Skip to main content

Home/ La veille publique de Chronos/ Group items tagged Grand Paris

Rss Feed Group items tagged

Chronos Veille

La Gazette des communes : Grand Paris, inquiétudes sur l'immobilier en premiè... - 0 views

  •  
    Opérations d'aménagement et évolutions de peuplement sont intimement liés. Dans le cadre du Grand Paris, la faiblesse des finances des collectivités, la course à l'attractivité dans laquelle les pouvoirs publics se lancent et les tentatives de privatisation de morceaux de ville reposent une question essentielle : pour qui construit-on la ville ?
  •  
    Opérations d'aménagement et évolutions de peuplement sont intimement liés. Dans le cadre du Grand Paris, la faiblesse des finances des collectivités, la course à l'attractivité dans laquelle les pouvoirs publics se lancent et les tentatives de privatisation de morceaux de ville reposent une question essentielle : pour qui construit-on la ville ?
Chronos Veille

Libération.fr - Le Grand Paris sera ou ne sera pas culturel. - 0 views

  •  
    Le pouvoir de définir ce qui relève ou non de la culture distingue toujours une élite d'une masse, argue le socio-anthropologue Fabrice Raffin. Pour le chercheur, certains professionnels de la culture reconduisent de fait la frontière séparant culture noble et culture populaire. Cependant, parce qu'ils sont partagés par des millions de personnes dans les lieux pouvant être commerciaux, les jeux vidéos, les mangas ou encore les cosplay devraient être reconnus comme dignes d'intérêt, au même titre que les arts "légitimes" plaide-t-il. Ces questions sont intervenues au cours des débats portant sur le Grand Paris et, plus spécifiquement, sur sa capacité à dépasser une dualité culturelle qui sépare aussi le centre de "ses" marges.
  •  
    Le pouvoir de définir ce qui relève ou non de la culture distingue toujours une élite d'une masse, argue le socio-anthropologue Fabrice Raffin. Pour le chercheur, certains professionnels de la culture reconduisent de fait la frontière séparant culture noble et culture populaire. Cependant, parce qu'ils sont partagés par des millions de personnes dans les lieux pouvant être commerciaux, les jeux vidéos, les mangas ou encore les cosplay devraient être reconnus comme dignes d'intérêt, au même titre que les arts "légitimes" plaide-t-il. Ces questions sont intervenues au cours des débats portant sur le Grand Paris et, plus spécifiquement, sur sa capacité à dépasser une dualité culturelle qui sépare aussi le centre de "ses" marges.
Chronos Veille

Enlarge your Paris - Les services, clé de la valeur de l'immobilier - 0 views

  • définir jusqu’à quel point une construction doit dicter les usages de ses utilisateurs et jusqu’à quel point elle doit être un potentiel dont on va pouvoir se saisir. En cela, le modèle haussmannien est extraordinaire. Un immeuble peut avoir été édifié à l’origine pour de l’habitat mais se retrouver transformé en bureaux, en hôtel ou en grand magasin. Tout le contraire des immeubles de bureaux d’aujourd’hui qui dégagent une certitude qui me laisse pantois.
  • la manière dont ils travaillent est conditionnée par le bâtiment lui-même.
  • Sommes-nous en mesure de produire une utopie de ces espaces qui hébergent la plus grande part de nos vies actives ? C’est ce qui nous a guidé dans la réflexion que nous avons menée pour Réinventer Paris et qui a abouti au projet d’immeuble « Ressources humaines » dans le quartier des Batignolles. Selon nous, l’expression générique « immobilier d’entreprise » va s’effacer au bénéfice d’ « immobilier du quotidien »
  • ...7 more annotations...
  • En même temps qu’émerge le coworking, on voit des entreprises adopter des comportements de plus en plus paternalistes. Elles proposent à leurs salariés d’accéder à un éventail de services directement sur leur lieu de travail. Sous couvert de bien-être, ce sont des groupes qui se renferment sur eux-mêmes.
  • c’est le risque du bunker !
  • Dans ce même projet nous travaillons sur un concept de régies locales de données rattachées aux immeubles, au quartier, à la ville et au-delà. Le principe est le suivant : les résidents acceptent que la régie collecte certaines de leurs données (horaires de travail, lieu d’habitation, modes de déplacements, etc.). En contrepartie, ils accèdent à des services appropriés.
  • C’est ainsi que nous avons pensé une station de mobilité alternative au sein même du projet « Ressources humaines », en lien avec une plateforme de transport publique proche. Cette station donnerait accès à des vélos en libre service, du covoiturage ou de l’autopartage, des modes de déplacement qui font partie de la ville actuelle, donc du travail.
  • Il existe une maxime du général vietnamien Nguyên Giáp (1911- 2013) qui dit « Si l’ennemi se concentre il perd du terrain, s’il se disperse il perd sa force ». Quand l’immobilier de bureaux se concentre, cela donne La Défense, ce qui assèche les territoires autour. Néanmoins, une entreprise ne risque-t-elle pas de perdre en force si les espaces de travail sont disséminés ? La concentration et la répartition sont des questions complexes et aucune solution ne s’impose.
  • ne réflexion doit également être menée sur la manière d’exploiter les immeubles de bureaux en dehors de leurs traditionnels horaires d’activité. Aux Mureaux, des urbanistes ont travaillé sur la façon d’utiliser des espaces publics comme les collèges, les lycées, les bibliothèques ou les gymnases, pour d’autres activités que leur activité de destination, et ce pendant les temps où ils sont inutilisés. Et ça marche !
  • un immeuble de bureaux doit être conçu de manière à ne pas dicter la pratique qu’en ont ses utilisateurs.
  •  
    Entretien croisée avec Emmanuel Combarel (architecte) et Bruno Marzloff (Chronos) sur les immeubles de bureaux : comment les rendre plus flexibles et y intégrer des services, sans non plus en faire une "deuxième maison" ?
Chronos Veille

Une étude sur l'impact des véhicules autonomes dans les métropoles - 0 views

  •  
    "Arcadis, société spécialisée dans le conseil et l'ingénierie de la conception, a présenté, à l'occasion de sa conférence « Véhicules autonomes, quel impact pour le Grand Paris » étude à télécharger
Chronos Veille

Libération - TGV, une fierté espagnole à deux vitesses - 0 views

  • «L’AVE est et a été le plus bel outil de la modernité pour l’Espagne. Interconnectivité des provinces, intégration de tout le territoire grâce à une technologie de pointe… Sans lui, nous ne serions pas les mêmes aujourd’hui.»
  • cet effort financier sans précédent (51,7 milliards d’euros en un quart de siècle) n’a pas empêché la non-rentabilité structurelle du train à grande vitesse, et a occasionné une batterie de dommages collatéraux sur les autres transports publics. La plupart des spécialistes jugent que l’AVE est un chantier mégalomaniaque qui a tout balayé sur son passage.
  • effet paradoxal : l’AVE renforce la domination de Madrid sur le reste du territoire. Dans un livre intitulé España, capital Paris, l’économiste Germà Bel dénonce le développement centraliste du ferroviaire ultra-rapide de Madrid vers les provinces, sur le modèle français centralisé de Paris vers les régions.
  • ...4 more annotations...
  • il aura coûté au total 1 100 euros à chaque Espagnol, avec un passif global de 16 milliards d’euros.
  • Dans l’Hexagone, on compte 100 à 120 millions de passagers annuels pour 2 000 kilomètres de lignes et pourtant, toutes ne sont pas rentables. Dans la péninsule circulent à peine plus de 20 millions de personnes sur 3 240 kilomètres de réseau. «En réalité, hormis le corridor Madrid-Barcelone, toutes les lignes sont déficitaires»
  • A côté de l’AVE et de ses 2,3 milliards d’euros de financement public pour 2017, les 800 millions consacrés aux autres lignes ne permettent pas une maintenance correcte.
  • Disparition de l’équivalent des Intercités, des trains de nuit… « Or, ces lignes en désuétude étaient très utiles et démocratiques. L’AVE, lui, discrimine et pratique la politique de la table rase»
  •  
    Pathétiques, ces fuites en avant des infrastructures centralisatrice, élitistes, obsolètes et déficitaires.
Chronos Veille

lemonde - Djakarta, laboratoire des embouteillage - 0 views

  • « De dantesque avec le covoiturage, le trafic est devenu hyper-dantesque après son abolition »
  • Pourquoi, dès lors, avoir abrogé cette loi ? Les autorités indonésiennes ont invoqué un effet pervers inattendu. Le covoiturage obligatoire a fait naître, au bord des routes, un nouveau métier : pour 1 dollar, des centaines d’Indonésiens, nommés « jockeys », ont accepté de servir de passagers temporaires − et d’alibis à ceux qui n’étaient qu’un ou deux occupants par voiture.
  • La capitale « diminue le nombre de voies, limite les places de stationnement, abaisse la vitesse de circulation à 30 km/h sur certains axes… », détaille Sylvanie Godillon. Et le trafic automobile, à Paris, décline de 3 % à 4 % par an.
  •  
    "En réalité, « toutes les grandes villes sont vouées à souffrir d'un trafic congestionné »."
Chronos Veille

Les Echos - Innover pour investir dans des actions sociales - 0 views

  •  
    Financer les actions sociales avec de l'argent privé : tel est l'objectif des obligations à impact social (SIB). La première expérience du genre en Angleterre assurait aux investisseurs un remboursement avec intérêt en cas de succès. Si l'idée a le mérite de proposer une vraie solution alors que les finances publiques sont au plus bas, soumettre l'action sociale à un objectif d'efficacité pose question. A suivre néanmoins avec intérêt ; la Croix Rouge souhaite y recourir.
  •  
    Financer les actions sociales avec de l'argent privé : tel est l'objectif des obligations à impact social (SIB). La première expérience du genre en Angleterre assurait aux investisseurs un remboursement avec intérêt en cas de succès. Un pari, somme toute. Si l'idée a le mérite de proposer une vraie solution alors que les finances publiques sont au plus bas, soumettre l'action sociale à un objectif d'efficacité pose question. A suivre néanmoins avec intérêt ; la Croix Rouge souhaite y recourir.
1 - 7 of 7
Showing 20 items per page