Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged organisation management

Rss Feed Group items tagged

Thierry Nabeth

Enquête sur les dérives du lean management -- les Echos - 0 views

  •  
    Le Prix du meilleur ouvrage sur le monde du travail, organisé par le Toit Citoyen, a été remis à Marie-Anne Dujarier pour « Le management désincarné  » qui décrit les dérives des « planneurs », ces faiseurs de dispositifs qui opèrent sans scrupules loin du terrain. Chargés d'optimiser la performance d'une entité, de faire baisser les coûts (masse salariale, turn-over, absentéisme, risques, etc.), d'augmenter la valeur dégagée par l'entreprise (rendement, productivité, taux d'occupation, etc.), leur réussite (aux « planneurs ») se mesure à leur capacité à implémenter des dispositifs standardisés (ERP, lean, kaizen…) et à forcer le changement. Au service de la massification et de la standardisation, ces « planneurs», contrairement aux cadres de proximité, opèrent dans des bureaux éloignés des opérations concrètes et du terrain. Qui sont-ils ? Ni experts d'un métier ou d'un secteur, ni entrepreneurs, ni propriétaires, ni chercheurs, il sont intermédiaires financiers, auditeurs, ingénieurs méthodes, contrôleurs de gestion ou encore consultants, et rendent compte à des donneurs d'ordre (DRH, DSI, directeurs financiers et juridiques, associés de cabinet de conseil ou de fusions-acquisitions, etc.)
Aurialie Jublin

« Le feel good management, ce n'est pas uniquement organiser des fêtes » - Rue89 - 1 views

  • Le seul dénominateur commun entre tous ces feel good managers ? Ce sont quasiment toutes des femmes. « Peut-être parce que nous avons plus d’empathie », suppose Gitta. Sabine Siegl, elle, a une autre explication : « Cela vient peut-être du bas salaire, qui n’est certainement pas celui d’un manager. Ceci montre d’ailleurs l’importance réelle accordée par les entreprises au feel good manager. »
  •  
    "A la mode chez nos voisins allemands, la profession de « feel good manager » a été créée pour veiller au bien-être des travailleurs. Poudre aux yeux - pour mieux exploiter les employés - ou réelle innovation ?"
Aurialie Jublin

Two People Doing The Same Job? It's Not Crazy For Engineers - FastCoLabs - 0 views

  • It turns out that developers have been working together to complete single tasks for decades, using a practice called “pair programming.” The basic idea is simple: Two developers sit in front of one computer. One programmer “drives,” typing out actual code, while the other observes and guides the driver, catching mistakes, and suggesting high-level strategies for completing the task.
  • Although it might sound counterintuitive and costly to employ two engineers to do one thing, its proponents swear that it actually saves money and time. Michael Kebbekus, a software engineering manager for collaboration software company Mindjet who spends 80% of his time pair programming, says the practice reduces costs and increases innovation by forcing developers to think through their decisions early
  • When you pair program, you have the perspective of a colleague, and every idea is just a starting point for something better. Before you start typing, you verbalize a solution, and in explaining your thoughts out loud you discover aspects of a problem you didn't even consider, and better yet, your partner does, too.
  • ...1 more annotation...
  • Although he acknowledges that it might not be beneficial to every division for every type of project, Kebbekus believes that everybody should at least try putting people together to work on high-value projects. His advice is to slowly start asking team members to work together on bigger, higher-cost projects and gradually formalize pairing people as they get used to the process.
  •  
    "Most people would find it absurd to hire two people to do the same job. An increasing number of software companies are doing just that and finding that it increases productivity and reduces costs. Here's how to apply the idea to your business."
Aurialie Jublin

Favi, l'usine qui tourne sans chefs - Capital.fr - 2 views

  •  
    Depuis près de trente ans, ce sous- traitant picard pour l'industrie automobile pousse ses 400 ouvriers à élire leurs responsables et à travailler sans hiérarchie. Et le succès de son modèle fait réfléchir.
Aurialie Jublin

Ces patrons qui osent "libérer" leurs salariés - 1 views

  • L'exercice d'un contrôle autoritaire s'accompagne d'une multitude de coûts cachés qui ne pèsent pas seulement sur les bénéfices, mais sur la santé des employés [...] La grave erreur des bureaucrates est de s'imaginer que, parce qu'une chose s'appelle règle, elle est préférable à un arrangement moins formel. D'autant que la plupart de ces règles ne se bornent pas à saper le moral des salariés : elles empêchent la grande majorité d'entre eux de faire ce qui conviendrait.
  • « Lâcher prise » ? C'est la clé de ces transformations menées par ces patrons. En supprimant toute surveillance au profit de l'auto-organisation du personnel, ils ont décuplé la motivation au prix d'un intense effort sur leur rapport au pouvoir.
  • Au final, l'agilité d'une entreprise est déterminée par son leadership : « Pour atteindre la performance forte et durable qu'ils visaient, ces patrons ont renoncé à agir sur l'homme (à le contrôler, le motiver, le manager) et préféré agir sur son environnement pour que ce dernier le nourrisse », résume Isaac Getz. Mais avec deux cartes maîtresses, la transparence et la confiance, dans un jeu qui implique les salariés. Cela leur inspire une automotivation qu'aucun chèque ne produira jamais.
  •  
    Persuadés que le meilleur moyen pour rester compétitifs est de responsabiliser leurs troupes, certains chefs d'entreprise ont fait le pari de lâcher la bride à leur personnel. Visite guidée dans ces laboratoires de ressources humaines qui affichent des performances très convaincantes. Pas d'échelon hiérarchique, ni grade; regroupement des collaborateurs par client et non pas service / organisation en mini-usine; pas d'emploi du temps; infos sur l'entreprise libres pour prendre les décisions en toute connaissance de cause; ...
Aurialie Jublin

Mal-être au travail: "Les cadres doivent se réapproprier leurs entreprises"- ... - 0 views

  •  
    Interview du sociologue Jean-Philippe Bouilloud suite à la parution de son ouvrage "Entre l'enclume et le marteau. Les cadres pris au piège". Les sujets abordés : - les injonctions paradoxales (demander à une personne de satisfaire à deux ordres opposés. Par exemple, lorsque l'on exige d'un cadre qu'il se montre extrêmement autonome… Mais aussi pleinement obéissant); - le fonctionnement en mode projet (qui contribue à désorganiser les entreprises en profondeur, selon l'auteur);  - l'insécurité subie par les cadres au même titre que les ouvriers ou les employés
1 - 6 of 6
Showing 20 items per page