Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged dialogue social

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

#PlatformDialogue Dialoguer entre indépendants, syndicats, coopératives, plat... - 0 views

  •  
    Compte-rendu de la journée du 23 janvier de S&W à Bruxelles
Aurialie Jublin

Dialogue social et protection sociale dans l'économie des plateformes : enjeu... - 0 views

  •  
    "France Stratégie, Sharers & Workers (réseau sur les transformations du travail liées au numérique et à l'économie des plateformes co-animé par l'Ires et l'Association travail emploi Europe société, ASTREES) et l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) ont lancé en décembre 2016 une réflexion participative, menée avec des représentants des plateformes digitales, des syndicalistes et des experts, autour des propositions du rapport de Nicolas Amar et Louis-Charles Viossat de l'IGAS sur « Les plateformes, l'emploi et la protection sociale » publié en mai 2016."
Aurialie Jublin

Et si le futur du travail était encore entre nos mains ? - Digital Society Forum - 1 views

  • La fin de l’emploi, de sa durée légale et de son déroulement dans un temps « long » (plusieurs mois ou plusieurs années), s’il n’est pas accompagné d’une évolution de notre système de protection sociale et de soutien aux personnes, risque de faire de nous des individus morcelés incapables de se projeter, de se construire, d’évoluer.
  •  
    "En prenant un peu de recul, la bousculade que vient de vivre la SNCF pourrait bien nous donner un aperçu du futur. En effet, le premier rôle dans cette histoire semble tenu par quelques dynamiques bien connues du monde numérique : la dimension participative (les clients ne sont plus de simples consommateurs passifs), la transparence (revendication d'une gouvernance plus partagée) et la montée des indépendants. En fait, cette mobilisation autour d'une offre commerciale donne un aperçu concret de cette société du pair-à-pair dont Michel Bauwens s'est fait le héraut : une société où les frontières entre producteurs et consommateurs s'effacent ; où les services et les produits deviennent des biens communs plutôt que des propriétés privées exclusives ; où les systèmes hiérarchiques s'aplatissent ; où la taille des entreprises se réduit, le travail s'effectuant en petits groupes mis en réseau ponctuellement, etc. Elle donne aussi un avant-goût de l'organisation des travailleurs et du dialogue social de demain. "
Aurialie Jublin

Premier mouvement social des livreurs à vélo à Paris, Lyon et Bordeaux - 0 views

  •  
    "Les livreurs à vélo veulent s'organiser collectivement pour engager le dialogue avec les plates-formes de livraison. Un premier syndicat est en cours de constitution et des rassemblements sont organisés ce 15 mars à Paris, Lyon et Bordeaux."
Aurialie Jublin

8 | 2016 Quel dialogue social ? - 0 views

  •  
    Nouveau numéro de la nouvelle revue du travail sur le dialogue social
Aurialie Jublin

Why the digital gig economy needs co-ops and unions | openDemocracy - 0 views

  •  
    "Millions of people are joining the digital gig economy, attempting to outbid one another for increasingly precarious bit-work. We need to challenge that culture."
Aurialie Jublin

Libérer le travail de l'emprise du marché total | Témoignage Chrétien - 0 views

  • Prenons par exemple le modèle allemand : il valorise les communautés de travail, au niveau de l’entreprise comme à celui des branches professionnelles. À la différence de leurs homologues français, les dirigeants des grandes entreprises allemandes en ont souvent gravi les échelons. Ils ont la même culture professionnelle que les travailleurs, qui sont de leur côté associés au contrôle de la direction. En revanche, ce système accorde une moindre place aux droits des individus, ce qui explique que les réformes Hartz de 2004, créant des contrats de travail sous-payés pour une population sans emploi, n’ont pendant longtemps pas suscité de fortes réactions syndicales. Ce n’est que dix ans après, au regard de la forte croissance des inégalités qu’elles avaient générées, que le gouvernement allemand de coalition s’est résolu à instaurer le salaire minimum. 
  • Dans les conditions actuelles, il est rare qu’un autoentrepreneur puisse maintenir longtemps son activité sans s’insérer dans des réseaux de dépendance économique, soit qu’il doive diriger le travail d’autrui, soit que son travail soit dirigé par autrui. C’est l’une des leçons qui peut être tirée de la crise du modèle industriel que l’on a mis en oeuvre en agriculture dans les années 1960. La plupart des éleveurs ont été intégrés dans des liens de dépendance économique à l’égard des grandes firmes agroalimentaires, de l’Union européenne et des banques. Ils ont ainsi perdu tout contrôle sur ce qu’ils produisaient, sur la façon dont ils le produisaient et sur la fixation des prix de leurs produits. C’est particulièrement vrai des éleveurs «hors-sol» qui sont en fait des travailleurs subordonnés mais demeurent en droit des entrepreneurs indépendants.
  • Dans l’économie actuelle, beaucoup d’entreprises petites ou moyennes sont ainsi les maillons de chaînes de production où ce sont les entités les plus puissantes, celles qui contrôlent non pas les moyens de production mais les systèmes d’information, qui disposent du pouvoir et captent la majeure partie de la valeur ajoutée. Sans avoir à répondre de la sécurité économique des travailleurs. Un chauffeur remercié par Uber n’est pas licencié, il est « déconnecté ».
  • ...6 more annotations...
  • La réalisation de la justice sociale ne dépend pas principalement du droit du travail, mais bien davantage des règles qui régissent la sphère monétaire, le commerce international et le fonctionnement des grandes entreprises. C’est là que se situent les vraies « réformes structurelles » dont nous avons besoin. Il faut sortir de la schizophrénie actuelle qui fait que d’un côté l’Europe oblige les pays les plus pauvres à démanteler leurs barrières douanières et que de l’autre elle déplore l’émigration en masse de leur jeunesse ; que d’un côté on autorise le rachat par les sociétés de leurs propres actions, c’est-à-dire l’enrichissement des actionnaires aux dépens des ressources vives de l’entreprise, et que de l’autre on déplore la chute de l’investissement ; que d’un côté on autorise le dumping social et fiscal en Europe, et que de l’autre on s’inquiète de l’endettement des États et du délabrement des services publics.
  • La mutation que vous évoquez est celle de l’ubérisation, du self-employment. Elle transforme des formes de la dépendance économique qui affecte aussi bien les salariés que les entrepreneurs. Le travail n’est plus organisé sur le modèle taylorien du travail à la chaîne, c’est-à-dire d’une obéissance mécanique aux ordres, mais sur celui de la direction par objectifs, de la programmation du travailleur. La subordination ne disparaît pas mais change de forme. Ce n’est plus le moindre de ses gestes qui est dicté et mesuré, mais sa « performance ». L’obéissance fait place à l’allégeance du travailleur à l’égard d’un donneur d’ordre qui lui assigne une tâche qu’il peut organiser avec une certaine marge d’autonomie, pourvu qu’il remplisse ses « objectifs ».
  • Le cercle vertueux de la libération dans le travail et de la créativité ne peut être tracé que si ceux qui le réalisent ne vivent pas dans la peur du chômage et peuvent peser collectivement sur son contenu et son organisation.
  • La logique des droits de tirage sociaux est d’assurer une solidarité dans l’exercice d’une liberté individuelle ; par exemple, prendre un congé sabbatique, prendre soin de ses parents malades, acquérir des connaissances ou une formation nouvelle, créer une entreprise, élever ses jeunes enfants, etc. La personne qui ferait ce choix bénéficierait de dispositifs finançant la rémunération de ces différentes activités.
  • Les droits de tirage sociaux donneraient à chacun la possibilité de combiner diverses formes de travail dans une vie et de passer de l’une à l’autre sans mettre en péril ses revenus et ses droits. Cette proposition complète la Sécurité sociale, qui assure une solidarité face aux risques indépendants de la volonté, comme la maladie, l’accident ou la vieillesse.
  • Sans réduction des inégalités, notamment entre les revenus du travail et ceux du capital, et sans interdiction du dumping social et fiscal, le « compte personnel d’activité » prévu dans la loi el-Khomri risque de devenir un moyen de renvoyer chacun à une épargne individuelle qui renforcera encore le poids de la « bancassurance ». C’est seulement sur la base d’une plus juste distribution des revenus et des charges que de nouveaux dispositifs de solidarité pourront voir le jour, qui mettront les progrès de la productivité au service du plus grand nombre et permettront à chacun de faire ainsi plus de place à des tâches librement choisies.
  •  
    "La loi Travail de Myriam El Khomri soulève des débats passionnés. Professeur au Collège de France, Alain Supiot pose un regard aiguisé sur ce qu'ils révèlent."
Aurialie Jublin

Chez Zappos, les employés sous-performants deviennent des "Héros" - JDN - 0 views

  • Tony m'a laissé deux à trois mois pour permettre aux employés "envoyés à La Plage" de "se réinventer", explique Williams. Tous ceux qui entrent dans l'Espace de Réflexion y sont pour deux semaines pour commencer. Puis, Williams rallonge leur séjour d'une semaine à la fois, "du moment qu'ils font leur travail", qui consiste à tenir un journal, assister à des ateliers de travail et faire des tests de personnalité. L'espace de reflexion n'est pas là pour clouer les mauvais salariés au pilori. Le but est de les aider à retrouver leur place dans l'entreprise. Ils ne sont pas considérés comme des personnes en échec, mais comme des pionniers.
  •  
    "L'instauration de l'holacratie a généré bien des changements. Parmi eux, l'instauration d'une agence d'aide à la reconversion pour les salariés n'atteignant pas leurs objectifs."
Aurialie Jublin

La MAIF instaure le droit à l'erreur - Les Echos Business - 0 views

  •  
    Afin de tranquilliser les esprits, l'accord conclu en 2012 pour accompagner le nouveau schéma directeur opérationnel admettait donc la possibilité de commettre des erreurs, le temps de se faire à sa nouvelle réalité professionnelle. Dans la foulée, il a paru évident d'intégrer le principe de la tolérance à l'erreur dans la renégociation d'un accord de prévention des risques psychosociaux. « La nouvelle organisation a contribué à individualiser les postures, et les remontées du réseau ont fait part de problèmes, avec une tendance à un management trop strict et à une infantilisation des gens. Cela a été un déclencheur pour la direction, qui a décidé de faire quelque chose d'innovant », analyse-t-il. Olivier Ruthardt voit en effet dans la tolérance à l'erreur un élément fondamental : « Vous redonnez aux gens qui agissent, et donc se trompent, la possibilité de découvrir d'autres champs d'expérimentation. » Le DRH va même plus loin : « Quand tout le monde fait la même erreur, c'est là qu'est la norme. » Encore faut-il repérer la mutation, ce qui veut dire dialoguer sans avoir peur de dire ses échecs.
Aurialie Jublin

Suresnes rémunère ses agents au mérite - Les Echos Business - 0 views

  • Les partenaires sociaux ont également validé la nouvelle grille d'entretien professionnel qui permettra, lors de la campagne d'évaluation - qui vient de débuter - de noter les agents. Parmi les items retenus pour juger le travail des catégories B et C, des notions nouvelles dans la fonction territoriale : l'assiduité, l'adaptation au changement, la prise d'initiatives et le respect des délais. Pour les encadrants, aussi, les critères de l'évaluation ont été affinés : conduire le changement, maintenir une attitude contrôlée et positive en toutes circonstances mais aussi agir pour prévenir l'absentéisme.
  • Indirectement, la maire adjointe souhaite redonner des marges de manoeuvre à chaque manager : « Réaliser ces évaluations demande de faire preuve de courage managérial et de concevoir des objectifs réalistes. » D'ailleurs pour éviter qu'un manager n'achète la paix sociale en attribuant de bonnes notes à l'ensemble de ses troupes, il sera lui-même noté sur sa capacité à sanctionner positivement ou négativement. « Le nouveau régime indemnitaire sera l'opportunité d'un dialogue managérial approfondi tout en améliorant le fonctionnement de tous les services », espère l'élue.
  •  
    "A partir du 1er avril 2016, les agents municipaux dont le travail sera jugé « à améliorer », « insuffisant » ou « très insuffisant » par leur hiérarchie verront leur régime indemnitaire diminuer de 15 à 35 % pour les catégories A qui occupent des fonctions de conception, de direction et d'encadrement, de 10 à 30 % pour les B (fonctions d'application et de rédaction) et de 10 à 25 % pour les C (fonctions d'exécution). A contrario, les plus investis verront leur régime augmenter dans les mêmes proportions, selon qu'ils sont « très bons », « excellents » ou « exceptionnels ». Exemple : un agent de la catégorie A jugé « exceptionnel », verra ses émoluments grimper de 135 euros par mois (+35 %) ; noté « à améliorer », il perdra d'emblée 90 euros mensuels. Pour celui qui était jusqu'ici désengagé sans pénalités financières, le signal est fort : « En cumulant les mauvaises appréciations, l'agent verra ses revenus entamés année après année. »"
Aurialie Jublin

Travail - Comment Michelin «libère» ses cols bleus - Liaisons Sociales Magazi... - 1 views

  •  
    "Polyvalence, responsabilisation, délégations… Les ouvriers de l'usine Michelin du Puy-en-Velay gèrent eux-mêmes des missions hier dévolues aux managers. Une démarche innovante et source de compétitivité, mais faiblement reconnue."
Aurialie Jublin

« Loin du bureau » : ce que révèlent nos messages d'absence | Nouveau monde |... - 1 views

  •  
    Une partie de la conclusion de l'article : "Connexion et mobilité : les deux caractéristiques des ordiphones sont appelées à constituer la structure fondatrice d'un nouveau contrat de travail, adapté à la réalité. Dans un souci de cohérence, un droit à la mobilité sera reconnu : droit de travailler depuis n'importe où, trois ou quatre jours par semaine. Un droit à la mobilité géographique apparaît comme l'autre face de l'obligation de connexion, qui tend à s'imposer, en pratique. Il n'est pas question de télétravail, synonyme de « bureau à la maison ». Il est question d'accorder au salarié la liberté de travailler où il veut, pendant une partie de la semaine. Connexion obligatoire, car on ne peut pas payer les gens à ne rien faire. Droit au déplacement, car on ne peut pas non plus continuer à imposer aux salariés des trajets quotidiens éreintants et coûteux alors que ces mêmes salariés peuvent fort bien faire leur travail depuis n'importe où (sous certaines réserves tenant notamment à la protection des informations confidentielles de l'entreprise)."
Aurialie Jublin

In the Future, Employees Won't Exist | TechCrunch - 0 views

  • Fortunately, dozens of services are popping up to fill this void and support the growing contractor class. Freelancer’s Union offers insurance tailored to the needs of independent workers. Peers.org provides a community to better understand what wages contractors can expect to make. QuickBooks Self-Employed offers financial and tax tools. And there are even digital nomad communities popping up around the globe for those who don’t need to be tethered to one spot and apps like Teleport to help contractors find them. This burgeoning ecosystem is closing the “benefits gap” between employees and contractors. When a person can get insurance, community and financial help without traditional employment, it raises the question: Why be traditionally employed?
abrugiere

Révolution numérique : les 12 travaux des syndicats - Rue89 - L'Obs - 1 views

  •  
    "Droit à la déconnexion, ambiance faussement cool et incitations aux heures sup', pressions discrètes, robots, risques de flicage : ce que les syndicats ont à dire sur le numérique."
  •  
    - les entrepôts à pénétrer  - les relations sociales façon "on est tous potes"  - déconnexion  - digital labor  - destruction d'emploi  - traçabilité des données  - defiscalisation des entreprises   - individualisme  - entreprise étendue et salarié volant  - robots et automatisation  - la start-up et le manque de prise en compte des droits  - - le télétravail 
Aurialie Jublin

Transformation de La Poste : « Accompagner tous nos collaborateurs vers de no... - 0 views

  •  
    "INTERVIEW. Former 70 000 collaborateurs, tel est l'ampleur du chantier issu du rapprochement entre le réseau commercial et bancaire de la Poste et la Banque Postale, une filiale du Groupe. Catherine Charrier-Leflaive, DRH de la Banque Postale, des Services financiers, et du Réseau La Poste explique comment ce vaste mouvement de transformation se déploie sur le terrain."
Aurialie Jublin

Blog newlaw.fr - 0 views

  •  
    Publication juridique
1 - 20 of 50 Next › Last »
Showing 20 items per page