres parlent d'un collègue un peu lourd. L'algo, c'est l'algorithme qui l'envoie aux quatre coins de Paris pour livrer des plats."
Aurialie Jublin

Stop à l'uberisation de la société ! - Libération - 0 views

  • Le numérique nous donne en effet l’occasion de reconsidérer le travail non plus tel un emploi condamné à devenir toujours plus précaire, anxiogène et de l’ordre de l’auto-exploitation, mais dans le cadre d’un projet de société contributive dont ce même emploi serait un moyen parmi d’autres plutôt qu’une fin en soi. Une entreprise comme TaskRabbit crée certes de la valeur d’usage via sa plateforme de petits emplois à la demande, mais elle garde pour elle et ses actionnaires tous les bénéfices de sa valeur d’échange. A l’inverse, Loconomics est une coopérative détenue par ceux qui y proposent leurs services. Contre les plateformes de ladite économie du partage, qui n’en a que le nom, Trebor Scholz défend le «coopérativisme de plateforme», pour bâtir une société des communs au-delà des seules dimensions économique et financière.
  • Il suppose de s’atteler aux métiers du futur, concernant tout autant les orfèvres des data pour utiliser et nous libérer des algorithmes que le soin aux personnes, sans besoin de la moindre machine ; de codifier le travail d’une façon à la fois très protectrice de notre art de vivre et beaucoup moins administrative qu’aujourd’hui ; d’interroger la mise en place d’un revenu d’existence suffisant, justifié de façon structurelle par le chômage numérique massif et la lente agonie à venir de l’emploi ; d’expérimenter l’extension du régime des intermittents dans la perspective d’une société réellement contributive, d’accession et de transmission des savoirs par tous et entre tous ; d’étudier une refonte de la fiscalité selon les principes de la Taxe Pollen, quitte à instaurer d’abord une taxe européenne sur les flux issus du Trading Haute Fréquence (THF) afin de financer le revenu universel.
  •  
    "La combinaison de la robotisation et des Big data, des algorithmes et des effets de réseau nous transforme d'ores et déjà en fossoyeurs involontaires du salariat. Bienvenue dans un monde enfin « flexible », dopé par la robotisation et le travail au compteur. Un monde où usagers et clients se notent en permanence, où chacun devient son propre Big Brother et où la régulation des acteurs de tous les marchés, de l'assurance aux transports urbains, se joue en mode automatique Big data plutôt que sur le registre de la loi ou de la confiance sans calcul."
Aurialie Jublin

Freelance : Les Barbares de la loi du travail - jeChercheUnDev.fr ❤ - Medium - 1 views

  •  
    Avis d'un freelance sur les transformations du travail, suite à la proposition de loi El Khomri "La Loi du travail El Khomri soulève les coeurs. Pendant ce temps là, les freelances ont compris que le marché du travail a besoin de flexibilité et hackent le marché du travail. À la clef : plus de profit."
Thierry Nabeth

The Real Reason On-Demand Startups Are Reclassifying Workers -- techcrunch - 0 views

  •  
    When examining each business that has reclassified, we tend to discover a mix of three distinct operational characteristics: - the ability to scale service with a high customer-to-worker ratio; - build a specialized workforce required for high-quality service; - and deliver services to the customer with a greater focus on convenience than timeliness.
Chamila Puylaurent

Groupement d'employeurs : les entreprises optent pour le partage des salariés - 0 views

  •  
    "5.200 groupements d'employeurs émaillent le territoire. Le secteur répond au besoin de flexibilité des entreprises et à leurs difficultés de recrutement. "
abrugiere

Le CDI représente seulement 5% des embauches : les solutions du CJD - 2 views

  •  
    "L'organisation de dirigeants propose donc de remplacer le CDI par un contrat à la fois flexible et qui garantisse la sécurité pour les salariés, un Pack unique d'emploi à durée indéterminée.  Ce pack serait constitué : - d'un contrat unique d'emploi à durée indéterminée - d'une période de préavis pouvant atteindre 6 mois - d'une anticipation du coût et des modalités de séparation - d'une conciliation obligatoire avec présence d'un avocat en cas de séparation conflictuelle - d'une modulation du temps de travail et de la rémunération (+ / - 20 %) sur la base de 35 heures - de primes annuelles de résultat, avec une fiscalité adaptée pour encourager la consommation."
  •  
    Le CDI représente seulement 5% des embauches Les solutions du CIDJ : L'organisation de dirigeants propose donc de remplacer le CDI par un contrat à la fois flexible et qui garantisse la sécurité pour les salariés, un Pack unique d'emploi à durée indéterminée. Ce pack serait constitué : d'un contrat unique d'emploi à durée indéterminée d'une période de préavis pouvant atteindre 6 mois d'une anticipation du coût et des modalités de séparation d'une conciliation obligatoire avec présence d'un avocat en cas de séparation conflictuelle d'une modulation du temps de travail et de la rémunération (+ / - 20 %) sur la base de 35 heures de primes annuelles de résultat, avec une fiscalité adaptée pour encourager la consommation.
Aurialie Jublin

Dans les chaînes de restauration américaines, les salariés confrontés à l'enf... - 0 views

  •  
    "L'emploi du temps et le nombre d'heures travaillées par ces salariés varient en fonction de la demande, et évoluent à l'heure près..."
Aurialie Jublin

Votre présence au bureau n'est plus obligatoire | Slate.fr - 1 views

  •  
    En 2003, alors qu'elles planchaient sur de nouvelles directives de gestion des ressources humaines pour Best Buy, un important distributeur de matériel électronique américain, Cali Ressler et Jody Thompson eurent une idée révolutionnaire. Elles se demandèrent ce qui arriverait si l'on accordait aux employés une autonomie totale en échange d'une responsabilité totale. Qu'adviendrait-il si le personnel était jugé uniquement sur le travail fourni et non plus sur sa manière de l'accomplir?
Aurialie Jublin

Le Nouveau Monde du Travail (NMT) par Kluwer Formations - 2 views

  •  
    "Si je vous dit « Nouveau Monde du Travail ». A quoi pensez-vous ? Flexibilité, nomadisme, plus de productivité ? Vous voyez juste. Mais où en sommes-nous ? Assez loin, selon l'enquête annuelle de Kluwer Formations (le 3ème di genre) même si on assiste à quelques frémissements et qu'on se fait de plus en plus à l'idée qu'il est possible et intéressant de travailler en dehors du bureau. Les mentalités évoluent, doucement mais sûrement. Plus de 6000 professionnels des RH, des collaborateurs et des supérieurs hiérarchiques (en Belgique ?) ont été interrogés, ce qui donne un bon panel."
Aurialie Jublin

Belgique * Non, la flexibilité ne favorise pas l'emploi | Courrier international - 0 views

  •  
    "Quand on postule, faut-il "se montrer flexible sur le salaire, le contenu du poste et la proximité du lieu de travail avec son domicile ? En fait, il est peu probable que cela augmente vos chances de trouver un emploi. Au contraire même", écrit le quotidien néerlandophone. Le titre s'appuie sur les conclusions de la thèse de doctorat d'une universitaire de Louvain. Les principales explications : "Les demandeurs d'emploi qui se montrent flexibles sont généralement moins sûrs d'eux, ont une vision moins claire de leur plan de carrière et, par définition, une expérience moins pertinente à faire valoir.""
anonymous

"L'entreprise doit se démocratiser ou elle finira comme les régimes d'Europe ... - 0 views

  •  
    Quand le travail s'adapte à l'individu et non plus l'inverse. Les effets positifs de la montée de l'individualisme dans le rapport au travail : vers une révolution démocratique de l'entreprise selon Denis Pennel, auteur de "Travailler pour soi".
julien camacho

Royaume-Uni : toujours plus de flexibilité - 0 views

  •  
    Sous la contrainte de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), les pays d'Europe du Sud flexibilisent tour à tour leur marché du travail. Les rigidités accumulées y seraient un obstacle décisif à la création d'emplois. Dans ce contexte, il est instructif d'observer ce qui se passe à l'autre extrémité du spectre. Le gouvernement britannique se félicite du fait que tous les classements placent le Royaume-Uni en tête des pays européens quant à la flexibilité de son marché du travail.
julien camacho

Grande-Bretagne : les contrats "zéro heure" rendent le travail toujours plus ... - 0 views

  •  
    Malgré l'économie stagnante, David Cameron se vante d'avoir contenu le taux de chômage en Grande-Bretagne. Mais cela s'est fait grâce au recours massif à des contrats de travail précaires : 3 % de la population active serait embauchée sous contrat ne stipulant aucune durée de travail.
Aurialie Jublin

Réflexions sur l'entreprise et l'environnement de travail de demain - Entrepr... - 3 views

  • Plusieurs pistes de réflexion très intéressantes sont regroupées en cinq grandes thématiques : On Demand Staffing, où il est question d’avoir recours à un écosystème des prestataires et indépendants pour absorber la cyclicité de l’activité et savoir saisir des opportunités de diversification ponctuelles ; Collision Collusion, où l’on parle à nouveau des espaces de collaboration physiques, mobiles et virtuels ; Improvised Workplace, qui apporte une flexibilité extrême dans l’organisation du travail des équipes (mobilier, logiciels…) ; Living Knowledge, avec les notions de réseau d’apprentissage (social learning) et de processus adaptatifs (feedback culture) ; Constant Learning, dans la même lignée avec les espaces digitaux de capitalisation des savoirs, les organisations auto-apprenants et les outils de gestion de carrière collaborative.
  • De toutes ces pistes de réflexion, je retiens plusieurs idées fortes : Faire cohabiter les différentes générations, notamment en intégrant des étudiants et des incubateurs au sein de l’entreprise pour que chacun puisse apprendre des autres (de  la fertilisation croisée inter-culturelle et inter-générationnelle) ; En finir avec les aménagements traditionnels du lieu de travail et exploiter sérieusement et de façon serène le télétravail (The Next Office: Why CEOs Are Paying Attention), et tuer dans la foulée les réunions (Kill Your Meeting Room, The Future’s in Walking and Talking) ; Faire attention au bien-être des employés et à leur moral pour les fidéliser et augmenter leur productivité (cf. The Happiness Machine).
  • description de quatre modèles possibles : L’écosystème solaire, où l’entreprise est au centre d’une galaxie de sociétés partenaires, sous et co-traitantes (par opposition au modèle de croissance reposant sur l’intégration verticale) ; L’excubation, où l’entreprise va encourager et financer l’éclosion de startups accolées à elle, plutôt que de chercher à faire la révolution en interne ; L’open source, où un ensemble de sociétés et organisations créé de la valeur autour d’un bien ou d’un service commun ; L’intermédiation, qui valorise avant tout la co-création et une répartition plus distribuée de la valeur.
  •  
    Suite à la sortie d'un rapport Future of the Work de PSFK
Aurialie Jublin

Contrats de travail : les cadres veulent conserver leurs acquis - Creation-Entreprise.fr - 1 views

  •  
    "Les travailleurs cadres sont conscients des bienfaits qu'une plus grande flexibilité du contrat de travail présenterait en matière d'emplois. Mais seuls 35% de disent prêts à revoir les conditions de leur CDI, indique le dernier baromètre Ifop-Cadremploi."
1 - 17 of 17
Showing 20 items per page