Skip to main content

Home/ Lecture et écriture du texte numérique/ Group items tagged lecture

Rss Feed Group items tagged

Michel Roland-Guill

Why Abundance is Good: A Reply to Nick Carr | Britannica Blog - 0 views

  • I think Carr’s premises are correct:  the mechanisms of media affect the nature of thought.
  • there are a host of people, from mathematicians to jazz musicians, who practice kinds of deep thought that are perfectly distinguishable from deep reading.
  • in either the availability or comprehension of material on scientific or technical subjects
  • ...7 more annotations...
  • it’s not just Carr’s friend, and it’s not just because of the web—no one reads War and Peace. It’s too long, and not so interesting.
  • The reading public has increasingly decided that Tolstoy‘s sacred work isn’t actually worth the time it takes to read it, but that process started long before the internet became mainstream.
  • we continued to  reassure one another that War and Peace or À La Recherche du Temps Perdu were Very Important in some vague way.  (This tension has produced an entire literature about the value of reading Proust that is now more widely read than Proust‘s actual oeuvre.)
  • because the return of reading has not brought about the return of the cultural icons we’d been emptily praising all these years, the enormity of the historical shift away from literary culture is now becoming clear.
  • William Sayoran once remarked, “Everybody has got to die … but I have always believed an exception would be made in my case.” Luddism is a social version of that, where people are encouraged to believe that change is inevitable, except, perhaps, this time.
  • Luddism is bad for society because it misdirects people’s energy and wastes their time.
  • our older habits of consumption weren’t virtuous, they were just a side-effect of living in an environment of impoverished access.
Michel Roland-Guill

Scan This Book! - New York Times - 0 views

  • So what happens when all the books in the world become a single liquid fabric of interconnected words and ideas? Four things: First, works on the margins of popularity will find a small audience larger than the near-zero audience they usually have now. Far out in the "long tail" of the distribution curve — that extended place of low-to-no sales where most of the books in the world live — digital interlinking will lift the readership of almost any title, no matter how esoteric. Second, the universal library will deepen our grasp of history, as every original document in the course of civilization is scanned and cross-linked. Third, the universal library of all books will cultivate a new sense of authority. If you can truly incorporate all texts — past and present, multilingual — on a particular subject, then you can have a clearer sense of what we as a civilization, a species, do know and don't know. The white spaces of our collective ignorance are highlighted, while the golden peaks of our knowledge are drawn with completeness. This degree of authority is only rarely achieved in scholarship today, but it will become routine.
  • once digitized, books can be unraveled into single pages or be reduced further, into snippets of a page. These snippets will be remixed into reordered books and virtual bookshelves.
  • Once snippets, articles and pages of books become ubiquitous, shuffle-able and transferable, users will earn prestige and perhaps income for curating an excellent collection.
Michel Roland-Guill

Reading in a Whole New Way | 40th Anniversary | Smithsonian Magazine - 0 views

  • America was founded on the written word.
  • the Constitution, the Declaration of Independence and, indirectly, the Bible
  • Being able to read silently to yourself was considered an amazing talent. Writing was an even rarer skill. In 15th-century Europe only one in 20 adult males could write.
    • Michel Roland-Guill
       
      Vision technicisée et progressiste des pratiques de l'écriture, où il est assez naturel de retrouver relayé le mythe de la rareté de la lecture silencieuse dans l'Antiquité. Je crois avoir lu quelque part, et même en plusieurs endroits, que la connaissance et la pratique au moins rudimentaire de l'écriture était très répandue dans l'antiquité classique (grecque et romaine) au rebours de ce que soutient Kelly ici. Mais il s'appuie vraisemblablement sur des études sérieuses valant pour le 15e s. et dans sa vision linéaire d'un progrès fondé sur la succession des innovations techniques cela implique qu'on ne savait généralement pas écrire dans l'antiquité.Il n'est pas difficile de deviner combien une vision aussi simpliste, aussi simplement orientée de l'évolution des pratiques de la lettre est aujourd'hui, au moment où il nous faut évaluer une révolution nouvelle de ces pratiques est sinon nuisible au moins handicapante.
  • ...28 more annotations...
  • But reading and writing, like all technologies, are dynamic.
  • the romance novel was invented in 1740
  • a people of the book.
    • Michel Roland-Guill
       
      Intéressant comme est ici condensé un imaginaire américain de la lettre. A remarquer que cet attachement au livre et à la chose écrite ne se double d'aucun intellectualisme, au contraire. La situation française est bien différentes et à plusieurs égards opposée. Au point qu'on peut se demander si la crise de la culture française ne s'explique pas, en partie et à ce niveau, par une contradiction entre ses éléments structurants et ceux de la culture américaine telle qu'elle est transmise par les médias de la culture populaire, cinéma et télévision au premier chef.
  • In time, the power of authors birthed the idea of authority and bred a culture of expertise. Perfection was achieved “by the book.”
  • By 1910 three-quarters of the towns in America with more than 2,500 residents had a public library.
  • Today some 4.5 billion digital screens illuminate our lives.
  • This new platform is very visual, and it is gradually merging words with moving images
    • Michel Roland-Guill
       
      Gros enjeu là, voir billet de F. Kaplan sur epub.
  • The amount of time people spend reading has almost tripled since 1980
  • But it is not book reading
  • It is screen reading
  • it seemed weird five centuries ago to see someone read silently
    • Michel Roland-Guill
       
      !!! (voir Gavrilov & Burnyeat)
  • dog-ear
  • Propaganda is less effective in a world of screens, because while misinformation travels fast, corrections do, too.
    • Michel Roland-Guill
       
      Angélisme. Cf. article à retrouver: endogamie des échanges sur les blogues et les forums
  • a reflex to do something
  • utilitarian thinking
  • We review a movie while we watch it,
  • Wikipedia
  • a contemplative mind
  • Screens provoke action instead of persuasion.
  • On networked screens everything is linked to everything else.
    • Michel Roland-Guill
       
      Ici le coeur de la contradiction chez Kelly: la révolution numérique est appréhendée depuis le paradigme américain pré-révolution numérique qui oppose autorité et individualisme. Or la RN redistribue ici (peut-être plus qu'ailleurs) les cartes en contestant, en même temps que le rôle de l'autorité, l'individualisme libéral dont les historiens de la lecture ont montré qu'il s'est construit, depuis Augustin mais particulièrement à la Renaissance par le commerce singulier avec le livre.
  • In books we find a revealed truth; on the screen we assemble our own truth from pieces
    • Michel Roland-Guill
       
      Tradition vs. Individualisme.
  • the degree to which it is linked to the rest of the world.
    • Michel Roland-Guill
       
      Page Rank
  • the inner nature of things
  • informational layer
    • Michel Roland-Guill
       
      Bande de Möbius.
    • Michel Roland-Guill
       
      contradiction apparente: the inner nature = informationnal layer. cf. Derrida.
  • to “read” everything, not just text
  • Not to see our face, but our status
  • lifelogging
  • memory
Michel Roland-Guill

Is Google Making Us Smarter? - Internet - Search - Informationweek - 0 views

  • Carr's concern about the impact of the Internet on the way we think isn't misplaced. Small's research and other studies make it clear that the information explosion and the tools we employ to contain it affect cognition. But it will take time before it's clear whether we should mourn the old ways, celebrate the new, or learn to stop worrying and love the Net.
Michel Roland-Guill

Nous sommes ce que nous lisons - Voix Haute - 1 views

  • Car l’opposition lecture segmentaire vs séquentielle a donné lieu à de nombreuses publications au cours des derniers mois, dans lesquelles des spécialistes s’alarmaient de ce que les outils numériques nous déshabituent de la lecture suivie, patiente, linéaire, qu’ils n’étaient pas loin de nous présenter comme définitoire de la culture livresque. Or, avec Darnton, nous découvrons—ou redécouvrons—que ce n’est pas le cas. Celui-ci nous explique que la pratique des recueils de citations « se répandit partout en Angleterre au début de l’ère moderne, chez les simples lecteurs, mais aussi chez les écrivains célèbres comme Francis Bacon, Ben Jonson, John Milton et John Locke. Elle impliquait un mode particulier d’appréhension du verbe imprimé. À la différence des lecteurs modernes, qui suivent le mouvement d’un récit du début à la fin (sauf s’ils sont “nés avec le numérique” et cliquent à travers les textes sur des machines), les Anglais à cette époque lisaient par à-coups et sautaient d’un livre à l’autre. »
  • « Ils avaient toutes sortes d’opinions et lisaient toutes sortes de livres ; mais ils lisaient de la même manière—de façon segmentaire, en se concentrant sur des petits bouts de texte et en sautant d’un livre à l’autre, plutôt que de façon séquentielle ainsi que le feraient les lecteurs un siècle plus tard lorsque l’essor du roman encouragea l’habitude de découvrir les livres de la première à la dernière page. La lecture segmentaire contraignit ses praticiens à lire de façon active et à imposer leur propre grille sur ce qu’ils lisaient » [3].
  • William Drake—« lecteur vorace et acteur de second rôle dans les conflits qui ébranlèrent l’Angleterre de 1640 à 1660 »—, à propos duquel il indique qu’il « comprenait la lecture comme une digestion, un processus pour extraire l’essence des livres et les incorporer en soi. Il préférait des morceaux de texte de la taille d’une bouchée et qui pouvaient être utiles dans leur application à la vie quotidienne. Car la lecture ne devait pas viser l’érudition ; elle devait aider l’homme à aller de l’avant dans la vie et ses morceaux les plus profitables prenaient la forme de proverbes, de fables et même de devises écrites dans des livres d’emblèmes » [4].
  • ...3 more annotations...
  • « Lorsque Hugues lit, il moissonne ; il cueille les grains dans les lignes. Il sait que Pline faisait remonter l’étymologie de pagina, page, à l’espalier. Les lignes de la page étaient les fils du treillage qui supporte le raisin. Quand il cueille le fruit des feuilles de parchemin, les voces paginarum lui sortent de la bouche, comme un léger murmure si elles sont destinées à son oreille, ou recto tono s’il s’adresse à la communauté des moines » [5].
  • Ce qui nous amène à concevoir une nouvelle opposition entre les lectures qui tendent à s’approprier certains fragments de texte pour s’en nourrir et s’en trouver plus fort, et, d’autre part, les pratiques de ceux qui ne souhaitent rien mieux que se voir embarquer, emporter par le texte, de préférence un roman, aussi loin que possible du monde qu’ils habitent et de la morale commune.
  • « Questo vecchio libro è un diario. L’autore non ha altra ambizione e crede che anche i grandi poeti non ne avessero altre, se non quella di lasciare una sua bella biografia. Le sue poesie rappresentano dunque i suoi tormenti formali, ma vorrebbe si riconoscesse una buona volta che la forma lo tormenta solo perché la esige aderente alle variazioni del suo animo, e, se qualche progresso ha fatto come artista, vorrebbe che indicasse anche qualche perfezione raggiunta come uomo » 
Michel Roland-Guill

Comment le roman a transformé l'écriture savante « Frederic Kaplan - 0 views

  •  
    Des manuscrits antiques à l'ère digitale. Lectures et littératies
Michel Roland-Guill

P.L.E. Consulting: Redéfinir des vecteurs de lecture - 0 views

  • la “lecture industrielle” (lecture sur supports informatiques) demande davantage de compétences que la lecture sur papier
  • « La Singularité technologique est un concept, selon lequel, à partir d'un point hypothétique de son évolution technologique, la civilisation humaine sera dépassée par les machines – au-delà de ce point, le progrès n’est plus l’œuvre que d'intelligences artificielles, elles-mêmes en constante progression. Il induit des changements tels sur l'environnement que l’Homme d’avant la Singularité ne peut ni les appréhender ni les prédire de manière fiable. » Définition Wikipédia
  • l’extrême contemporain
  • ...2 more annotations...
  • les époques à mutations rapides génèrent des sociétés “fragmentées”, au sein desquelles les changements se diffusent de façon asynchrone
  • Peut-on éditer dans l’extrême contemporain ?
« First ‹ Previous 41 - 60 of 82 Next › Last »
Showing 20 items per page