Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged valeur travail

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Book Review: Metric Power by David Beer | British Politics and Policy at LSE - 0 views

  •  
    "In Metric Power, David Beer examines the intensifying role that metrics play in our everyday lives, from healthcare provision to our interactions with friends and family, within the context of the so-termed data revolution. This is a book that illustrates our growing implication in, and arguable acquiescence to, an increasingly quantified world, but, Thomas Christie Williams asks, where do we locate resistance?  "
Aurialie Jublin

Vers de nouvelles propositions de valeur - Nicolas Colin - 0 views

  • La seule manière pour les entreprises de survivre dans cette économie est de détourner leurs utilisateurs d’une vulgaire comparaison des prix. Rappelons-le : dans l’économie numérique, il y a toujours mieux et moins cher ailleurs. C’est pourquoi les entreprises dont la proposition de valeur est purement transactionnelle finissent par disparaître, écrasées par la rudesse de la concurrence sur les prix. Mais si vous créez une expérience qui dépasse le transactionnel et s’étend à l’inspiration, à la recommandation, au service, à la valorisation, à l’interaction, alors vous avez une chance que vos clients ne regardent plus seulement le prix mais se posent une question beaucoup plus subtile : avec quelle entreprise suis-je le plus à l’aise? Quelle est celle qui m’offre un haut niveau de qualité ? C’est le défi relevé par Amazon. Il lui a permis de se distinguer de tous les autres « e-commerçants ». Tandis qu’ils se font concurrence uniquement sur le prix, Amazon a développé pour ses clients une extraordinaire expérience d’inspiration, d’achat et de service dont le prix n’est plus qu’un paramètre.
  • L’économie numérique créera des emplois, majoritairement non qualifiés d’ailleurs, dès lors que nos institutions seront mises à niveau. Pour créer des emplois dans l’économie numérique, il nous manque trois choses : un financement de l’économie adapté, ménageant plus de place au capital-risque ; des réglementations sectorielles en phase avec le nouveau régime de création de valeur ; enfin, une protection sociale qui couvre les risques qui deviendront les plus critiques dans l’économie numérique. La difficulté à se loger et l’intermittence – c’est-à-dire le fait que nous changerons de plus en plus d’employeur et que nos parcours professionnels seront caractérisés par la discontinuité – constituent les risques les plus aigus dans l’économie numérique de demain.
  •  
    "Les modèles d'affaire qui émergent aujourd'hui offrent l'image d'une hyperconcurrence. Dans l'économie numérique, il y a toujours mieux et moins cher ailleurs, et cette dynamique déborde aujourd'hui les frontières du Net. Comment une entreprise peut-elle survivre dans cette jungle, comment peut-elle se distinguer? De nouvelles logiques émergent, de nouvelles propositions de valeur qui pourraient devenir la clé du monde économique de demain."
Aurialie Jublin

11 Things To Know About Abstract Labor - 0 views

  • Living labor can be understood as identity-making effort (in the absence of traditional prescriptions); it is the productivity of open-ended potentiality. You can be whatever you want (and you will have to work to become it!) Abstract labor is the quantification of that effort, conforming it to pre-existing measuring tools that allow for its commodification. It’s a matter of having oneself fitted to the yardstick. All the work of being someone can be converted to dollars.
  • A fundamental problem for capitalism: how to maintain a supply of workers who are (a) flexible, creative, and motivated to be social (work cooperatively with others to produce value) at the same time they are (b) manageable, controllable, and predictable. It must be able to extract “living labor” — the work of belonging socially — as “abstract labor” amenable to rationalization, measurement, and control and freely deployable on whatever opportunity will yield the most profit.
  •  
    "To recap: Social media are ways to contain and recapture the productive and potentially disruptive energy of the cooperation engendered by the capitalist production process, which depends on bringing workers together, dividing labor among them, and generating/capturing the surplus that emerges from their effort to work together. Cooperative efforts - sociality - are captured by social media and made into data: that is, they are made fungible, abstract, countable. This data then sets cooperative workers back into competition with one another, now competing over and in terms of measurable influence, attention, contribution, network links and so on. The struggle comes to seem like the very struggle for personal identity, but it's just the opposite; it's the struggle to render what is personal about oneself into something that is generally exploitable to whatever company wants it."
Aurialie Jublin

Le « pay what you want », une formule « payante » ?, Les Echos - 0 views

  • « Quand on n’a pas de relation de personne à personne, qu’on reste caché derrière son ordinateur, personne ne va payer le prix », commente Pascale Hébel, directrice du département consommation au Crédoc (centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie). « C’est quelque chose qui ne peut pas durer, il y a une culture en France faisant qu’on veut être plus malin que les autres », estime-t-elle. « Pour un objet qui a une valeur, il y a forcément un coût, une marge, cela va à l’encontre de la loi économique ».
  •  
    "Le système du « payez ce que vous voulez », initié par le groupe de rock Radiohead, s'est aujourd'hui développé dans de multiples secteurs, comme l'hôtellerie, la restauration ou la distribution de vêtements. Restaurants, nuits d'hôtels, oeuvres d'art ou même conseils juridiques, le système du « pay what you want » (payez ce que vous voulez) continue d'attirer les consommateurs, tout comme les commerces à la recherche de buzz."
Aurialie Jublin

Salariés: les clés pour offrir son temps et ses compétences - L'Express - 0 views

  •  
    "Bénévolat ou mécénat de compétences, "congé solidaire": offrir de son temps et de ses compétences à des associations est aujourd'hui en vogue. Tour d'horizon des dispositifs. "
abrugiere

Rachel Botsman : « La confiance sera la nouvelle monnaie du XXIe siècle » - 2 views

    • abrugiere
       
      Les journaux définissent parfois la consommation collaborative comme le fait de préférer l'usage à la propriété. Ce n'est pas pour moi le fait central. Ce qui relie AirBnb, Kickstarter, mais aussi les Moocs ou les fablabs, c'est le passage d'institutions centralisées à des communautés distribuées et connectées.
  •  
    Les journaux définissent parfois la consommation collaborative comme le fait de préférer l'usage à la propriété. Ce n'est pas pour moi le fait central. Ce qui relie AirBnb, Kickstarter, mais aussi les Moocs ou les fablabs, c'est le passage d'institutions centralisées à des communautés distribuées et connectées.
abrugiere

Vous pensez que les robots vont vous piquer votre boulot ? Vous avez raison - Le Nouvel... - 1 views

  •  
    Mais les pessimistes, comme Larry Summers prédisent que dans dix ans un Américain âgé entre 25 et 54 ans sur sept sera sans emploi, contre un sur vingt dans les années 1960. Une question se posera alors : comment répartir les fruits de la croissance ? La réponse turlupine déjà l'Amérique, où de nouveaux milliardaires apparaissent chaque semaine - comme les fondateurs de Whats-App -, où les très riches continuent à s'enrichir, tandis que le salaire moyen baisse depuis 15 ans.
Aurialie Jublin

The economic value of skills: Skills that pay the bills | The Economist - 0 views

  • Why? The authors conduct a series of regressions and, some would argue, show the limitations of social-democratic policies:[R]eturns to skills are systematically lower in countries with higher union density, stricter employment protection, and larger public-sector shares.The analysis shows, for example, that a 25% point increase in union density (the difference, say, between Belgium and the United Kingdom) leads to a 3.5% point lower wage increase for each one-standard-deviation increase in numeracy skills.
  •  
    "Overall, the effect of skills on earnings (what economists call "returns-to-skills") is unsurprising. The authors focus on numeracy and show that people with more skills earn more. A one-standard-deviation increase in numeracy skills is associated with an 18% wage increase among "prime-age" workers (workers between 25 and 54)."
abrugiere

Le prix du livre RH 2012 : "Ce qui tue le travail", de Francis Ginsbourger - 1 views

  •  
    "Dans une économie placée sous le signe de l'innovation et du service, la valeur dont dépend l'emploi n'est plus dans la force mécanique, dans des savoir-faire de plus en plus imitables (...). Elle est dans la coopération de ces différentes sources de valeur." Cette phrase énoncée en première partie du livre de Francis Ginsbourger, économiste du travail, résume à elle seule son propos.
Aurialie Jublin

L'internaute est un travailleur exploité « InternetActu.net - 1 views

  •  
    Chronique de Xavier de la Porte
Aurialie Jublin

Combien coûterait un Big Mac si McDo doublait ses salaires ? | Big Browser - 1 views

  •  
    "Selon cette étude, un doublement des revenus des employés de l'enseigne - du salarié de base gagnant le salaire minimum (7,25 dollars de l'heure, ou 5,40 euros) au PDG Donald Thompson (8,75 millions de dollars en 2012) - aurait pour conséquence une augmentation du prix du Big Mac de seulement 68 cents (0,50 euro). Le Big Mac passerait ainsi de 3,99 à 4,67 dollars (3,50 euros), affirme l'auteur de l'étude, Arnobio Morelix."
Aurialie Jublin

Rage contre la machine | Classe éco | Francetv info - 0 views

  •  
    Résumé IA : Pourquoi le niveau de vie baisse-t-il ? La faute à la crise ? Non, son origine lui est antérieure estime Alexandre Delaigue. La stagnation de la démocratisation scolaire alors que la technologie nécessite toujours une meilleure formation explique l'accroissement des écarts de rémunération. La diminution de la fiscalité des plus hauts revenus sans redistribution est l'autre explication. Mais surtout, la technologie est venu bouleverser le rapport au travail en permettant une surveillance inédite des individus, permettant de moins avoir à motiver les salariés. Pour Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, l'évolution des technologies joue aussi un rôle en rendant les compétences plus rapidement obsolètes, en concentrant les gains sur un petit nombre de personnes et en biaisant les gains au bénéfice des détenteurs du capital des entreprises. Demain, l'automatisation pourrait accroître ce phénomène en automatisant des tâches jusqu'à présent qualifiées et donc continuer à diminuer l'apport éducatif. "Si ces tendances se confirment, il sera bien difficile de compter sur l'éducation et la formation pour assurer le revenu du plus grand nombre. Il ne restera que la fiscalité, en particulier la fiscalité du capital, et un niveau de redistribution plus élevé qu'aujourd'hui, par exemple sous la forme d'une allocation universelle. En tout cas, il serait particulièrement hasardeux d'espérer que la sortie de crise viendra rétablir la situation pour les salariés", conclut Alexandre Delaigue.
Aurialie Jublin

Mozilla's Open Badges - MozillaWiki - 1 views

  •  
    It's often difficult to get recognition for skills and achievements gained outside of school. Mozilla's Open Badges project is working to solve that problem, making it easy to issue, earn and display badges across the web. The result: recognizing 21st century skills, unlocking career and educational opportunities, and helping learners everywhere level up in their life and work.
Aurialie Jublin

Quand la DRH a le titre de « directrice du bonheur » | Cadres et Dirigeants M... - 0 views

  • Comme elle l’explique dans son blog intitulé Miss Philomène, les DRH se doivent d’évoluer « d’un rôle de gestionnaire de capital humain vers un rôle de développeur de patrimoine humain […]. Cette évolution passera notamment par le développement d’une culture positive, de confiance et responsabilisante qui met l’humain et la notion d’équipe au centre des préoccupations de l’organisation; le développement d’une nouvelle génération de leaders, et le démantèlement des usines à gaz RH (SIRH, gestion des compétences, gestion des connaissances…) ».
  •  
    "On pourrait penser à une blague belge, mais ce n'est pas le cas. Laurence Vanhée, DHR du Service public fédéral (SPF) belge de Sécurité sociale, a décidé de remplacer son titre de DRH (directrice des ressources humaines) par celui de « Chief Happiness Officer ». Avec un crédo : gérer des êtres humains (et non des ressources) et les rendre heureux au travail."
Aurialie Jublin

Matthieu ou la chronique de la disparition du travail - Metis - 1 views

  • C'est « le mécanisme de production de la valeur économique (qui) a ainsi été inversé : ce n'est plus le travail qui produit un profit pour alimenter le patrimoine des rentiers, c'est la promesse faite aux rentiers qui fait pression sur les profits des entreprises, qui elles-mêmes, ajustent le travail à la réalisation de cette exigence »
  • C'est entendu, la rente est l'avenir, le travail est damnation. Mais avec le travail, disparaît le sujet, le projet, le sens. Ils ne restent alors que des opérateurs, des « ressources » fussent-elles humaines, des ETP (équivalents temps pleins), par exemple mis sous pression d'indicateurs objectifs du type « nombre de contrats signés en 100 heures de travail ». Qu'importe les heures, les contrats et la manière de les signer...
  • Il n'y a que le travail qui produit de la valeur, sous estimant peut-être qu'une part de l'invisibilité du travail vient aussi, à la même période, de sa mutation. Ce travail est devenu intellectuel au profit d'une production ni mesurable, ni dénombrable, une production servicielle et de plus en plus immatérielle. Il reste que, « dans la vraie vie, le travail est vivant. (...), il est une triple expérience : expérience subjective valorisée par la reconnaissance, expérience objective par la performance et expérience collective par la solidarité »
  •  
    "Matthieu expérimente l'emploi en même temps que l'invisibilité de son travail. Le travail a disparu. Comme dans la publicité, les tâches qui lui sont demandées en ont la forme, la couleur mais n'en sont pas. Il en a les obligations, les allers retours quotidiens, les horaires, la subordination, l'ambiance morose, mais il n'en a pas les opportunités. Il n'en rencontre pas les dimensions expressives que revendiquent même des salariés plus modestes des caisses de grande distribution (Isabelle Ferreras, Gouverner le capitalisme, PUF 2012). Il n'arrive pas à se sentir utile, il ne participe pas à un collectif, il n'est pas autonome et il ne voit rien d'intéressant dans ce qu'il a à faire."
Aurialie Jublin

Yann Bramoullé: "Les réseaux sont au coeur des activités humaines" - 1 views

  •  
    Si l'on considère que l'appartenance à un réseau est un moyen pour un individu d'acquérir de l'information pour améliorer sa propre situation et que l'acquisition de cette information a un coût, il est possible, en modélisant la position de chaque individu dans un réseau, ainsi que la forme de ce réseau, de prédire le gain que les individus, mais aussi la société dans son ensemble, peuvent en tirer. Avec mes coauteurs, nous avons modélisé les réseaux auxquels des personnes en emploi ou sans emploi appartiennent, et nous avons pu mesurer les effets de l'isolement sur la recherche d'un travail, le rôle bénéfique joué par la mise en réseau de chômeurs entre eux, et surtout avec des personnes en emploi. Nous avons aussi pu décrire le fonctionnement du favoritisme, du "piston", en montrant que la captation de la rente par un groupe se fait aux dépens de la création de valeur pour tous.
Aurialie Jublin

Le social business : ciblez les cols bleus et oubliez les outils ? Bloc-Notes de Bertra... - 0 views

  •  
    Résumé : entre la promesse du social business et la réalité du terrain il y a un gouffre qui se comble à peu près surement et certainement lentement. Alors que les grands groupes investissent et peinent à régler toutes leurs contradictions pour mobiliser des populations de cols blancs, on constate avec surprise que la promesse est plus souvent tenue dans des structures de moyenne taille peuplées de cols bleus ? Un étonnant paradoxe ? Pas si sur dès lors qu'on essaie de définir la promesse en question. Là où les uns ne jurent que par l'outil et les communautés d'autres ont mis en place des modèles managériaux pragmatiques, axés sur la production et la prise de décision. Et, souvent, c'est eux qui ont les meilleurs résultats tant en termes d'impact sur le travail que d'épanouissement pour les salariés.
Aurialie Jublin

Les lieux de travail qui ont changé l'histoire. 2/Le Kibboutz - Mutinerie, es... - 2 views

  •  
    " Le modèle du kibboutz enseigne que lorsque l'on rassemble des gens partageant un idéal et qu'on leur donne les moyens de production, on peut potentiellement refaire société, au point de créer un Etat …" " Le principe de collectivisme ne s'arrête pas à la propriété et à la coopérativité, mais s'applique aussi à la vie sociale (les repas sont pris en commun dans une grande salle, etc.), à l'éducation (les enfants sont élevés par groupes d'âge, et ne voient leurs parents que quelques heures par jour). Les décisions concernant le kibboutz sont soumises à un régime de démocratie participative directe." " Depuis les années 2000, le kibboutz connaît un regain de popularité et sa population croît de nouveau. Certains se sont en effet spécialisés dans des productions à haute valeur ajoutée : haute technologie, agriculture de pointe, industrie de l'armement, … Ils intègrent des bureaux de recherche et développement renommés dans le monde entier. D'autres encore se sont tournés vers les services : le tourisme essentiellement."
1 - 20 of 26 Next ›
Showing 20 items per page