Skip to main content

Home/ Apprendre 2.0/ Group items tagged cartographie

Rss Feed Group items tagged

peir ric

Transposer la cartographie des sources à l'évaluation de l'information..? | C... - 2 views

  • La rédaction d’un article de journal à partir d’une énigme historique (masque de fer, assassinat de JFK, Anastasia Romanov,…) se prête bien à la confrontation de thèses contradictoires, étayées par des témoignages plus ou moins argumentés.
  • . La première tient en la rédaction de l’article dans un style journalistique. Du moins pour le titre et le chapô, selon le sujet de leur article, je leur demande une écriture qui soit évocatrice et accrocheuse.
  • Par ailleurs, deuxième activité à mener de front, les élèves, au fur et à mesure de leur avancée, doivent conserver les liens des sites qu’ils ont consulté. Au final, ils n’en garderont que deux dont ils devront justifier de leur choix en terme de fiabilité.
  • ...1 more annotation...
  • L’idée est ici d’attirer leur attention sur la qualité et la crédibilité qu’ils peuvent accorder à une ressource, en insistant sur la distinction entre les critères objectifs et la part de subjectivité inhérente à l’opération d’évaluation
Patrick Flouriot

Comment créer une carte du monde avec une feuille de calcul google doc - 1 views

  •  
    Comment créer une carte documentaire à partir d'une feuille de calcul, en quelques clics, sur Google Doc. Très pratique.
peir ric

Cartographie sensible, émotions et imaginaire - Les blogs du Diplo - 3 views

  • Gilles Tiberghien dit bien que la cartographie est en « inadéquation » avec la réalité. Une carte est un outil de représentation de la réalité, seulement elle ne la représente — aujourd’hui comme hier — que de façon partielle et partiale puisqu’elle n’autorise que l’utilisation de données quantitatives.
  • Les données émotionnelles, de fait qualitatives, non quantifiables, comme sentiments et états d’âmes, disent quelque chose d’une société, de ses tabous, de ses coutumes et de son rapport à l’expression des affects.
  • — considérer la créativité du cartographe comme une énergie positive et non comme une condition d’impuissance (c’est-à-dire, l’autoriser à s’éloigner des règles, des présupposés et des conventions dites obligatoires) ;
  • ...7 more annotations...
  • Deux conditions préalables pour se lancer dans l’invention de la « carte sensible » :
  • C’est son « territoire imaginaire », sa vision du monde [14], ou plus exactement de son monde, vision bâtie autant sur les perceptions individuelles que collectives.
  • — admettre que la carte est une représentation partielle de la réalité, et donc admettre que le cartographe s’émancipe du réel pour aller vers sa propre vision du monde en recréant éventuellement la forme et le fond de sa carte.
  • il aura fallu beaucoup parler, discuter, dessiner… savoir se taire aussi, pour participer à la vie commune et observer.
  • pour laisser son esprit libre d’inventer une toute nouvelle grammaire graphique.
  • En fait les deux visions cohabitent mais sont loin d’avoir le même statut : l’imaginaire de Naima est l’objet de la carte, l’imaginaire larvé du cartographe se niche dans la carte malgré lui.
  • La « carte sensible » est une synthèse complexe, multidimensionnelle : Elle évoque l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions. Elle emprunte à la géographie du genre ou à la géographie sociale. Elle utilise en symbiose les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art.
peir ric

Networks, dossier de la revue Science | L'Atelier de Cartographie - 0 views

  • propriétés maintenant bien connues des réseaux distribués à grande échelle,
  • les chercheurs en sciences des réseaux testent leurs hypothèses : mobilité et interactions entre agents sociaux, produits ou entreprises dans un marché ou encore vie des blogs et diffusion tweets sur Internet.
  • C’est l’interdépendance des espèces qu’il s’agit donc de mesurer dans une représentation unifiée pour affiner les données sur les dimensions de co-évolution des espèces, d’extinction de masse ou pour mesurer les influences « anthropogenic » sur un biotope.
  • ...8 more annotations...
  • Et, comme en économie ou en sciences du web, les premières conclusions montrent que les réseaux d’interactions dans le vivant révèlent à grande échelle un monde organisé et très connecté (comme pour le web, il s’agit d’un « giant cluster ») qui n’est ni « random organized » ni constitué d’éléments ou de groupes séparés.
  • L’observation de la vie sociale apparaît maintenant comme un objectif central des Network Sciences 
  • constituer de “large scale datasets” pour mesurer les interactions humaines à différentes échelles de granularité, produire des modèles de comportement, voire de prévisibilité, à partir de l’analyse des données (et non de modèles préconçus).
  • Quatre directions de recherche et d’expérimentation pour les dix années à venir sont identifiées
  • l’exploration des données sociétales et l’avènement des « hard social sciences »
  • le déploiement de systèmes de monitoring en temps réel
  • produire de nouveaux modèles
  • des réseaux à grande échelle et être en capacité de les décrire à partir de leur dimension dynamique
xitobal none

Téléchargement de photo Flickr : What's Next Trend blend 2009+ - 0 views

  •  
    une cartographie géniale sur les évolutions et tendances 2008, qu'on y souscrive ou non...
1 - 6 of 6
Showing 20 items per page