Skip to main content

Home/ Groups/ Culture informationnelle et translittératie
Alexandre Serres

Bulletin de veille sur les compétences informationnelles : Tendances 2015/201... - 3 views

  •  
    "Bulletin de veille sur les compétences informationnelles : Tendances 2015/2016"
  •  
    "Bulletin de veille sur les compétences informationnelles : Tendances 2015/2016"
Gabriel Gallezot

Obfuscation | The MIT Press - 0 views

  •  
    "To the toolkit of privacy protecting techniques and projects, they propose adding obfuscation: the deliberate use of ambiguous, confusing, or misleading information to interfere with surveillance and data collection projects"
Alexandre Serres

L'école à l'épreuve de la culture numérique des élèves - 0 views

  • Les rapports entre l’institution scolaire et la culture numérique des élèves sont ici examinés à la lumière d’une recherche qualitative centrée sur les collégiens d’un établissement scolaire
  • une structuration différente de l’activité qui fait obstacle au réinvestissement scolaire des compétences techniques.
  •  
    Article de la RFP
Michel Roland-Guill

Petite Poucette : la douteuse fable de Michel Serres | Revue Skhole.fr - 1 views

  • Ainsi, « apprendre » à lire et à écrire – enjeu central de la scolarité obligatoire des enfants – consiste à la fois dans l’acquisition de savoirs-faire élémentaires mobilisant la main et l’œil, dans la construction d’un rapport réflexif global au langage et aux signes[25], et dans l’ouverture critique à des formes multiples de discours et de représentations portées par un vaste corpus d’œuvres écrites[26].
  • Le psychologue russe Lev Vygotski a fortement souligné ces effets d’entrainement que l’apprentissage scolaire a vocation à produire à l’égard du développement spontané, et qui expliquent son allure générale d’éducation « artificielle » : l’école s’adresse non pas à ce que l’enfant sait déjà faire – son niveau présent de développement -, mais à ce qu’il ne sait pas encore faire de manière autonome tout en étant déjà à sa portée sous la conduite de l’adulte[27], selon une dynamique de « devancement » qui ne saurait avoir lieu d’elle-même sans la mise en place d’un dispositif réglé et directif d’apprentissage, porteur d’une certaine « discipline formelle »[28].
  • réduire de manière outrancière, comme le fait M. Serres, le rôle des enseignants jusqu’ici à celui de simples « porte-voix de l’écriture » ne faisant qu’oraliser des contenus appris par cœur à des enfants « transis », sommés de les recevoir passivement « bouche cousue, cul posé »[31], c’est choisir d’ignorer tout ce qui fait l’intérêt et même la nécessité de la relation maître-élève, pour tout homme qui veut apprendre : un commerce vivant et prolongé avec une personne qui sait plus et mieux que nous, capable de nous faire entrer progressivement dans un certain univers de pensées et de pratiques, parce qu’il a lui-même déjà appris à s’y orienter.
  • ...3 more annotations...
  • laisser Petite Poucette dans un face à face direct avec le savoir objectivé sur la Toile, ce n’est pas d’emblée faire d’elle une « conductrice » active (plutôt qu’une « passagère » spectatrice[32]), ni faire droit à sa « demande » en la libérant de l’imposition de « l’offre »[33], c’est bien plutôt prendre le risque de l’abandonner désarmée à la puissance brute de captation d’innombrables contenus disponibles en ligne, tels que les marchands de symboles en organisent et en exploitent la diffusion intensive.
  • les dernières pages du livre de Serres, dans lesquelles celui-ci rend hommage à Michel Authier[40], célèbre la « pensée algorithmique »[41], appelle à l’avènement de « l’idée de l’homme comme code »[42] et à la mise au point d’un « passeport universel codé »[43], relèvent d’une prophétie très ambivalente : « Dans des ordinateurs, dispersés ailleurs ou ici, chacun introduira son passeport, son Ka, image anonyme et individuée, son identité codée, de sorte qu’une lumière laser, jaillissante et colorée, sortant du sol et reproduisant la somme innombrable de ces cartes, montrera l’image foisonnante de la collectivité, ainsi virtuellement formée. De soi-même, chacun entrera en cette équipe virtuelle et authentique qui unira, en une image unique et multiple, tous les individus appartenant au collectif disséminé, avec leurs qualités concrètes et codées. »[4
  • Ce risque d’un tel devenir-insecte, c’est ce que le philosophe académicien ne veut pas voir, entrainé par l’euphorie lyrique de son propos.
N UGUEN

@rchiveSIC :: [sic_00830901, version 1] Enjeux culturels et sociaux de l'appr... - 2 views

  •  
    Au-delà, plusieurs recherches montrent que si cette classe d'âge possède des compétences manipulatoires, la culture informationnelle leur fait le plus souvent défaut. En la formant aux spécificités du numérique, nous montrons qu'il est possible de développer sa réflexivité et d'engendrer des pratiques maîtrisées. C'est en tout cas ce que laissent à penser les premiers résultats. Une chose est sûre : l'école a tout intérêt à tirer parti de ces dispositifs d'écriture numérique à des fins pédagogiques, sous peine de renforcer à la fois le fossé qui se creuse entre la culture légitime qu'elle incarne et la culture numérique des jeunes et au sein de cette même catégorie.
N UGUEN

Google, Amazon, Apple et Facebook : main basse sur la culture ! - Le Nouvel Observateur - 0 views

  •  
    "Troisième logique, encore plus troublante : une foi totale dans la capacité de la technologie à offrir une solution à tous les problèmes, qu'ils soient triviaux, sociétaux ou métaphysiques. "Ils sont guidés par cette idéologie perverse et dangereuse que j'appelle 'solutionnisme'", écrit l'essayiste Evgeny Morozov dans le "New York Times" : "une pathologie intellectuelle qui identifie les problèmes en tant que tels en fonction d'un seul critère, à savoir si l'on peut leur donner une 'solution technologique clean et sympa (...). Les solutionnistes se fourvoient en assumant les problèmes comme tels plutôt que de les questionner. Avec les marteaux numériques de la Silicon Valley, tous les problèmes ont tendance à ressembler à des clous, et toutes les solutions, à des applis.""
Alexandre Serres

FADBEN - 0 views

  • Voilà dix ans se tenaient à Paris les « Assises natio­nales pour l’éducation à l’information », à l’issue des­quelles l’ERTé « Culture infor­ma­tion­nelle et cur­ri­culum docu­men­taire » a vu le jour, s’interrogeant sur la per­ti­nence du concept de cur­ri­culum appliqué au domaine de l’information-documentation. Dans son rapport final, le GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didac­tique de l’information), affilié à cette ERTé, a formulé Douze pro­po­si­tions pour l’élaboration d’un cur­ri­culum info-​​documentaire. Une réflexion cur­ri­cu­laire a ainsi été initiée dont l’un des objectifs est de pourvoir les pra­tiques péda­go­giques exis­tantes d’un cadre struc­turant. Depuis la tenue des Assises, trois congrès de la Fadben ont sou­ligné cette nécessité et ont œuvré à l’avancée de ce chantier. Dans son « Mani­feste 2012 », l’association inter­pelle l’institution et l’invite à la consti­tution d’un groupe de travail minis­tériel chargé d’élaborer un cur­ri­culum info-​​documentaire.
  • Biblio­graphie indi­cative pour un état de l’art sur la réflexion curriculaire
  •  
    Pour un curriculum en information-​​documentation. Appel à contributions Médiadoc n° 10, mai 2013
1 - 20 of 64 Next › Last »
Showing 20 items per page