Skip to main content

Home/ Groups/ Ars legendi
Christian Jacomino

L'allée, de Jules Supervielle - 1 views

  •  
    Ne touchez pas l'épaule
    Du cavalier qui passe,
    Il se retournerait
    Et ce serait la nuit,
    Une nuit sans étoiles,
    Sans courbe ni nuages.
    - Alors que deviendrait
    Tout ce qui fait le ciel,
    La lune et son passage,
    Et le bruit du soleil?
    - Il vous faudrait attendre
    Qu'un second cavalier
    Aussi puissant que l'autre
    Consentît à passer.

    Les amis inconnus (1934)
Christian Jacomino

Paterson, de Jim Jarmusch ou l'exaltation bouleversante du quotidien par la p... - 1 views

  • Le titre du nouveau film de Jim Jarmusch, Paterson, réclame quelques éclaircissements : c'est d'abord le patronyme du personnage principal, joué par Adam Driver, c'est ensuite le nom de la ville du New Jersey, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de New York, où celui-ci est né et exerce la fonction (très utile à la communauté) de chauffeur de bus. Enfin, Paterson est le titre du plus célèbre recueil du poète américain William Carlos Williams (1883-1963), « grand œuvre » publié sur plusieurs années au lendemain de la guerre, hymne à la ville où, lui aussi, il naquit et vécut.
Christian Jacomino

Paterson, de Jim Jarmusch, circulations poétiques sur le bitume - 1 views

  • Ilot d’une précieuse singularité dans le cadre du cinéma américain, l’œuvre de Jim Jarmusch, 63 ans, s’augmente avec Paterson d’une nouvelle pépite, dont la sérénité et la douceur ont agi comme un baume lors de sa présentation au Festival de Cannes
Christian Jacomino

This Is Just To Say, by William Carlos Williams - 1 views

  •  
    I have eaten
    the plums
    that were in
    the icebox

    and which
    you were probably
    saving
    for breakfast

    Forgive me
    they were delicious
    so sweet
    and so cold

    The Collected Poems: Volume I, 1909-1939
    Poetry Fondation
Christian Jacomino

Musique : Dave Brubeck, paroles : Claude Nougaro - 1 views

  • « J’ai entendu ce morceau de Dave Brubeck et c’est un peu comme si j’avais un œil dans mon oreille. J’ai essayé de traduire, à travers la démarche rythmique et les contrastes de cette musique, une histoire dont le tragique m’a été soufflé par la musique. C’est une chanson dont je ne suis que le traducteur, comme un roman traduit de l’américain », déclarait Claude Nougaro.

    Une écriture cinématographique que Claude Nougaro a développée de plus en plus souvent : « J’ai toujours été influencé par le cinéma, alors je m’essaie à écrire une chanson comme un metteur en scène fait un découpage, plan par plan, pour obtenir des images que l’auditeur puisse installer dans un décor précis, en imagination », déclarait-il en 1995, dans le magazine trimestriel Chorus.

Christian Jacomino

Métiers d'artiste - 2 views

Beaucoup parmi nous n'ont pas d'emploi. Et, parmi ceux qui ont un emploi, beaucoup encore n'ont pas de métier. Les artistes sont des gens de métier. Il fut un temps pas si lointain où l'idée que no...

art contemporain Xavier Veilhan Sophie Calle Christo et Jeanne-Claude Fiona Tan

started by Christian Jacomino about 18 hours ago no follow-up yet
Christian Jacomino

Choses du soir, de Victor Hugo - 1 views

  •  
    Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
    Les troupeaux de bœufs vont aux abreuvoirs ;
    La lune, sortant des nuages noirs,
    Semble une clarté qui vient par surprise.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    Un panache gris sort des cheminées ;
    Le bûcheron passe avec son fardeau ;
    On entend, parmi le bruit des cours d'eau,
    Des frémissements de branches traînées.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    La faim fait rêver les grands loups moroses ;
    La rivière court, le nuage fuit ;
    Derrière la vitre où la lampe luit,
    Les petits enfants ont des têtes roses.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    L'Art d'être grand-père (1877)
Christian Jacomino

Critique de l'idée d'utopie éducative chrétienne - 2 views

  •  
    Baptiste Jacomino « Critique de l'idée d'utopie éducative chrétienne », Educatio [En ligne], 6 | 2017. URL : http://revue-educatio.eu

    Face aux utopies révolutionnaires, Kolakowski défend donc un « christianisme gris », qui n'oppose pas la noirceur du réel à la candeur de l'idéal, mais propose de cheminer dans l'inachèvement et l'humilité, sur une ligne de crête, entre révolte et acceptation, de sorte que des corrections et des améliorations sont toujours à accomplir, mais qu'elles ne prennent pas la forme démesurée et dangereuse d'un enthousiasme révolutionnaire qui prétend nous libérer de tout mal, sans médiation, en renversant définitivement le réel.
    ...
    L'autorité autorise, explique Michel de Certeau, en se référant implicitement à l'étymologie du mot. « Elle rend possible ce qui ne l'était pas. À ce titre, elle « permet » autre chose, à la manière dont un poème ou un film inaugure une perception qui n'eût pas été possible sans lui : après, on ne voit plus, on ne pense plus de la même façon. » L'autorité produit de la différence, elle permet que s'opère un changement de regard, de mode de vie, de façon de penser… Elle « […] se situe du côté des conditions de possibilité. » Sans l'autorité de Freud, pas de psychanalyse. Sans Marx, pas de marxistes. Sans Fernand Oury, pas de pédagogie institutionnelle.
Christian Jacomino

Beaux et grands bâtiments…, de François de Malherbe - 1 views

  •  
    Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure,
    Superbes de matière, et d'ouvrages divers,
    Où le plus digne roi qui soit en l'univers
    Aux miracles de l'art fait céder la nature:

    Beau parc et beaux jardins, qui dans votre clôture,
    Avez toujours des fleurs, et des ombrages verts,
    Non sans quelque démon qui défend aux hivers
    D'en effacer jamais l'agréable peinture:

    Lieux qui donnez aux cœurs tant d'aimables désirs,
    Bois, fontaines, canaux, si parmi vos plaisirs
    Mon humeur est chagrine et mon visage triste,

    Ce n'est point qu'en effet vous n'ayez des appas;
    Mais, quoi que vous ayez, vous n'avez point Caliste;
    Et moi, je ne vois rien quand je ne la vois pas.
Christian Jacomino

Vivre, c'est défendre une forme - 4 views

Ph. S. fait référence (d'après ce que je comprends) à une lettre d'Anton Webern à son élève Willi Reich, datée du 23 février 1944, où Webern cite cette phrase qu'il attribue à Hölderlin, mais sans ...

Anton Webern Friedrich Hölderlin Philippe Sollers musique

Christian Jacomino

Christo et Jeanne- Claude à la Fondation Maeght. - 0 views

  • Mais très vite ensuite pour reprendre le mot du poète allemand Hölderlin Vivre c’est défendre une forme, il a fait le choix de formes importantes que l’on retrouve dans la nature, dans le monde des objets, importantes car significatives pour lui.
Christian Jacomino

Dans le sommeil d'une petite fille…, de Georges Schehadé - 1 views

  •  
    Dans le sommeil d'une petite fille
    Il y a la grâce et le mystère d'une aiguille
    Et sorti d'un violon
    Un jeune homme chasseur qui l'épie
    - Ah couvrez bien cet enfant qui dort
    Car elle est dehors
    Dans les moustaches de la nuit

    Poésies, V (1972)
Christian Jacomino

De ma vie, je n'aurai jamais rien su faire - 1 views

Je ne retrouve pas cette note liminaire dans le premier volume des Œuvres complètes publiées par Étienne-Alain Hubert chez Flammarion, coll. "MILLE&UNEPAGES", 2010.

Pierre Reverdy

Christian Jacomino

Aby Warburg et le pouvoir des images - 0 views

  • De sa formation universitaire (et notamment de l’enseignement de Justi), il a retenu une conception de l’histoire de l’art comme description, narration, contextualisation (dans l’époque et dans la discipline), quête des sources et des documents. S’il cherche à extraire l’art de la contemplation formaliste, de l’approche par le plaisir et le goût, c’est pour mieux réussir à le traiter comme un élément de la civilisation humaine, comme une réponse existentielle à l’existence, comme l’expression d’un esprit –d’un démon, dirait Goethe– qu’il s’agit de saisir. Pour Warburg, la saisie du monde commence moins dans le langage ou la musique que dans l’image. Tout se passe comme si, à ses yeux, les hommes avaient d’abord dessiné, plutôt que parler ou chanter. L’image témoigne ainsi d’une rencontre avec le monde, possiblement la première, qui demande à être examiné comme une sorte d’énigme anthropologique. L’entreprise de Warburg –dont il semble avoir eu assez tôt l’idée, au moins dès son séjour à Florence à la fin des années 1880– consiste à scruter et découvrir la signification des formes visibles: non pas seulement ce qu’elles disent de la réalité objective, mais aussi et surtout ce qu’elles traduisent des hommes, ceux qui les confectionnent et ceux qui les considèrent, et de leur conception du monde derrière le passage des images.
Christian Jacomino

Au milieu du mot 'poésie' - 1 views

  •  
    « Au milieu du mot "poésie" un homme se gratte et ronchonne » (Éluard 1920). Le signe Po&sie aimerait dire le et qui est à l'intérieur de la poésie, un et de diversité, de pluralité. & : non pour abréger (ce serait plutôt l'inverse) mais esquisser un idéogramme qui symbolise l'instabilité, la nouveauté, la place faite au rapport, aux interactions. Po&sie pour rappeler le un-en-deux de la traduction, le travail de disjonction et conjonction de l'écriture poétique, l'inquiétude de la poésie sur son essence, le risque de sa dislocation moderne et l'humour qui anticipe sur une réunion.

    Les coopérateurs ici, sans numerus clausus : quelques-uns de ceux qui s'exposent à publier sous le titre « poème », quand bien même ils ne croiraient pas à la « pureté du genre ».

    Le comité. Juin 1977. 
Christian Jacomino

Ludovia Magazine - 1 views

  •  
    Education et numérique, Technologies d'Apprentissage, e-learning, serious games, ipad et tablettes numériques en éducation et formation
Christian Jacomino

Michel Lussault : Remettre en question le socle commun c'est consentir à la m... - 0 views

  • Vivement attaqué à gauche comme  à droite, menacé de disparition par plusieurs candidats à l'élection présidentielle, le Conseil supérieur des programmes (CSP) sort de sa réserve. Son président, Miche Lussault, un géographe, revient sur l'oeuvre accomplie. Il évoque aussi les obstacles que le CSP a trouvé sur sa route. Et il manifeste son intention de continuer. Mais pas dans n'importe quelles conditions...
Christian Jacomino

Enfance, d'Arthur Rimbaud - 1 views

  •  
    Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir.
    Il y a une horloge qui ne sonne pas.
    Il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches.
    Il y a une cathédrale qui descend et un lac qui monte.
    Il y a une petite voiture abandonnée dans le taillis, ou qui descend le sentier en courant, enrubannée.
    Il y a une troupe de petits comédiens en costumes, aperçus sur la route à travers la lisière du bois.
    Il y a enfin, quand l'on a faim et soif, quelqu'un qui vous chasse.

    Illuminations (1886)
Christian Jacomino

Clair de lune, de Paul Verlaine - 1 views

  •  
    Votre âme est un paysage choisi
    Que vont charmant masques et bergamasques
    Jouant du luth et dansant et quasi
    Tristes sous leurs déguisements fantasques.

    Tout en chantant sur le mode mineur
    L'amour vainqueur et la vie opportune
    Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
    Et leur chanson se mêle au clair de lune,

    Au calme clair de lune triste et beau,
    Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
    Et sangloter d'extase les jets d'eau,
    Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

    Fêtes galantes (1869)
1 - 20 of 166 Next › Last »
Showing 20 items per page