Skip to main content

Home/ La veille publique de Chronos/ Group items tagged bien être

Rss Feed Group items tagged

Chronos Veille

Enlarge your Paris - Les services, clé de la valeur de l'immobilier - 0 views

  • définir jusqu’à quel point une construction doit dicter les usages de ses utilisateurs et jusqu’à quel point elle doit être un potentiel dont on va pouvoir se saisir. En cela, le modèle haussmannien est extraordinaire. Un immeuble peut avoir été édifié à l’origine pour de l’habitat mais se retrouver transformé en bureaux, en hôtel ou en grand magasin. Tout le contraire des immeubles de bureaux d’aujourd’hui qui dégagent une certitude qui me laisse pantois.
  • la manière dont ils travaillent est conditionnée par le bâtiment lui-même.
  • Sommes-nous en mesure de produire une utopie de ces espaces qui hébergent la plus grande part de nos vies actives ? C’est ce qui nous a guidé dans la réflexion que nous avons menée pour Réinventer Paris et qui a abouti au projet d’immeuble « Ressources humaines » dans le quartier des Batignolles. Selon nous, l’expression générique « immobilier d’entreprise » va s’effacer au bénéfice d’ « immobilier du quotidien »
  • ...7 more annotations...
  • En même temps qu’émerge le coworking, on voit des entreprises adopter des comportements de plus en plus paternalistes. Elles proposent à leurs salariés d’accéder à un éventail de services directement sur leur lieu de travail. Sous couvert de bien-être, ce sont des groupes qui se renferment sur eux-mêmes.
  • c’est le risque du bunker !
  • C’est ainsi que nous avons pensé une station de mobilité alternative au sein même du projet « Ressources humaines », en lien avec une plateforme de transport publique proche. Cette station donnerait accès à des vélos en libre service, du covoiturage ou de l’autopartage, des modes de déplacement qui font partie de la ville actuelle, donc du travail.
  • Dans ce même projet nous travaillons sur un concept de régies locales de données rattachées aux immeubles, au quartier, à la ville et au-delà. Le principe est le suivant : les résidents acceptent que la régie collecte certaines de leurs données (horaires de travail, lieu d’habitation, modes de déplacements, etc.). En contrepartie, ils accèdent à des services appropriés.
  • Il existe une maxime du général vietnamien Nguyên Giáp (1911- 2013) qui dit « Si l’ennemi se concentre il perd du terrain, s’il se disperse il perd sa force ». Quand l’immobilier de bureaux se concentre, cela donne La Défense, ce qui assèche les territoires autour. Néanmoins, une entreprise ne risque-t-elle pas de perdre en force si les espaces de travail sont disséminés ? La concentration et la répartition sont des questions complexes et aucune solution ne s’impose.
  • ne réflexion doit également être menée sur la manière d’exploiter les immeubles de bureaux en dehors de leurs traditionnels horaires d’activité. Aux Mureaux, des urbanistes ont travaillé sur la façon d’utiliser des espaces publics comme les collèges, les lycées, les bibliothèques ou les gymnases, pour d’autres activités que leur activité de destination, et ce pendant les temps où ils sont inutilisés. Et ça marche !
  • un immeuble de bureaux doit être conçu de manière à ne pas dicter la pratique qu’en ont ses utilisateurs.
  •  
    Entretien croisée avec Emmanuel Combarel (architecte) et Bruno Marzloff (Chronos) sur les immeubles de bureaux : comment les rendre plus flexibles et y intégrer des services, sans non plus en faire une "deuxième maison" ?
Chronos Veille

ViaStella - La transition énergétique, un enjeu pour les architectes - 0 views

  • "Il ne faut pas situer la transition énergétique ou le changement climatique en rôle de contraintes, de normes, d'obligations et de coûts. En tant qu'architectes, nous voudrions montrer que cela peut être sujet pour le bien-être des gens, pour leur confort, pour un nouvel esthétique"
  • "On a longtemps exclu les gens du mode constructif. C'est à dire, qu'on les a uniquement mis en temps qu'utilisateurs et pas du tout comme acteurs. Notre crédo, c'est de les mettre dans un processus global"
  •  
    "Le secteur de la construction est responsable de 19% des gazs à effet de serre, de 40% de l'énergie consommée au niveau mondial."
Chronos Veille

Slate - Être une smartcity concrètement, ça veut dire quoi ? - 0 views

  • aractère extrêmement vague des objectifs 
  • mais au moins l’ambition avait un sens et du souffle.
  • Alors qu’on promettait des économies d’énergie significatives, les premières études ont révélées que, «pour 90 % des consommateurs, l’arrivée de Linky n’a rien modifié dans leurs pratiques».
  • ...5 more annotations...
  • Mais après tout, doit-on s’offusquer d’une définition floue et d’un pilotage incertain si la smart city apporte un gain incontestable pour les citoyens-utilisateurs? L’essentiel n’est-il pas d’obtenir des résultats?
  • la smart city interroge également sur les rapports qu’elle institue entre acteurs privés et publics.
  • se défendre de toute attitude monopolistique
  • On découvrirait ainsi un peu tard que, sans appropriation par les usagers, les technologies ne changent pas le réel.
  • De la même manière qu’il y a eu un engouement des collectivités territoriales pour l’«Agenda 21», aujourd’hui en perte de vitesse, l’hystérie smart city pourrait bien rapidement retomber.
  •  
    D'après une étude européenne 90% des villes européenne de plus de 500 000 habitants seraient des "smartcities". Lyon, première ville française, se place au dixième rang, revendique son côté "smart" depuis 2010. Mais entre logique d'empilement de projet expérimentaux, et démarche cohérente à moyen terme, qu'est-ce qu'être réellement une smartcity ?
  •  
    D'après une étude européenne 90% des villes européenne de plus de 500 000 habitants seraient des smartcities. Lyon première ville française, revendique son côté "smart" depuis 2010. Mais entre logique d'empilement de projet expérimentaux, et une démarche cohérente à moyen terme, qu'est-ce qu'être réellement smart pour les villes européennes?
Chronos Veille

Le Monde diplomatique - De l'utopie numérique au choc social, par Evgeny Moro... - 0 views

  • le débat contemporain sur la technologie reste donc engoncé dans un carcan familier : considérant l’information comme une marchandise, il s’intègre parfaitement au paradigme libéral.
  • Pour concevoir l’information autrement, il faudrait commencer par l’extraire de la sphère économique. Peut-être en la considérant comme un « commun »
  • La numérisation de la vie quotidienne combinée à l’avidité déchaînée par la financiarisation laisse présager la transformation de toute chose — notre génome comme notre chambre à coucher — en bien productif.
  • ...1 more annotation...
  • Google, Uber ou Airbnb disposent d’un répertoire rhétorique nettement plus vaste que celui de JP Morgan ou de Goldman Sachs.
  •  
    "La stratégie du géant consiste à agréger des données provenant d'une multitude de sources (voiture sans conducteur, lunettes connectées, courrier électronique) et à faire dépendre l'efficacité du système de son ubiquité : pour en tirer le meilleur parti, nous devrions laisser ses services emplir, tel un gaz, les moindres recoins de notre quotidien. L'immensité du réservoir de données ainsi constitué le protège de toute concurrence"
Chronos Veille

Mutinerie Coworking - L'entrepreneuriat subi - 0 views

  • Dans le futur il n y aura plus d’employés. C’est le titre d’un article récent de Techcrunch
  • Il se passe que le travail s’organise désormais par agrégation ponctuelle de compétences entre tout le monde et sans limitation de distance.
  • le travail ne rime plus avec un lieu, ni une équipe.
  • ...5 more annotations...
  • Les entreprises ont historiquement joué un rôle structurant, stabilisateur et formateur. Elles se sont attachées à former leurs employés, à leur fournir les outils et à leur prodiguer une stabilité financière. Elles ont créé du long terme
  • Richard Florida, et d’autres après lui voient l’avenir comme cela : une minorité de « créatifs » (entrepreneurs, employés de startup, contractants indépendants d’élite) un socle encore pérenne d’employés indispensables (grandes entreprises traditionnelles, personnel industriel, fonction publique) une majorité de « contractants indépendants », de freelances externalisés et souvent précaires.
  • le salariat est amené à perdre son rang de modèle exclusif d’organisation du travail, de lieu dominant de sociabilisation et d’élément structurant de la société. C’est même déjà le cas dans la plupart des métropoles occidentales.
  • les freelances se retrouvent souvent seuls, travaillant chez eux dans de mauvaises conditions matérielles et sociales, en pratique, la pression financière les contraint parfois à accepter tout ce qui se présente et les attentes des clients limitent leur capacité réelle à choisir leur emploi du temps. Les conséquences sont le stress, le manque de temps disponible pour se former, l’isolement et l’impossibilité de se projeter à long terme.
  • Une société et une économie incapables d’avoir une vision de long terme, de miser sur le futur et de protéger correctement ses membres ne donne rien de bon sur les plans de l’innovation ou de la productivité, sans même parler de bien-être … Il n’est jamais bon de créer des sociétés de mercenaires.
  •  
    "Les salariés eux-même se transforment de plus en plus en contractants de court terme."
Chronos Veille

Metropolis - Mobilité au travail et implication du salarié : les clés d'un pa... - 0 views

  • The panel concluded that by developing technology and designing products that, rather than being prescriptive, give people tools to make healthier decisions, the individual can be put back in control of their health and the quality of life can be greatly improved.
  •  
    Les innovations technologiques pour augmenter l'efficacité au travail, tel le bureau intelligent OfficeIQ qui conseille son utilisateur sur ses moments de productivité, se multiplient. Les spécialistes du comportement au travail voient dans ces innovations des outils positifs qui favorisent l'implication du salarié et dès lors son efficacité au sein de l'entreprise.
Chronos Veille

Good magazine - L'odorat : pourquoi pas un outil pour faire la ville ? - 0 views

  •  
    Percevoir la ville au regard des odeurs qu'elle offre. Voici ce que propose cette étude réalisée dans sept villes d'Europe à travers une cartographie représentant les données olfactives perçues. Un outil intéressant pour repenser la ville, ses lignes, espaces verts et flux.
1 - 7 of 7
Showing 20 items per page