Skip to main content

Home/ Vers un monde nouveau/ Group items tagged agriculture

Rss Feed Group items tagged

Jon Snow

Eagle Street Rooftop Farm | A Rooftop Farm in Greenpoint Brooklyn - 0 views

  •  
    6000 m² de toitures d'entrepôt reconvertis en jardin maraicher !
    Ca c'est du hors sol intelligent!
    Sont plein de paradoxes ces américains : )
Oeil-de-nuit -_-

Présentation « Terres de Roumassouze - 0 views

  •  
    Un modele d'agroforesterie en bio dans le sud de la france (vezenobres). Ils font de la farine, de l'huile de tournesol, et des légumes en cueillette. Si vous habitez le coin ça vaut le coup de leur rendre visite ils sont super sympas :)
Jon Snow

Impermanence Film - Episode 1! - 1 views

  •  
    Premier épisode d'une longue série de films sur les actions alternatives en cours dans le monde et ... à côté de chez nous!
Jon Snow

- (IM)PERMANENCE - 0 views

  •  
    un jeune couple et leur fille qui voyage à travers le monde pour nous faire découvrir les methodes les plus diverses qui soit afin de produire de meilleurs aliments !
G Hald

En Argentine, les habitants cultivent pour sortir de la crise - Agriculture urbaine - B... - 1 views

  • Dans les années 1990, face à la disparition de milliers de postes de travail, l’INTA, institut du ministère de l’Agriculture, lance le programme Pro-Huerta. L’idée ? Fournir à des groupes d’habitants en situation de grande pauvreté des outils de jardinage, du matériel et des semences. Des terres généralement non constructibles se transforment alors en jardins communautaires dans plusieurs endroits de la ville
  • en 2004, le maire de Rosario approuve un règlement qui officialise la cession temporaire de terrains aux fins d’agriculture urbaine. Afin de faciliter ce transfert, le gouvernement municipal exempte d’impôts les propriétaires durant deux ans. La municipalité supprime aussi l’impôt pour ceux qui vendent sur les marchés.
  • l’équipe du Programme d’agriculture urbaine (PAU) met en place en 2003 sept marchés hebdomadaires dans différents quartiers de Rosario. Transport, auvents, nappes, planches, tréteaux, tout est pris en charge par la municipalité afin que les jardiniers puissent exposer sur les marchés.
  • ...1 more annotation...
  • La commune fournit également des clôtures, creuse des puits et distribue des pompes à eau. La crise passée, certains abandonnent leurs jardins. Mais la municipalité maintient son objectif : faire de l’agriculture urbaine une source d’emploi et un moyen de réduire la pauvreté à Rosario. Le PAU compte aujourd’hui 640 jardins pour la consommation familiale et communautaire et 140 jardins qui commercialisent sur les marchés.
  •  
    Par Sophie Chapelle (2 janvier 2011)

    En Argentine, la crise économique de 2001 a généré un chômage et une désespérance sociale sans précédent. Pour y faire face, la municipalité de Rosario a jeté les fondements d'une véritable politique d'agriculture urbaine. Jardins communautaires installés en périphérie, pratiques agricoles en biodynamie ou encore livraisons de paniers de légumes : c'est une révolution alimentaire au cœur de la ville, qui fait vivre désormais des centaines de familles. Reportage.
Jon Snow

JT france 3 22/07/11: JP Priolet - 2 views

Beau coup de gueule d'un agriculteur sur france 3. Ça faisait lgtps depuis Xavier Mathieu qu'on avait pas vu un type dénoncer crûment la réalité du monde en radicale contradiction avec les postures...

agriculture exploitation distribution mondialisation concurrence

started by Jon Snow on 22 Jul 11 no follow-up yet
Jon Snow

Bactérie E.Coli : les abattoirs industriels sont-ils en cause ? - Agriculture... - 0 views

  • Les méthodes industrielles mises en œuvre actuellement favorisent la prise de risque. Autrefois, les abattoirs traitaient de plus petits volumes. Les bêtes étaient allongées au berceau (petite table, ndlr) sur le dos. Quand la bête était incisée, la peau était déployée vers le bas, limitant le risque de souillure. Aujourd’hui, dans les chaînes d’abattage, les animaux sont suspendus du fait de la mécanisation. Les rythmes de découpe imposés aux travailleurs peuvent provoquer des situations d’anomalie. L’infection peut avoir lieu lors d’un contact entre la viande et des cuirs souillés, ou lors d’un accident d’éviscération de l’animal. Lors d’une rupture du système digestif d’un bovin, le jus du tube digestif se répand dans la cavité abdominale, ce qui souille ainsi la viande. C’est une des possibilités de contamination. La Confédération Paysanne demande donc le maintien des abattoirs « de proximité », près des lieux de production. Ce qui entraîne de plus petits volumes de production. Des initiatives commerciales de vente directe peuvent venir s’y greffer. Les collectivités territoriales et les politiques ont un rôle à jouer pour favoriser ces abattoirs de proximité.
  • L’ensemble de la filière est conditionnée par ce schéma de sélection pyramidale : les critères de résistance aux maladies ou d’adaptation aux milieux n’ont pas été pris en compte par les instituts techniques. Le risque, c’est que les animaux ne manifestent plus de capacités immunitaires pour résister aux maladies. Il faut revenir à une autre façon de concevoir l’élevage dans laquelle ce n’est plus l’institut technique mais l’éleveur qui est au centre des initiatives et des décisions.
  • Une bête risque d’être éliminée d’un troupeau parce qu’elle n’atteint pas un certain niveau de production, alors même qu’elle a développé d’autres qualités comme l’adaptation à la vie pastorale ou la résistance aux maladies. Ce qui est très important pour moi, par exemple, c’est « la longévité de carrière » : une bête qui vieillit est un animal qui a su s’adapter aux aléas de la production ou des dérèglements climatiques.
  • ...1 more annotation...
  • Quand on banalise l’utilisation des antibiotiques, on favorise l’émergence de souches bactériennes résistantes et mutantes. Notre refus du vaccin contre la FCO est une manière d’interroger la façon dont on soigne, on alimente et on loge les animaux. La maladie traduit un problème lié aux conditions de vie imposées aux animaux. Bien sur, la vaccination peut être une solution pour les éleveurs qui se sentent démunis.
Jon Snow

L'arnaque, le nouveau terreau des OGM - 0 views

  • Les agriculteurs naïfs tombent facilement dans le piège : un semencier vient les démarcher pour leur proposer des semences pour leur prochaine récolte. Jusque-là tout va bien. Là ou cela se complique, c’est qu’ils proposent comme geste commercial, de ne se faire payer que lorsque la récolte a eu lieu. Cette proposition est alléchante, car on le sait bien, les petits agriculteurs modernes ont de graves soucis de trésorerie.
  • Le piège se referme lorsque l'époque de la récolte est venue : le semencier, envoie un représentant pour réclamer son argent. Comme la récolte n'a rien donné faute de semences de bonne qualité, l'agriculteur est bien en peine de rembourser sa dette. Bien sûr, le semencier le sait et c'est pourquoi il envoie directement un avocat pour récupérer l'argent. L'avocat n'est là, en fait, que pour négocier un arrangement qui stipule que l'agriculteur, en vertu de sa dette, s'engage à acheter des semences, OGM cette fois, afin de se«  refaire » et de rembourser ses dettes. En vérité, l'agriculteur ne se refera que très difficilement et sera condamné à acheter sa semence, forcément OGM, au même semencier pendant presque toute sa vie. Quant aux plus gros agriculteurs, ils payent leur dette en jurant de ne plus jamais se faire prendre…
  •  
    Et la justice dans tout ça, elle fait quoi?!!?
1 - 20 of 30 Next ›
Showing 20 items per page