Skip to main content

Home/ Groups/ Les identités numériques
Julien PIERRE

« Nous ne savons pas résister à la tentation technologique » - SCIENCES ET TE... - 0 views

  • Notre société est fascinée par la technologie et nous ne sommes pas capables de résister à cette tentation.
  • Prenons l'exemple des nanotechnologies : dans une dizaine d'années, on disposera de systèmes d'information si petits qu'ils ne seront plus visibles, même avec un microscope classique. Le risque, c'est que nous n'aurons jamais plus la garantie d'être seul. L'intimité, ce sera terminé. Or, pour moi, une société dans laquelle on n'a plus la garantie d'être seul est une société dictatoriale. Ces mêmes nanotechnologies permettront certes des progrès phénoménaux en matière de santé, et il ne s'agit pas de s'en priver, mais pourquoi ne déciderait-on pas d'interdire leur usage dans le domaine de l'information ?
  • Les Américains ont tendance à penser que les données personnelles sont des biens marchands, tandis que les Européens pensent plutôt que ce sont des attributs de la personnalité.
  •  
    Interview d'Alex Türk sur le devenir de la société de l'information : vers une société des données personnelles ?
Julien PIERRE

Une année sous l'oeil scrutateur des caméras - 0 views

  •  
    SUD-OUEST>03-avril-2009>13% de baisse de la délinquance grâce à 11 caméras, constaté par le comité d'éthique de la ville
Julien PIERRE

L'Union européenne et les droits de l'homme - 0 views

  • 3. La protection des données personnelles Votre rapporteur a précédemment rappelé les inquiétudes suscitées par l'utilisation de plus en plus systématique de données personnelles dans la lutte contre le terrorisme, notamment dans le cadre des accords entre l'Union européenne et les États-Unis.
  • Sur un plan général, la protection des données personnelles a été harmonisée au niveau européen par une directive du 24 octobre 1995. Dans son rapport sur la mise en oeuvre du programme de La Haye en 2007, la Commission estime que cette directive a atteint ses objectifs mais souligne que certains États membres n'ont toujours pas intégré plusieurs dispositions importantes tandis que d'autres ne l'ont pas transposée ou appliquée correctement. Plusieurs procédures d'infraction ont ainsi été ouvertes. En outre, cette directive ne s'applique que pour les activités qui relèvent du cadre communautaire (le « premier pilier ») et pas pour celles relevant des autres « piliers », en particulier le troisième « pilier » qui recouvre la coopération policière et la coopération judiciaire pénale. Dans le cadre de ce « troisième pilier », la protection des données à caractère personnel a relevé jusqu'à présent du droit national. Cette protection est pourtant la contrepartie indispensable du principe de disponibilité défini dans le Programme de la Haye comme la possibilité pour « les services répressifs d'un État membre qui a besoins de certaines informations (préalablement à l'engagement d'une poursuite) dans l'exercice de ses fonctions de les obtenir d'un autre État membre qui les détient, en mettant ces informations à sa disposition ».
  • Toutefois, des règles spécifiques de protection des données personnelles ont été prévues pour chacun des systèmes d'échange d'informations créées à l'échelle de l'Union européenne, tels que le système d'information Schengen (le SIS), le système d'information douanier, ou encore le système d'information d'Europol et celui d'Eurojust. En outre, le traité de Prüm, signé le 27 mai 2005, contient aussi des dispositions détaillées sur la protection des données. L'adoption, le 27 novembre 2008, par le Conseil de la proposition de décision-cadre, présentée par la Commission européenne en 2005, permettra d'établir des normes communes en matière de protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel dans le cadre de la coopération policière et judiciaire en matière pénale. On peut néanmoins partager la crainte exprimée dans le rapport de consultation de Mme Martine Roure, adopté le 23 septembre 2008 par le Parlement européen, qui souligne que le Conseil était parvenu sur ce texte à un accord politique sur le plus petit dénominateur commun, notamment parce qu'il n'avait pas pris en compte les données traitées au niveau national.
  •  
    Rapport de Robert Badinter sur l'Union européenne et les droits de l'Homme
Julien PIERRE

L'identité c'est quoi ? - Apprendre 2.0 - 0 views

  •  
    Essais de définition et cartographie autour de la notion de l'identité : lire aussi les commentaires
Julien PIERRE

Lalibre.be - Contrôle des empreintes à la crèche - 0 views

  •  
    Sans lien avec la tuerie de Termonde, une crèche belge ouvre ses portes après lecture d'empreintes digitales, pour éviter que les élèves des batiments voisins viennent se planquer pendant la récré. Et si un peu d'éducation auprès de ces jeunes permettait de ne pas céder au tout-sécuritaire du lobby économique ?
Julien PIERRE

Résistance À l'Agression Publicitaire - 0 views

  •  
    Annonce (non encore officielle) du retrait des panneaux publicitaires 'intrusifs' (caméra à reconnaissance comportemantale, vidéosurveillance à fin commerciale) déployés dans le métro parisien
Julien PIERRE

Twitter / yann leroux: L'avatar est un médiateur ... - 0 views

  • L'avatar est un médiateur entre le virtuel et la réalité comme le Moi est un médiateur entre la réalité et le Ça
Julien PIERRE

Avons-nous de "vrais amis" sur les sites sociaux ? | InternetActu.net - 0 views

  • Dans les années 90, le sociologue Peter Mardsen, avec des méthodes d’enquêtes traditionnelles, avait estimé que le nombre de personnes avec lesquelles un Américain peut discuter de questions importantes tournait autour de 3. Selon les travaux menés par Gueorgi Kossinets et Duncan Watts, qui ont analysé nos relations par e-mail, le nombre de contacts avec qui nous entretenons des relations soutenues tournerait plutôt entre 10 et 20 personnes.
  • notre réseau
  • ceux avec qui on a des communications réciproques
  • ...6 more annotations...
  • Nos relations soutenues seraient donc proportionnelles à la taille de notre réseau de relation
  • ceux avec qui il n’y a qu’une voie de communication
  • ceux avec qui il y a des relations soutenues
  • se demander, comme l’exprimait Bernard Lunh sur le ReadWriteWeb, s’il n’y a pas un effet inverse à l’échelle du réseau
  • en passant du temps et en acquérant des compétences et des savoir-faire sur Facebook, on parvient à développer nos réseaux relationnels réciproques, unidirectionnels et soutenus, comme si on arrivait à inviter le coeur de nos relations à s’y investir à mesure qu’on s’y investit soi-même
  • Facebook montre qu’il y a une très grande élasticité de ce nombre d’amis là. Comme on le voit dans l’enquête, le sexe joue un rôle important, mais également l’âge, le niveau social et culturel… Ce qui serait intéressant, c’est de décomposer les chiffres auxquels accède Marlow par variable sociologique pour montrer que notre nombre d’amis ne repose pas sur une limite naturelle, mais sur des inégalités sociales et culturelles
« First ‹ Previous 1841 - 1850 of 1850
Showing 20 items per page