Skip to main content

Home/ Tic&Travail/ Group items tagged entreprise management

Rss Feed Group items tagged

Aurialie Jublin

Existe-t-il de grandes entreprises libérées ? | Contrepoints - 1 views

  • Ce qui est dit, c’est que la libération, même limitée à l’ilot de production, change tout et qu’elle enthousiasme les équipes. On ne parle pas chez Michelin de suppression de la hiérarchie. Elle est toujours là. C’est le mode d’exercice de l’autorité qui est différent. Toutes les décisions sont prises au niveau de l’ilot de production, sauf celles que ses membres ne réussissent pas à prendre eux-mêmes.
Aurialie Jublin

Comment devenir une « entreprise libérée  ? 4 case studies pour l'illustrer |... - 0 views

  •  
    Les 4 cas : - Sol, entreprise de nettoyage de bureau en Finlande, qui a permis à ses femmes de ménage de travailler le jour, plutôt que le nuit, donnant un sentiment accru de faire partie d'une équipe - Chrono Flex, dont le patron s'est débarassé de tous ses avantages et a réorganisé le fonctionnent de l'entreprise pour donner plus d'autonomie à ses salariés - Poult dont les salariés recrutent leur directeur de site de production - Favi et l'organisation en fédération de mini-usines, chacune dédié à un client et à un type de produit
Aurialie Jublin

Travail nomade et contrats de projets: vers l'entreprise sans toit ni loi? - 3 views

  • La question de la légitimité du manager et donc du partage du pouvoir et de la démocratie dans l’entreprise sera aussi posée. Rêvons un peu : dans une entreprise construite non plus comme une pyramide hiérarchique mais comme un réseau d’associés, elle pourrait pousser jusqu’à organiser un processus d’élection des managers, voire du patron. A minima, il y aura une évaluation du management par l’ensemble des salariés, comme le suggère déjà la généralisation du 360°. Ce sera le prix à payer pour s’assurer de l’engagement des salariés, leur permettre de travailler ensemble et… les garder !
  • Si elle veut perdurer sous sa forme actuelle et s’assurer de l’engagement de ses salariés, l’entreprise devra repartir de ce qu’ils sont réellement c’est-à-dire des individus à la fois déliés et renouant sans cesse de nouveaux liens autour des projets successifs qu’elle leur proposera. C’est ce que rend possible l’arrivée massive du numérique : travailler à distance dans une sorte de nomadisme coopératif. Évidemment, cela ne concerne ni toutes les structures, ni tous les métiers. Mais c’est une tendance de fond, qui devrait à terme concerner un nombre grandissant de travailleurs, bien au-delà des professionnels et managers globalisés et hautement qualifiés dont c’est le cas aujourd’hui.
  • L’entreprise de demain sera précisément l’inverse : une unité de temps, celui d’un projet, d’un contrat, d’un marché, mais sans unité de lieu puisque les salariés embauchés pourront se trouver à des milliers de kilomètres de distance, dans des bureaux disjoints ou chez eux en télétravail etc. Cette dé-spatialisation du travail est la grande nouveauté. Travailler, ce n’est plus se retrouver avec d’autres dans un lieu construit pour cela, mais se mettre en réseau avec d’autres et organiser une sociabilité commune.
  • ...1 more annotation...
  • Qu’on le veuille ou non, la société de l’activité, de l’autonomie individuelle ou du travail libéré sera plus que jamais une société de consommation et de travail invisible. On touche ici à l’un des paradoxes les plus secrets du processus d’individualisation : l’autonomie et l’épanouissement de l’individu dans et hors du travail se paient d’une double aliénation. L’une liée au besoin de consommer et l’autre liée à la nécessité de faire appel à un travail invisible, souvent pénible et précaire, nécessaire à cette consommation. Ce paradoxe des sociétés démocratiques ne va pas se défaire demain : le post-matérialisme, qui se lit dans l’autonomie des individus, libère totalement la figure du consommateur alors même que l’individu croit s’en affranchir en se libérant du travail.
  •  
    "L'organisation du travail a connu depuis quarante ans des évolutions majeures, mais nous ne sommes qu'au début du chemin. Si elle veut perdurer sous sa forme actuelle et s'assurer de l'engagement de ses salariés, l'entreprise devra repartir de ce qu'ils sont réellement, c'est-à-dire des individus à la fois déliés et renouant sans cesse de nouveaux liens autour des projets successifs qu'elle leur proposera. C'est ce que rend possible l'arrivée massive du numérique : travailler à distance dans une sorte de nomadisme coopératif. La généralisation du travail en mode projet pourrait avoir pour conséquence l'avènement de « contrats de projet ». Jusqu'à ces dernières décennies, l'entreprise disposait d'une unité de lieu. L'entreprise de demain sera marquée par une unité de temps, celui d'un projet, d'un contrat, d'un marché, mais sans unité de lieu puisque les salariés pourront se trouver à des milliers de kilomètres de distance, dans des bureaux disjoints, ou chez eux en télétravail. Travailler, alors, ce n'est plus se retrouver avec d'autres dans un lieu construit pour cela, mais se mettre en réseau et organiser une sociabilité commune. L'idée même de l'entreprise y survivra-t-elle?"
Aurialie Jublin

Comment changer le fonctionnement des entreprises - Francis Pisani - 0 views

  • Pour Dignan :« Les entreprises qui ont le plus d’impact et qui croissent le plus vite aujourd'hui utilisent un modèle d'exploitation complètement différent [du modèle hiérarchique]. »« Ce sont des machines à apprendre "maigres et méchantes" (lean and mean). »« Elles ont un parti pris intense en faveur de l'action et une réelle tolérance du risque, qui se manifeste dans l'expérimentation fréquente et l'implacable itération des produits. »« Elles bidouillent (hack) produits et services, les testent et les améliorent pendant que leurs compétiteurs qui fonctionnent comme hier (legacy competition) affinent leur PowerPoints. »
  •  
    "Mais alors comment faut-il s'organiser ? Dignan propose différents modèles inspirés de sociétés à succès : Zappos (qui vend des chaussures et des vêtements online), Spotify qui a bouleversé la consommation de la musique et Valve, une productrice de jeux. Avec des variations, elles ont en commun de : - Chercher à distribuer autorité et autonomie en les confiant aux individus et aux équipes. - Elles permettent que la nature changeante du travail […] ait un impact sur la structure des rôles et des équipes. - Elles valorisent la transparence et la communication fluide. - Elles permettent aux individus de travailler dans plusieurs groupes. - Elles réduisent le rôle de la direction aux problèmes de stratégies exigeant une vue d'ensemble et laissent tous les autres se résoudre à la marge."
anonymous

"L'entreprise doit se démocratiser ou elle finira comme les régimes d'Europe ... - 0 views

  •  
    Quand le travail s'adapte à l'individu et non plus l'inverse. Les effets positifs de la montée de l'individualisme dans le rapport au travail : vers une révolution démocratique de l'entreprise selon Denis Pennel, auteur de "Travailler pour soi".
Chamila Puylaurent

En période de crise, certains projets RSE valent mieux que d'autres - 0 views

  •  
    "Les valeurs "collaboration", "engagement" ou "agilité" sont sur les lèvres de tous les dirigeants. Pourtant les tensions économiques contraignent les budgets et les projets collaboratifs ne sortent pas nécessairement gagnants dans les arbitrages." Le dirigeant de Lecko revient ici sur les grosses problématiques des entreprises qui veulent mettre un place un RSE...
hubert guillaud

3 façons pour travailler mieux avec les freelance - Linked-in - 1 views

  •  
    Pour Tom Brown, PDG d'Ideo, si 40% de la population active sera composée de travailleurs temporaires à l'horizon 2020, nous n'avons pas beaucoup de temps pour adapter nos entreprises aux nombreux freelance qui vont les peupler. Le travail temporaire implique des avantages et inconvénients pour le travailleur comme pour l'entreprise. Chez Ideo pour mieux intégrer ces talents extérieurs, Tim Brown propose de les appeler par leur fonction, de mieux développer des espaces et temps d'intégration au reste des équipes et de mieux les protéger.
  •  
    Pour Tom Brown, PDG d'Ideo, si 40% de la population active sera composée de travailleurs temporaires à l'horizon 2020, nous n'avons pas beaucoup de temps pour adapter nos entreprises aux nombreux freelance qui vont les peupler. Le travail temporaire implique des avantages et inconvénients pour le travailleur comme pour l'entreprise. Chez Ideo pour mieux intégrer ces talents extérieurs, Tim Brown propose de les appeler par leur fonction, de mieux développer des espaces et temps d'intégration au reste des équipes et de mieux les protéger.
hubert guillaud

Qu'est-ce qui explique le déclin de Microsoft ? Le système de classement de s... - 0 views

  •  
    Pour Will Oremus, c'est le système de management des employés voulu par Ballmer qui expliquerait le déclin de Microsoft. La raison ? Il ne favorise pas la collaboration, mais les critiques des uns contre les autres.
  •  
    Pour Will Oremus, c'est le système de management des employés voulu par Ballmer qui expliquerait le déclin de Microsoft. La raison ? Il ne favorise pas la collaboration, mais les critiques des uns contre les autres.
Aurialie Jublin

La confiance dans l'humain comme règle - 0 views

  • Un exemple concret : le système U&I mis en place permet à n’importe qui dans l’organisation de remonter des problèmes, qui remontent les échelons hiérarchiques si personne ne sait y répondre. Le tout de manière visible et transparente sur l’intranet. Cela permet de partager les problèmes, bien sûr, mais aussi met chaque employé dans la dynamique de potentiellement y répondre.
  •  
    Résumé du livre "Les employés d'abord, les clients ensuite" de Vineet Nayar - la confiance à travers la transparence - inverser la pyramide organisationnelle - redéfinir le rôle du PDG
Aurialie Jublin

L'entreprise idéale de demain | Marque employeur et nouveaux enjeux RH - 2 views

  •  
    Résultat d'une étude fait par Deloitte auprès de 1065 étudiants. - entreprise = lieu d'épanouissement personnel - valeurs prépondérantes : esprit d'équipe et de communauté, savoir-faire, qualité de service, satisfaction client. - plébiscitent : travail en équipe, autonomie/liberté, le management participatif - manager idéal : un organisateur (fiable, ordonné, efficace) et un promoteur (enthousiaste, communicatif); avec qualité relationnelles plutôt qu'organisationnelles - facteur d'actractivité : 1) intérêt du travail 2) développement des carrières 3) niveau de rémunération
Aurialie Jublin

Les nouvelles formes de conflictualité en entreprise : entre Droit et Managem... - 1 views

  • Plus audacieuse encore, est récemment apparue la grève virtuelle : en septembre 2008, IBM a vu 1850 de ses salariés manifester sur Second Life. L’impact d’une telle manifestation ? Les journaux du monde entier se sont intéressés à ce mouvement, lui donnant une ampleur considérable ; la direction fut obligée de négocier un accord. Nous voyons bien en l’espèce que la médiatisation d’un conflit peut offrir à la masse salariale un pouvoir qu’une simple grève ne confère pas. Or le pouvoir est l’arme la plus importante dans une négociation. Notons aussi que ce qui interpelle les médias, c’est la nouveauté, l’originalité de ces expressions du mécontentement.
  • De nombreux blogs anonymes dénigrant les conditions de travail de certaines entreprises ont ainsi vu le jour. Ces supports pouvant être lus par un très large public, l’image de la société peut s’en trouver rapidement altérée. Or l’image et le crédit d’une entreprise sont des éléments extrêmement importants du fonds de commerce : la direction aura tout intérêt à négocier.
  • Ainsi le coaching des managers, mis en place dans de grandes entreprises, est un accompagnement permettant de mieux comprendre et d’appréhender les problématiques ; la boîte aux lettres anonyme peut aussi être utile pour prévenir les conflits, tout comme la création de blogs internes, à condition qu’ils soient régulièrement mis à jour et qu’ils fassent l’objet d’une prise en compte réelle par  tous les niveaux hiérarchiques. Il peut s’agir par exemple de blogs d’information, de conversation, ou de blogs collaboratifs (pour les groupes de travail) voire de blogs syndicalistes, comme il en existe dans des grands groupes tels Eurofloat ou Oracle.
  •  
    Si la grève est le mode officiel de contestation au sein de l'entreprise, la pratique montre aujourd'hui qu'elle est de moins en moins utilisée, au profit de modes alternatifs de conflictualité. En ce sens, nous constatons une augmentation des débrayages, des grèves perlées, tournantes ou encore virtuelles, de l'absentéisme et des séquestrations de dirigeants sociaux.   Pourquoi les salariés usent-ils moins du droit de contestation qui leur est reconnu, préférant  des actions qui les mettent parfois en danger ? Quelle réglementation pour ces actions ? Comment y faire face ? Tels sont les points qui intéresseront nos développements.
Aurialie Jublin

Les entreprises françaises ne font pas confiance aux jeunes pour manager - 1 views

  • Il faut dire que l'attitude des jeunes Français vis-à-vis du monde l'entreprise diffère de celle de leurs homologues européens sur plusieurs points. Certes, les jeunes Européens placent tous la vie de famille (86%) avant le travail (59%) dans la hiérarchie de ce qui est "important". Mais l'écart est encore plus fort pour les jeunes Français (90% contre 51%, le travail étant même précédé par les "amis", 55%). A la question "travailler répond à quels besoins", 83% des Européens répondent "avoir un revenu", pour 93% des Français. Quand 54% des Allemands répondent "développer ses connaissances/ses compétences", les Français sont seulement 40% à évoquer ce motif. "
  •  
    Moins d'un quart (23%) des jeunes Français en emploi, contre 45% des jeunes Britanniques ou 40% des jeunes Allemands, encadrent un collaborateur ou une équipe de collaborateurs, indique une étude du cabinet de conseil et de formation Cegos publiée au début du mois
Aurialie Jublin

Mal-être au travail: "Les cadres doivent se réapproprier leurs entreprises"- ... - 0 views

  •  
    Interview du sociologue Jean-Philippe Bouilloud suite à la parution de son ouvrage "Entre l'enclume et le marteau. Les cadres pris au piège". Les sujets abordés : - les injonctions paradoxales (demander à une personne de satisfaire à deux ordres opposés. Par exemple, lorsque l'on exige d'un cadre qu'il se montre extrêmement autonome… Mais aussi pleinement obéissant); - le fonctionnement en mode projet (qui contribue à désorganiser les entreprises en profondeur, selon l'auteur);  - l'insécurité subie par les cadres au même titre que les ouvriers ou les employés
Aurialie Jublin

Liberté & Cie - blog des auteurs de l'ouvrage "l'entreprise libérée" - 1 views

  •  
    Thèmes des ouvrages : auto-direction, auto-motivation, engagement & bonheur, innovation & découverte, liberté tirée des règles, leadership, lieu de travail & ses maux, sagesse
1 - 15 of 15
Showing 20 items per page