Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items matching "tictravail sens" in title, tags, annotations or url

Group items matching
in title, tags, annotations or url

Sort By: Relevance | Date Filter: All | Bookmarks | Topics Simple Middle
Aurialie Jublin

Dominique Depoortère (Quinte et sens) : "Les entrepreneurs peuvent utiliser notre marque gratuitement" - JDN Média - 0 views

  • On est en plein boom de l'open source dans le secteur informatique. Nous avons tenté d'exporter cet état d'esprit libre au monde de la vente, c'est pour ça que le projet décolle.
  •  
    L'entrepreneur entend bousculer le secteur de la franchise, avec un nouveau concept : la freechise. Avec son entreprise Quinte et sens, fondée en 2002, Dominique Depoortère a conçu une marque totalement libre de droits... "L'entreprise qui porte le projet, Quinte et sens, commercialise des accessoires siglés du logo "Café" : gobelets en carton de différentes tailles, sachets de sucre... Tout ce qui permet de vendre des cafés à emporter. Les entrepreneurs peuvent les acheter chez nous, mais ils n'ont aucune obligation."
Aurialie Jublin

Et si l'entreprise devenait un incubateur comme un autre ? - Haikusages.fr - 0 views

  • En conclusion, proposer un incubateur interne c’est avoir l’assurance que les équipes qui vont porter les projets seront motivées et feront tout pour que leur projet aboutisse et se pérennise, c’est également apporter une réponse intelligente à la question « quel est le sens de mon engagement pour l’entreprise » que se posent beaucoup d’employés en cette période de disette. Dans un monde mouvant dans lequel l’entreprise doit quasiment se réinventer, l’incubateur interne est une des réponses qui permet de générer des opportunités sans se disperser en s’appuyant sur les talents internes de l’entreprise tout en favorisant l’émergence d’une nouvelle dynamique interne indispensable à tout projet de transformation et de changement profond.
  •  
    "La démarche d'incubateur interne que je propose est basée sur le même principe. Il s'agit de fournir budget et ressources opérationnelles à des groupes d'employés dégagés de leurs responsabilités habituelles sur une durée de 3 à 6 mois renouvelables pour mettre en oeuvre leurs projets, sélectionnés à l'issue d'un cycle d'innovation participative. Pour rappel, l'innovation participative a pour objet de capter les bonne idées en mode bottom-up avec l'ambition d'ensuite les mettre en oeuvre afin de capitaliser sur les connaissances et le sens des réalités du terrain des employés, d'en extraire la substantielle valeur ajoutée et de les rendre profitables pour l'entreprise. " Exemples célèbres : Post-it 3M, 20% Google, IDTGV à la SNCF
Aurialie Jublin

La génération Z sera plus difficile à manager que les Y - Les Echos Business - 1 views

  • L’entreprise entre dans l’ère de la coresponsabilité, en matière de gestion et de détention de l’information et de sa réputation. On commence seulement à comprendre qu’elle a partiellement perdu les moyens de maîtriser son image. Grâce aux réseaux sociaux, beaucoup moins prévisibles que les médias de masse, d’autres peuvent s’immiscer dans leurs discours. Mais à l’inverse, elle pourra transformer cette faiblesse en force en jouant sur l’effet démultiplicateur de ses propres salariés, eux-mêmes émetteurs d’information.
  • Les Z pourront parfaitement faire cohabiter statut de salarié et statut d’entrepreneur par exemple. Du cumul d’emploi pour survivre ou mieux vivre, les Z passeront à la multiplicité simultanée des expériences de vies. En ce sens, il y a urgence à rompre avec les clichés archaïques du temps partiel souvent synonyme aux yeux des politiques, mais aussi d’une part de l’opinion publique, de précarité et de petits jobs. Entre temps partiel subi et temps partiel choisi, il y a un monde !
  •  
    "Ils ont moins de 20 ans aujourd'hui, ils sont nés avec Internet et croient au partage, à la sincérité ou à l'exemplarité... La génération Z sera difficile à manager, peut-être même plus que la génération Y. Dans son livre "Le prix de la confiance", Didier Pitelet décrit ces futurs salariés et donne les clés aux entreprises pour anticiper leur arrivée." L'expert les voit cependant comme de bons éléments pour l'entreprise : « Ni matéralistes ni carriéristes, les Z ne saucissonnent pas, ils trimbaleront leur maison au bureau et leur bureau à la maison. Au final, ils travailleront autant que leurs aînés à condition d'y trouver un intérêt et de donner du sens à leur quotidien. »
Aurialie Jublin

Comment retrouver le sens du collectif au travail - 0 views

  •  
    Assez des usines à gaz et du verbiage théorique de la culture managériale. De nouveaux concepts émergent pour faire évoluer les organisations du travail, des ressources humaines aux relations humaines. Co-intelligence, co-développement, ces nouvelles méthodes se conjuguent sur un mode résolument collectif dans lequel l'individu trouve plus volontiers sa place...et retrouve sa motivation.
Aurialie Jublin

Note de lecture de "Travail au singulier" de Patricia Vandramin- Cairn.info - 2 views

  • En sorte que le nomadisme coopératif ainsi enrichi va désigner « cette volonté et ce besoin constants de s’associer aux autres, à la fois pour réaliser l’activité professionnelle, mais aussi pour porter un projet personnel » (p. 11). Pour montrer qu’une telle façon d’envisager son rapport aux autres et au travail devient un trait majeur des sociétés occidentales contemporaines, l’auteur va chercher à identifier les formes de solidarité dominantes dans le secteur des TIC, secteur qu’elle considère comme précurseur des entreprises de demain.
  • Enfin, l’auteur précise que toute cette réflexion autour d’un nouveau type de lien social au travail (et plus généralement dans la société) se veut une aide au service des organisations syndicales, apparemment incapables de prendre l’exacte mesure des transformations à l’œuvre chez les salariés et notamment, les appartenances multiples, vécues comme librement consenties et permettant de préserver son quant-à-soi. En ce sens, le nomadisme coopératif, en rappelant que les individus ont dorénavant un sens du collectif et de l’engagement différent, constitue une aide précieuse pour réorienter l’activité syndicale : les « nouveaux salariés » aspirent autant qu’autrefois à la solidarité, mais ils l’envisagent sur le modèle du projet (partager des objectifs limités à court terme), dans lequel ils sont prêts à s’engager en sujets – sans délégation –, avec des groupes provisoires composés de salariés appartenant à des métiers et des entreprises divers (réseaux).
  • De façon complémentaire, on pourrait chercher à apprécier les proximités avec l’émergence du compagnonnage, au début du XIXe siècle en France.
  • ...1 more annotation...
  • Comme le rappellent G. Noiriel et A. Dewerpe[3] [3] NOIRIEL, 1986 ; DEWERPE, 1989. ...suite, le compagnonnage s’est développé surtout dans les métiers artisanaux urbains ; ses membres doivent faire le tour de France pour parfaire leur formation ; ils ont à lutter contre les tendances délétères de l’individualisme, valeur prônée par la société postrévolutionnaire ; les associations qui se créent sur cette base sont ouvertes aux ouvriers de différentes professions. Ajoutons que le compagnonnage a donné naissance à des sociétés de secours mutuel cherchant, notamment, à donner des ressources aux ouvriers pour résister aux baisses de salaire.
  •  
    Développe le concept du "nomade coopératif"/"nomadisme coopératif"
julien camacho

"Comment être heureux au travail en vivant dans un esprit de pauvreté?" - L'EXPRESS - 1 views

  •  
    La pauvreté est combattue comme une source de malheur, mais aussi présentée comme une voie de bonheur lorsqu'elle touche l'esprit et non l'existence matérielle. Philippe Laurent s'interroge sur son sens au travail.
Aurialie Jublin

Google veut aider votre patron à surveiller votre boîte mail | Rue89 - 1 views

  •  
    "Et si Google vous surveillait au bureau, pour le compte de votre boss ? La firme américaine vient de déposer discrètement un brevet en ce sens. Le « Policy Violation Checker » (« vérificateur de violation de règles ») est un système capable de détecter des phrases « problématiques » contenues dans vos documents électroniques : des déclarations qui vous mettraient en infraction avec la loi, le règlement intérieur de votre entreprise ou votre contrat de travail."
Aurialie Jublin

L'embouteillage, comme bureaux du futur ? Transit-City - 1 views

  • Cette BD montre comment les embouteillages peuvent engendrer une vraie révolution urbaine à partir du moment où on les aborde d'une façon radicalement différente, au point d'aboutir à une nouvelle civilisation nomade vivant uniquement dans des mini-vans d'un nouveau genre
  •  
    "Les bonnes idées naissent rarement au bureau, et c'est même a priori l'un des pires lieux pour travailler, réfléchir et s'isoler - voir "Office Workers Lose Focus Every Three Minutes" et "Works Place Distraction". De plus aujourd'hui la voiture est devenue - comme beaucoup d'autres lieux - un lieux de réflexion (et donc de travail) à part entière. C'est une évidence que même une compagnie de taxis comme la G7 a compris, c'est dire ! Pour les cas extrêmes, voir là. Opposé de façon basique et binaire "bureau" à "voiture" n'a donc plus grand sens !"
Aurialie Jublin

Le salarié mobile est un salarié "délocalisé" | Le Cercle Les Echos - 0 views

  • Nous assistons à l'émergence d’un nouvel environnement de travail : le Nuage (courrier électronique, bureautique, outils collaboratifs, applications métier). Le Nuage est la structure d’accueil, le lieu vers lequel les salariés convergent pour travailler. Le Nuage est dépourvu de repères géographiques, mais il a sa cohérence. Les salariés concernés n'ont aucunement le sentiment d'évoluer dans un système déstructuré, anarchique. Nous pouvons constater que le système fonctionne, mais le système fonctionne à partir d’une nouvelle configuration physique. L’ordinateur ne sert plus que de voie de passage. On ne travaille plus avec un ordinateur, on passe par un ordinateur.
  •  
    "Le salarié mobile est un salarié "délocalisé" en ce sens que son véritable lieu de travail n'est ni un bureau, ni un train, ni les trajets qu'il emprunte au quotidien à travers la France, ou le monde. Son véritable lieu de travail est le nuage ("Cloud"). Reste à faire : adapter le droit du travail à cette nouvelle réalité."
Aurialie Jublin

Agile, l'entreprise de demain ? « InternetActu.net - 0 views

  •  
    Petites et grandes entreprises doivent s'adapter à des cycles d'innovation de plus en plus courts, qui se succèdent de plus en plus rapidement tout en apprenant à rester souples. Sachant cela, à quoi doit ressembler l'entreprise agile de demain ? Telle était la question posée aux orateurs de cette session de la conférence Lift : faut-il repenser le sens du management ?
julien camacho

Le futur du social business : plateforme, système, et verticalité - 1 views

  •  
    Dans quelle direction le social business (ou l'entreprise 2.0, ou l'entreprise collaborative…choisissez selon votre sensibilité) va-t-il ? Comme on a déjà pu en parler auparavant, ça stagne, que ce soit par manque d'approche systémique, par manque de leadership ou une vision erronée du sujet. Deux issues possibles : réinventer quelque chose qui devrait fonctionner sur le papier tellement c'est logique et plein de sens en changeant le versionning (on lit des choses sur l'entreprise 3.0 ou 4.0 ces temps-ci…) histoire d'emballer le même cadeau dans un paquet plus attrayant ou on se concentre justement sur le contenu du paquet.
Aurialie Jublin

Le capitalisme a une sale gueule de robot | Rue89 - 1 views

  •  
    "Tout le monde en France se lamente sur le chômage, cette fatalité. Effectivement, il s'agit bien d'une fatalité, au sens de « fatum », le destin. Le chômage EST le destin des travailleurs. "
Aurialie Jublin

"Le travail à distance, levier de transformation des entreprises " | ZevillageZevillage : télétravail, coworking et nouvelles formes de travail - 1 views

  • Elle va aussi se propager par communautés d’intérêt ; mais plus forcément à l’intérieur des « frontières » de l’entreprise. Les salariés vont trouver des échos à l’extérieur de l’entreprise, dans un écosystème beaucoup plus large. D’ailleurs intérieur et extérieur se fondent plus ou moins aujourd’hui : les frontières de l’entreprise deviennent poreuses.
  • Le nomadisme va obliger les entreprises à s’orienter vers des modes de coopétition, vers des logiques qui intègrent cette ouverture vers l’extérieur. Gérer cette évolution inéluctable de manière constructive est un des enjeux RH majeurs des années à venir.
  • Le nomadisme va obliger les entreprises à repenser la « culture du sens », et par conséquent à repenser leur projet. Le travail à distance, le nomadisme, ne peut réussir, être un succès que si chacun trouve le sens qui va animer son autonomie quotidienne. Les managers ne pourront faire autrement, pour faire vivre ce nouveau mode d’organisation, que d’interroger le projet, voire de le redéfinir et le faire évoluer. Ils vont devoir apporter des réponses à ceux qui colportent partout leur entreprise avec eux, et la pression va remonter dans la hiérarchie… jusqu’à la direction générale où il va bien falloir se poser la question de la cohérence.
  •  
    "Patrick Bouvard et Patrick Storhaye viennent de publier Le travail à distance, une analyse originale sur la manière dont le nomadisme et le télétravail bouleversent l'organisation des entreprises. Tout en constituant un terreau fertile pour « réinventer le management et améliorer la performance ». Entretien avec Patrick Bouvard, l'un des deux auteurs et rédacteur en chef de RH Info."
Aurialie Jublin

Google et Facebook "sont des engins dont le carburant sont les données personnelles" | Humanite - 0 views

  • Ces activités produisent une ressource qui est par la suite commercialisée. C’est de l’exploitation au sens économique classique comme production de valeur, mais nous sommes aussi face à de l’exploitation au sens marxiste du terme, parce qu’on est dans de la création de plus-value appropriée par les propriétaires des plateformes et réinvestie dans un cycle productif. On ne peut toutefois pleinement comparer Google aux usines du 19ème siècle, parce qu’on est dans ce qu’on appelle un marché biface. Un marché biface, c’est aussi par exemple la télé : un marché où on a l’annonceur d’un côté et les utilisateurs de l’autre. Le public est à la fois client et travailleur. Plus il est nombreux, plus il crée de la valeur, du côté de l’annonceur.
  • La première logique de résistance, c’est introduire du conflit, casser la logique irénique de l’amitié à tout prix sur le Web social. Il faut reconnaître les éléments conflictuels, ne pas les gommer au prétexte de garantir une soit-disante civilisation de l’Internet.
  •  
    "Entretien avec Antonio Casilli sur le Digital Labor, travail invisible que l'on produit à notre insu pour les géants du Web comme Google et Facebook. Une interview qui vient en complément des pages Travail publiées ce lundi dans l'Humanité."
Aurialie Jublin

Les 7 compétences clés du travail de demain - Le blog de la formation professionnelle et continue - 2 views

  •  
    Collaboration à distance communication au travers du numérique agilité et adaptation créativité et sens de l'innovation esprit d'initiative et d'entreprise s'organiser efficacement apprendre à apprendre
julien camacho

RH info - Le travail avant le travail - 0 views

  •  
    Avant même les risques psychosociaux, le travail fut considéré comme une malédiction, étymologiquement « dire du mal », mais peut-être aussi « mal dire ». Car l'étymologie a en commun avec la bonne exégèse qu'elle ne donne jamais de réponse définitive. On signale souvent que travail vient du « tripalium », un ensemble de trois poutres servant à immobiliser un animal, un objet qui contraint et qui fige : c'est vrai que le travail peut immobiliser dans des postes et des statuts. Le tripalium deviendra instrument de torture - donc de souffrance - et chacun d'y aller d'un clin d'œil étymologique et culturel pour figer le travail dans un sens qui l'arrange. C'est ce qui s'est produit au fil du temps : alors que le terme de travail était réservé aux occupations pénibles, il s'est progressivement étendu à toutes les activités de production.
Aurialie Jublin

Travailler plus pour gagner rien ? Les créatifs contre le crowdsourcing - Rue89 - 0 views

  •  
    "Au mois de mai, un groupe de créatifs, rassemblant designers, graphistes et photographes, poussait une grosse gueulante à l'adresse d'Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat chargée du Numérique. L'objet de leur colère : la start-up de « crowdsourcing » Creads est présentée par la secrétaire d'Etat comme « la France qui gagne ». On nous présente toujours le crowdsourcing comme une innovation saine et démocratique, inscrite dans le sens de l'histoire (numérique). Pourtant, un autre anglicisme commence à émerger sur la Toile : le « perverted crowdsourcing » - comprendre perverti, détourné."
Aurialie Jublin

Bernard Stiegler : L'emploi est mort, vive le travail ! - Culture Mobile - 0 views

  •  
    "D'ici une vingtaine d'années, l'automatisation va déferler sur tous les secteurs de l'économie mondiale et signer la mort définitive de l'emploi. Et si c'était une vraie bonne nouvelle ? Parce que l'emploi, cette activité privée de sens qui est sanctionnée par un salaire, a détruit le travail, explique le philosophe Bernard Stiegler. Et parce que la fin de l'emploi est l'occasion de réinventer le travail au cœur de nos sociétés du numérique, de construire une économie contributive en lieu et place de cette «économie de l'incurie» qui nous détruit à petit feu."
Aurialie Jublin

Critique de Linchpin (Seth Godin) : un livre indispensable ? - ikon.fr - 1 views

  • Linchpin commence par un chapitre écrit sur un ton quasi-apocalyptique, qui dresse un constat du monde du travail assez radical. Godin fait le procès de la société actuelle qui, héritant de la révolution industrielle, valorise le conformisme, l’obéissance à l’extrême et l’oubli de soi. Autrement dit, la promesse d’un bon salaire et d’une sécurité de l’emploi en l’échange de notre consentement à devenir des rouages bien huilés dans la machine du travail. Le propos de Linchpin est d’encourager le lecteur à devenir le pivot, et non le rouage, car à l’inverse du pivot qui est indispensable au bon fonctionnement de la machine toute entière, le rouage est facilement remplaçable s’il est défaillant.
  • Un “linchpin” (une personne indispensable), nous dit Godin, est une personne capable de créer, de trouver des solutions nouvelles, d’établir des connexions fructueuses entre les individus. Plus que tout, c’est une personne qui fait son travail comme un artiste travaillerait à son oeuvre : elle y met de sa personne toute entière et sait qu’elle n’a pas le droit d’avoir peur de se mouiller.
  • un linchpin est un artiste, en ce sens qu’il fait ce qui le passionne par générosité, parce qu’il est conduit par la volonté de changer l’immobilisme ambiant. Adam Smith disait dans La Richesse des Nations que chaque individu, en cherchant son intérêt personnel, concourrait sans le savoir à servir l’intérêt général (théorie de la main invisible). Pour Godin, c’est l’inverse : le linchpin cherche d’avantage à servir l’intérêt général (celui de ses clients, de son entreprise ou même du monde entier), ce qui indirectement finit par servir son intérêt personnel (par de belles promotions).
  •  
    Linchpin, littéralement "pivot" en français, est un livre qui diffère des précédents travaux de Godin par le fait qu'il s'adresse directement aux individus et pas aux entreprises. Le sous-titre du livre, que je traduirais grossièrement par "Etes-vous indispensable ? Comment donner à sa carrière un avenir remarquable ?" donne tout de suite le ton : Linchpin a des allures de livres de coaching. Pourtant, autant le dire tout de suite, Linchpin est un faux livre de coaching. Au contraire, dans ce livre plus personnel que les autres, Godin cherche surtout à ouvrir les yeux du lecteur sur l'opportunité (l'obligation ?) de changer son rapport au travail, et à mieux appréhender les peurs qui paralysent tout processus de changement personnel. 
Aurialie Jublin

La technique est-elle responsable de l'accélération du monde ? « InternetActu.net - 1 views

  • Nous sommes bien dans les trois dimensions de l’accélération : l’accélération technique (la communication, les transports… mais aussi la pollution), l’accélération sociale (celle du changement social qui nous déstabilise) et l’accélération des rythmes de vie (qui est une tentative de réponse au phénomène global, qui nous pousse à faire plus de choses par unité de temps). Ces trois dimensions forment un système clos, où chaque composante se nourrit l’une l’autre, accélérant encore l’accélération. Ces trois dimensions sont également poussées par trois forces motrices : l’argent et la compétition qui en sont le moteur économique (le temps, c’est de l’argent) ; la différenciation fonctionnelle (la division du travail notamment) ; et le moteur culturel (la promesse de l’accélération)
  • “On travaille à imaginer une société qui reste moderne” (au sens de la liberté, du pluralisme, de l’égalité…), “démocratique, mais où le progrès technique n’amènerait pas la pénurie de temps.” Pour Hartmut Rosa, une telle société ne peut être capitaliste. Elle doit correspondre à une démocratie économique ou une économie démocratique. Pour que cette société soit possible, il est nécessaire d’introduire des réformes économiques, des réformes de l’État providence, qui ne doivent pas faire que répartir les résultats de la croissance, mais introduire notamment le revenu garanti pour casser la logique de compétition. Il nous faut avoir une idée sur ce qu’est la “bonne vie”, le “bien vivre” ou “buen vivir” : qu’est-ce qui fait que notre vie est réussie ? C’est une erreur culturelle de penser que la vie est bonne si elle va vite, si elle offre plus d’options, de possibilités. Notre vie est réussie dans les moments de résonnance. “La résonnance, c’est le sentiment que nous agissons dans un contexte qui nous répond, qui s’adresse à nous”… comme on le trouve parfois dans la famille, le travail ou la musique.
1 - 20 of 32 Next ›
Showing 20 items per page