Skip to main content

Home/ Apprendre 2.0/ Contents contributed and discussions participated by peir ric

Contents contributed and discussions participated by peir ric

peir ric

Transposer la cartographie des sources à l'évaluation de l'information..? | C... - 2 views

  • La rédaction d’un article de journal à partir d’une énigme historique (masque de fer, assassinat de JFK, Anastasia Romanov,…) se prête bien à la confrontation de thèses contradictoires, étayées par des témoignages plus ou moins argumentés.
  • . La première tient en la rédaction de l’article dans un style journalistique. Du moins pour le titre et le chapô, selon le sujet de leur article, je leur demande une écriture qui soit évocatrice et accrocheuse.
  • Par ailleurs, deuxième activité à mener de front, les élèves, au fur et à mesure de leur avancée, doivent conserver les liens des sites qu’ils ont consulté. Au final, ils n’en garderont que deux dont ils devront justifier de leur choix en terme de fiabilité.
  • ...1 more annotation...
  • L’idée est ici d’attirer leur attention sur la qualité et la crédibilité qu’ils peuvent accorder à une ressource, en insistant sur la distinction entre les critères objectifs et la part de subjectivité inhérente à l’opération d’évaluation
peir ric

Ce qui change en éducation : l'exigence de la pertinence dans la masse des sa... - 3 views

  • Il s’agit moins de produire et de distribuer du contenu à apprendre que de s’assurer que le contenu à apprendre soit accessible, pertinent et utilisable.
  • Tout l’art du responsable consiste maintenant à trouver le moyen de traiter et d’organiser de vastes quantités de contenu
  • Pour celui qui reçoit, la pertinence tient au lieu, au moment et à l’usage envisagé.
  • ...4 more annotations...
  • contextualisation
  • on balise ce contenu, on l'étiquette et on l’indexe pour en faciliter l’accès et la viralité
  • Ce sont ces capacités de traitement qui donnent la valeur aux données et au contenu et non le contenu lui-même.
  • Ce qui est proposé finalement est un service d’apprentissage plus que du contenu. La mission essentielle de l'institution éducative est donc moins de créer du contenu (ce dernier est d'ailleurs de plus en plus souvent créé ou apporté par l'utilisateur) que de l'organiser, de le valoriser et de le distribuer. 
  •  
    le travail de l'institution éducative, e donc le prof? s'inscrit désormais dans la mise en scène des contenus à faire passer. Il faut quand même les maitriser ces contenus, je pense
peir ric

affordance.info: Le prof de la génération mutante. - 2 views

  • "un bon cours est un cours qui n'a pas de fin"
  • un bon cours est un cours que vous n'avez pas fait mais que vous avez piqué à d'autres meilleurs que vous"
  • "Un bon cours est un cours dont on reparlera un jour au bistrot."
  •  
    Qu'est-ce qu'un bon enseignant à l'ère du numérique ? Un enseignant qui design les connaissnces à transmettre et qui, en présence, joue un rôle qui vise à montrer un monde au delà des étagères
peir ric

Kevin Slavin : les algorithmes façonnent-ils le monde ? - 1 views

  • l’évolution du rôle des mathématiques : à l’origine, ils étaient extraits et dérivés du monde physique. Aujourd’hui ils commencent à façonner directement le monde qui nous entoure.
  • « Si vous voulez vous représenter ce qui passe en bourse en ce moment, vous pouvez imaginer un ensemble d’algorithmes programmés pour cacher et d’autres programmés pour les trouver et agir en conséquence... »
  • « Et c’est bien là le problème » explique Kevin Slavin : les scientifiques et les chercheurs écrivent des algorithmes, que nous ne sommes plus capables de lire ou de réellement contrôler et qui ont parfois des comportements aberrants.
  • ...7 more annotations...
  • La réflexion rappelle notamment celle de Jaron Lanier, qui dénonçaient cette course aux algorithmes de plus en plus complexes et incompréhensibles.
  • « Les algorithmes utilisés ont tous le même objectif : savoir ce que vous allez vouloir regarder ensuite et donc vous recommander ce film. C’est extrêmement complexe mais le véritable problème c’est que ces algorithmes sont responsables de 60% des films qui seront effectivement loués.
  • prévoir
  • ne sorte de système décentralisé. C’est vrai, mais il est décentralisé depuis des endroits précis.
  • À New York par exemple, c’est ici : le Carrier Hotel sur Hudson Street [en photo ci-dessous]. C’est d’ici que partent les câbles qui desservent la ville. Plus vous vous en éloignez, plus vous avez des microsecondes de retard. »
  • D’où une course pour installer les serveurs et les algorithmes au plus près des nœuds de connexion à l’Internet. Et le phénomène semble s’accélérer :
  • « Le paysage a toujours été façonné par cette étrange et complexe collaboration entre la nature et l’homme. Mais il y a maintenant une troisième force dans cette équation : les algorithmes, que nous allons devoir comprendre comme faisant partie de la nature. Et d’une certaine façon, c’est vrai. »
peir ric

il faut sauver la sérendipité ! - 2 views

  • Le problème fondamental pour Miriam Meckel est que ces algorithmes sont « pour toujours coincés dans le passé, parce qu'ils basent leurs calculs sur des actions passées » : ils ne laissent alors aucune place à la nouveauté ou à la découverte.
  • Parmi ses principales conclusions : cette sur-personnalisation supprimerait les intérêts communs entre les individus et donc les éloignerait encore plus, faute de centres d’intérêt communs.
  • À plus long terme, cette disparition limiterait la personnalité et les goûts des internautes, en les enfermant peu à peu dans des cases prédéfinies et pré-pensées.
  • ...3 more annotations...
  • Elle prend pour un exemple un fan de théâtre : il va recevoir ou se voir proposer de plus en plus de contenus liés au théâtre qui viendront occulter les autres. Jusqu’au point où il « n’aura plus la chance de trouver d’autres informations – [il] ne saura même plus qu’elles existent ».
  • nous serions, selon elle, incapables d'apprendre sans sérendipité, l'apprentissage se faisant par la rencontre avec l'inconnu ou l'imprévu qui nous ouvre de nouvelles perspectives :
    • Construire un discours public pour avoir un débat de fond sur la question,
    • Promouvoir le doute et l’incertitude pour stimuler la réflexion et l’ouverture et
    • S’appuyer sur les « journalistes humains » pour contrebalancer ce phénomène des contenus automatisés.
peir ric

Le Figaro - Santé : Les smartphones modifient le fonctionnement du cerveau - 5 views

  • Chaque contexte active donc spontanément certaines propositions d'actions et l'attention suit: de nombreuses expériences montrent que ce que nous percevons du monde qui nous entoure dépend à chaque moment de ce que nous avons à y faire.
  • Mais l'attention s'y perd; elle ne sait plus quoi privilégier. Le cerveau doit donc «apprendre» à définir une hiérarchie dans ses priorités, auparavant imposée par le contexte unique dans lequel nous nous trouvions à chaque moment.
  • Cet effet de sélection conduit à un appauvrissement de notre expérience sensorielle, pour la concentrer sur ce qui nous semble pertinent a priori: le texte que je suis en train de lire.
  • ...2 more annotations...
  • Les expériences sensorielles les plus complètes surgissent donc à des moments «en creux» de l'existence pendant lesquels nous ne sommes pas occupés à accomplir quelque chose. Ces moments sont des phases d'écoute et de réceptivité accrue à ce qui nous entoure, ou à ce que nous ressentons. En nous plaçant continûment dans un contexte favorable à l'action, les smartphones ont tendance à éliminer ces «blancs».
  • Les développements récents des neurosciences cognitives permettent maintenant d'envisa­ger de véritables programmes d'éducation de l'attention, renseignant sur ses limites et son bon usage.
peir ric

Cartographie sensible, émotions et imaginaire - Les blogs du Diplo - 3 views

  • Gilles Tiberghien dit bien que la cartographie est en « inadéquation » avec la réalité. Une carte est un outil de représentation de la réalité, seulement elle ne la représente — aujourd’hui comme hier — que de façon partielle et partiale puisqu’elle n’autorise que l’utilisation de données quantitatives.
  • Les données émotionnelles, de fait qualitatives, non quantifiables, comme sentiments et états d’âmes, disent quelque chose d’une société, de ses tabous, de ses coutumes et de son rapport à l’expression des affects.
  • — considérer la créativité du cartographe comme une énergie positive et non comme une condition d’impuissance (c’est-à-dire, l’autoriser à s’éloigner des règles, des présupposés et des conventions dites obligatoires) ;
  • ...7 more annotations...
  • Deux conditions préalables pour se lancer dans l’invention de la « carte sensible » :
  • C’est son « territoire imaginaire », sa vision du monde [14], ou plus exactement de son monde, vision bâtie autant sur les perceptions individuelles que collectives.
  • — admettre que la carte est une représentation partielle de la réalité, et donc admettre que le cartographe s’émancipe du réel pour aller vers sa propre vision du monde en recréant éventuellement la forme et le fond de sa carte.
  • il aura fallu beaucoup parler, discuter, dessiner… savoir se taire aussi, pour participer à la vie commune et observer.
  • pour laisser son esprit libre d’inventer une toute nouvelle grammaire graphique.
  • En fait les deux visions cohabitent mais sont loin d’avoir le même statut : l’imaginaire de Naima est l’objet de la carte, l’imaginaire larvé du cartographe se niche dans la carte malgré lui.
  • La « carte sensible » est une synthèse complexe, multidimensionnelle : Elle évoque l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions. Elle emprunte à la géographie du genre ou à la géographie sociale. Elle utilise en symbiose les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art.
peir ric

La lecture numérique au regard des technologies de l'attention et des science... - 5 views

  • Notre attention procède d’ une forme d’économie (i.e. administration des ressources): en agissant comme un filtre intercesseur vers les éléments mémoriels à mobiliser, elle vise à nous protéger de la surcharge cognitive.
  • Il s’agit donc de prendre en compte les mécanismes de la mémoire pour comprendre les mécanismes de mobilisation de l’attention.
  • La mémoire a trois types d’activités: l’encodage, le stockage, le rappel des éléments mémorisés. Ces rappels peuvent se faire au niveau sémantique, syntaxique ou phonotique.
  • ...15 more annotations...
  • Elle est le résultat d’une perception (attention) et d’une construction circonstancielle (contexte). L’information perçue dans un temps donné d’attention prend sens – devient connaissance- dans un contexte, une association qui est mémorisée.
  • Il y a plusieurs modèles de la mémoire: épisodique, à court terme, sémantique, perceptive et procédurale (liée à l’action, au geste).
  • Au stade du rappel (ou du raisonnement, comme c’est analysé pour les situations de mécanismes décisionnels), deux stratégies humaines peuvent être mobilisées: on peut raisonner avec des heuristiques de représentativité (classification) ou des heuristiques de disponibilité (instanciation).
  • Les utilisateurs faisant face à trois problèmes majeurs (quantité d’information, localisation des informations, orientation), il faut leur donner des éléments de repérage (identifier les éléments porteurs de sens), d’agrégation (pouvoir nommer un ensemble afin de libérer de l’attention pour le reste), de cadrage (par rapport à un acquis préalable), et d’appropriation (à vérifier dans le temps par des études d’usage).
  • Enfin, les technologies ne doivent pas entrer en concurrence avec le cerveau humain mais en être complémentaires afin de libérer de la mémoire, de l’attention.
  • 1.    La lecture, expérience-clé, se transforme
    2.    Le temps de lecture s’accélère
    3.    Les capacités d’attention se modifient
    4.    Un nouveau rapport au savoir s’invente
    5.    De nouveaux défis pour les médiateurs
  • Du rouleau au codex, passage de la lecture collective à haute voix à la lecture individuelle silencieuse: apparition des points et espaces pour faciliter la lecture silencieuse.
  • XVe et XVIe siècles, l’imprimerie s’inscrit au coeur de l’Humanisme, qui voit le passage d’une lecture-médiation à une lecture-réflexion: production de nouveaux repères de lecture (titre, paragraphe, chapitre..). Aux XVIIIe et XIXe siècles, passage de la lecture d’autorité vers la lecture-distraction.
  • Le troisième âge distingué est celui de la lecture au temps de l’informatique numérique, qui marque le passage d’une lecture-continue à une lecture-dispersion (C. Vandendorpe, 2009).
  • Il faut aujourd’hui prendre en compte:
  • La diversification des finalités de lecture: lecture utilitaire et pragmatique, lecture dynamique et focalisée, lecture professionnelle et privée. Cela s’accompagne d’un nouveau rapport au savoir: rapport utilitaire et non plus humaniste au savoir, dans un processus de reconstruction permanente de l’information en fonction de son propre projet.
  • Le déroulement multitâche de la lecture induit par les supports numériques: vitesse, sauts, balayage; courtes séquences de concentration; activation de liens, retours en arrière; recours à des outils (visualisation, moteur de recherche).
  • Les types, capacités et supports de l’attention, qui se modifient: attention focalisée/sélective, spontanée/volontaire, hyper/poly attention; supports technologiques, nouveaux rythmes/repères, supports de l’interaction et interactivité; expérience corporelle émergente: l’acteur participant, multi-tâches, multi-polaire, multiculturel.
  • Lire est donc une pratique à réinventer. Elle exige de nouvelles compétences
  • t la construction de nouveaux repères sensoriels.
peir ric

Tous des génies ?* | Formation et culture numérique - Thot Cursus - 0 views

  • nous pourrions tous être des génies ou, du moins, faire beaucoup mieux que ce à quoi nous sommes habitués.
  • l'encéphale se modifie en permanence sous l'effet de son environnement, de ce que l'être vivant doit faire pour s'y adapter et y évoluer.
  • le cerveau est bien plus q'une masse indifférenciée de neurones et de matière grise, qu'il possède d'étonnantes capacités plastiques qui réagissent à l'environnement de l'être humain. 
  • ...3 more annotations...
  • Sir Ken Robinson préconise d'oublier deux principes qui semblent pourtant gravés dans le marbre.
  • Premièrement, la linéarité scolaire : pour réussir selon les canons éducatifs dominants, il faut suivre un cursus défini et le réussir dans son intégralité. Or, la vie n’est pas linéaire, mais organique. On découvre et on acquiert ses talents au gré des hasards et des circonstances, à condition de savoir tirer profit de ses expériences.
  • Le deuxième principe à oublier est celui de la valeur personnelle qui se confond avec la conformité au système dominant.
  •  
    qu'est-ce qu'un génie ? Chacun dans son environnement !
peir ric

Mémoires et apprentissages* | Formation et culture numérique - Thot Cursus - 0 views

  • 'il existe une hiérarchie de plusieurs mémoires spécifiques ou plusieurs niveaux de traitement de la mémoire.
  • Alain Lieury dresse une "géographie de la mémoire" dans laquelle on distingue les éléments suivants :

    • Les mémoires sensorielles (iconique, auditive, tactile, kinesthésique)
    • La mémoire lexicale
    • La mémoire sémantique
  • importance de la subvocalisation (= prononcer metalement les mots lus lors d'une lecture silencieuse) qui permet de "réinjecter" les mots dans notre mémoire lexicale lorsque nous lisons ou entendons des informations.
  • ...3 more annotations...
  • Les capacités réduites de cette mémoire ( limitée à 7 éléments; on parle alors d'empan mnésique) semblent militer pour une revalorisation de la répétition et de l'apprentissage par coeur. 
  • l'apprentissage par coeur ne fait que renforcer la mémoire lexicale au détriment du sens.
  • la théorie d'Endel Tulving consacrée à la "mémoire épisodique". Il préconise de multiplier les épisodes qui peuvent prendre la forme d' exercices, de travaux pratiques, de recherche documentaire, par exemple, créant ainsi un "emboîtement d'épisodes" essentiel pour la construction de la mémoire sémantique. 
  •  
    " Alain Lieury dresse une "géographie de la mémoire" dans laquelle on distingue les éléments suivants : Les mémoires sensorielles (iconique, auditive, tactile, kinesthésique) ; La mémoire lexicale ; La mémoire sémantique... "Les capacités réduites de cette mémoire [de travail] ( limitée à 7 éléments; on parle alors d'empan mnésique) semblent militer pour une revalorisation de la répétition et de l'apprentissage par coeur... la théorie d'Endel Tulving consacrée à la "mémoire épisodique". Il préconise de multiplier les épisodes qui peuvent prendre la forme d' exercices, de travaux pratiques, de recherche documentaire, par exemple, créant ainsi un "emboîtement d'épisodes" essentiel pour la construction de la mémoire sémantique."
peir ric

Le web, plus qu'un bavardage, un vrai lieu «d'interaction politique» » OWNI, ... - 0 views

  • les internautes apportent une information soit locale, soit experte, qui n’est pas relayée par les médias traditionnels parce qu’elle est jugée sans importance ou trop compliquée ; en cela, ils enrichissent l’espace public.
  • L’innovation créative y est d’abord comprise comme un effet émergeant de la mise en commun d’idées qui se reprennent, se mêlent, se déforment et se recombinent les unes les autres.
  • En multipliant les points de vue, on contribue à socialiser et à politiser la conversation publique. Ce n’est pas grand-chose, mais cela modifie les perceptions que l’on peut avoir de l’actualité.
  • ...21 more annotations...
  • Internet produit surtout un enchevêtrement d’interprétations.
  • Soit le Web est un support de mobilisation des électeurs et des prescripteurs d’opinion, comme dans le cas de BarackObama.com.
  • C’est cette incorporation des points de vue des autres dans l’appréhension de l’information qui contribue à transformer la relation descendante et silencieuse de l’information des professionnels vers le public.
  • Comme l’a récemment très bien mis en valeur Yves Citton, une interprétation – à la différence d’une connaissance – ne peut se déployer que si elle rencontre l’assentiment d’une communauté d’interprètes – et la production de cet assentiment/dissentiment est la raison pour laquelle nous conversons tant.
  • travail pour accrocher le débat intellectuel au débat public.
  • Soit on demande aux militants et aux électeurs de coproduire le programme du candidat en mettant la société en conversation, comme dans l’expérience de Désirs d’avenir de Ségolène Royal.
  • la seconde voie, la plus exigeante et la plus conforme à la culture d’expressivité individuelle de l’Internet, est très compliquée à mettre en œuvre.
  • Il est frappant de voir que les études sur la viralité sur Internet ont remis au goût du jour, The People’s Choice, le livre de 1955 de Katz et Lazarsfeld sur les deux étages de la communication qui insistait sur les médiations sociales de proximité dans la diffusion des messages venus de l’espace public.
  • D’une certaine manière, l’Internet des réseaux sociaux ne fait que rendre visible ce qui a toujours constitué le quotidien des individus. On expose un babil qui a toujours existé ; mais désormais celui-ci accède a plus de visibilité, rencontre des interlocuteurs nouveaux en périphérie du réseau social de chacun et peut, rarement, mais cela arrive, accéder à une large publicité virale.
  • Les tweets ne font bien souvent que relayer un lien vers un site en ajoutant quelques mots de préface qui donnent un point de vue possible sur le lien en question. Or quand vous allez lire l’article, vous le ferez avec en tête le point de vue de celui qui vous l’a recommandé, en vous demandant s’il a raison ou tort d’avoir perçu les choses ainsi.
  • Internet a contribué à rendre beaucoup plus visible et accessible le travail d’expertise mené par des chercheurs, des passionnés, des militants et des petits collectifs qui étaient souvent extrêmement marginalisés dans le débat public.
  • Mais la question est de savoir si cela peut désenclaver l’agenda médiatique en favorisant une meilleure articulation du débat public avec les savoirs en marge ou en périphérie de l’espace médiatique traditionnel.
  • Le mode de prise de décision de l’Internet est le consensus entre les plus agissants. Il y a une différence majeure entre les techniques électorales de la démocratie représentative où l’on cherche à faire voter l’ensemble d’une population définie et connue à l’avance en donnant le même poids à chaque voix et le processus de prise de décision dans les mondes en réseaux où l’on cherche à obtenir le consensus de ceux qui sont les plus mobilisés et donc les plus enclins à débattre, argumenter et accepter la décision collective.
  • c’est la forme du “consensus apparent”, comme l’appelle Philippe Urfalino , qui domine. On est d’accord jusqu’à ce que quelqu’un de la communauté exprime publiquement un désaccord.
  • Dans ce système, ce sont les plus convaincus et les plus actifs qui créent la tendance dominante ; par une sorte de division du travail interne aux communautés de l’Internet, ceux qui s’intéressent moins à la question ou sont moins convaincus délèguent leur voix aux plus actifs en se taisant, jusqu’au point de rupture.
  • La manière dont Internet agit sur l’espace public est beaucoup plus proche des techniques de mobilisation collective, comme la manifestation ou la pétition, que du choix électoral.
  • Plutôt que de limiter ces interprétations à un cercle d’herméneutes spécialisés qui proposeront une lecture particulière des données en les agrégeant selon certaines catégories statistiques, les tenants des données ouvertes pensent qu’une ouverture plus large des données publiques permettra à de nouvelles communautés interprétatives de révéler des significations non-anticipées ou non vues.
  • D’une part, on assiste à un renforcement des techniques de captation de l’attention de l’électeur qui fonctionnent sur l’hyperpersonnalisation du candidat, la peoplisation du milieu, le storytelling et les “éléments de langage”. Ce formatage communicationnel et narratif du discours politique se représente un électeur qui réfléchit peu et attend de belles histoires.
  • Ce qui change alors, dans l’esprit des professionnels de la communication politique, c’est que l’électeur n’est plus un spectateur inerte mais un internaute mimétique et qu’il faut lui servir des narrations virales pour faire l’opinion.
  • Mais d’autre part, et cette ambivalence caractérise très bien notre situation actuelle, on observe sur Internet des attentes à l’égard de l’espace public qui sont toutes différentes : une forme de distanciation critique, une reprise d’autonomie à l’égard des messages médiatiques, une volonté de participation à la définition des enjeux publics,
  • Le développement d’une “société d’interprètes” augmente la diversité des points de saisie de l’événement, tout en accroissant les contraintes de vérification et de certification des faits qui le sous-tendent. Dans une époque où le décalage entre les discours et les actes est devenu si important, l’invocation d’un accès plus large, et non déformé, à l’information est devenue essentielle, non seulement pour les citoyens, mais aussi pour les journalistes qui honorent le mieux la déontologie de leur profession, comme l’a montré le travail commun de grandes rédactions de journaux et de Wikileaks.
peir ric

Networks, dossier de la revue Science | L'Atelier de Cartographie - 0 views

  • propriétés maintenant bien connues des réseaux distribués à grande échelle,
  • les chercheurs en sciences des réseaux testent leurs hypothèses : mobilité et interactions entre agents sociaux, produits ou entreprises dans un marché ou encore vie des blogs et diffusion tweets sur Internet.
  • C’est l’interdépendance des espèces qu’il s’agit donc de mesurer dans une représentation unifiée pour affiner les données sur les dimensions de co-évolution des espèces, d’extinction de masse ou pour mesurer les influences « anthropogenic » sur un biotope.
  • ...8 more annotations...
  • Et, comme en économie ou en sciences du web, les premières conclusions montrent que les réseaux d’interactions dans le vivant révèlent à grande échelle un monde organisé et très connecté (comme pour le web, il s’agit d’un « giant cluster ») qui n’est ni « random organized » ni constitué d’éléments ou de groupes séparés.
  • L’observation de la vie sociale apparaît maintenant comme un objectif central des Network Sciences 
  • le déploiement de systèmes de monitoring en temps réel
  • Quatre directions de recherche et d’expérimentation pour les dix années à venir sont identifiées
  • l’exploration des données sociétales et l’avènement des « hard social sciences »
  • constituer de “large scale datasets” pour mesurer les interactions humaines à différentes échelles de granularité, produire des modèles de comportement, voire de prévisibilité, à partir de l’analyse des données (et non de modèles préconçus).
  • produire de nouveaux modèles
  • des réseaux à grande échelle et être en capacité de les décrire à partir de leur dimension dynamique
peir ric

Médias sociaux : la boîte à outils pour concevoir une charte | Choblab - 0 views

  •  
    une boite à outils des usgaes ds médias sociaux - bonnes pratiques
peir ric

la matière des idées entretien avec Jack Goody - 0 views

  • D’une part, comme n’importe quelle autre pratique, la nage ou la guerre, le sexe ou la chasse, la pensée en passe par des techniques
  • d’autre part, en tant qu’outil de la pensée, l’écriture a des effets d’une puissance sans pareil.
  • forte de ses performances scientifiques et artistiques, la « raison graphique » subordonne la pensée orale
  • ...64 more annotations...
  • d’un côté, combat pied à pied contre l’ethnocentrisme, d’un livre à l’autre (non, l’Occident n’a pas inventé l’amour porté aux enfants, non, il n’est pas le seul à avoir connu une Renaissance) ; de l’autre, refus d’un relativisme qui nie les plus beaux progrès de l’humanité 
  • Souligner l’importance des techniques, c’est dire nos facultés d’apprentissage, nos accroissements d’aptitude, nos capacités créatives : ouvert sur une politique de l’empowerment, le savoir de Goody est un matérialisme gai.
  • les Pythagoriciens, avec leurs tétraèdres, tout comme les Chinois, avec leurs horoscopes, se livrent à une manipulation graphique des concepts. Ce sont entre des techniques de pensée impliquant dans les deux cas l’écriture, et non entre des mentalités, qu’il faut chercher des différences.
    • peir ric
       
      "manipulation graphique des concepts"
  • C’est ce lien entre outillage de la pensée et manière de penser qui est en jeu dans la notion de technologie de l’intellect : l’écriture nous permet des opérations cognitives – faire des listes, des tableaux, réexaminer après-coup, etc. – qui nous donnent un surcroît d’efficacité intellectuelle, mais modifient aussi qualitativement notre compréhension du monde.
  • Intellectuellement et politiquement, il nous semblait important de montrer au contraire que les « mentalités » ne sont pas des caractéristiques innées, mais des plis de pensée façonnés par l’usage d’un certain outillage
  • Il n’y a pas de primitifs, inaptes au changement : il y a des différences d’équipement technique ; or une technique cela s’apprend.
  • outillée, et en partie façonnée par les outils qu’elle emploie, l’intelligence n’est pas aussi spirituelle, immatérielle, ou idéale qu’elle ne le croit
  • On voit bien l’avantage d’un système phonétique : dans l’alphabet latin, il suffit d’apprendre vingt-six signes pour former tous les mots possibles ; avec des idéogrammes, pour posséder un vocabulaire équivalent, il faut maîtriser une quantité considérable de signes.
  • Ensuite, les insurgés se sont servis des pouvoirs magico-religieux prêtés au livre
  • Mais en tant que technologie de l’intellect, les idéogrammes ont certains avantages. D’une part, ils peuvent s’apprendre un par un : on n’est pas obligé de connaître tout le système des signes et les règles de leur combinaison, comme c’est le cas pour l’alphabet ; tout le monde, même sans scolarisation, peut donc être un peu lecteur.
  • D’autre part, une écriture comme l’écriture chinoise, contrairement à l’écriture phonétique, n’est plus associée à une langue particulière. Tout comme le chiffre 1 désigne le même nombre partout dans le monde, qu’on le prononce one ou un, la communication écrite devient possible entre locuteurs de langues différentes.
  • « Je m’intéresse au pouvoir des mots, c’est-à-dire au pouvoir que l’écriture donne aux cultures qui la possèdent, et à certains groupes au sein d’une société donnée »
  • Politiquement, l’écriture serait donc un outil à deux manches, fournissant à la fois aux dominants de quoi dominer, et aux dominés de quoi s’affranchir ?
  • plus fondamentalement encore, l’écriture induit une structure sociale
  • C’est que la culture écrite, bien que minoritaire, influe sur la culture populaire, même lorsque celle-ci reste orale.
  • Prenez deux signes écrits, un mot en français, un idéogramme chinois [4]. Dans un système alphabétique, le signe écrit renvoie à des sons : b-a, ba. C’est ce qu’on appelle une écriture phonétique. Dans le cas des idéogrammes, il renvoie non pas à un son, mais à une idée ou à une chose.
  • Reste à comprendre de quelle manière l’écriture a imprimé sa marque sur ces soulèvements. Elle a certes permis aux insurgés d’accéder à des textes dont le contenu leur a fourni un support idéologique : les Lumières pour Toussaint-Louverture, l’islam pour les insurgés de Bahia. Mais ce ne fut pas son seul rôle,
  • Tout d’abord, très prosaïquement, elle a permis aux émeutiers de s’organiser d’une manière dont la sophistication est relevée par tous les observateurs
  • Il n’en reste pas moins que la maîtrise de l’écriture émancipe. Dire qu’elle donne du pouvoir, ce n’est pas la réduire à un instrument d’oppression.
  • il a la capacité de traverser les appartenances tribales, ce qui contribue à l’unité des insurgés
  • internet. Y a-t-il là un nouvel outillage de l’intellect, susceptible de produire des effets nouveaux ? Ou plus simplement une extension des savoir-faire associés à l’écriture, comme le fut en son temps l’imprimerie ?
  • On peut la compléter avec le maniement d’un clavier d’ordinateur, mais je ne suis pas sûr que nous ayons affaire à un changement de régime dans la maîtrise de l’écriture. Nous sommes toujours dans l’univers de l’écrit dans lequel nous a plongés l’école.
  • Dans un contexte de maîtrise restreinte de l’écriture, où celle-ci n’est qu’un outil secondaire pour faciliter la transmission orale d’une parole sacrée, son apprentissage ne permet guère de profiter de la créativité qu’elle apporte en d’autres contextes.
  • Il y a donc contradiction, dans le rapport de la religion à l’écriture, entre les effets d’ouverture qu’elle induit en promouvant la maîtrise de l’écriture, et les effets de clôture qu’elle crée en la restreignant aux textes sacrés.
  • Et plus fondamentalement aussi une tension, dans le rapport de l’écriture à l’émancipation intellectuelle, entre un rapport sacré et un rapport profane au texte. Tension qui produit des « renaissances », quand la balance penche dans le sens profane.
  • Je tourne autour de deux idées. Tout d’abord il me semble que les renaissances doivent être comprises comme le mouvement de retour d’une oscillation pendulaire. À certains moments le dogmatisme d’une religion du Livre peut ou doit être contrebalancé par un retour à des savoirs originaux, aux textes considérés comme fondateurs d’une civilisation.
  • Ma seconde idée est que l’Occident n’a pas le monopole des renaissances.
  • D’une façon générale, je ne crois pas que le capitalisme (comme le voudraient les théories de Marx), un rapport particulier à la religion (avec Weber) ou des phénomènes démographiques (selon Malthus) puissent expliquer seuls l’évolution des civilisations et de leur rapport aux savoirs. Les relations entre communication et invention jouent tout autant.
  • Le mythe une fois fixé, les gens se mirent à juger des nouvelles versions en les comparant à mon texte. Certains signalaient dans « ma » version des oublis ou des erreurs, ou incriminaient le narrateur. D’autres ont simplement perdu le Bagré : parce qu’ils pensaient que la version de Goody, recueillie auprès d’anciens qui avaient acquis le statut d’ancêtres, était la « vraie » version.
  • Ce n’est pas la surface à cultiver mais la production de surplus qui fait la différence entre la maison d’un chef et d’un roi européen.
  • votre anthropologie se caractérise par un double refus, dont on sent qu’il est à la fois scientifique, éthique et politique : celui des « théories du Grand Partage » (qui distribuent les cultures entre le simple et le complexe, le chaud et le froid, le primitif et le développé...) et celui du relativisme (pour lequel toutes les cultures se valent).
  • Il me semble que prendre en considération les techniques, en particulier de l’intellect, permet d’échapper à l’alternative entre européocentrisme et relativisme.
  • mesurer toute la mobilité dont étaient capables des individus soi-disant pris dans la fixité d’une tradition. Sauf qu’une fois la religion écrite, les choses se figent.
  • Les variations, si elles existent, porteront sur les quantités : on aura un peu plus de viande, on vous resservira davantage, mais la nature des mets n’est pas fonction du statut hiérarchique du consommateur. Pourquoi les cultures traditionnelles africaines ne connaissent-elles pas cette différenciation, y compris dans les grands États qui ont des structures politiques différenciées ?
  • C’est ce lien entre outillage de la pensée et manière de penser qui est en jeu dans la notion de technologie de l’intellect : l’écriture nous permet des opérations cognitives – faire des listes, des tableaux, réexaminer après-coup, etc. – qui nous donnent un surcroît d’efficacité intellectuelle, mais modifient aussi qualitativement notre compréhension du monde
  • il nous semblait important de montrer au contraire que les « mentalités » ne sont pas des caractéristiques innées, mais des plis de pensée façonnés par l’usage d’un certain outillage. Il n’y a pas de primitifs, inaptes au changement : il y a des différences d’équipement technique ; or une technique cela s’apprend.
  • Prenez deux signes écrits, un mot en français, un idéogramme chinois [4]. Dans un système alphabétique, le signe écrit renvoie à des sons : b-a, ba. C’est ce qu’on appelle une écriture phonétique. Dans le cas des idéogrammes, il renvoie non pas à un son, mais à une idée ou à une chose.
  • dans l’alphabet latin, il suffit d’apprendre vingt-six signes pour former tous les mots possibles ; avec des idéogrammes, pour posséder un vocabulaire équivalent, il faut maîtriser une quantité considérable de signes.
  • Mais en tant que technologie de l’intellect, les idéogrammes ont certains avantages. D’une part, ils peuvent s’apprendre un par un : on n’est pas obligé de connaître tout le système des signes et les règles de leur combinaison, comme c’est le cas pour l’alphabet ; tout le monde, même sans scolarisation, peut donc être un peu lecteur. D’autre part, une écriture comme l’écriture chinoise, contrairement à l’écriture phonétique, n’est plus associée à une langue particulière. Tout comme le chiffre 1 désigne le même nombre partout dans le monde, qu’on le prononce one ou un, la communication écrite devient possible entre locuteurs de langues différentes.
  • C’est cela une technologie de l’intellect : une opération cognitive qui a des effets cognitifs bien sûr, mais aussi sociaux – un accès plus ou moins large aux élites diplômées, par exemple – et souvent politiques.
  • l’écriture donne du pouvoir, et ne pas la maîtriser fragilise.
  • Mais plus fondamentalement encore, l’écriture induit une structure sociale.
  • depuis l’apparition de l’écriture quelque part au Proche-Orient jusqu’à une période très récente, l’histoire sociale de l’humanité a été celle de la domination politique, économique, culturelle, d’une minorité de lettrés sur une majorité de non-lettrés. Ce n’est pas tant que les uns ont accès, grâce à la maîtrise de l’écriture, à des ressources dont les autres seraient privés, en particulier au savoir. Non plus qu’une petite caste exerce, par l’écrit, une dictature féroce sur la multitude. C’est que la culture écrite, bien que minoritaire, influe sur la culture populaire, même lorsque celle-ci reste orale.
  • La preuve la plus forte, sans doute, du pouvoir que donne l’écriture, est l’attrait qu’elle exerce sur ceux qui n’y ont pas accès.
  • Il n’en reste pas moins que la maîtrise de l’écriture émancipe. Dire qu’elle donne du pouvoir, ce n’est pas la réduire à un instrument d’oppression.
  • Reste à comprendre de quelle manière l’écriture a imprimé sa marque sur ces soulèvements. Elle a certes permis aux insurgés d’accéder à des textes dont le contenu leur a fourni un support idéologique
  • Mais ce ne fut pas son seul rôle, ni le principal. Quand on examine de près les sources disponibles sur la révolte brésilienne, on voit qu’elle a été servie par l’écriture de trois autres manières. Tout d’abord, très prosaïquement, elle a permis aux émeutiers de s’organiser d’une manière dont la sophistication est relevée par tous les observateurs : des billets servaient à transmettre des instructions, à planifier des incendies simultanés, à fixer des rendez-vous – on est bien du côté de la technicité de l’écriture, des savoir-faire qu’elle transmet, des capacités qu’elle accroît. Ensuite, les insurgés se sont servis des pouvoirs magico-religieux prêtés au livre : ils cousaient des sourates du Coran dans leur manteau pour se protéger des balles et se donner du courage. Mais l’islam a un autre avantage en termes de mobilisation collective, lié à son statut de religion écrite davantage qu’à ses préceptes eux-mêmes : écrit, donc détaché de ses conditions d’énonciation, donc universaliste, il a la capacité de traverser les appartenances tribales, ce qui contribue à l’unité des insurgés.
  • Pour coopérer, s’organiser, internet n’est pas indispensable, l’écriture apprise à l’école suffit. On peut la compléter avec le maniement d’un clavier d’ordinateur, mais je ne suis pas sûr que nous ayons affaire à un changement de régime dans la maîtrise de l’écriture. Nous sommes toujours dans l’univers de l’écrit dans lequel nous a plongés l’école.
  • Mais ce n’est pas tant la machine à écrire qui a fait la différence, que la scolarisation de masse. C’est cette dernière qui a engendré les vrais changements dans ces pays : la structure fondamentalement orale des sociétés européennes a été profondément modifiée dès lors que la maîtrise de l’écriture devenait accessible aux personnes peu fortunées, aux classes populaires et aux femmes.
  • De façon générale d’ailleurs, l’écriture et la religion sont en relation paradoxale.
  • D’un côté l’écriture augmente les capacités intellectuelles
  • De l’autre les religions écrites tendent à produire de l’orthodoxie et à limiter l’usage de l’écriture.
  • Il y a donc contradiction, dans le rapport de la religion à l’écriture, entre les effets d’ouverture qu’elle induit en promouvant la maîtrise de l’écriture, et les effets de clôture qu’elle crée en la restreignant aux textes sacrés.
  • Et plus fondamentalement aussi une tension, dans le rapport de l’écriture à l’émancipation intellectuelle, entre un rapport sacré et un rapport profane au texte. Tension qui produit des « renaissances », quand la balance penche dans le sens profane.
  • Tout d’abord il me semble que les renaissances doivent être comprises comme le mouvement de retour d’une oscillation pendulaire.
  • Ma seconde idée est que l’Occident n’a pas le monopole des renaissances.
  • Le livre, de sacré, redevient profane.
  • D’une façon générale, je ne crois pas que le capitalisme (comme le voudraient les théories de Marx), un rapport particulier à la religion (avec Weber) ou des phénomènes démographiques (selon Malthus) puissent expliquer seuls l’évolution des civilisations et de leur rapport aux savoirs.
  • Les relations entre communication et invention jouent tout autant.
  • Or avec les spécifications techniques se jouent des spécifications sociales, des différenciations des tâches ; dans la gestion du surplus se jouent des formes d’organisation de la domination. Et ici encore l’écriture joue un rôle déterminant. Les sociétés eurasiennes l’employant à toutes sortes de fins, pratiques, économiques, administratives, son usage vient renforcer l’écart : l’avantage technique s’en trouve potentialisé. Ce n’est pas la surface à cultiver mais la production de surplus qui fait la différence entre la maison d’un chef et d’un roi européen.
  • Un autre fil semble relier vos travaux. Qu’elle aborde la cuisine, les fleurs, la religion ou l’écriture, votre anthropologie se caractérise par un double refus, dont on sent qu’il est à la fois scientifique, éthique et politique : celui des « théories du Grand Partage » (qui distribuent les cultures entre le simple et le complexe, le chaud et le froid, le primitif et le développé...) et celui du relativisme (pour lequel toutes les cultures se valent).
  • Il me semble que prendre en considération les techniques, en particulier de l’intellect, permet d’échapper à l’alternative entre européocentrisme et relativisme. Il n’y a pas de différence entre les individus quant à leur capacités mentales.
  • En revanche, il y a des différences de résultats intellectuels, et ceux-ci dépendent très largement de l’outillage cognitif que les sociétés fournissent (ou non) et dont les individus disposent (ou non).
  • Le Bagré reste ainsi pour moi emblématique des effets de l’usage d’une technologie de l’intellect. Que s’est-il passé sinon la rencontre entre une pratique cérémonielle (la récitation d’un mythe) et un instrument (un magnétophone) ? Qu’aurais-je pu saisir si je n’avais pas disposé de cet outil, exceptionnel à l’époque ? Une simple contingence avait produit une multiplicité d’effets, de portée à la fois ambivalente et imprévisible. Cette rencontre avait modifié tout à la fois la compréhension d’un phénomène social, et altéré cette pratique sociale elle-même.
1 - 20 of 22 Next ›
Showing 20 items per page