Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items matching "chiffre travail" in title, tags, annotations or url

Group items matching
in title, tags, annotations or url

Sort By: Relevance | Date Filter: All | Bookmarks | Topics Simple Middle
abrugiere

« Souvent, les salariés estiment passer de 20% à 30% de leur temps à quantifier leur travail pour les besoins de l'évaluation. » - Observatoire des multinationales - 0 views

  • C’est un mouvement social qui affecte tous les métiers, y compris immatériels et relationnels. Le service public, depuis le passage à la LOLF (loi organique relative aux lois de finances, en 2006) expérimente ce passage au « tout quantitatif ». Chaque mission doit être déclinée en actions suivies avec des indicateurs quantifiés. Dans les hôpitaux, la « tarification à l’acte » imprime, par exemple, une logique comptable et marchande à tous les actes médicaux et de soin. Dans le travail social, arrive une logique de comptage du nombre d’entretiens réalisés, du nombre de problématiques abordées, de cases « cochées »…
  • Pourquoi, dans leur grande majorité, les salariés semblent coopérer à ce management par les chiffres ? Existe-t-il des résistances ? Dans un premier temps la quantification peut être comprise comme une promesse de reconnaissance : « Ils vont enfin se rendre compte du boulot qu’on abat ! », « Il faut savoir tout ce que l’on fait ! », entend-on. C’est une première raison de coopérer. Ensuite, la mise en concurrence sur des moyens crée une forme d’obligations à jouer le jeu, si on ne veut pas tout perdre, tout de suite. Lorsque le classement des individus, des équipes, des services ou même des pays se fait à partir de mesures, et qu’elle alimente une comparaison automatique, chacun a intérêt à produire les meilleurs chiffres possibles, même à contrecœur et à contresens. Pour contester ce management, il faudrait que tous ceux qui sont mis en compétition par ces chiffres arrêtent simultanément de les fournir.
  • Ces chiffres sont centralisés, et servent à fabriquer des tableaux de bord généraux, permettant de comparer des individus, les équipes, les organisations sur des critères quantitatifs
  • ...12 more annotations...
  • Les travailleurs perçoivent très bien l’enjeu de faire remonter les « bons travails »
  • chacun va donc consacrer du temps à la fabrication de ces chiffres, à leur arrangement, de sorte qu’ils soient « bons »
  • « pour mesurer la performance, il faut commencer par la dégrader ». Car pour fabriquer un bon « reporting », il faut tordre le réel.
  • incommensurable : la compétence collective, la confiance, les routines discrètes, la qualité de l’écoute, la justesse d’un sourire
  • . Ils sont pourtant décisifs pour la performance, la santé des travailleurs et le sens du travail.
  • La quantification prétend ainsi rendre compte de situations complexes, mouvantes et plurivoques au moyen de chiffres simples, stables et univoques : ils donnent une image partielle du réel. Étonnamment, cette réduction de la réalité, et finalement son amputation, sont réputées « objectiver » la connaissance qu’il est possible d’en avoir
  • Les pratiques dites « d’évaluation » dans le management ne cherchent généralement pas à créer les cadres d’une délibération permettant de savoir « ce que vaut » ce que l’on est en train de produire et comment.
  • Pourtant, travailler, c’est aussi évaluer
  • Elles réalisent plutôt une mesure du travail
  • Or cette évaluation de la valeur du travail fourni, qui demande du temps et de la délibération, est régulièrement découragée par le management
  • ’évaluation qualitative, délibérative et contradictoire perd du terrain face à une quantification bureaucratique réputée indiscutable
  • Nous assistons à un conflit social sourd, entre ceux qui expérimentent des situations professionnelles concrètes et ceux qui la saisissent et pensent la connaître au moyen de chiffres. Les premiers disent être du côté du « réel », tandis que les seconds disent agir au nom du « réalisme économique ».
  •  
    "Des chaînes de production aux salles de classes, des plateformes téléphoniques aux hôpitaux, le management par les chiffres, les « entretiens d'évaluation » et le reporting, ont envahi le monde du chiffre. Une tendance qui s'appuie sur la quête d'une traduction financière rapide et qui frappe le secteur public comme le secteur privé. Cette évaluation du chiffre uniquement quantitative demeure « partiale et partielle », explique la chercheuse Marie-Anne Dujarier. Et nuit à l'activité, quand elle ne dégrade pas la santé des salariés. Entretien."
  •  
    la mesure quantitative a progressivement gagné du terrain dans les pratiques managériales, au point de devenir omniprésentes et banalisées. le salariat saisit l'activité humaine comme produit, échangé sur le marché du travail La sélection des travailleurs sur des critères physiques, sociaux et maintenant psychologiques a été progressivement étendue et rationalisée avec la mise en place de tests et d'épreuves visant à mesurer les qualités des hommes au regard des compétences attendues pour les postes.  mesurée, tracée, commentée lors « d'entretiens d'évaluation » et finalement comparée Ces quatre formes de quantification ont ouvert la voie à la comparaison, et finalement à la compétition, qu'il s'agisse des produits, du salaire, de l'accès à l'emploi, ou enfin, de la légitimité des équipes et organisations. « pour mesurer la performance, il faut commencer par la dégrader ». Car pour fabriquer un bon « reporting », il faut tordre le réel Ce qui pose problème, c'est la réduction qu'opère la quantification.  L' incommensurable : la compétence collective, la confiance, les routines discrètes, la qualité de l'écoute, la justesse d'un sourire…. Ils sont pourtant décisifs pour la performance, la santé des travailleurs et le sens du travail.
Aurialie Jublin

L'encadrement en première ligne sur les conditions de travail - 0 views

  •  
    L'Agence nationale pour l'améliorartion des conditions de travail (Anact) vient de présenter les résultats du sondage sur la place accordée à l'expression des salariés sur le travail et les conditions de travail dans l'entreprise. Les conditions de travail (environnement de l'activité, allongement de la vie au travail, santé au travail, risques psychosociaux, troubles musculo-squelettiques, organisations du travail…), on en parle de plus en plus. Entre collègues (notamment dans les petites entreprises), avec le manager de proximité mais également en dehors de la sphère professionnelle (famille, amis). Cependant, ''cette fréquence de discussion n'implique pas de mauvaises conditions de travail dans l'entreprise'' remarque l'Anact : 86% des sondés indiquent qu'elles sont bonnes ! Surprise : les mauvaises conditions perçues sont plus fréquentes dans les très grandes entreprises. Sans surprise, ce sont les plus de 50 ans qui relèvent les dégradations.
Aurialie Jublin

Avec Uber et Airbnb, les travailleurs indépendants sont heureux, mais… | FrenchWeb.fr - 0 views

  • Les 4 profils d’indépendants Les «free agents», qui ont volontairement choisi de se mettre à leur compte et pour qui le travail indépendant est la première source de revenu, qui représentent 30% des cas.  Les «casual earners», qui ont recours au travail indépendant pour compléter leurs revenus, qui pèsent pour 40% du total. C'est le profil le plus répandu.  Les «reluctants», qui tirent la plus grosse part de leurs revenus du travail indépendant mais qui préfèreraient avoir un poste salarié, 14% des cas.  Et enfin les «financially strapped», contraints d'avoir recours à du travail indépendant en plus d'un autre emploi pour faire face à leurs charges, qui représentent 16% des cas. 
  • le digital et plus particulièrement l'avènement des plateformes ont profondément modifié la façon dont les travailleurs indépendants s'organisent. Accès à une base de clients potentiels bien plus importante, information accessible en temps réel, mises en relation plus pertinentes: les avantages de ces plateformes ont déjà convaincu près de 15% des indépendants, et ce n'est que le début si l'on en croit McKinsey. 
  • En terme de satisfaction au travail, sans surprise les indépendants ayant choisi leur statut volontairement (la majorité des cas donc) sont bien plus satisfaits de leurs conditions de travail que les autres. Parmi les éléments qui poussent les «casual earners» à avoir recours à du travail indépendant en parallèle de leur emploi, on trouve l'autonomie, l'atmosphère de travail, le fait d'être son propre patron, les horaires de travail adaptables et la possibilité de travailler où on le souhaite. 
  • ...1 more annotation...
  • A l'inverse, les travailleurs indépendants qui n'ont pas choisi leur statut déplorent le manque de sécurité des revenus, et un niveau de rémunération qu'ils considèrent comme faible. Ils apprécient en revanche le contenu de leurs missions, leur autonomie, l'atmosphère de travail, ainsi que la flexibilité qui caractérise le travail indépendant (horaires et lieu de travail). 
  •  
    "Près de 162 millions de travailleurs aux Etats-Unis et en Europe ont aujourd'hui un statut d'indépendant, soit 20 à 30% de la population active dans ces deux zones gégographiques, selon l'étude «Independant work: Choice, necessity, and the gig economy» réalisée par McKinsey. "
Aurialie Jublin

Insee - Les salariés à temps complet travaillent 1 650 heures dans l'année - 0 views

  •  
    "En 2003 et 2004, la durée annuelle du travail des salariés à temps complet, hors enseignants, s'établit, en moyenne, à 1 650 heures. Cela correspond à 35 heures et 52 minutes de travail par semaine pour un salarié qui bénéficie de cinq semaines de congés et de cinq jours fériés non travaillés dans l'année. La durée du travail est la plus élevée dans les secteurs où le service du client prévaut. Cette durée du travail diffère selon le sexe, la situation familiale, l'ancienneté dans l'entreprise du salarié mais aussi la taille et le statut de son entreprise. Selon les métiers, la durée du travail peut aller de 1 340 heures à 2 190 heures par an.Elle dépasse les 2 000 heures par an dans les métiers de service, de sécurité ou de santé."
Aurialie Jublin

QVT et collectifs « heureux » : le rôle du manager - Metis - 0 views

  • la déconnexion des dirigeants au terrain, une problématique déjà évoquée par Michel Crozier et approfondie aujourd'hui par l'un de ses continuateurs, François Dupuy, auteur notamment de La fatigue des élites, Lost in management et La faillite de la pensée managériale. On retrouve justement la problématique de la quantophrénie et du chiffre. En effet, plus les dirigeants s'éloignent des processus de chiffre et ont du mal à les cerner et plus ils demandent du reporting, des données. Il y a alors une grande partie de l'énergie des opérateurs qui est dérivée, déviée vers la production de chiffres.
  • on est en France dans ce contexte particulier d'un taylorisme dont on a des difficultés à sortir. En même temps, ces vingt dernières années il y a eu un effort extrêmement important sur l'éducation : le niveau moyen s'est considérablement élevé et de plus en plus de jeunes sortent de l'université. Ainsi, des personnes de mieux en mieux formées se trouvent confrontées à des marges de manœuvre de plus en plus réduites. D'où cet intérêt vis-à-vis de l'entreprise libérée qui existe aussi en Belgique, mais nulle part à ce point ailleurs en Europe. D'où aussi le nombre important de jeunes qui veulent créer leur startup, préférant la liberté et le dynamisme à la contrainte. Cet esprit entrepreneurial est l'aspect positif, mais il y a un gros revers, c'est le désengagement d'autres personnes dans l'entreprise et ce que l'on appelle « la grève du zèle ». Quand tout le monde suit les consignes à la lettre, cela bloque le travail et les organisations. Cela prouve que l'hyper-prescription du travail n'est pas un gage de performance, ni sur le plan économique ni sur le plan humain.
  • En France, on a souvent une vue assez critique sur le management, on a même tendance à le diaboliser. Mais, pour moi, il ne faut pas aller dans le sens de ce que voudrait nous faire croire l'entreprise libérée qui développe son « modèle idéal » : dialogue direct entre le chef d'entreprise - le libérateur - et ses collaborateurs. J'estime au contraire que ce modèle est détestable dès que l'entreprise atteint une certaine taille et doit composer avec la complexité. L'étude de Technologia que j'ai mentionnée montre à quel point la fréquence et la qualité de la relation avec le manager de proximité sont déterminantes pour construire la QVT. Lorsqu'il y a un désaccord ou un conflit, on doit trouver les moyens de les résoudre. S'il n'y a plus personne pour le faire les tensions montent et les risques psychosociaux (RPS) avec. Même si les machines et algorithmes peuvent apporter un certain nombre d'informations, la dimension humaine est irremplaçable.
  •  
    "La QVT qu'est ce que c'est ? Qu'est-ce qui pousse les dirigeants à s'en emparer ? Et pourquoi ne pas aller vers l'entreprise libérée ? Les collectifs sont-ils morts ? Dans un entretien croisé, une conversation entre Yves Grasset, sociologue du travail et auteur de Nourrir le collectif - sortir de l'individualisation pour sauver le travail et Martin Richer spécialiste de la Responsabilité Sociale des Entreprises et co-auteur du rapport Qualité de vie au travail : un levier de compétitivité, ces questions vont trouver réponse... et le manager sa juste place."
Aurialie Jublin

Anca Boboc et Patricia Vendramin - part 1 - Digital Society Forum - 2 views

  •  
    "Quels sont les contours du travail dans une économie numérique, comment utilise t-on le numérique au travail."
  •  
    Le numérique : - outil de codification, standardisation - outil de flexibilité, du temps et de l'espace (nouveau distribution de l'emploi) - outil de partage et de distribution de l'information (interaction, …) qui questionne le management (réseau horizontal) - technologie qui accélère les rythmes de travail
  •  
    Evolution du rapport au travail : - le développement d'une conception polycentrique de l'existence (volonté de construire son identité, sa vie, sans sacrifier un domaine par rapport à un autre : famille, travail, loisir, engagement civique, art, sport, … - rapprochement des modèles d'engagement dans le travail féminim/masculin : les jeunes hommes veulent s'investir dans leur famille ; les femmes veulent une carrière tout en ayant une vie de famille Le numérique permet de « mettre de l'huile dans les rouages » : nouvelle gestion du temps, avec un risque de surcharge et de débordement. L'entreprise doit avoir une meilleure gestion de la charge de travail. travail : 30% des cols blancs qualifiés ramènent au moins une fois par semaine du travail à la maison, car ils n'ont pas eu le temps de le traiter au bureau
hubert guillaud

Un salarié produira en 2060 autant que deux salariés aujourd'hui - Démocratie et socialisme - 1 views

  •  
    "Les seuls chiffres du Conseil d'orientation des retraites (Cor) qui sont, aujourd'hui, mis en évidence par notre gouvernement comme par les grands médias, sont ceux du nombre de cotisants rapporté au nombre de retraités. Ce rapport démographique se dégradera : de 1,65 cotisant pour 1 retraité en 2011, il passera à environ 1,35 cotisant pour 1 retraité en 2060. C'est cette dégradation qui justifierait l'allongement de la durée de cotisation. Dans le même temps cependant, toujours selon le Cor, la productivité du chiffre doublera : en une heure de chiffre, en 2060, il sera possible de produire ce qui est produit en 2 heures de chiffre en 2011. A partir de là, le calcul n'est pas très difficile à faire : 1,35 cotisants en 2060 produira autant que de 2,7 cotisants en 2011. La situation sera donc bien meilleure qu'aujourd'hui."
Aurialie Jublin

HAL: Le travail bénévole - 0 views

  •  
    "Cet exposé suivi d'un long débat avec des statisticiens résume les principaux résultats de l'enquête DREES-BVA sur le travail bénévole en France en 2010 et compare avec l'enquête similaire INSEE Vie associative 2002 pour retracer les principales évolutions. Les problèmes méthodologiques que posent la définition et la mesure du travail bénévole sont évoqués à travers la grille de lecture du Manuel sur la mesure du travail bénévole du BIT paru début 2012"
Aurialie Jublin

On parle de son travail avec ses collègues mais...ça sert pas à grand chose - 1 views

  •  
    Les salariés français parlent beaucoup de leurs conditions de travail...mais entre eux. Et pas assez avec la direction et les délégués du personnel. Si cela leur fait plutôt du bien, ils regrettent que cela soit peu suivi d'effets. A part quand le management leur tend une oreille. Revue de détail avec le sondage de l'Anact à l'occasion de la 9ème édition de la semaine de la qualité de vie au travail.
Aurialie Jublin

Great place to work: le palmarès 2015 des entreprises où il fait bon travailler en France - Challenges.fr - 1 views

  • Crèche-garderie, conciergerie, rénovation des locaux, programme 5 fruits et légumes par jour, portail communautaire favorisant l'émergence et le partage d'idées, événements festifs bimensuels, augmentations salariales supérieures à la moyenne du secteur : l'entreprise fondée par Edouard Mandelkern et Bertrand Bailly a mis en place au fil des années une ambiance de travail des plus agréables pour ses collaborateurs. Soucieuse de l'équilibre vie familiale-professionnelle, elle vient d'ouvrir le "Davidson campus", une ancienne maison et ses dépendances transformée en petits appartements à destination des nouvelles recrues. Situé à Clamart, il permet d'aider les plus jeunes à se loger à moindre coût. S'ils peuvent paraître coûteux pour un certain nombre de patrons, ces investissements viennent au contraire créer de la valeur. Le cabinet, en pleine croissance, a encore recruté 250 personnes en 2014. Son travail d'affaires affiche bon an mal an une progression à deux travails (+13% en 2014).
  • D'une manière générale, les sociétés distinguées pratiquent le management horizontal, c'est à dire qu'elles favorisent les prises de décision collégiales et responsabilisent leurs collaborateurs à l'instar de Blablacar (4ème) et son "Blabla talk" qui permet chaque semain à un responsable de service de présenter ce que fait son équipe à toute l'entreprise. Elles offrent également des espaces de travail de plus en plus soignés, à l'instar de Pretty simple (21ème) qui dispose de nombreuses salles pour s'isoler, des canapés, des cafétérias gratuites... Enfin, elles appliquent une stricte égalité entre hommes et femmes sur les salaires et l'avancement et fixent des limites raisonnables pour préserver l'équilibre vie pro-perso. "Il y a des consignes pour ne pas envoyer de mail le soir ou organiser des réunions trop tard". 
Aurialie Jublin

Sauter sa pause déjeuner c'est offrir 16 jours de travail à son employeur - 0 views

  •  
    Selon une étude britannique, ne pas prendre sa pause déjeuner revient à travailler gratuitement 128 heures par an. Pourtant, il est important de se reposer, fait remarquer un médecin à l'origine de l'étude. Mais les salariés se sentent trop coupables de s'arrêter de travailler.
Aurialie Jublin

Plus de la moitié des quinquagénaires canadiens prévoient continuer de travailler après la retraite - 0 views

  •  
    Pour des raisons financières, mais aussi car le travail est considéré comme un moyen de rester socialement actifs, et permet de se trouver une occupation agréable. Les futurs retraités québécois sont moins disposés à travailler que les autres provinces canadiennes.
Aurialie Jublin

L'Ifop publie Media@work, sa première étude sur l'€™usage des médias et des nouvelles technologies sur le lieu de travail - 0 views

  •  
    Lien de l'étude : http://www.ifop.com/media/pressdocument/492-1-document_file.pdf Conclusions : 1/ Les « medi@ctifs » (Actif connecté à internet sur son lieu de travail au cours des 3 derniers mois) sont de plus en plus nombreux à utiliser indifféremment leurs devices personnels sur leur lieu de travail, et vice versa : 64% à 71% des équipés d'un device personnel l'utilisent aussi à titre professionnel, et que 84% à 92% des équipés à titre professionnel l'utilisent également à titre personnel. 2/ 48% des medi@ctifs consultent les réseaux sociaux sur leur lieu de travail, 3/ 54% des medi@ctifs déclarent que "consulter des media sur le lieu de travail leur apporte une bouffée d'oxygène au cours de la journée", et 45% considèrent également que "les media sont une source d'inspiration pour eux", 4/ 54% des medi@ctifs ont déjà entendu parler du "Cloud computing".
Aurialie Jublin

E-Mail: Not Dead, Evolving - Harvard Business Review - 1 views

  •  
    Periodically you may hear digital hipsters claim that e-mail is dead. Don't believe them. People still spend half their workday dealing with it, they trust it, and overall they're satisfied with it, according to our 2012 survey of 2,600 workers in the U.S., UK, and South Africa who use e-mail every day. E-mail is not dead, it's just evolving. It's becoming a searchable archive, a manager's accountability source, a document courier. And for all the love social media get, e-mail is still workers' most effective collaboration tool. It's far from perfect: Three-quarters of all e-mail is junk, and we're wasting lots of time dealing with less important messages. But it remains the mule of the information age-stubborn and strong.  Résumé IA : Très intéressante infographie sur les usages de l'e-mail, notamment au travail. Nous envoyons en moyenne 11500 e-mail par an. 42% des e-mails qui nous arrivent (hors spam que nous ne voyons pas : nous n'en voyons que 8%) sont essentiels ou critique. Il demeure l'outil principal de nos modes de travail en collaboration. Et nous passons environ 111 jours de travail (50%) de notre temps avec eux : 22% de ce temps à chercher, archiver ou gérer, 15% à lire et 13% à en écrire. Il sert principalement à échanger des documents, envoyer des informations à des groupes…
Aurialie Jublin

Numérique au travail: une transformation jugée positive mais seulement en apparence (enquête) - 0 views

  •  
    "L'enquête pointe notamment le "management collaboratif" avec "un réel décalage" entre la perception des chefs d'entreprises et celle des salariés: chez les premiers, ils sont 47% à estimer que le numérique a eu des conséquences positives sur la possibilité pour les salariés de donner leur avis sur le management et participer aux prises de décisions ; les seconds ne sont que 27% à le penser. Si "l'arrivée du numérique au travail a permis une grande souplesse dans l'emploi du temps (...), la circulation instantanée de l'information a favorisé l'avènement d'une culture de l'urgence et de l'immédiateté qui conduit à la fois à une intensification du travail (plus de tâches dans un laps de temps identique), à sa densification (assimilation de plus d'informations) et à sa fragmentation (l'individu perd ses repères avec l'éclatement des tâches dans le temps et l'espace)", relève l'enquête."
Aurialie Jublin

Travail : peut-on résister aux injonctions paradoxales sans péter un boulon ? - Idées - Télérama.fr - 0 views

  • Option numéro un : développer des mécanismes de défense pour ne pas virer dingue. Enfermer ses doutes dans les profondeurs de son inconscient, ne plus penser par soi-même, rationaliser, se noyer dans le travail, refouler son moi et faire « comme si »…
  • Option numéro deux : résister activement. Pour ne pas se laisser piéger, il faut pouvoir mettre à distance la violence institutionnelle par l'humour ou la dénonciation. Rire entre collègues de sa « médaille en chocolat », de « chiffres hystériques » ou d'« évaluation au doigt mouillé ». Désinvestir psychiquement le chiffre ou réinvestir des métiers qui font sens. Vénérer la lenteur plutôt que la vitesse, préférer la tranquillité au mouvement, renoncer à vouloir se dépasser…
  • « Créer des lieux d'échange véritable ne peut avoir de sens que si l'initiative part des individus eux-mêmes, estime Danièle Linhart. Ces derniers pourraient déployer leurs compétences et leur expérience pour contribuer à inventer de nouvelles organisations du travail qui ne les rendent pas malades. » En attendant, certains prennent les devants, comme ce postier qui, après avoir assisté aux séminaires de Vincent de Gaulejac, a décidé de monter un groupe informel d'histoires de vie professionnelle à l'heure du déjeuner.
julien camacho

Forte augmentation du télétravail en Grande-Bretagne selon le syndicat TUC | Zevillage : télétravail, coworking et nouvelles formes de travail - 1 views

  •  
    Le nombre de personnes travaillant à domicile au Royaume-Uni a augmenté de 13 % au cours des cinq dernières années, selon une nouvelle étude de la confédération syndicale britannique Trade Union Congress (TUC). Des travails officiels publiés aujourd'hui à l'occasion du National Work From Home Day (Journée nationale du travail à domicile), organisé par WorkWise au Royaume-Uni.
abrugiere

Uber, Airbnb : les barbares attaquent le marché du travail et le modèle social - L'Econome - 0 views

  •  
    Le modèle d'Uber et de Airbnb est celui de sociétés sans salariés. La dernière augmentation de capital d'Uber valorise l'entreprise à 18 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires généré pourrait atteindre 10 milliards de dollars en 2015. L'entreprise a moins de 1000 salariés. Pourtant le secteur dans lequel Uber, le transport passager en véhicule individuel, est (encore) très intensif en chiffre. Mais les chiffreleurs qu'Uber mobilise sont des indépendants, soit chauffeur VTC professionnel (UberX), soit particuliers titulaires du permis de conduire et possédant une voiture 4 portes de moins de 10 ans (UberPop)
Aurialie Jublin

SMart : comment une coopérative d'artistes a séduit 35 000 travailleurs européens - ConsoCollaborative - 0 views

  • SMart est l’acronyme de Société mutuelle pour artistes. Cette coopérative de travailleurs a en effet vu le jour il y a 20 ans, en Belgique, pour répondre aux besoins spécifiques des intermittents et des auteurs : travail irrégulier avec des clients multiples, importants délais de paiements, absence de contrat… Si elle a conservé son nom, elle rassemble cependant aujourd’hui des coopérateurs de tous les horizons : communication, mode, web, conseil…
  • Depuis, peu, certains membres de SMart bénéficient même d’un CDI, grâce à un mécanisme de lissage des rémunérations.
  • SMart fonctionne selon les principes du mutualisme : en mettant leur chiffre d’affaire en commun, les coopérateurs peuvent partager les risques et partager des outils auxquels ils n’auraient jamais eu accès en tant que particulier, où même dans une TPE (toute petite entreprise). La contrepartie ? « Nous prenons 8,5 % du chiffre d’affaire de tous nos coopérateurs, dont 2 % pour le fonds de garantie et 6,5 % pour nos services administratifs », explique Emily Lecourtois.
  •  
    "Sur un modèle mutualiste, cette communauté offre à ses travailleurs de nombreux avantages tels qu'un fond de garantie pour les paiements et une assistance administrative. Compromis entre travail indépendant et salarié, la coopérative innove avec une gouvernance partagée et l'ouverture d'espaces de travail pour ses membres."
Aurialie Jublin

Au travail avec mon ordi, sinon rien - 0 views

  • selon une enquête de la société Cisco, menée en avril, 71 % des travailleurs belges utilisent un appareil privé à des fins professionnelles. Plus d'un sur cinq (21 %) estime même que pouvoir travailler à distance constitue un droit et non un privilège, résultat supérieur à la moyenne des pays du nord de l'Europe concernés par l'enquête (17 %).
  • Parmi les employés qui disposent de cet accès à distance, 43 % assurent qu'ils travaillent une heure supplémentaire, voire deux à trois heures de plus pour 38 % d'entre eux.
  • Un sondage mené cette fois par la société de sécurité Trend Micro affirme que 57 % des entreprises installées en Belgique refusent les équipements privés sur le lieu de travail. Principales raisons invoquées : la sécurité informatique et le risque de mélange entre données privées et professionnelles.
  • ...1 more annotation...
  • Ces résultats contrastent avec ceux d'une autre enquête récente, cette fois d'Aruba Networks, selon laquelle 74 % des entreprises du Benelux auraient adopté le Byod. Ce serait le meilleur résultat derrière le Moyen-Orient (80 %), ex aequo avec les pays scandinaves et loin devant la France (58 %) ou l'Allemagne (46 %). L'étude se limitait toutefois à l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.
  •  
    Article sur le BYOD et les conséquences pour les entreprises belges
1 - 20 of 81 Next › Last »
Showing 20 items per page