Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged organisation travail

Rss Feed Group items tagged

Thierry Nabeth

Enquête sur les dérives du lean management -- les Echos - 0 views

  •  
    Le Prix du meilleur ouvrage sur le monde du travail, organisé par le Toit Citoyen, a été remis à Marie-Anne Dujarier pour « Le management désincarné  » qui décrit les dérives des « planneurs », ces faiseurs de dispositifs qui opèrent sans scrupules loin du terrain. Chargés d'optimiser la performance d'une entité, de faire baisser les coûts (masse salariale, turn-over, absentéisme, risques, etc.), d'augmenter la valeur dégagée par l'entreprise (rendement, productivité, taux d'occupation, etc.), leur réussite (aux « planneurs ») se mesure à leur capacité à implémenter des dispositifs standardisés (ERP, lean, kaizen…) et à forcer le changement. Au service de la massification et de la standardisation, ces « planneurs», contrairement aux cadres de proximité, opèrent dans des bureaux éloignés des opérations concrètes et du terrain. Qui sont-ils ? Ni experts d'un métier ou d'un secteur, ni entrepreneurs, ni propriétaires, ni chercheurs, il sont intermédiaires financiers, auditeurs, ingénieurs méthodes, contrôleurs de gestion ou encore consultants, et rendent compte à des donneurs d'ordre (DRH, DSI, directeurs financiers et juridiques, associés de cabinet de conseil ou de fusions-acquisitions, etc.)
Thierry Nabeth

Les grandes entreprises vont perdre la bataille des talents (Editos & Analyse... - 0 views

  •  
    Attirer et retenir les talents est devenu pour les grandes entreprises un enjeu majeur pour faire face à une concurrence toujours plus exacerbée. Ce sont eux qui détiennent la clef des succès futurs : la capacité à innover.
abrugiere

L'ether, la future monnaie qui vaut déjà des millions - 1 views

  •  
    Un jeune canadien, né enRussie créé une nouvelle monnaie électronique, basée sur le bitcoin : Ether.  il monte ensuite une star-up Ethereum.  « Plusieurs fournisseurs, et la plupart de mes employés, acceptent d'être payés en bitcoins. Quelques-uns sont même d'accord pour recevoir des ethers. »Son système sera programmé pour produire au maximum 15 millions d'ethers par an. Comme pour le bitcoin, Vitalik compte sur l'arrivée de « mineurs », qui résoudront des problèmes mathématiques afin de valider toutes les transactions, et seront récompensés en ethers. Au-delà de l'entreprise, le registre central des transactions d'Ethereum pourrait proposer un mode de gouvernance décentralisée et transparente pour des associations de taille moyenne. Vitalik Buterin envisage notamment des systèmes de vote électronique  vérifiables par tous.
Thierry Nabeth

The future of enterprise - 5 - Welcome to the disorganized organization -- ParisTechReview - 0 views

  •  
    Work organization has undergone major evolution over the past 40 years, but we are only at the beginning of this path. If an enterprise today, with its current organization, wishes to stay in the market and ensure the personnel are committed, it must start by taking into account what these persons really are: individuals with weaker professional and personal binding to the company, though constantly building new links round the successive projects proposed. Digitalization allows for remote work in a sort of cooperative nomadism. The general trend to adopt project-mode organization may lead to the arrival of project contracts. Up to recent decades, the enterprise was characterized by a unity of place. Enterprises tomorrow will be characterized by a unity of time, that needed for a project, for a small and large scale contracts, but with no unity of place, inasmuch as the workers can be thousands of kilometres away, in third party office premises or at home, in a remote tele-work mode. Working no longer consists of collaborating with colleagues in a given place built for this purpose, but rather networking with others and organizing a shared sociability. The question is: will the very concept of enterprise survive?
  •  
    Oops, déjà posté précédemment (pour la version française)! (ceci est la version anglaise)
Aurialie Jublin

« Le feel good management, ce n'est pas uniquement organiser des fêtes » - Rue89 - 1 views

  • Le seul dénominateur commun entre tous ces feel good managers ? Ce sont quasiment toutes des femmes. « Peut-être parce que nous avons plus d’empathie », suppose Gitta. Sabine Siegl, elle, a une autre explication : « Cela vient peut-être du bas salaire, qui n’est certainement pas celui d’un manager. Ceci montre d’ailleurs l’importance réelle accordée par les entreprises au feel good manager. »
  •  
    "A la mode chez nos voisins allemands, la profession de « feel good manager » a été créée pour veiller au bien-être des travailleurs. Poudre aux yeux - pour mieux exploiter les employés - ou réelle innovation ?"
Aurialie Jublin

Etre tout le temps connecté : marque d'une organisation défaillante - 2 views

  •  
    "le télétravail c'est travailler dans un environnement plus propice à sa productivité, pas emmener chez soi ce qu'on n'a pas eu eu le temps de faire au bureau."
Chamila Puylaurent

Entreprise 2.0, un nouveau cycle ? - 0 views

  •  
    Avis d'Anthony Poncier - "Même les entreprises lancées dans le 2.0 en interne sur le mode productiviste vont devoir faire évoluer leur modèle de management et leur organisation sous la pression des médias sociaux." Les entreprises ont toujours du mal à travailler en mode collaboratif et n'y affecte pas les ressources nécessaires...
Aurialie Jublin

Avec la caisse automatique, la caissière devient un peu flic | Rue89 - 0 views

  • Cette nécessité de surveiller tout le temps les clients a une conséquence : la fin des temps morts, de ces instants de répit et de récupération, quand le client remplissait son sac, remarque le chercheur en gestion Amadou Ba, qui, pour sa recherche, a travaillé comme responsable de caisse pendant trois ans dans un magasin pionnier en matière d’automatisation : « On développe des outils pour que les caissières soient toujours occupées. Et pour intensifier le rythme, ainsi que la charge mentale et physique. »
  • Finalement, la caisse automatique a bien causé des dégâts, mais pas là où on les attendait. Au début, les enseignes ont d’ailleurs placé des caissières toute la journée à piloter ces nouvelles machines. Echec. Les employées ont craqué. Du coup, de nombreux magasins ont instauré un temps maximum en caisse automatique, de 4 heures, raconte Sophie Bernard : « Quand on les interroge, les caissières disent apprécier cette polyvalence. Elles ne veulent pas forcément revenir en arrière. Mais elles ne tiendraient pas uniquement sur les machines, c’est trop insupportable pour elles. »
  •  
    "La caisse automatique s'est imposée dans les super et hypermarchés, jusqu'aux supérettes de proximité. Devenue contrôleuse, la caissière a vu son métier changer."
Aurialie Jublin

Quand les internautes remplacent les entrepreneurs | Slate - 1 views

  • La meilleure façon de trouver la bonne personne, au moins dans le monde de la nanobiotechnologie, ce n'est pas de choisir les diplômes les plus sophistiqués pour résoudre les problèmes les plus ardus, mais d'observer le comportement de milliers de personnes et d'identifier celles qui ont les meilleures facultés cognitives pour cette tâche.
  • Certains joueurs ont une capacité exceptionnelle à reconnaître les scénarios, une forme innée de raisonnement spatial que n'ont pas la plupart d'entre nous. D'autres (souvent «des grands-mères sans éducation», souligne Popovic) ont certaines compétences sur le plan social. «Elles arrivent à débloquer une situation en encourageant les gens à aborder le problème sous un autre angle.»
  • «A l'avenir, j'imagine que face aux nouveaux grands défis, nous proposerons des jeux et des puzzles qui exploitent avant tout les compétences nécessaires et trouvent des personnes expertes pour résoudre ce type de problèmes; la personne à la tête d'un tel réseau sera en possession d'un réseau de grande valeur»,
  •  
    "L'idée de réorganiser totalement le marché du travail de la base vers le sommet reste utopique. Le crowdsourcing a donné lieu à de profonds bouleversements dans des domaines aussi variés que le graphisme, le journalisme et la Recherche et le Développement d'entreprise, mais l'approche traditionnelle du sommet vers la base, avec laquelle presque tout le monde fait des affaires, demeure. " Mais le renouveau du crowdsourcing passe par les jeux vidéos, comme l'a montré l'exemple de Foldit et le repliage des protéines dans l'enzyme.
Aurialie Jublin

Two People Doing The Same Job? It's Not Crazy For Engineers - FastCoLabs - 0 views

  • It turns out that developers have been working together to complete single tasks for decades, using a practice called “pair programming.” The basic idea is simple: Two developers sit in front of one computer. One programmer “drives,” typing out actual code, while the other observes and guides the driver, catching mistakes, and suggesting high-level strategies for completing the task.
  • Although it might sound counterintuitive and costly to employ two engineers to do one thing, its proponents swear that it actually saves money and time. Michael Kebbekus, a software engineering manager for collaboration software company Mindjet who spends 80% of his time pair programming, says the practice reduces costs and increases innovation by forcing developers to think through their decisions early
  • When you pair program, you have the perspective of a colleague, and every idea is just a starting point for something better. Before you start typing, you verbalize a solution, and in explaining your thoughts out loud you discover aspects of a problem you didn't even consider, and better yet, your partner does, too.
  • ...1 more annotation...
  • Although he acknowledges that it might not be beneficial to every division for every type of project, Kebbekus believes that everybody should at least try putting people together to work on high-value projects. His advice is to slowly start asking team members to work together on bigger, higher-cost projects and gradually formalize pairing people as they get used to the process.
  •  
    "Most people would find it absurd to hire two people to do the same job. An increasing number of software companies are doing just that and finding that it increases productivity and reduces costs. Here's how to apply the idea to your business."
hubert guillaud

Révolution numérique et coworking : Vers une ville vaporeuse? - DNArchi - 2 views

  • Ce que j’appelle des “espace vaporeux”, des espaces hybrides aux fonctions indéfinies dont l’identité n’est pas conçu a priori mais se construit au fur à mesure par leurs transformations comme c’est le cas pour tous les systèmes naturels émergeants.
  • Les différents points abordés ci-dessus, bien que très divers, ont tous un point en commun : ils décrivent une nouvelle conception de l’espace qui ne serait plus caractérisée par ses aspects fonctionnels (maison, bureau, etc…) ou par les objets qu’il contient (comme par exemple les outils de travail dans les anciens bureaux) mais plutôt par ses aspects intangibles, comme les relations entre ses occupants ou, plus en général, son ambiance et aussi leur position relative dans la ville.
  • D’un coté, Superbelleville propose un espace vide comme plateforme de travail, de partage, d’échange, de création et d’expérimentation qui est ouverte et accessible aux travailleurs indépendants, aux chercheurs et aux artistes. Sous cet aspect il se configure comme un espace non défini, capable de recevoir et produire de l’inattendu. De l’autre, il encourage la création d’une communauté d’intérêts autour du design paramétrique, soit un ensemble d’outils et de savoir-faire qui permettent de songer à une architecture libérée de la production standardisée.
  •  
    "Dans cet article, Francesco Cingolani, architecte/blogueur/chercheur, interroge la notion de coworking, et en particulier, expose les potentialités et les apports de cette pratique de l'espace pour la conception architecturale numérique. Il questionne l'évolution de nos espaces physiques de travail à l'ère de la dématérialisation de nos supports de représentation, d'interactions sociales comme d'information. Francesco Cingolani s'engage ici pour le coworking qu'il met en œuvre dans son espace SuperBelleville"
  •  
    "La crainte des années 90 qui préfigurait un monde ou l'Internet aurait tué la ville ou les relations humaines n'est désormais plus qu'une dystopie datée et irréaliste. L'explosion du phénomène du coworking en est une preuve évidente", estime l'architecte Francesco Cingolani qui revient sur ce que transforment les tiers lieux. Pourquoi dans le coworking cherche-t-on à séparer espace domestique et espace de travail, alors qu'en même temps on cherche dans ces lieux un confort domestique près à nous offrir un changement de perspective sur le travail. L'espace du tiers lieux se définit non plus par ses aspects fonctionnels ou par ses objets, mais par ses aspects intangibles : les relations entre ses occupants, l'ambiance, etc.
Aurialie Jublin

How Technology Is Changing The Way Organizations Learn - Forbes - 0 views

  • That’s beginning to change as brands are becoming platforms for collaboration rather than assets to be leveraged.  Marketers who used to jealously guard their brands are now aggressively courting outside developers with Application Programming Interfaces (API’s) and Software Development Kits (SDK’s).  Our economy is increasingly becoming a semantic economy.
  •  
    By the late 20th century, a knowledge economy began to take hold.  Workers became valued not for their labor, but for specialized knowledge, much of which was inscrutable to their superiors. Successful enterprises became learning organizations. Now, we are entering a new industrial revolution and machines are starting to take over cognitive tasks as well.  Therefore, much like in the first industrial revolution, the role of humans is again being rapidly redefined.  Organizations will have to change the way that they learn and managers' primary task will be to design the curricula.
Aurialie Jublin

Un lieu de travail "augmenté" optimise en temps réel les interactions entre e... - 2 views

  • La “réalité sociale augmentée” est le fruit de nombreuses années de recherche. “Contrairement à la réalité augmentée, qui ajoute des couches d’information à une vidéo ou à votre champ de vision pour vous fournir plus d’informations, la réalité sociale augmentée désigne les systèmes qui changent en temps réel pour satisfaire des besoins d’un groupe”
  • pour dynamiser les interactions sociales entre les employés, inutile d’organiser des réunions. A mesure que se développent des capteurs de plus en plus sophistiqués, les possibilités se démultiplient quant à l’étude des données comportementales sur les employés...  Le “prochain challenge”, selon Ben Waber, est “d’utiliser ces données afin d’influencer ou d’améliorer la façon dont les personnes travaillent entre elles”.
  •  
    "La "réalité sociale augmentée" postule qu'en collectant les données comportementales des employés, il est possible de modifier la configuration de l'espace de travail pour optimiser les relations entre employés."
Aurialie Jublin

Isaac Getz : « L'organisation où les salariés sont libres vaincra toujours le... - 1 views

  • 1/ Pensez-vous que les pratiques managériales actuelles soient un frein à l’innovation et à la croissance en entreprise ?Isaac Getz : C'est une évidence, car toute innovation commence par une idée partagée. Or l'entreprise traditionnelle n'encourage pas ce partage, voire l'empêche. Quant à la croissance organique, elle ne provient que par l'innovation. C'est justement parce que les entreprises traditionnelles ne parviennent pas à être innovante durablement qu'elles recourent tant à la croissance externe par l'acquisition.
  • la libération de l'entreprise est une transformation radicale et elle commence par l'abandon de l'égo par le N+1. Quant aux managers, certes, une partie ne sera pas très enthousiaste par la transformation qui leur ôte du pouvoir et les invite à devenir des leaders au service de leurs équipes. Ces managers, il faut les former, coacher, voire inviter ceux qui ne s’accommodent pas de ce changement à évoluer vers d’autres missions dans l’entreprise, tout en gardant leur salaire, bien sûr.
  •  
    Professeur à l'ESCP et co-auteur de « Liberté & Cie, Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises », Isaac Getz est spécialiste de l'innovation et du leadership libérateur. Il propose aux entreprises et à leurs dirigeants une méthode pour repenser et transformer leur modèle managérial en levier de croissance.
Aurialie Jublin

A quoi ressemblera le travail demain ? - Mode(s) d'emploi - 0 views

  •  
    L'entreprise est imaginée sous 4 formes d'écosystème : - l'écosystème solaire, où l'entreprise est au centre d'une galaxie de sociétés partenaires, sous et co-traitantes (par opposition au modèle de croissance reposant sur l'intégration verticale) ; - L'excubation, où l'entreprise va encourager et financer l'éclosion de startups accolées à elle, plutôt que de chercher à faire la révolution en interne ; - L'open source, où un ensemble de sociétés et organisations créé de la valeur autour d'un bien ou d'un service commun ; - L'intermédiation, qui valorise avant tout la co-création et une répartition plus distribuée de la valeur.
Aurialie Jublin

Vous apportez votre tablette perso au bureau ? La fin du salariat | Rue89 Eco - 0 views

  • Le mot d’ordre du PDG de cette société, Mark Templeton est clair : « N’importe quoi, n’importe où, n’importe quand. » Il s’agit de traiter le salarié comme un consommateur des données et de prendre en compte le fait qu’avec son ordinateur personnel et, de plus en plus, son smartphone ou sa tablette numérique, il va pouvoir accéder aux données de son entreprise en même temps qu’à ses propres fichiers personnels et, bien sûr, au Web.
  • cette fusion outil professionnel/appareil personnel prolonge le mouvement d’autonomisation des salariés. L’équation personnelle – compétences, réseau de relations et capacité à les utiliser dans le travail – compte toujours plus.
  • Les experts de Fing n’occultent pas les dangers de précarisation et d’exclusion pour ceux qui ne sauront pas s’adapter. Leur diagnostic retient cependant l’attention. Chaque individu devient responsable de son « employabilité » :
  • ...1 more annotation...
  • 2010-2020 sera sans doute la période charnière pour le passage d’une société hiérarchique à un système de relations ouvert qui va dynamiter les organisations des entreprises et donner davantage de pouvoirs aux individus, pour le meilleur et pour le pire.
  •  
    "Face aux aspirations à l'autonomie des salariés, les employeurs ont, jusqu'à présent, réussi à sauvegarder l'essentiel : la maîtrise de l'organisation du travail. Mais les nouvelles technologies de l'information sont en train de miner cet ordre social, en permettant la reprise en main de leur environnement de travail et de leur propre organisation par les salariés. Une sorte de re-privatisation du travail signant le délitement du salariat."
Aurialie Jublin

Agile, l'entreprise de demain ? « InternetActu.net - 0 views

  •  
    Petites et grandes entreprises doivent s'adapter à des cycles d'innovation de plus en plus courts, qui se succèdent de plus en plus rapidement tout en apprenant à rester souples. Sachant cela, à quoi doit ressembler l'entreprise agile de demain ? Telle était la question posée aux orateurs de cette session de la conférence Lift : faut-il repenser le sens du management ?
Aurialie Jublin

The End of a Job as We Know It - 0 views

  • Pfizer, for example, has set "increase business agility" as one of its four goals for the coming year. The company created an internal labor marketplace called PfizerWorks that lets employees bid on work from each other. Executives at Siemens told me that one of their biggest challenges today is moving engineers into new roles so they can focus on new business areas. InBev (Anheuser Busch), Scotiabank, and MetLife have all launched global talent mobility programs to force people to gain global awareness and expand business opportunities.
  • In our research we call this "the borderless workplace," a concept which explains how workers work seamlessly with people inside and outside their organization on a continuous basis. And this shift has redefined what a “job” actually is.
  • What this all means is that in today's high performing companies, people now take on "roles" not "jobs." They are responsible for "tasks" and "projects" and not simply "functions."
  •  
    "The concept of a job, as we know it, is starting to go away. Over the last year I've been speaking with many corporate business and HR leaders and have heard a common theme: we need our organizations to be more agile. We need to redesign the organization so we can learn faster, communicate better, and respond more rapidly to change. This quest for the agile organization has changed the nature of what we call a job. "
Aurialie Jublin

Bien définir les rôles pour structurer un processus d'innovation continue | L... - 0 views

  •  
    "Il est possible d'installer votre entreprise sur la voie de l'innovation durable, sans passer par une réorganisation radicale et sans investissements importants. Tout se joue au niveau de la définition du rôle des trois fonctions principales de votre entreprise, avec pour objectif d'inciter les collaborations entre vos salariés, au-delà des frontières fonctionnelles."
1 - 20 of 33 Next ›
Showing 20 items per page