Skip to main content

Home/ Groups/ Ars legendi
Christian Jacomino

Vers un Pacte Mondial pour l'environnement - 0 views

  • Vers un Pacte mondial pour l’environnement : Agir pour la planète, agir par le droit
  •  
    Agir pour la planète, agir par le droit
Christian Jacomino

Macron s'engage à défendre le projet de « pacte mondial pour l'environnement » - 0 views

  • Emmanuel Macron poursuit son OPA dans le dossier du changement climatique. Intervenant samedi 24 juin en clôture de la conférence de lancement du « pacte mondial pour l’environnement », le président de la république a créé la surprise par l’engagement pris devant l’auditoire du grand amphithéâtre de la Sorbonne. Il a annoncé vouloir « aboutir à un texte, convaincre [ses] partenaires et porter dès septembre prochain, devant l’assemblée générale des Nations unies [ONU], le projet de pacte mondial pour l’environnement »
vale91

Clarisse Herrenschmidt, Les trois écritures. Langue, nombre, code - 2 views

  • Clarisse Herrenschmidt, linguiste et anthropologue, nous invite à revisiter l’écriture des langues1, le langage des nombres (en tant qu’entité arithmétique) et l’encodage informatique, non pas du point de vue du sens, mais selon un certain rapport entre la façon d’écrire et la façon de penser : « Nous cherchons les structures : comment certaines écritures notant les langues instaurent, expriment et expliquent le rapport des choses du monde et des choses du langage tel que l’ont vécu les vivants qui s’en servaient. » (p. 18-19.) Un voyage dans le temps et dans l’espace dont elle déplore les limites, puisque les territoires visités se limitent à la Mésopotamie, l’Iran, la Méditerranée orientale et le monde grec, l’Europe et les états-Unis pour la période récente. Le chinois, vraisemblablement la seule écriture non alphabétique encore en vie (Marchand, 2002, p. 14), n’est donc pas étudié, mais cela est consistant avec l’approche revendiquée par l’auteur de se limiter à l’« Occident ».
Christian Jacomino

Impression fausse, de Paul Verlaine - 3 views

  •  
    Dame souris trotte,
    Noire dans le gris du soir,
    Dame souris trotte
    Grise dans le noir.

    On sonne la cloche,
    Dormez, les bons prisonniers !
    On sonne la cloche :
    Faut que vous dormiez.

    Pas de mauvais rêve,
    Ne pensez qu'à vos amours.
    Pas de mauvais rêve :
    Les belles toujours !

    Le grand clair de lune !
    On ronfle ferme à côté.
    Le grand clair de lune
    En réalité !

    Un nuage passe,
    Il fait noir comme en un four.
    Un nuage passe.
    Tiens, le petit jour !

    Dame souris trotte,
    Rose dans les rayons bleus.
    Dame souris trotte :
    Debout, paresseux !

    Parallèlement (1899)
Christian Jacomino

La valorisation audiovisuelle par Maryvonne Blais - 0 views

  • Dès le début de la télévision, l’Etat a fait appel au petit écran pour éduquer et instruire les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. La télévision française a toujours eu une mission culturelle et documentaire et, au cours des soixante dernières années, s’est vu confier un rôle primordial d’éducation, de formation et de transmission du savoir. Maryvonne Blais, script dès les années 1960 puis réalisatrice pour la télévision scolaire, se penche au début des années 2000 sur la manière de valoriser les images des collections audiovisuelles. Elle est à l'initiative notamment de la série "A propos de...", montage d'archives autour de thématiques telles que le théâtre, la politique ou encore la photographie.
Christian Jacomino

Blanquer : La rentrée en musique - 0 views

  • Dans une lettre du 20 juin adressée aux recteurs , le ministre de l'éducation nationale annonce sa volonté d'organiser une rentrée en musique dans les écoles et établissements secondaires lors de la rentrée 2017. Le ministre avance comme argument la nécessité de "créer un environnement favorable, un cadre bienveillant". "Il s'agit de proposer aux élèves d'accueillir leurs nouveaux camarades en musique, manière chaleureuse de leur souhaiter la bienvenue"
Christian Jacomino

Le Snpden veut un autre bac - 0 views

  • Plus question de "remuscler" ou de "simplifier". Le bac, pour le Snpden Unsa, le premier syndicat des personnels de direction, est "un truc monstrueux qui ne sert à rien". Alors qu'une nouvelle affaire de fuite au bac venait de tomber, Philippe Tournier, secrétaire général,  a dit le 22 juin tout le mal que son syndicat  pense d'un examen perçu comme obsolète et néfaste. Le Snpden veut deux examens distinguant d'un coté la certification de fin d'études secondaires et de l'autre l'accès au supérieur.
Christian Jacomino

L'éducation non-formelle ou comment apprendre tout au long de la vie - 1 views

  • Pour apprendre, il y a d’autres lieux que l’école. Les concepts de société de la connaissance et d’éducation tout au long de la vie démontrent qu’il est possible d’apprendre à tous moments, en tous lieux et à tout âge. A l’ère des nouvelles technologies et de l’échange permanent d’informations, les opportunités d’apprentissages n’ont de cesse de se multiplier.
Christian Jacomino

Comme la mer, d'Olivier Cadiot - 5 views

  •  
    Comme je n'avais pas vu la mer, mais je voyais ces champs de blé du haut de là où nous étions avec mon pauvre père, et, devenant poétesse juste un instant, comme quelqu'un se lève au milieu d'une assemblée et chante dans une langue inconnue, se souvenant sans doute du rythme de quelques longues phrases apprises à l'école, je n'avais pas vu la mer, poursuit-elle, mais il y avait ces immenses champs de blé, et le vent, elle fait un geste pour dire trembler, onduler, et le vent, et elle ne savait pas comment finir sa phrase… c'était comme la mer.

    Un mage en été (2010)
Christian Jacomino

Moesta et errabunda, de Charles Baudelaire - 3 views

  •  
    Dis-moi ton cœur parfois s'envole-t-il, Agathe,
    Loin du noir océan de l'immonde cité
    Vers un autre océan où la splendeur éclate,
    Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
    Dis-moi, ton cœur parfois s'envole-t-il, Agathe ?

    La mer la vaste mer, console nos labeurs !
    Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse
    Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,
    De cette fonction sublime de berceuse ?
    La mer, la vaste mer, console nos labeurs !

    Emporte-moi wagon! Enlève-moi, frégate !
    Loin! Loin! Ici la boue est faite de nos pleurs !
    - Est-il vrai que parfois le triste coeur d'Agathe
    Dise: Loin des remords, des crimes, des douleurs,
    Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate ?

    Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
    Où sous un clair azur tout n'est qu'amour et joie,
    Où tout ce que l'on aime est digne d'être aimé,
    Où dans la volupté pure le cœur se noie !
    Comme vous êtes loin, paradis parfumé !

    Mais le vert paradis des amours enfantines,
    Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
    Les violons vibrant derrière les collines,
    Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
    - Mais le vert paradis des amours enfantines,

    L'innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,
    Est-il déjà plus loin que l'Inde et que la Chine ?
    Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,
    Et l'animer encore d'une voix argentine,
    L'innocent paradis plein de plaisirs furtifs ?

    Les Fleurs du mal (1857)
Christian Jacomino

Il pleure dans mon cœur…, de Paul Verlaine - 6 views

  •  
    Il pleure dans mon cœur
    Comme il pleut sur la ville ;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon cœur ?

    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un cœur qui s'ennuie,
    Ô le chant de la pluie !

    Il pleure sans raison
    Dans ce cœur qui s'écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?…
    Ce deuil est sans raison.

    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon cœur a tant de peine !

    Romances sans paroles (1874)
Christian Jacomino

Chanson d'automne, de Paul Verlaine - 3 views

  •  
    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon coeur
    D'une langueur
    Monotone.

    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l'heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure.

    Et je m'en vais
    Au vent mauvais
    Qui m'emporte
    Deçà, delà,
    Pareil à la
    Feuille morte.

    Poèmes saturniens (1866)
Christian Jacomino

Dans le sommeil d'une petite fille…, de Georges Schehadé - 4 views

  •  
    Dans le sommeil d'une petite fille
    Il y a la grâce et le mystère d'une aiguille
    Et sorti d'un violon
    Un jeune homme chasseur qui l'épie
    - Ah couvrez bien cet enfant qui dort
    Car elle est dehors
    Dans les moustaches de la nuit

    Poésies, V (1972)
Christian Jacomino

Beaux et grands bâtiments…, de François de Malherbe - 5 views

  •  
    Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure,
    Superbes de matière, et d'ouvrages divers,
    Où le plus digne roi qui soit en l'univers
    Aux miracles de l'art fait céder la nature:

    Beau parc et beaux jardins, qui dans votre clôture,
    Avez toujours des fleurs, et des ombrages verts,
    Non sans quelque démon qui défend aux hivers
    D'en effacer jamais l'agréable peinture:

    Lieux qui donnez aux cœurs tant d'aimables désirs,
    Bois, fontaines, canaux, si parmi vos plaisirs
    Mon humeur est chagrine et mon visage triste,

    Ce n'est point qu'en effet vous n'ayez des appas;
    Mais, quoi que vous ayez, vous n'avez point Caliste;
    Et moi, je ne vois rien quand je ne la vois pas.
  •  
    Attention ! Les bâtiments que Malherbe évoque ne sont pas ceux du château de Versailles qu'il n'a pas connus. En revanche, Bernar Venet investit le château en 2011.
Christian Jacomino

Choses du soir, de Victor Hugo - 3 views

  •  
    Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
    Les troupeaux de bœufs vont aux abreuvoirs ;
    La lune, sortant des nuages noirs,
    Semble une clarté qui vient par surprise.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    Un panache gris sort des cheminées ;
    Le bûcheron passe avec son fardeau ;
    On entend, parmi le bruit des cours d'eau,
    Des frémissements de branches traînées.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    La faim fait rêver les grands loups moroses ;
    La rivière court, le nuage fuit ;
    Derrière la vitre où la lampe luit,
    Les petits enfants ont des têtes roses.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

    L'Art d'être grand-père (1877)
Christian Jacomino

De ses cheveux la roussoyante Aurore…, de Pierre Ronsard - 3 views

  •  
    J'ai suivi, pour ce M@P, le texte donné par la belle édition: Ronsard & Muret, Les Amours, leurs Commentaires (1553), de Christine de Buzon et Pierre Martin, coll. "Classiques Didier Érudition", Didier Érudition, 1999, pp. 129-130, en en modernisant néanmoins l'orthographe. Je rétablis l'orthographe originale dans la copie suivante:

    De ses cheveus la roussoiante Aurore
    Eparsement les Indes remplissoit,
    Et jà le Ciel à lons traits rougissoit
    De maint émail qui le matin decore,

    Quand elle vit la Nymfe que j'adore,
    Tresser son chef, dont l'or qui jaunissoit,
    Le crespe honneur du sien esblouissoit,
    Voire elle-mesme & tout le ciel encore.

    Lors ses cheveus, vergogneuse arracha,
    Si qu'en pleurant sa face elle cacha,
    Tant la beauté des beautés lui ennuie :

    Et ses soupirs parmi l'aer se suivans,
    Trois jours entiers enfanterent des vens,
    Sa honte un feu, & ses yeus une pluie.

    Les Amours (1553), Sonnet 91
Christian Jacomino

Chanson de Barberine, d'Alfred de Musset - 3 views

  •  
    Beau chevalier qui partez pour la guerre,
    Qu'allez-vous faire
    Si loin d'ici ?
    Voyez-vous pas que la nuit est profonde,
    Et que le monde
    N'est que souci ?

    Vous qui croyez qu'une amour délaissée
    De la pensée
    S'enfuit ainsi,
    Hélas ! hélas ! chercheur de renommée,
    Votre fumée
    S'envole aussi.

    Beau chevalier qui partez pour la guerre,
    Qu'allez-vous faire
    Si loin de nous ?
    J'en vais pleurer, moi qui me laissais dire
    Que mon sourire
    Était si doux.

    Poésies nouvelles (1857)
Christian Jacomino

Le Coquillage, de Maurice Fombeure - 4 views

  •  
    Ronfle coquillage
    Où l'on entend tout le bruit de la mer
    Vague par vague
    Où l'on entend marcher les petits crabes
    Où l'on entend mugir le vent amer.

    Ronfle coquillage
    Ah ! je revois tous les bateaux de bois,
    Les voiles blanches
    Claires comme un matin de beau dimanche
    Ailes de la joie.

    Ronfle coquillage,
    En toi je retrouve les beaux jours vivants,
    Où les mouettes claquaient au vent
    Dans un grand ciel bleu gonflé de nuages,
    De nuages blancs signe du beau temps.

    Ronfle coquillage.

    [Dans l'anthologie Pin Pon d'or : Comptines, formulettes, berceuses, rondes, chansons, ritournelles, poésies recueillies par Armand Got, illustrées par André Hellé. Éditions Bourrelier et Cie, 1951.]
Christian Jacomino

Icare est chu ici…, de Philippe Desportes - 3 views

  •  
    Icare est chu ici, le jeune audacieux,
    Qui pour voler au Ciel eut assez de courage :
    Ici tomba son corps degarni de plumage,
    Laissant tous braves coeurs de sa chute envieux.

    Ô bienheureux travail d'un esprit glorieux,
    Qui tire un si grand gain d'un si petit dommage !
    Ô bienheureux malheur, plein de tant d'avantage
    Qu'il rende le vaincu des ans victorieux !

    Un chemin si nouveau n'étonna sa jeunesse,
    Le pouvoir lui faillit, mais non la hardiesse ;
    Il eut, pour le brûler, des astres le plus beau.

    Il mourut poursuivant une haute aventure,
    Le ciel fut son désir, la mer sa sépulture :
    Est-il plus beau dessein, ou plus riche tombeau ?

    Les Amours d'Hippolyte (1573)
1 - 20 of 311 Next › Last »
Showing 20 items per page