Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged qvt

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Un salarié qui disparaît du jour au lendemain? La pratique est de plus en plu... - 0 views

  • Analyse confirmée par Sébastien Palerme, du groupe de construction: "Je ne connais ce phénomène que depuis un peu plus de 5 ans. Elle est liée à l'état d'esprit des nouvelles générations qui change: moins d'engagement dans le milieu professionnel, plus d'individualisme."
  • "C’est très fréquent dans les professions paramédicales, analyse sur LinkedIn Isabelle Lesieur, cadre de la santé qui a travaillé en EHPAD et dans des services de psychiatrie. Le plus souvent, cela traduit une maladie, un accident ou un burn-out. Je me souviens par exemple d’une infirmière. Elle travaille 3 heures, puis explose en larmes en me disant qu’elle ne peut pas travailler comme ça. Elle part en courant… et je n’ai jamais plus eu de nouvelles !"
  • Isabelle Wroclawski est directrice d’une maison d’accueil spécialisée pour personnes handicapées, qui emploie une centaine de salariés. Elle affirme que 12 aides-soignants et aides médico-psychologiques se sont volatilisés depuis début 2017. “C’est devenu tellement courant dans notre établissement que plus personne ne s’inquiète quand quelqu’un disparaît", explique-t-elle par téléphone.
  • ...2 more annotations...
  • Si la pratique semble presque ordinaire dans certaines entreprises, c'est qu'elle peut être le seul moyen pour un professionnel de percevoir une allocation chômage. En effet, la démission ne donne pas droit à une indemnisation (même si la loi Avenir professionnel, votée le 1er août, doit changer la donne). Mais attention, cette spécificité française est loin d’expliquer tous les cas de "ghosting". D’abord, un salarié peut abandonner son poste tout en avertissant (même officieusement) son employeur. Ensuite, beaucoup de nos "fantômes" sont partis pour un nouvel emploi.
  • Seule option pour les employeurs: déclencher une procédure de licenciement pour abandon de poste, avec mise en demeure de régulariser la situation, convocation à un entretien préalable au licenciement, puis licenciement (pour cause réelle et sérieuse, ou faute grave).
  •  
    "Les professionnels sont toujours plus nombreux à arrêter de venir au travail, sans aucune explication. C'est ce qu'ont expliqué des recruteurs et managers à la rédaction de LinkedIn."
Aurialie Jublin

The Day I Drove for Amazon Flex - The Atlantic - 0 views

  • But Flex operates year-round, not just during the holiday season, which suggests there’s another reason for it: It’s cheap. As the larger trucking industry has discovered over the past decade, using independent contractors rather than unionized drivers saves money, because so many expenses are borne by the drivers, rather than the company.
  • The company doesn’t share information about how many drivers it has, but one Seattle economist calculated that 11,262 individuals drove for Flex in California between October 2016 and March 2017, based on information Amazon shared with him to help the company defend a lawsuit about Flex drivers.
  • “A lot of these gig-type services essentially rely on people not doing the math on what it actually costs you,”
  • ...13 more annotations...
  • One Amazon Flex driver in Cleveland, Chris Miller, 63, told me that though he makes $18 an hour, he spends about 40 cents per mile he drives on expenses like gas and car repairs. He bought his car, used, with 40,000 miles on it. It now has 140,000, after driving for Flex for seven months, and Uber and Lyft before that. That means he’s incurred about $40,000 in expenses—things he didn’t think about initially, like changing the oil more frequently and replacing headlights and taillights. He made slightly less than $10 an hour driving for Uber, he told me, once he factored in these expenses; Flex pays a bit better.
  • If the driver gets into a car accident, the driver, not Amazon, is responsible for medical and insurance costs. If a driver gets a speeding ticket, the driver pays. (UPS and FedEx usually pay their trucks’ tickets, but Amazon explicitly says in the contract Flex drivers sign that drivers are responsible for fees and fines­.)
  • Brown likes to work two shifts delivering groceries for Amazon, from 4:30 to 6:30 a.m. and 6:30 to 8:30 a.m., but the morning we talked, no 4:30 shifts were available. He sometimes wakes up at 3 a.m. and does what Flex workers call the “sip and tap,” sitting at home and drinking coffee while refreshing the app, hoping new blocks come up. He does not get paid for the hour he spends tapping. Twice in the last year, he’s been barred from seeing new blocks for seven days because Amazon accused him of using a bot to grab blocks—he says he just taps the app so frequently Amazon assumes he’s cheating.
  • Akunts said that people often get “deactivated,” which means they receive a message telling them they can no longer drive for Flex. Sometimes, the workers don’t know why they’ve been terminated and their contract annulled, he told me. It can take as long as a month to get reinstated.
  • But lots of people risk it and park illegally in meters, he told me—the number of parking citations issued in the first three months of the year for people parking illegally at red and yellow meters grew 29 percent from 2016, according to data provided to me by the city.
  • And then there was the fact that the Flex technology itself was difficult to use. Flex workers are supposed to scan each package before they deliver it, but the app wouldn’t accept my scans. When I called support, unsure of what to do, I received a recorded messaging saying support was experiencing technical difficulties, but would be up again soon. Then I got a message on my phone telling me the current average wait time for support was “less than 114,767 minutes.” I ended up just handing the packages to people in the offices without scanning them, hoping that someone, somewhere, was tracking where they went.
  • Technology was making their jobs better—they worked in offices that provided free food and drinks, and they received good salaries, benefits, and stock options. They could click a button and use Amazon to get whatever they wanted delivered to their offices—I brought 16 packages for 13 people to one office; one was so light I was sure it was a pack of gum, another felt like a bug-spray container.
  • But now, technology was enabling Amazon to hire me to deliver these packages with no benefits or perks. If one of these workers put the wrong address on the package, they would get a refund, while I was scurrying around trying to figure out what they meant when they listed their address as “fifth floor” and there was no fifth floor. How could these two different types of jobs exist in the same economy?
  • Gig-economy jobs like this one are becoming more and more common. The number of “non-employer firms” in the ground-transportation sector—essentially freelancers providing rides through various platforms—grew 69 percent from 2010 to 2014, the most recent year for which there is data available, according to a Brookings analysis of Census Bureau and Moody’s data.
  • “We’re going to take the billion hours Americans spend driving to stores and taking things off shelves, and we’re going to turn it into jobs,” Viscelli said. “The fundamental question is really what the quality of these jobs is going to be.”
  • Liss-Riordan says one of the biggest obstacles in getting workers to take legal action over their classification is that many Flex workers agree, upon signing up to deliver packages, to resolve disputes with Amazon through arbitration. Companies can now use arbitration clauses to prevent workers from joining together to file class-action lawsuits, because of a May Supreme Court ruling.
  • Even weeks after I’d stopped driving for Flex, I kept getting new notifications from Amazon, telling me that increased rates were available, tempting me to log back in and make a few extra bucks, making me feel guilty for not opening the app, even though I have another job.
  • My tech-economy experience was far less lucrative. In total, I drove about 40 miles (not counting the 26 miles I had to drive between the warehouse and my apartment). I was paid $70, but had $20 in expenses, based on the IRS mileage standards. I had narrowly avoided a $110 parking ticket, which felt like a win, but my earnings, added up, were $13.33 an hour. That’s less than San Francisco’s $14 minimum wage.
  •  
    "Amazon Flex allows drivers to get paid to deliver packages from their own vehicles. But is it a good deal for workers?"
Aurialie Jublin

Vos désirs sont des ordres | Cosmo [†] Orbüs - 0 views

  • La morale, c’est qu’il n’y a pas de limites à la volonté de contrôle des corps. Le techno-capitalisme avance souvent main dans la main avec sa meilleure ennemie : la liberté individuelle. […] Les organisations qui ne savent pas promouvoir l’homme tel qu’il est (et la femme telle qu’elle est), dans toutes ses dimensions, dans toutes ses richesses (et faiblesses !), sont des organisations dont le design n’est pas prévu pour l’humain.
  • Dans un monde où les entreprises cherchent à dépasser les possibilités de leur main d’oeuvre humaine (cadence, qualité, standardisation de la production etc.) pour pas trop cher (ou vite rentabilisé), la machine semble être une solution logique. Le design de la machine industrielle (et du logiciel de service) est conçu pour accomplir précisément ce qu’elle est supposée faire (on en a déjà parlé). Ça paraît tout bête dit comme ça, mais ça va mieux en le disant : la machine est faite pour faire ce qu’on veut qu’elle fasse. Elle est donc complètement compatible avec les attentes de l’entreprise, contrairement à ces humains bourrés de vices de conception, qui dorment, mangent, prennent des pauses, font grève et… vont aux toilettes.
  • Certains prêchent qu’on aurait intérêt à s’entraîner pour concurrencer les machines qui, demain, nous remplacerons. D’autres évoquent l’impossibilité totale de battre le droïde sur son propre terrain (encore une fois : il est conçu pour une tâche précise. Comment voulez-vous lutter ?), et appellent à embrasser le Grand Remplacement Robotique qui serait pour demain.
  • ...3 more annotations...
  • La première option n’en est pas une. S’entraîner pour accomplir ce qu’un robot manifestement imparfait fait déjà mieux que nous est une gageure. A moins de les perfuser en permanence (sucre + excitants + antidépresseurs), de les gaver de pilules anti-sommeil, de les enchaîner à la chaîne de montage et de tenir la Ligue des Droits de l’Homme à distance, les ouvriers de l’industrie automobile sont moins efficaces que les robots qui existent d’ores et déjà. Dans le futur, aucune « augmentation » transhumaniste ne changera jamais cet état de fait.
  • La deuxième option est plus intéressante. Souvent la réflexion de penseurs comme Ariel Kyrou (dans Réinventer le travail sans l’emploi) ou des auteurs de SF comme Norbert Merjagnan (CoÊve 2051) fait suivre le constat du tout-robotique à venir par un appel au Revenu de Base. Forcément : si les machines font si bien le travail, laissons leur. Mais si nous n’avons plus de boulot ni de salaire, qui achètera les quantités de produits débités par nos usines robotisées ? Le revenu de Base est parfois vu comme la face B, indissociable de la robotisation galopante. A moins de s’en remettre à la phrase de Catherine Dufour : « Avec la robotisation on nous avait promis les loisirs, et on a eu le chômage. »
  • Pendant que le service marketing s’essaye à la promesse, quelqu’un d’autre doit la tenir. Le paradis du consommateur est souvent l’enfer du salarié.
  •  
    "Il y a des entreprises où les employés portent de couches parce qu'il n'ont pas le temps - parce qu'on ne leur laisse pas le temps - d'assouvir un besoin essentiel et commun à tou(te)s. Il y a des entrepôts d'Amazon environnés de tentes parce que les employés n'ont pas le temps - parce qu'on ne leur laisse pas le temps - de rentrer chez eux le soir. (Et encore, pour le moment ils n'ont pas de bracelet de surveillance.) Allons bon, ils ont toujours le choix ! Sauf qu'à trop faire la fine bouche, on leur rappellera que six millions de crevards demandeurs d'emplois attendent dehors pour prendre leur place. Comme le notait Mais où va le web dans son excellent article Pause pipi et ovocytes congelés : l'homme machine selon Heidegger, le fait que des entreprises en arrivent à de tels délires dans l'exploitation de leurs salariés est un problème de design. Ces entreprises et leur fonctionnement ne sont pas compatibles avec ce qu'est l'être humain. "
Aurialie Jublin

« J'adore mon travail, mais… » - 0 views

  •  
    "Marielle est infirmière, engagée, professionnelle et part travailler tous les matins… la boule au ventre. Joachim est journaliste, passionné, motivé et précaire à en perdre le sommeil. Elsa est cadre supérieure, investie, performante et va faire un burn-out le mois prochain. Francis est technicien et travaille dans de bonnes conditions, pour un salaire confortable, tout en se plaignant sans cesse de son entreprise. Leurs points communs ? Ils ne changeraient de travail pour rien au monde, malgré le fait qu'ils soient rongés par ce même emploi."
Aurialie Jublin

QVT et collectifs « heureux » : le rôle du manager - Metis - 0 views

  • la déconnexion des dirigeants au terrain, une problématique déjà évoquée par Michel Crozier et approfondie aujourd'hui par l'un de ses continuateurs, François Dupuy, auteur notamment de La fatigue des élites, Lost in management et La faillite de la pensée managériale. On retrouve justement la problématique de la quantophrénie et du chiffre. En effet, plus les dirigeants s'éloignent des processus de travail et ont du mal à les cerner et plus ils demandent du reporting, des données. Il y a alors une grande partie de l'énergie des opérateurs qui est dérivée, déviée vers la production de chiffres.
  • on est en France dans ce contexte particulier d'un taylorisme dont on a des difficultés à sortir. En même temps, ces vingt dernières années il y a eu un effort extrêmement important sur l'éducation : le niveau moyen s'est considérablement élevé et de plus en plus de jeunes sortent de l'université. Ainsi, des personnes de mieux en mieux formées se trouvent confrontées à des marges de manœuvre de plus en plus réduites. D'où cet intérêt vis-à-vis de l'entreprise libérée qui existe aussi en Belgique, mais nulle part à ce point ailleurs en Europe. D'où aussi le nombre important de jeunes qui veulent créer leur startup, préférant la liberté et le dynamisme à la contrainte. Cet esprit entrepreneurial est l'aspect positif, mais il y a un gros revers, c'est le désengagement d'autres personnes dans l'entreprise et ce que l'on appelle « la grève du zèle ». Quand tout le monde suit les consignes à la lettre, cela bloque le travail et les organisations. Cela prouve que l'hyper-prescription du travail n'est pas un gage de performance, ni sur le plan économique ni sur le plan humain.
  • En France, on a souvent une vue assez critique sur le management, on a même tendance à le diaboliser. Mais, pour moi, il ne faut pas aller dans le sens de ce que voudrait nous faire croire l'entreprise libérée qui développe son « modèle idéal » : dialogue direct entre le chef d'entreprise - le libérateur - et ses collaborateurs. J'estime au contraire que ce modèle est détestable dès que l'entreprise atteint une certaine taille et doit composer avec la complexité. L'étude de Technologia que j'ai mentionnée montre à quel point la fréquence et la qualité de la relation avec le manager de proximité sont déterminantes pour construire la QVT. Lorsqu'il y a un désaccord ou un conflit, on doit trouver les moyens de les résoudre. S'il n'y a plus personne pour le faire les tensions montent et les risques psychosociaux (RPS) avec. Même si les machines et algorithmes peuvent apporter un certain nombre d'informations, la dimension humaine est irremplaçable.
  •  
    "La QVT qu'est ce que c'est ? Qu'est-ce qui pousse les dirigeants à s'en emparer ? Et pourquoi ne pas aller vers l'entreprise libérée ? Les collectifs sont-ils morts ? Dans un entretien croisé, une conversation entre Yves Grasset, sociologue du travail et auteur de Nourrir le collectif - sortir de l'individualisation pour sauver le travail et Martin Richer spécialiste de la Responsabilité Sociale des Entreprises et co-auteur du rapport Qualité de vie au travail : un levier de compétitivité, ces questions vont trouver réponse... et le manager sa juste place."
Aurialie Jublin

Définitions des composantes de la Qualité de Vie au Travail - Social Advisor - 0 views

  •  
    Six grands secteurs : - égalité des chances - Relations de travail/climat social - Santé au travail - Contenu du travail - Employabilité/développement professionnel - Partage et création de valeur
Chamila Puylaurent

La qualité de travail : un modèle d'avenir - 0 views

  •  
    "La qualité de travail, perçue comme modèle d'organisation et de management, est un modèle d'avenir, adapté aux contraintes contemporaines des entreprises, et qui leur permettra d'asseoir réellement leur compétitivité sur l'accomplissement de leurs salariés."
1 - 8 of 8
Showing 20 items per page